Fillon, Macron, Hamon : cette élection présidentielle part en vrille !

Si la configuration Le Pen – Macron se confirme le 22 avril prochain, un événement historique majeur se sera produit en France. La gauche et la droite de gouvernement auront été éliminées pour laisser la place à l’inconnu.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fillon, Macron, Hamon : cette élection présidentielle part en vrille !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 4 mars 2017
- A +

Par Patrick Aulnas.

Le Pen – Macron. Voilà le deuxième tour de l’élection présidentielle en l’état actuel de l’opinion. Les sondages sont concordants : Marine Le Pen dépasse les 25% d’intentions de vote au premier tour, Emmanuel Macron se situe autour de 25% et François Fillon autour de 20%. Rien n’est encore joué. Le socle de Fillon ne fléchit pas. L’engouement pour Macron se poursuit, l’illusion Le Pen également.

Le panorama politique français devient très inquiétant. Petit tour d’horizon de la situation.

Macron, le centriste révolutionnaire

Si la configuration Le Pen – Macron se confirme le 22 avril prochain, un événement historique majeur se sera produit en France. La gauche et la droite de gouvernement auront été éliminées. Le centre sera opposé à l’extrême-droite au second tour de l’élection présidentielle. Car Macron a réussi le tour de force de se présenter comme un révolutionnaire bon chic bon genre (son livre s’intitule Révolution), mais un révolutionnaire qui ne fait peur à personne tout en donnant de l’espoir à certains. Un centriste révolutionnaire ! Mais un centriste quand même, qui emprunte à la social-démocratie et au libéralisme. Cela s’appelle désormais le social-libéralisme : petite innovation linguistique mais centrisme politique classique.

Les primaires ont accentué le clivage droite-gauche

Les primaires, présentées comme un progrès de la démocratie, pourraient ainsi aboutir à marginaliser les deux partis dominants qui alternaient au pouvoir depuis 1958 : LR (avec une multitude de dénominations historiques) et le Parti socialiste. Le centre, mâtiné d’un peu de libéralisme, n’était parvenu au pouvoir qu’avec Valéry Giscard d’Estaing de 1974 à 1981. Autre effet des primaires : l’accentuation du clivage droite-gauche. En désignant François Fillon, les électeurs de droite ont choisi un programme conservateur culturellement et relativement libéral économiquement. Par rapport aux choix antérieurs des instances dirigeantes du parti (Pompidou, Chirac, Sarkozy), un glissement à droite s’est produit. Un glissement à gauche peut également être constaté avec l’élection de Benoît Hamon à la primaire socialiste, l’ancien frondeur socialiste et ministre démissionnaire prônant un social-écologisme plutôt coupé des réalités.

Le rejet des candidats issus de primaires

En plaçant en tête des sondages Marine Le Pen et Emmanuel Macron, le corps électoral global s’oppose au corps électoral restreint des primaires. Il rejette le résultat des primaires puisque les deux candidats ayant sa préférence n’en sont pas issus. Marine Le Pen est considérée par les militants du Front national comme la candidate naturelle et Emmanuel Macron, fort de soutiens politiques et financiers, s’est auto-désigné avec un aplomb qui force l’admiration. Dans ces conditions, les primaires apparaissent actuellement comme un échec politique. Leur réussite organisationnelle n’y change rien. Si le corps électoral présidentiel traite par le mépris les candidats issus des primaires, il faudra bien tôt ou tard, renoncer à singer les pratiques politiques américaines, au demeurant inadaptées aux institutions françaises.

Les magistrats désignent-ils  désormais le Président de la République ?

L’immixtion du pouvoir judiciaire dans le processus électoral constitue un autre élément majeur de la dérive actuelle. Le juridisme obstiné et l’étroitesse d’esprit de quelques magistrats conduisent à la situation qui vient d’être décrite. François Fillon serait probablement placé en seconde position si des pratiques très courantes dans le milieu politique n’avaient été habilement exploitées au moment opportun pour chercher à le discréditer. Il n’est pas nécessaire de recourir à la théorie du complot pour énoncer une telle affirmation. Les éléments objectifs sont là. Tout est une question de perception dans cette affaire ultra-médiatisée. La présomption d’innocence est constamment violée. Un seul exemple, mineur mais significatif. L’expression « emplois fictifs présumés » est employée par de nombreux présentateurs de télévision ou journalistes de presse écrite. Il n’y a juridiquement aucune présomption de fictivité ; tout reste à prouver par ceux qui accusent. L’expression est utilisée à dessein par des journalistes de gauche.

La manipulation de l’image politico-financière supplante le droit et même la raison. Le patrimoine de François Fillon représente beaucoup pour le smicard, sans aucun doute. Mais il reste vraiment très modeste par rapport à celui des dirigeants de grandes entreprises. Celui qui a été ministre à plusieurs reprises, Premier ministre de la France pendant cinq ans, ne s’est pas beaucoup enrichi, c’est le moins qu’on puisse dire. La République ne remercie pas ses serviteurs par ses largesses. Elle est même très pingre, puisque le salaire net d’un parlementaire est d’un peu plus de 5 000 € par mois. Ceux qui dirigent l’État et élaborent nos lois se situent financièrement à des années-lumière de ceux qui dirigent la vente des yaourts ou des smartphones, les vrais riches.

Le peuple l’ignore peut-être, mais pas les magistrats spécialisés dans le domaine financier. Avant tout acte de procédure, ils devraient mettre un point d’honneur à prendre de la hauteur et à porter sur le sujet un regard large, synthétique, à la fois politique, économique, institutionnel, historique même. Au lieu de cela, ils se comportent en petits juristes pointilleux traitant quelques peccadilles financières qui restent d’ailleurs à prouver. Ce faisant, la magistrature se déconsidère puisqu’elle confisque le suffrage universel. Le résultat de l’élection présidentielle pourrait être celui que quelques juges ont souhaité et non celui que le peuple désirait.

Le vainqueur de la présidentielle pourra-t-il gouverner ?

Si Fillon l’emporte, la réponse est positive puisqu’il disposera d’une majorité parlementaire LR et centriste. Si Macron devient Président, il devra désigner des candidats aux législatives sous l’étiquette En Marche. Il y aura des ralliements socialistes et centristes, mais cela ne suffira pas pour obtenir une majorité à l’Assemblée nationale. Une coalition de plusieurs partis gouvernera le pays avec le risque d’éclater à tout moment. L’expérience des frondeurs socialistes montrent abondamment que ce parti, dont le soutien sera nécessaire, n’est pas prêt au social-libéralisme de Macron.

La dérive de la magistrature rend de moins en moins improbable l’hypothèse d’une Marine Le Pen Présidente de la République. Un certain nombre d’électeurs de Fillon se reporteront sur elle au second tour pour manifester leur mécontentement. Si les sondages actuels donnent Macron largement vainqueur au second tour, la situation pourrait évoluer du fait d’événements imprévus, par exemple des attentats terroristes. L’élection de Marine Le Pen conduirait à un gouvernement de coalition, mais il est impossible de préciser avec qui. Le risque majeur réside dans l’impossibilité de constituer un gouvernement disposant d’une majorité parlementaire. Le pays serait alors ingouvernable.

 

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • D’un autre côté, les tumultes inévitables à venir sont peut-être une chance: pendant des mois, on ne risque pas d’avoir d’autres lois idiotes ou liberticides, et le pays pourra avancer sans l’entrave politique. C’est ce qui s’est passé en Belgique, il y a quelques années et continue d’ailleurs actuellement en Espagne. Restent les problèmes de fond qui finiront tôt ou tard par nous rattraper …

    • On peut aussi avoir un(e) president(e) qui opte pour une utilisation assidue des ordonnances. Tous les moyens sont bons à ces gens pour imposer leur vision à la majorité des français (car représenter au lieux 1/4 du corps électoral et un peu moins en termes de représentativité électorale au soir du second tour, c’est finalement être élu par une minorité…

    • Waren: On ne risque pas d’avoir d’autres lois idiotes ou liberticides, et le pays pourra avancer sans l’entrave politique.

      Vœu pieux à mon avis.
      Le pouvoir réel ne se situe plus depuis longtemps dans les grandes figures de l’exécutif dont on constate année après année la totale impuissance face à l’aristocratie bureaucratique et médiatique.

      L’état n’a pas besoin d’une tête pour fonctionner en roue libre et se signer lois et décrets. Un pouvoir fort serait même une gêne. Macron n’a rien d’un meneur ni d’un réformateur, Fillon « le mou » a été flingué ou est a minima neutralisé, il reste le trouble-fête FN, étatiste en diable qui risque de renverser quelques tables par bêtise, mais la bureaucratie compte sur le chantage ad hitlerium pour l’évacuer.

      Le seul espoir c’est une erreur de casting, un candidat qui se révèle en réformateur acharné malgré la sélection impitoyable des plus inoffensifs, ou une erreur de pilotage, par exemple l’introduction de doses de démocratie directe.

      (2013) Ras-le-bol fiscal éprouvé par les Français, partisans à 61% d’économies budgétaires, quitte à fermer certains services publics.
      http://www.lefigaro.fr/politique/2013/12/02/01002-20131202ARTFIG00522-les-francais-reclament-moins-de-fonctionnaires.php

    • L’administration rampante n’a pas besoin de nouvelle lois pour s’inventer des raisons d’écraser le pays sous une férule toujours plus dense de règles idiotes et d’obligations iniques. la machine est devenu autonome, c’est la créature de Frankenstein du 21 ième siècle.

  • Le panorama politique français devient très inquiétant.

    Vu l’état du pays et la trajectoire, je trouve que le panorama politique est plus qu’inquiétant depuis des décennies.

  • Et Benoît Hamon mis en examen pour injure publique à l’encontre de Nicolas Miguet… Cette campagne est vraiment surréaliste !

    http://www.lereveilnormand.fr/2017/02/28/verneuil-benoit-hamon-mis-en-examen-pour-injure-envers-un-particulier/

  • « qui emprunte à la social-démocratie et au libéralisme »
    il emprunte quoi au libéralisme exactement à part une obscure revendication de sa part et une accusation de part de tous les gauchistes patentés (qui par ailleurs auraient certainement accusé marx ou staline de libéralisme à leur époque). macron ne par le que d’état, de plus d’état partout, de comment il va gérer les impôts par ci, la TVA par là et la CGS par ici. Macron est un pure étatiste point barre et n’a rien d’un libérale même de loin même pas en rêve.

  • La vrille çà se rattrape très bien s’il y a suffisamment d’altitude sous l’avion. Pour la France les marges de manoeuvre sont plus que limitées et le crash arrive, quelque soit le pilote.

  • La belle et le clochard ?

  • MACRON libéral ?? WTF?

  • Contrepoints est un journal libéral, qui ne devrait pas prendre parti pour un candidat (Fillon) ou contre un camp (la gauche), mais pour des idées (le libéralisme)

    Je suis étonné de trouver cet article pro Fillon ici, il n’a a priori rien à y faire

    • C’est de la politique. Après avoir discuté sexe des anges et grand soir libéral, il faut bien regarder un peu comment va se passer la réalité et certains aimeraient voir ce qu’ils pensent être le moins pire à la présidence.

      Je suis pour ma part mitigé, je n’habite plus en France et je pense que le pays traverse une très grave crise, non seulement elle est en faillite, mais en plus elle est ingouvernable parce que tous les pouvoirs sont dans l’aristocratie bureaucratique et médiatique. Tant qu’a aller au tapis, autant le faire avec un exécutif de gauche pour que son total discrédit fasse évoluer les mentalités enfin.

      Quant à être « contre la gauche » française, faites excuse, mais ces gens sont complètement déconnectés et nuisibles au-delà de tout ce qu’on peut imaginer.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Élisabeth Borne devient Premier ministre. Certains attendaient une révolution, ce fut surtout un jeu de chaises musicales.

Merci à @EmmanuelMacron de sa confiance et de l’honneur qu’il me fait en me nommant Première ministre.

Merci aussi à @JeanCASTEX pour son action ces deux dernières années.

Les défis devant nous sont grands. Je mesure pleinement cette responsabilité. pic.twitter.com/fZ9zxu5S5f

— Élisabeth BORNE (@Elisabeth_Borne) May 16, 2022

Ce lundi 16 mai, Emmanuel Macron a... Poursuivre la lecture

L’investiture des candidats macronistes est conditionnée au rattachement en préfecture à la case politique « Ensemble ». Les futurs députés s’engagent également à siéger dans l’un des groupes de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale : MoDem (François Bayrou), Horizons (Édouard Philippe) ou Renaissance (ex-LREM).

La manœuvre vise à éviter la création de nouveaux groupes comme lors de la précédente mandature avec le lancement d’Écologie dém... Poursuivre la lecture

Les éditorialistes commencent à s’impatienter : Emmanuel Macron n’a toujours pas nommé son Premier ministre. Jean Castex est déjà dans les cartons, plusieurs personnalités ont déjà été approchées. Les rumeurs se font et se défont au gré de l’actualité, des fuites élyséennes et des fantasmes médiatico-journalistiques. Seulement en régime hyperprésidentiel, le nom du Premier ministre a-t-il vraiment de l’importance ? Si tout est piloté de l’Élysée, qu’il soit homme, femme, ex-socialiste ou ex-LR, l’importance n’est que d’ordre communicationnel.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles