Emmanuel Macron, c’est François Hollande (en pire ?)

La baudruche de l’oligarchie commencerait-elle en réalité à dégonfler, trop éloignée du réel ? Le ciel des sondages se couvre pour Macron.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Emmanuel Macron, c’est François Hollande (en pire ?)

Publié le 16 février 2017
- A +

Par Serge Federbusch.

Saint Macron, c'est François Hollande ressuscité !
OECD Development Centre-Emmanuel Macron(CC BY-NC-ND 2.0)

Prenez vite sa température, il est en surchauffe ! « La dimension christique, je ne la renie pas ; je ne la revendique pas » a déclaré le divin Macron à un intervieweur ajoutant : « il y a beaucoup de gens qui ont ça en tête… la politique, c’est mystique ».

Qu’en déduire ? Saint Glinglin de l’Élysée n’a pas besoin de revendiquer un rapport charismatique avec ses ouailles dans les meetings : il INCARNE la rédemption des péchés de la France par l’effet miraculeux de ses vocalises. Même Sainte Poitouche des Charentes, Sœur Ségo en politique, n’avait pas été aussi près du bon Dieu en 2007 !

La baudruche de l’oligarchie commencerait-elle en réalité à dégonfler, trop éloignée du réel ? Le ciel des sondages se couvre pour Macron. Il lui faut donc allumer des contre-feux et expliquer au peuple que, ma foi, s’il est critiqué, c’est que de vilains Russes ourdissent des complots contre lui. Mardi matin, Richard Ferrand, député et secrétaire national d’En Marche, a accusé la Russie d’ingérence dans la campagne. D’après lui, Vladimir Poutine chercherait à empêcher l’élection de son idole ! Il n’ont que cela à faire au Kremlin… À quand le parapluie empoisonné ? Et Kim Jong-Truc, il est dans le coup ?

Le programme vide de Macron

Ce dérivatif a pour objet de donner à Macron une importance qu’il n’a pas et de faire oublier les béances de ses propositions. Les commentateurs finissent d’ailleurs par s’étonner que Macron revendique son absence de programme. Ils regardent alors ce qui en tient lieu et là… surprise ! Nous avons droit à une resucée de hollandisme, réalisent-ils soudain.

Le transfert des cotisations sociales vers la CSG, qui va frapper durement les braves retraités qui envisagent de voter Macron, n’est que la poursuite du « Pacte de responsabilité » de Hollande par d’autres moyens. Quant à la suppression de l’ISF pour le patrimoine financier et son alourdissement inévitable pour les actifs fonciers, il a surtout pour logique, dans la foulée de ce qu’a vicieusement fait Mou-Président durant cinq ans, de pressurer les classes moyennes « supérieures » dont les biens immobiliers constituent précisément une grande partie de la richesse.

Jésus-Macron va-t-il pouvoir ressusciter Hollande ? Macron est bel et bien le candidat de cette oligarchie qui, depuis quarante ans, après avoir rincé le prolétariat, l’avoir asservi par des allocations et livré au communautarisme, a décidé de s’en prendre aux derniers ménages solvables.

Quand ce projet politique sera mis à jour, il est possible que le macronisme s’embrase en un feu de paille. Pour les adeptes de ce gourou, cela vaut bien une réactivation du mythe du Russe au couteau entre les dents.

Sur le web

Voir les commentaires (43)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (43)
  • le guignol des bobos de gauche ils vont etre reveilles par la rue i

    • Macron nest pas votre tasse de thé, soit!
      Imaginez une seconde : on est à deux jours du premier tour. Plusieurs sondages convergents donnent Le Pen loin devant, Hamon à 19% à égalité avec Macron, Fillon à 16%.
      Une fiction ? Non, parfaitement plausible. ..
      Quest-ce que vous faites ?
      Macron nest pas mon homme, mais je vote pour lui. N’importe qui, plutôt que Le Pen ou Hamon.

      • C’est cela la politique ? ce choix entre Charybde et Scylla ? cela ne se résume plus qu’à cela ?
        Non pas n’importe qui, justement. Et Macron est n’importe qui, on est bien d’accord. Un sous produit recyclé du Hollandisme, un vieux produit qu’on veut nous refourguer comme article neuf, alors qu’il vient du fond de la boutique socialiste. Non merci.

      • Lomo ,

        Vous pouvez aussi , ce jour béni d’élections démocratico représentatives , aller à la pêche , à la chasse , à la nature , à la tradition …

      • Bof, ce pays est foutu

        • @ Stéphane Boulots

          Oui et l’abstention n’est pas une solution! C’est donner sa voix aux autres! donc à la majorité … non connue ni contrôlée!
          Bon! Il faut se résigner! Il n’y a pas de « grand politique » dans le panel des présidentiables! Mais tant qu’on ne réforme rien, en France, les forces d’inerties empêcheront qu’on en commence des « utiles »! Et ça, c’est vrai, c’est médiocre! Un peu de courage politique, que diable! (parole d’étranger!)

  • Macron ?
    C’est la suite de la politique de Hollande mais à la puissance 10, voire 100 !
    Ne voir en lui que ce que les merdias veulent que nous croyions c’est comme ce qui c’est passé en 2005 pour le traité Européen, la majorité des merdias et les p’tits bourg beaufs étaient pour et essayaient de nous faire croire que ceux qui ne l’était pas était minoritaire alors que c’était tout le contraire ! les résultats en ont apporté la preuve.
    Pour la présidentielle, c’est pareil ! De l’enfumage en cachant ce qu’il ne faut surtout pas parler pour ne pas effrayer le citoyen ; s’il est élu, le réveil sera très difficile.

  • Le lectorat de CONTREPOINTS l’a compris : Le but d’Emmanuel MACRON est d’ajouter à son cursus professionnel un stage présidentiel à l’Elysée.
    Mais, la méthode employée par ce candidat stagiaire est-elle la bonne?
    La rhétorique employée semble montrer qu’il se fait une certaine idée des français ….!!
    Vous me direz d’autres dans le passé se faisaient une certaine idée de la France…

    • Celui de Fillon est bien de prendre 5 ans d’immunité ? Et, sinon, qu’en dirai le Général ?

      Quant, au stagiaire, on ne pourra pas reprocher à Macron d’avoir, lui, au moins jamais eu un vrai métier dans sa vie. Et en parlant de stagiaire, on pourrai peut-être reparler des salaires des stagiaires Fillon ? Loin des 3.6 €/h légaux dans la fonction publique (stage à temps plein dans un laboratoire de recherche) ? Qu’en dirai le Général ?

      Comme je lisais l’autre jour sur Le Figaro : « Il doit se retourner si vite dans sa tombe qu’on pourrait avoir trouver, là, une source d’énergie inépuisable ».

  • Contrepoints se situe de plus en plus dans l’imprécation. Cet article partisan est particulièrement lamentable. Dommage, il y a par ailleurs des points de vue intéressants…

    • Les médias subventionnés tournent à la lessiveuse de cerveau et présentent sans cesse Macron comme étant libéral ce qu’il n’est pas. Il me semble plus que convenable d’essayer de laver cet affront en essayant de faire des articles détaillant ce qu’est réellement M. Macron.

    • @Carol
      C’est présisement ce qui fait le charme de Contrepoint : il n’y a pas de pensée unique.
      On ne vient pas ici pour pour se rechauffer le coeur avec des gents qui pensent comme soi, il y a beaucoup de sites pour ça, mais au contraire pour changer d’avis, pour aigiser son esprit critique et pour comprendre les opinons de l’autre.

      • Vous m’excuserez mais la qualité de contrepoints a beaucoup baissé ces derniers temps … Plus de Daniel Tourre, très peu de h16, etc. Par contre, une pluie (de médiocrité ?) d’un certain EV.

        Bref, j’espère que la pente sera remontée.

    • Vous avez fait une erreur…
      C’est Macron qui se situe dans l’imprécation… 🙂
      Quant au parti pris de l’article, c’est voulu semble t il.

  • Ce que je n’arrive pas à comprendre c’est comment Macron pourrait gouverner: les mêmes forces irréconciliables et guerres de petits chefs qui ont conduit à la déconfiture de Hollande seront toujours à l’oeuvre à gauche. Il n’y a aucune entente possible, autre que de façade, dans ce magma.

  • C’est ce genre d’article beaucoup trop familier/vulgaire dans son ton qui empêche Contrepoints d’être considéré comme un journal sérieux. Ça me déprime franchement.

    • C’est justement la liberté de ton laissée à chaque rédacteur qui fait une partie de la richesse de Contrepoints. L’autre partie (enfin, « une » autre) est sa ligne éditoriale libérale mais sur un éventail assez large, ainsi que la qualité et la diversité de ses redaçteurs. Ça stimule l’intellect du lecteur, et ça participe activement à l’ouverture d’esprit.
      Le sérieux d’un média se juge-t-il sur le ton et le caractère universitaire de son style rédactionnel ou sur les idées qui y sont exposées ?
      Je comprends que parfois le style puisse en agacer certains : c’est le propre du côté « poil à gratter » de quelques articles.
      Contrepoints est un journal sérieux, pour des lecteurs sérieux.

    • Contrepoints est un journal très sérieux je vais de ‘ailleurs faire un don afin qu’il puisse continuer son œuvre d’information salutaire !

    • Vous ne seriez pas un peu Charlie par hazard ?

  • « Emmanuel Macron, c’est François Hollande (en pire ?) »
    Après Moi-président on a mini-moi-président.
    ?

  • Ton familier, incisif, que ça plaise ou non, je pense que Serge a raison.

    Plus Macron se dévoile plus on reconnaît les contours d’une politique indigeste et inefficace.

  • Bientôt cinq ans que je lis Contrepoints: quelle misère de voir ce genre d’article médiocre se multiplier. Critiquez Macron comme vous voulez, mais de grâce filtrez plus sérieusement!

  • nous parlons bien de Serge Federbusch, celui qui a soutenu Bertrand Delanoë et l’a fait élire aux municipales de 2001 ? celui qui quelques années plus tard a complètement retourné sa veste pour l’accuser de tous les maux de la ville de Paris ? aucune crédibilité.

  • Hum ,ils sont totalement différents , l’un dit ce qu’il pense l’autre pense ce que l’on veut entendre, l’un est arrivé, l’autre n’est qu’un arriviste.

  • Ouais, pire que Hollande ! Macron c’est le plan « H i É » .

  • Macron vient de perdre 200 000 voix en déclarant vouloir doubler l’éolien industriel et 200 000 voix de plus en déclarant la colonisation algérienne crime contre l’humanité. Hollande ses ministres et lui font tout pour que les français votent FN.

  • Vous observez Macron avec une analyse qui dénonce l’obsolescence de votre vue.
    Macron n’a pas besoin de définir un programme, son programme est celui du progressisme. C’est la politique Terra-Nova, un électorat est sciemment délaissé et un autre est abreuvé de mots qui correspondent à la matrice progressiste.
    Macron a coupé net avec le FN et par la même une partie de la droite, à l’image de Hollande en 2012 (mais nettement affiné) il donne des gages à une nébuleuse de minorités, ses déclarations récentes à Alger ont permis de sublimer un corps électoral qui avait voté Hollande à 90% ! La droite et le FN ont couiné, pas la gauche…
    Macron est le seul à ne pas se définir par rapport à ses concurrents, ces derniers n’ont de cesse, comme vous le faite ! d’essayer de d’analyser, fatalement avec un train de retard, ses prises de position.
    le type joue la finale, s’il est au second tour il a des chances d’être élu, dans votre équation vous faites abstraction de l’entre deux tour. A la différence de tous les candidats il adapte sa communication pour le moment, quand tous les autres candidats ont déjà déballé leurs programmes. Programme dont aucun n’a jamais été respecté.
    La politique est réduite à des mots, il faut donner des gages, les programmes ne servent à rien, parlez d’économies et tout le monde va à la buvette ou en profite comme lors d’une pub pour se soulager la vessie.
    Il ne vous aura pas échappé que la plupart des partis se réclament ouvertement du progressisme (sauf le FN), idéologie planétaire : sans-frontièrisme, libre échange, droits des minorités, globalisation, etc. Les partis traditionnels sont restés enfermés dans des clivages. Par opposition, Macron s’adresse à chaque minorités qui assemblées constituent une majorité. La politique et les programmes sont passés à la trappe.
    Macron c’est l’inventeur de la politique New age.

    • Le progressisme, c’est comme l’ultra-libéralisme, un mot qui a une signification totalement opposée à sa racine. Les progressistes, je pense qu’il faudrait plutôt les appeler les enfumistes, ça correspondrait mieux à leur idées et aux résultats de l’application de ces idées.

  • en tout cas, il semble avoir les mêmes difficultés de patrimoine que FH

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Victorieuse à la présidentielle mais fortement contestée après les élections législatives, la Macronie va devoir transiger, négocier et réinvestir le champ parlementaire. Et ce n’est pas vraiment dans ses habitudes.

Le triomphe d’Emmanuel Macron en 2017 est aussi le triomphe de l’hyperprésidentialisation du régime. Porté en triomphe par les médias et bénéficiant d’une confortable majorité à l’Assemblée, le nouveau président peut s’imaginer Jupiter. Il s’entoure de technocrates chargés d’appliquer à la lettre ses consignes et exige l’ob... Poursuivre la lecture

casier Législatives coute
0
Sauvegarder cet article

Ce n’est pas Macron, aujourd’hui, c’est la démocratie qui est en marche. Depuis l’heureuse surprise du deuxième tour de l’élection législative, nous retrouvons enfin un équilibre des pouvoirs tel que l’avait défendu Montesquieu dans L’Esprit des lois.

C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser, et pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.

C’est chose faite depuis le 19 juin.

Malgré la position privilégiée que ... Poursuivre la lecture

53,7 % de Français ont refusé de participer au second tour des législatives. Le message est on ne peut plus clair et limpide : 53,7 % des Français ne s’intéressent pas à la désignation du pouvoir.

On pouvait donc penser que le message soit entendu, que le pouvoir fasse preuve d’humilité, réfléchisse, se remette en question… Que nenni ! À peine le chiffre a-t-il été constaté qu’aussitôt, la fureur politicienne a repris le haut de l’affiche.

Il vient pourtant de se prendre une sacré claque, le « en même temps », le « dire une chos... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles