[Sondage] Présidentielle, Europe, sécurité : à quoi pensent les libéraux ?

Un consensus se dégage chez les libéraux sur les libertés économiques et individuelles mais ils sont mal représentés en politique et en sont conscients.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Thinking RFID credits Jacob Bøtter (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

[Sondage] Présidentielle, Europe, sécurité : à quoi pensent les libéraux ?

Publié le 14 mars 2017
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Un sondage réalisé par Guillaume Nicoulaud, du site Ordre Spontané1 sur les réseaux sociaux s’intéressant au libéralisme en France. Comme aucun contrôle de représentativité de l’échantillon n’a été possible, nous choisirons de considérer ici essentiellement les réponses de ceux qui se sont prétendus libéraux car ils sont très probablement bien plus nombreux dans l’échantillon que dans la population. Il y a en effet 79,7% des personnes interrogées qui se déclarent plutôt ou tout à fait d’accord pour dire qu’elles sont libérales. Le lecteur averti de Contrepoints imaginera bien que la France se porterait autrement si c’était le cas pour l’ensemble de la population…

Les politiques françaises et européennes

Près de 97% des personnes se disant libérales ne sont pas d’accord pour dire que les politiques françaises depuis 40 ans ont été trop libérales. Les politiques de l’Union Européenne font plus débat puisque 56% des libéraux ne sont pas d’accord pour dire que l’Union Européenne est très libérale. Probablement que là où certains pensent liberté de circulation et Cour Européenne des Droits de l’Homme, d’autres pensent normes et politique monétaire.

Plus consensuel, la quasi-totalité des libéraux pensent que la dépense publique est trop élevée, de même que la pression fiscale et la pénalisation de la croissance par la législation. Une grande majorité des libéraux voit aussi la libéralisation des échanges internationaux d’un bon œil.

Aperçu de l'opinion des libéraux sur les politiques françaises et européennes.
Aperçu de l’opinion des libéraux sur les politiques françaises et européennes.

Libertés individuelles et pouvoir de l’État

Sur ces questions, les réponses des libéraux sont assez conformes à ce à quoi l’on pouvait s’attendre. Ceci étant dit, si 89% des libéraux pensent que l’État ne doit pas imposer de limite à la liberté d’expression, ils ne sont plus que 60,5% à ne pas penser que le racisme est un délit qui doit être sanctionné. 28,5% d’entre eux font donc preuve d’une certaine incohérence.

74% d’entre eux pensent qu’il ne faut pas restreindre nos libertés pour gagner en sécurité et près de 91% sont défavorables à une surveillance des communications sur internet par l’État. Ils sont autant à penser que l’État n’a pas à nous protéger de nous-mêmes et qu’il ne faut pas donner plus de pouvoir à la politique et à l’État. La dépénalisation des drogues douces fait moins consensus puisque seuls 72% des libéraux y sont favorables.

Aperçu de l'opinion des libéraux sur les questions de libertés individuelles et de pouvoir de l'Etat.
Aperçu de l’opinion des libéraux sur les questions de libertés individuelles et de pouvoir de l’État.

Quelle polarisation politique pour les libéraux ?

Lorsque l’on compare les propositions sur lesquelles ont été interrogé les libéraux dans ce sondage et les programmes des candidats aux élections présidentielles, on comprend vite qu’il n’y aura pas d’option politique pour le libéral qui veut retrouver la majorité de ses convictions chez un candidat.

Les intentions de vote des libéraux sont partagées entre François Fillon (38,6%), l’abstention ou le vote blanc (30%) et Emmanuel Macron (27,4%). On peut y distinguer deux groupes : ceux qui considèrent qu’il faut participer au système pour le changer et votent selon une sensibilité plutôt de gauche ou plutôt de droite, ou par défaut, et ceux qui considèrent que les candidats en présence ne valent pas le déplacement. Ceux qui voteront voteront à 54% par défaut et à 46% par conviction. Ainsi, entre ceux qui ne voteront pas et ceux qui choisiront par défaut, près de 66% des libéraux ne retrouvent pas leurs convictions dans les propositions de candidature et de programmes qui leur sont faites.

Les libéraux ont donc en règle générale peu d’espoir de voir le libéralisme progresser en France. Les précédentes campagnes et les quinquennats qui les ont suivis tendent à leur donner raison…

Retrouvez l’étude complète sur le libéralisme ici

  1.  Ce sondage a été réalisé sur les réseaux sociaux (essentiellement Twitter) sans qu’aucun contrôle de la représentativité de l’échantillon ne soit possible. En particulier, les résultats sont considérablement biaisés en faveur d’opinions libérales et doivent donc être analysés en gardant cette idée en tête. Enfin, nous ne pouvons pas exclure que certaines personnes aient répondu plusieurs fois ni que d’autres aient volontairement cherché à biaiser les résultats. L’intitulé exact de certaines questions a été raccourci : si vous souhaitez retrouver les termes exacts, consultez le formulaire. Les 1664 réponses ont été enregistrées du 7 mars 2017 à 11:08 au 10 mars 2017 à 10:00.
Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Dans cet article, il n’y a rien sur l’immigration. C’est dommage, j’aurais bien aimé connaitre l’opinion des libéraux sur ce sujet.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

Par Samuele Murtinu. Un article de l'IREF Europe

Le « néolibéralisme », c’est-à-dire la version du capitalisme démocratique moderne qui met en scène des marchés et des échanges guidés par de puissantes institutions publiques mondiales, ne doit pas être confondu avec la vision libérale classique de la société libre formulée par Adam Smith, John Stuart Mill, Lord Acton ou F. A. Hayek. De nombreux problèmes associés au néolibéralisme sont en fait le résultat d’une intervention trop lourde de l’État, de la recherche de rentes et d’autres f... Poursuivre la lecture

Frédéric Passy est né il y a 200 ans, le 20 mai 1822. Le premier prix Nobel de la Paix est aujourd'hui quelque peu oublié. Il fut pourtant une des dernières grandes figures du libéralisme français.

Mais si nous célébrons aujourd'hui le bicentenaire de sa naissance, le 12 juin marquera aussi le 110e anniversaire de son décès. Cet homme modeste et ordonné aurait voulu ainsi concentrer les hommages posthumes qu'il ne s'y serait pas pris autrement.

Yves Guyot dans son hommage au cimetière résume d'ailleurs sa vie en une phrase :

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles