Canada : Justin Trudeau, la coquille vide

Justin Trudeau a dépensé 2,5 millions $ en 16 mois pour sonder les électeurs, soit plus que le gouvernement conservateur n’en a dépensé en 8 ans, et plus que n’importe quel autre gouvernement depuis 2000.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Justin Trudeau (Crédits : Alex Guibord, licence CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Canada : Justin Trudeau, la coquille vide

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 mars 2017
- A +

Par Nathalie Elgrably-Lévy, depuis le Canada.

Pour plusieurs, c’est le signe d’un gouvernement à l’écoute de sa population­­. Cela aurait été le cas s’il s’agissait de sondages occasionnels. Mais vu les montants dépensés, il s’agit clairement d’un besoin compulsif. Un besoin qui en dit long sur notre Premier ministre.

Narcissique

Les chefs d’État peuvent être regroupés­­ en deux catégories : les politiciens et les leaders. Un leader a une vision, il réfléchit à ce qu’il veut accomplir. Il est animé par des convictions et un ensemble de principes auxquels il reste fidèle. Et parce­­ qu’il transmet son message avec passion et intégrité intellectuelle, il inspire le respect de tous, même de ses détracteurs. Le poli­ticien, pour sa part, n’est mû que par un seul principe, celui de plaire à ses électeurs afin d’accéder au pouvoir et d’y rester.

L’obsession de Justin Trudeau pour les sondages confirme qu’il n’est qu’un politicien, peut-être même­­ le moins engagé de tous ceux que le Canada a connus. Ses discours insipides dans lesquels il abuse de formules creuses et du politiquement correct afin de ne jamais prendre position, et son penchant démesuré pour les selfies suggéraient déjà que notre Premier ministre n’est qu’une coquille vide.

Le fait que sur ses 223 promesses électorales, il n’en ait réalisé que 43, dont la plupart sont des mesures suscitant l’indifférence, confirme la première impression. Maintenant, on apprend sa dépendance quasi clinique­­ aux sondages. Voilà qui atteste­­ d’une personnalité narcissique et sans substance qui use des sondages comme unique boussole.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Élisabeth Borne devient Premier ministre. Certains attendaient une révolution, ce fut surtout un jeu de chaises musicales.

Merci à @EmmanuelMacron de sa confiance et de l’honneur qu’il me fait en me nommant Première ministre.

Merci aussi à @JeanCASTEX pour son action ces deux dernières années.

Les défis devant nous sont grands. Je mesure pleinement cette responsabilité. pic.twitter.com/fZ9zxu5S5f

— Élisabeth BORNE (@Elisabeth_Borne) May 16, 2022

Ce lundi 16 mai, Emmanuel Macron a... Poursuivre la lecture

Les éditorialistes commencent à s’impatienter : Emmanuel Macron n’a toujours pas nommé son Premier ministre. Jean Castex est déjà dans les cartons, plusieurs personnalités ont déjà été approchées. Les rumeurs se font et se défont au gré de l’actualité, des fuites élyséennes et des fantasmes médiatico-journalistiques. Seulement en régime hyperprésidentiel, le nom du Premier ministre a-t-il vraiment de l’importance ? Si tout est piloté de l’Élysée, qu’il soit homme, femme, ex-socialiste ou ex-LR, l’importance n’est que d’ordre communicationnel.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles