Déficit de la Sécu : aucune réforme sérieuse à l’horizon

Selon les chiffres officiels publiés mi-mars, le déficit 2016 aura encore été de 7,8 milliards d’euros et on ne voit pas comment il se transformerait en excédent en 2017 : rien de surprenant, car aucune réforme sérieuse de la Sécu n’a été entreprise.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Déficit de la Sécu : aucune réforme sérieuse à l’horizon

Publié le 5 avril 2017
- A +

Par Jean-Yves Naudet.
Un article de l’Iref-Europe

Les Français sont tellement habitués au trou de la Sécu et aux déclarations gouvernementales sans lendemain (« On a sauvé la Sécu »), qu’ils n’ont guère prêté attention aux résultats pour l’année 2016, publiés mi-mars : 7,8 milliards de déficit du régime général et du fonds de solidarité vieillesse (FSV).

Nos ministres se réjouissent : le trou de la Sécu a diminué de 3 milliards par rapport à 2015. « Le déficit le plus faible depuis 2002 », encore meilleur que « l’objectif initialement voté dans la loi de financement de la sécurité sociale pour 2016 ». Le déficit zéro est en vue pour 2017, comme l’affirmait Marisol Touraine dès septembre.

Il faut replacer les choses en perspective. Le dernier équilibre remonte aux années 1999/2001, venant après des années de déficit. Depuis, cela fait 15 années ininterrompues de déficit, croissant, puis décroissant :

Déficit du régime général et du FSV

2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
11,1 12,6 13,6 10,0 9,3 9,4 23,5 28,0 20,9 17,5 15,4 13,2 10,8 7,8

En milliards d’euros (Source : PLFSS et ministère des affaires sociales)

Personne ne croit au déficit zéro !

Certes, le déficit se réduit depuis les sommets atteints en 2010. Mais à quel prix ? Le sacrifice de la branche famille, une assurance-maladie plus coûteuse et remboursant moins, un hôpital à bout de souffle, une simple maîtrise comptable sacrifiant la médecine libérale, et des réformettes à courte vue des retraites, qui ne sauveront pas le système.

Nos ministres se réjouissent, car le déficit 2016 est inférieur à l’objectif fixé un an plus tôt dans la loi de financement de la Sécu (9,7 milliards) ; mais ces chiffres ne sont là que pour faire des effets d’annonce : « Les résultats sont meilleurs que prévus ». D’ailleurs la prévision révisée dans le budget de la Sécu pour 2017 était de 7,1 milliards de déficit pour 2016 : le résultat a été pire, avec 7,8 milliards.

Ce qui en revanche est indiscutable, c’est l’existence d’un déficit durable et personne ne croit au retour à l’équilibre en 2017.

La ministre a d’ailleurs précisé que ce ne serait pas 0, mais 400 millions de déficit pour le régime général et que le fonds de solidarité vieillesse serait en déficit de 3,8, soit un déficit global de 4,2 milliards, totalement irréaliste, en raison des dépenses pré-électorales : un nouveau dérapage est prévisible.

Le déficit reporte le coût sur la génération suivante

Le déficit est financé par l’emprunt, ce qui fait grossir la dette sociale, qui s’ajoute à celle de l’État et des collectivités locales. (2147 milliards de dette publique en tout fin 2016, dont environ 8% de dette sociale). Tout déficit public est immoral : il revient à faire financer les dépenses par les générations suivantes, qui devront rembourser les emprunts.

Mais le déficit de la Sécu et la dette sociale représentent le summum de l’immoralité : cela revient à faire financer nos dépenses de santé d’aujourd’hui, ou encore nos retraites, par la génération suivante : le refus des réformes nous transforme, malgré nous, en une génération de voleurs : voleurs de nos propres enfants.

Le « redressement » actuel n’est qu’illusion : aucun redressement pérenne ne peut avoir lieu avec un tel système.

Le monopole de l’assurance-maladie conduit au surcoût, au gaspillage et à l’irresponsabilité résultant de la gratuité apparente ; la retraite par répartition ne fait que redistribuer immédiatement, sans qu’elles portent du fruit, les sommes entre actifs et retraités, et elle est soumise aux aléas démographiques.

Le régime famille, de plus en plus sous conditions de ressources, devient une simple politique sociale, coûteuse et irresponsable. Sans réformes, pas de vrai redressement.

Une seule solution : liberté de choix et de concurrence

Pourtant, l’IREF a montré, y compris à l’aide d’exemples étrangers, que les réformes étaient possibles, pourvu que la volonté politique soit là. Nous dépensons 10% de plus en protection sociale que la moyenne des pays de l’OCDE, pour un bénéfice moindre (33,4% du PIB contre 22% pour l’OCDE) !

À court terme, c’est l’assurance-maladie qui représente la part majeure des déficits. Il n’y a qu’une solution pour faire baisser les dépenses sans nuire à la qualité des soins : c’est la concurrence (12 octobre 2015, « Pour sauver la Sécurité sociale, introduisons la concurrence »).

Les exemples des Pays-Bas, de l’Allemagne ou de la Suisse montrent que la concurrence réduit les coûts et que le libre choix n’est pas incompatible avec l’aide aux ménages à faibles revenus (7 octobre 2013 « Réformer et améliorer le système de santé grâce au privé et à la concurrence »).

La branche famille doit cesser de n’être qu’un élément de la politique sociale et la meilleure politique familiale consiste à laisser aux familles ce qu’elles ont gagné, au lieu de leur reprendre en impôts ; d’où l’importance d’une vraie réforme fiscale du type « Flat tax ».

Enfin, la retraite par répartition est condamnée, surtout avec une population vieillissante. Pourquoi se priver des rendements que seule la capitalisation permet d’obtenir ? Les études de l’IREF (2 janvier 2013 « Pour sauver les retraites, il faut changer de système »), ainsi que celles de J. Garello (« Comment sauver vos retraites ? ») montrent que la capitalisation permet accroître les retraites et fait disparaitre le déficit. Sans réformes, reposant sur le libre choix et la concurrence, le trou de la Sécu a de beaux jours devant lui, en attendant la chute finale !

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • On se rend donc compte qu’en 13 ans, le déficit cumulé représente plus de 10% de la dette. Quelles sont les autres postes déficit a considérer pour arriver au plus vite à l’équivalence de la dette en 10 ans ? Ca nous permettra de savoir a quelle vitesse la dette continuera de griper.

  • petit bémol sous forme de questionnement : l’étude de l’IREF sur la retraite par capitalisation date de 2013. Les taux, de mémoire, étaient supérieurs à cette date ; est-ce que cela invalide, même partiellement les résultats de cette étude ?

  • Je suis pas sur que l auteur connaisse vraiment l exemple Suisse. Il y a certes une concurrence mais ca a plutot tendance a tourner a l oligople avec des primes qui augmentent rapidement. Pire les caisses ont bien compris le truc et ont mis des politiciens dans leur conseil d administration.

    Le systeme francais est surement perfectible mais il faut dire la verite : ca ne fera pas que des gagnants !
    Les gros consommateurs de soins (aka les vieux) seront nettement perdant alors que les jeunes eux y gagneront.
    Autrement dit, un suicide electoral vu le poids electoral des 2 populations

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Eric Pichet[1. Professeur et directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier, Kedge Business School.] Un article de The Conversation

Pas de retraite pour la Cades : 24 ans après sa création et alors que la Caisse d’amortissement de la dette sociale s’acheminait paisiblement vers sa disparition prévue en 2024, les ravages du Covid-19 dans les comptes de la Sécurité sociale et la nécessité de financer la dépendance contraignent le gouvernement à la pérenniser et à en élargir le champ d’action dans le cadre du « Ségur de la s... Poursuivre la lecture

Sécu
0
Sauvegarder cet article

Par Jacques Bichot, économiste.

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2021 entérine un déficit 2020 de l’ordre de 45 milliards d'euros, alors que la LFSS pour 2020 tablait sur 5 milliards.

Certains pousseront des hauts cris, mais cette envolée du déficit en 2020 n’est pas particulièrement critiquable : il s’agit simplement d’un arbre dans la forêt, un arbre qui a grandi de manière fantastique pour des raisons conjoncturelles.

Plus inquiétants sont les déficits chroniques qui surviennent anné... Poursuivre la lecture

Sécu sécurité sociale
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Robert.

La France croule de façon chronique sous les déficits de toutes sortes. Profitons de ces temps de pandémie pour nous pencher sur celui de la Sécurité sociale. Il en dit tellement long sur l’efficacité socialiste en comparaison de notre voisin allemand.

Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin vient de nous alerter : cette année, le déficit de la Sécurité sociale atteindra la bagatelle de 41 milliards d’euros ! Motif invoqué ? La crise pandémique qui, d’une part, réduit fortement les rentrées de cotisati... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles