François Fillon, malgré les affaires, ne renoncera pas

Ce mercredi, François Fillon a annoncé sa future convocation préalable à une mise en examen, qu’il a dénoncée comme politique. Il a également réaffirmé avec force sa détermination à poursuivre la campagne présidentielle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
François Fillon (Crédits Andrew Newton licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

François Fillon, malgré les affaires, ne renoncera pas

Publié le 1 mars 2017
- A +

Par Frédéric Mas.

Ce mercredi 1er mars, François Fillon devait se rendre en début de matinée au salon de l’agriculture, ce rendez-vous politique devenu passage obligé pour tous les hommes politiques en campagne. Seulement, sur les coups de 8h, son staff signale l’annulation de sa visite et la tenue d’un point presse à son siège de campagne à Paris à 12h le jour même.

Toute la matinée, des rumeurs circulaient sur son possible retrait de la campagne présidentielle au profit de son adversaire de la première heure, Alain Juppé, et cela malgré les démentis des proches de ce dernier.

Mise en examen de François Fillon

Avec ½ heure de retard, le candidat de la droite et du centre a annoncé avoir été convoqué par les juges le 15 mars prochain afin d’être mis en examen. François Fillon a déclaré être la victime d’une forme d’acharnement judiciaire pour des détournements d’argent public inexistants.

Il s’est inquiété de la rapidité avec laquelle, de l’enquête à l’information judiciaire jusqu’à la mise en examen, se comporte la justice à son endroit. Il a également fait part de son étonnement dans le choix de la date : sa convocation tombe deux jours avant la remise des signatures nécessaires à la poursuite de la campagne, ce qui, à ses yeux, ne constitue pas un hasard de calendrier.

Démocratie contre les juges

François Fillon a repris avec plus d’insistance encore que lors de ses déclarations précédentes, le langage de la démocratie bafouée contre une justice soupçonnée de poursuivre des fins politiques. En effet, il a à plusieurs reprises opposé sa légitimité démocratique à celle de procédés juridiques entachés de partialité. Il s’est même présenté comme le véritable défenseur de l’État de droit contre une instruction qu’il dit à charge.

L’occasion fut aussi pour lui d’insister : il ne se retirera pas de l’élection présidentielle.

François Fillon s’en est pris aussi à ses concurrents directs sans toutefois les nommer directement, stigmatisant la folle aventure de l’extrême droite et la continuation politique du hollandisme (à travers le candidat Emmanuel Macron).

Pour conclure, nous pouvons ici signaler que l’intervention de François Fillon visait essentiellement à deux choses :

  • Tenter de désamorcer les effets médiatiques et politiques de sa prochaine mise en examen ;
  • Recentrer sa communication de campagne en lui instillant une coloration plus populiste, en se faisant défenseur du peuple et de la démocratie contre ceux qui souhaitent confisquer l’élection à leur profit (les élites et les médias).
Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • Monsieur Fillon n’à aucun sens de l’honneur.

    S’il était véritablement sincère, il aurait dû, pour sauver son honneur, se désister au profit d’un autre candidat.

    Sa défense maladroite laisse penser qu’il a quelque chose à se reprocher, et que sa volonté d’atteindre les plus hautes sphères du pouvoir est avant tout pour être tranquille penfant au moins 5 ans via son immunité présidentielle.

    Une chose est certaine : vu la piètre qualité des autres candidats au rôle suprême (y compris Micron), on est en droit de penser que la France va traverser une zone de très fortes turbulences en devenant ingouvernoble.

    • « que sa volonté d’atteindre les plus hautes sphères du pouvoir est avant tout pour être tranquille penfant au moins 5 ans via son immunité  »
      Personne n’aurait sorti cette « affaire » s’il n’avait pas été candidat, les faits ont tous plus de 5 ans, plsu de 20 pour certains. Se présenter à une élection pour éviter des problèmes qu’on n’aura pas si on ne s’y présente pas est grotesque.

       » il aurait dû, pour sauver son honneur… »
      Il n’y a pas que son honneur personnel qui est en jeu mais la trajectoire du pays sur les cinq prochaines années. On peut à bon droit estimer que moins de deux mois avant le premier tour il est bien trop tard pour proposer un « plan B ». On sauve son honneur en laissant un autre général se faire massacrer sur un champ de bataille qu’il n’a pas eu le temps de maîtriser ? Pas sûr…

      • Le problème de Fillon ce n’est pas ses affaires.
        Le problème de Fillon, c’est que ses affaires sont à l’image du personnage, à l’image de son projet, à l’image de ses électeurs :
        principalement des retraités aisés et cadres indépendants.
        Quel est ce problème ? : que ce sont précisément ces personnes qui ont le plus profité des retraites à 60 ans, des retraites en moyenne plus élevées que les salaires des actifs (unique en Europe), des niches fiscales, du plein emploi (quand ils ne sont pas fictifs), des CDI, des services publics en quantité et en qualité payés à crédit (Fillon 1er ministre a été celui qui a créé le plus de taxes et accentué la dette).
        Et bien ce sont les mêmes qui viennent avec un culot phénoménal réclamer aux actifs de continuer à payer pour eux, et de se serrer la ceinture.

        Forcément, le message ça ne peut pas être digéré au delà de son électorat, même pour ceux qui partagent certaines de ses idées.

        • Vote analyse de l’électorat de F. Fillon est surprenante. Les gens qui ont le plus profité de la retraite à 60 ans sont ceux qui ont bénéficié d’une mesure socialiste : en quoi le candidat Fillon est-il leur candidat ?
          Le plein emploi à disparu de notre pays depuis des décennies, grâce (en grande partie) a la magnifique gestion socialiste du chômage depuis 1981 : en quoi le candidat Fillon est-il représentatif de ces « bénéficiaires » des largesses de l’Etat ?
          La multiplication des services publics et des fonctionnaires est bien issue des pratiques socialistes de ces dernières décennies : en quoi F. Fillon en est-il le représentant ?
          Ceux qui réclament que les actifs bossent toujours plus afin de bénéficier des subsides de l’Etat nourricier aux tétines généreuses sont bien les électeurs de gauche, qui aspirent à poursuivre le hollandisme avec Mini-moi-president, ou à revenir aux sources avec les amis Mélanchon/Hamon. Voir à faire sauter le pays avec Marion Anne Le Pen.
          Vraiment, votre commentaire me laisse pantois… et amusé ?

          • Et bien regardez le profil sociologique de l’électorat UMP : 75% ont plus de 50 ans, le reste essentiellement des cadres sup et indépendants où l’on été. La gauche a bien participé à mettre le bazar, mais rien avait été anticipé avant, on comptait sur une croissance à 5% pour toujours. mais qu’à fait la droite ? Fillon n’a t-il pas été premier ministre 5 ans et 5 autres ministre du travail ? Les baisses d’impôt à crédit pour son cheptel électoral, c’est la gauche ?

    • Outre le sens de l’honneur et la moralité – qui avaient pourtant été des arguments de campagne de primaire de Fillon, il y a autre chose qui me dérange chez lui :

      Dès la 1ere affaire, il est mis KO et ne bouge plus pendant deux semaines.
      Qu’est-ce que ça va etre quand il devra faire face à Poutine et Trump – si jamais il est élu ?

      Si toute la sphère politique est pourrie, je préfère alors un magouilleur qui sait se défendre – ou mieux, ne pas se faire prendre, car au moins je sais qu’il saura défendre la France face aux Trump/Poutine.
      Ou du moins qu’il en aura les capacités.

      Fillon n’a eu de cesse de démontrer sa faiblesse :/
      Dommage.

  • Excusez moi pour les fautes… Taper debout sur un smartphone dans les transports n’est pas chose aisée…

  • Fillon joue le Caliméro, mais ça ne sauvera pas sa candidature. Il faut qu’il passe la main, ça le sauvera peut être du ridicule.

  • Encore un article bien complaisant. Outre qu’il est en train de plomber la droite francaise, et plus généralement des politiques français dans leur ensemble, qu’il risque de faire gagner le Front National aux élections, on trouve encore des gens assez bornés pour prendre sa défense.
    Parce que tout le monde se fiche pas mal de la faute pénale. C’est bien la faute morale du plus grand donneur de leçons des candidats qui est sanctionné, ainsi que son entêtement.

  • les commentaires précédents lèvent 2 questions :
    1. pourquoi passerait-il la main
    2. à qui

    Pour le point 1, on peut parler de présomption d’innocence, par exemple. On peut aussi citer le fait que son cas est loin d’être unique ou exceptionnel au sein des parlementaires (1 député sur 6 emploie
    au-moins un membre de sa famille en France, de façon déclarée – source : le Monde. Tous fictifs ?). Enfin, si on veut lui reprocher son népotisme, pourquoi passer sous silence celui de tous ses collègues politiques qui placent famille et amis tranquillement, pour peu qu’ils ne s’appellent pas Sarkozy (la fille de Peillon, par exemple). Si on veut lui reprocher d’avoir utilisé de l’argent public a des fins privées, pourquoi on ne parle pas plus des frais de bouche de Macron à son ministère ? Parce-que c’était au ministère et pas au Fouquet’s ? Ceux qui jouent les vierges effarouchées aujourd’hui à son encontre ont voté pour Mitterrand ou Chirac pour les plus anciens, qui avaient quand-même d’autres casseroles. À quand un procès posthume du premier pour avoir fait financer sa famille parallèle par la République ?

    • Fillon doit passer la main car c’est lui même qui a promis de le faire en cas de mise en examen. De plus, c’est la seule solution pour le parti Républicain se sauver ce qui peut encore l’être.

      • Le problème, c’est qu’à la primaire de LR, les Électeurs ont clairement choisi leur candidat. F. Fillon peut toujours abandonner, mais le parti n’a aucun candidat légitime à proposer. Et il est trop tard pour une nouvelle primaire.
        Choisir un suppléant que personne ne connaît ou le second à la primaire c’est renoncer à la démocratie des urnes et au choix des électeurs.
        LR a été mis en échec politique avant même les élections, il n’a aucune issue valable ou légitime. C’est bien joué de la part de la partie adverse (quelle qu’elle soit), et illustre bien que notre démocratie est une illusion.
        Une seule issue digne d’un grand pays : reporter l’élection.
        Mais nous ne sommes pas un Grand pays !

        • Au primaire, on a voté plus pour un programme que pour un homme.
          Le PS a le même problème, mais chez eux c’est le programme qui est un handicape plus que la personnalité de Hamon.
          Et maintenant l’UDI va rejoindre Macron, son demi-frère MODEM l’a déjà fait et son électorat l’a précédé, ce qui va rendre les législatives très difficiles pour LR même en cas de victoire. On est en train d’assister à la naissance d’un grand parti Démocrate à l’américaine autour de Macron.
          De plus il faut reconnaitre que le problème de Fillon est autant judiciaire qu’électoral : LePen a aussi la justice aux trousses, mais elle, son électorat ne l’a pas lâchée.
          Le soldat Fillon ne peut plus tenir sa position, il va se faire massacrer, il faut l’exfiltrer.

        • Justement, le plan B, c’est Fillon…
          … qui doit le mettre en place.

          C’est lui qui a été choisi.
          C’est lui qui a trahi ce pourquoi il a été choisi.
          C’est à cause de lui que les LR en sont là.
          S’il avait un tant soit peu de conscience professionnelle, non seulement il se retirerait, mais il se battrait 2x plus pour se trouver un digne successeur (digne dans tous les sens du terme) et lui transmettre le flambeau, et tout faire pour que ce successeur gagne l’élection.

          Au lieu de ça, il condamne son parti à la défaite…

    • Comme le dit GN, Fillon a fait campagne sur la probité et la moralité, et c’est pour ça qu’il a été élu aussi massivement à la primaire de la droite, face à Sarko (dont on ne compte plus les casseroles) et un Juppé déjà condamné en justice.

      Aujourd’hui, il est dans cette même situation qu’il prétendait combattre… et il se déjuge. Finalement, il est « comme les autres »…

      Il a perdu une bonne partie du crédit qui lui avait accordé à la primaire. Les sympatisants de droite ont-ils vraiment voté pour ça ?

    • Et concernant l’argument « Oui mais les autres font pareil voir pire » … Ca n’enlève pas la possible culpabilité de Fillon.
      Et ça n’empeche pas de traiter son dossier.

      Par contre, en effet, ça serait bien de traiter *tous* les dossiers.

  • Pour le point 2 : au vu des dossiers qui sortent maintenant sur une brochette bien sélectionnée de candidats à la présidentielle, qui pourrait remplacer Fillon au pied levé en ayant la légitimité au sein des Républicains pour le faire, et en n’ayant aucune casserole même imaginaire ? Il ne faut pas se leurrer, s’il y a quoi que ce soit à trouver ça sera trouvé et lancé sur la place publique au meilleur moment. Juppé ? Ses casseroles sont pires, et la droite ne veut pas de lui. Copé ? Le Maire, qui vient de quitter un navire dont il sent qu’il prend l’eau ?

    • Mais du coup, perdu pour perdu, pourquoi justement ne pas présenter un « vrai » filou, mais au moins un filou « fort » capable de tenir face à Poutine et Trump ?
      Certes ça demandera une bonne dose de cynisme.

  • Les péripéties judiciaires de tel ou tel candidat n’intéressent plus personne.
    La seule question est de savoir si l’élu voudra et pourra taper fort avec des réformes qui font mal. Comme Thatcher l’avait fait en GB dès son entrée en fonction.
    On est obligé de passer par là avsinon c’est la case « Grèce » qui nous attend.

  • Il faut arreter de parler de candidat de la droite « et du centre ».
    Aucun candidat centriste à la primaire, le centre n’est pas représenté par Fillon.

    Belle appelation marketing, mais qui n’est qu’une appelation marketing…
    Vivement que les centristes de droite se réveillent et mettent fin à cette mascarade.

    • « le centre n’est pas représenté par Fillon »
      L’UDI a délibérément fait le choix de ne pas y présenter de candidat en annonçant soutenir celui qui en sortirait.
      La mascarade c’est plutôt celle de l’UDI qui ne représente pas grand chose, et préfère d’ailleurs ne pas « se compter » lors d’une primaire (en présentant un candidat justement) pour espérer négocier des circonscriptions et postes bien au-delà de ce qu’elle représente dans l’électorat.

      • Pour un petit parti comme l’UDI, les legislatives sont plus importantes que la présidentielle.
        La statégie de l’UDI était donc de soutenir Juppé pour négocier de bonnes investitures. Maintenant ils sont piégés par la victoire de Fillon aux primaires puis de sa déconfiture. De plus ils sont proche idéologiquement de Macron, et le soutien des voix LR est de moins en moins évident car les Républicains se recentrent sur leur noyeau dur.
        Il faut s’attendre maintenant à les voir quitter le navir.

        • Ca n’a pas tardé : news de hier fin d’aprem, l’UDI « suspend » sa participation à la campagne de Fillon.
          Comprenne qui pourra, mais pour des gens qui avaient l’habitude de ne pas faire de vague…

    • Le candidat du centre, on le connaîtra le soir du 2° tour.

  • Il sert d’attrape mouche pour tous les aigris et pour ceux qui je l’espere pour eux car sont surement plus propres que M. Propre en matière d’impôts et autre comportement citoyen. De toute façon il n’y a pas de plan B, il continue et s’il gagne tant mieux tout le monde reviendra, s’il perd les autres auront démissionné donc seront propres pour pouvoir encore gagner à la législative.

    Un des auteur de ce site conclu toujours pas : Ce pays est foutu.

  • La très récente actualité médiatique rend improbable un maintien de la candidature Fillon.
    C’est le sauve qui peux qui commence ,et une fois que la panique est la…
    La droite va probablement imploser entre ceux qui rallieront Macron, ceux qui se accepterons une défaite certaine , et ceux qui choisirons l’alliance avec le FN.
    Parcque la ,la Marine elle n’a plus qu’a proposer cette alliance pour que le vrai big bang démarre….

  • Finalement, le plus intéressant serait que Mini-moi-président soit élu, ou Marion Anne, mais que LR obtienne une large majorité aux législatives, et que F. FIllon soit premier ministre !

    • Et le « pire » c’est que c’est ce qui risque de se passer.
      Les législatives fonctionnent très différemment que la présidentielle. Le 3e parti de France n’emporte que 3-5 sièges même s’il atteint 20% des votes au niveau national…

    • Une fois que Fillon aura obtenu le score minable qu’il mérite (sans doute dans les 15%) et qui l’attend. Vous pouvez être sûr qu’il n’y aura aucune chance pour qu’il ne soit ne serai-ce que conseiller municipal pour les LR.

      La carrière de Fillon s’achevera avec cette présidentielle. Se faire virer au premier tour d’une élection imperdable : That’s a new low !

      En outre, vu sa précédente prestation en tant que PM (fictif ?). Je n’ai qu’un acronyme : LOL.

      • Très interessant, si on ajoute « FIN » aux lettres de votre « LOL », ça donne « FILLON »

        (oui on est vendredi)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi les lanceurs d’alerte suscitent autant de défiance en France ? C’est la question qui pourrait introduire le nouveau livre de Pierre Farge, Le lanceur d'alerte n'est pas un délateur. Pierre Farge est avocat attaché aux libertés publiques et contributeur régulier de Contrepoints.

Mal aimé, mal connu, le lanceur d’alerte est souvent réduit à celui de délateur ou d’individu surtout motivé par l’appât du gain. Maître Farge s’attache à rectifier cette image auprès du public français. Loin de ces réductions diffamatoires, le lanceur ... Poursuivre la lecture

élection présidentielle
0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Mas.

La condamnation de Nicolas Sarkozy le met politiquement sur la touche à moins d’un an de la future élection présidentielle. Ce lundi, l’ancien président de la République a été condamné à trois ans de prison dont un ferme dans l’affaire dite des « écoutes » par le tribunal correctionnel de Paris.

Aux yeux de la justice, Nicolas Sarkozy, son avocat Thierry Herzog et le magistrat Gilbert Azibert se sont rendus coupables de trafic d’influence et de corruption. « Nicolas Sarkozy était le garant de l’indépendance de ... Poursuivre la lecture

lanceurs d'alerte
0
Sauvegarder cet article

Par Pierre Farge.

L’actualité des lanceurs d’alerte s’accélère : l’affaire du Médiator, révélée par la lanceuse d’alerte Irène Frachon, fera l’objet d’un délibéré le 29 mars prochain, une transposition de la première directive les protégeant doit intervenir d’ici la fin de l’année, entraînant une multiplication des initiatives en France. 

L’occasion de décrypter le jeu politique avec Pierre Farge, avocat de lanceurs d’alerte et auteur de l’ouvrage sur la question Le lanceur d’alerte n’est pas un délateur, à paraître le 10 mars c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles