La démocratie en recul dans le monde en 2016

La France se classe dans le compartiment des « démocraties imparfaites » à la 24e du classement général des démocraties, ex-aequo avec la Corée du Sud, derrière la République du Cap Vert.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La démocratie en recul dans le monde en 2016

Publié le 27 janvier 2017
- A +

Par Thierry Godefridi.

La démocratie en recul dans le monde en 2016
By: Marc NozellCC BY 2.0

Le département de recherche et d’analyse apparenté au magazine britannique The Economist vient de publier son index de la démocratie dans le monde pour l’année écoulée. Cet index couvre 165 pays et 2 territoires (les micro-États ne sont pas repris) et donc presque la totalité de la population mondiale. Il s’appuie sur cinq catégories d’évaluation : le processus électoral et le pluralisme, les libertés civiques, le fonctionnement du gouvernement, la participation politique et la culture politique.

L’index 2016 de la démocratie en est la neuvième édition. Dans leurs commentaires, les auteurs de cet état des lieux de la démocratie dans le monde relèvent que l’année 2016 a été marquée par une révolte populaire contre les élites perçues par beaucoup comme étant déconnectées de la réalité et ne représentant pas les intérêts des gens ordinaires.

Cette révolte, dénoncent-ils, vise non seulement le monde politique (gouvernement, parlement, institutions étatiques, partis), mais aussi les médias, les groupes d’experts, les organisations internationales. Tant le résultat du référendum sur le Brexit que l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis reflètent, selon les auteurs du rapport, cette insatisfaction du public quant au statu quo et sa volonté de changement.

Les causes du rejet de l’ordre établi

Ces événements constituent-ils un triomphe de la démocratie ou une menace pour elle ? Que les élites en place, avertit ce rapport, ne se contentent de décrier ceux qui ont voté en faveur du Brexit ou de Trump (voire même d’insinuer que le problème, c’est la démocratie elle-même), mais qu’elles essaient de comprendre les causes du rejet de l’ordre établi.

Car, si ces votes ont mis en lumière les difficultés de la démocratie représentative de nos jours, ils indiquent aussi comment les surmonter, à savoir par un plus grand engagement politique de la population. Et il est clair que le phénomène de désaffection vis-à-vis des élites dépasse largement les frontières de la Grande-Bretagne et des États-Unis.

Le score global moyen des pays repris à l’index 2016 de la démocratie dans le monde a reculé de 5,55 en 2015 à 5,52 en 2016 (sur une échelle de 10 à 0). 72 pays ont enregistré une régression de la démocratie en 2016, près du double du nombre (38) de ceux où la démocratie a progressé.

Si la moitié de la population du monde vit dans une forme ou l’autre de démocratie, seule une minorité – 4,5% – vit en pleine démocratie, en fort recul en comparaison de 2015 à la suite de la dégradation des États-Unis d’un état de pleine démocratie à celui d’une démocratie imparfaite. Environ 2,6 milliards de personnes (dont une grande proportion, bien sûr, en Chine) sont, par contre, soumises à un régime autoritaire.

Défiance populaire

La dégradation de la situation aux États-Unis résulte de ce que, comme en ont témoigné des sondages Pew, Gallup et autres, la confiance populaire dans le gouvernement, les élus et les partis politiques y est tombée à des niveaux extrêmement bas. C’est de ce courant de profonde désaffection à l’égard du fonctionnement de la démocratie américaine que Monsieur Trump a su profiter.

L’Europe n’échappe pas à un phénomène similaire de défiance à l’égard des élites et institutions politiques, un sentiment qui explique le vote des Britanniques sur le Brexit et l’ascendance des mouvements populistes dans plusieurs pays du Vieux Continent. À cet égard, il est particulièrement préoccupant que la démocratie soit en recul dans 19 pays d’Europe de l’Est (l’ancien bloc communiste) alors que onze d’entre eux sont membres de l’Union européenne et aucun de ces derniers ne ne se range parmi les pleines démocraties.

Pour terminer sur une note optimiste, signalons quand même que 14 des 19 « pleines démocraties » dénombrées par le rapport de The Economist Intelligence Unit figurent en Europe, laquelle truste quatre (Norvège, Islande, Suède, Danemark) des cinq premières places du classement, la 4e étant occupée par la Nouvelle-Zélande.

La France se classe dans le compartiment des « démocraties imparfaites » à la 24e du classement général, ex-aequo avec la Corée du Sud, derrière la République du Cap Vert, de même que la Belgique, qui est 35e, derrière le Chili et devant Chypre et la Slovénie. Luxembourg, Pays-Bas, Allemagne, Autriche, Malte, Royaume-Uni, Espagne, tous de pleines démocraties, se suivent de la 11e à la 17e place, précédées par l’Irlande (6e, ex-aequo avec le Canada), la Suisse (8e) et la Finlande (9e). Cette chronique ne manquera pas de revenir sur le sujet. (Source : The Economist Intelligence Unit.)

Sur le web

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • En France, la situation de la démocratie s’est dégradée à partir de mai 2012.
    Et depuis le mois de janvier 2017, le pays n’est plus dirigé du tout – les Institutions fonctionnant en roue libre.

  • « C’est normal qu’on se pose cette question en France, puisque la France n’est plus une démocratie… Non la France n’est plus une démocratie, là on fait tous semblant, on est dans un monde d’illusion là, on est dans une comédie, on fait du théâtre. On remet en question la démocratie américaine qui renaît, et on fait comme si nous on était des démocrates. Mais en 2005 les Français ont voté « non » à un référendum, la classe politique s’est assise sur ce « non », et là on est dans une élection présidentielle où y a des types qui s’agitent dans des primaires de la droite, de la gauche, on fait comme si on avait des élections normales, « on va élire un président ». Mais en fait la France n’a plus d’autonomie monétaire et c’est l’Allemagne qui va décider. La démocratie française ce n’est pas la démocratie française, c’est un système qui va nous permettre d’élire notre représentant à Berlin. Donc on est vraiment des gros rigolos quand on met Trump en question. » (Emmanuel Todd, à l’émission Cpolémique)

    • La démocratie est comme la lumière, il peut ne pas y en avoir du tout après quand il y en a, elle est graduable à l’infinie.

    • puisque la France n’est plus une démocratie

      Elle ne l’a jamais été, l’étymologie de « démocratie » c’est « pouvoir du peuple » ce qui n’a rien à voir avec « abandonner son pouvoir » a des élites consanguines qui ont en plus une carte de crédit illimitée pour acheter des voix. En fait de « pouvoir du peuple » pas un seul français « du peuple » n’a voté directement une des 11’500 lois et 273’000 décrets, et en fait de « représentants » les élus qui écrivent ces lois ont tous des scores absolus lamentables. Seule une très faible partie des Français votent pour eux en fait.

      Après la guerre, la monarchie élective française a eu plusieurs chances : des dirigeants ayant les pieds sur terre, un peuple dur à la tâche, inventif, un contexte de reconstruction et d’avancée scientifique et technologique très dynamique.

      Mais elle a eu aussi plusieurs cancers en voie de métastase: une fascination malsaine pour les grands hommes, les pouvoirs centralisés, autoritaires, un traumatisme dû à la défaite et l’occupation et un esprit plus littéraire que pragmatique qui autorise tous les délires idéologiques, comme le communisme.

  • La démocratie est intimement liée à la souveraineté. Or, celle-ci n’a cessé d’être transférée à l’ UE (par la hiérarchie des normes, par la monnaie, les règles budgétaires etc.). Donc la question légitime pour moi est de s’interroger si l’ UE est une démocratie ? Pourquoi ce point là n’est il pas évoqué par the economist ?

    • Or, celle-ci n’a cessé d’être transférée à l’ UE (par la hiérarchie des normes, par la monnaie, les règles budgétaires etc.)

      Non, c’est une légende largement alimentée par les politiques qui préfèrent taper sur l’UE, l’Allemagne, les Riches, la Chine, les Patrons, le Libéralisme, le Capitalisme, la Mondialisation, les Paradis fiscaux, Google, Facebook, Monsanto, les extra-terrestres plutôt que d’admettre que c’est leur médiocrité effrayante qui a fait plonger la France.

      l’ UE (par la hiérarchie des normes, par la monnaie, les règles budgétaires etc.

      La règle de ne pas claquer plus de fric qu’on n’en produit ne me semble pas mortelle. Ça fait 42 ans que la France n’a pas signé un seul budget positif. Game-over !

      Quant à la monnaie, ça ne pose problème que dans la mesure ou l’état français gère son budget comme une république bananière. À l’époque du franc, c’était déjà le cas, mais ils pouvaient « planquer » plus ou moins le désastre en dévaluant.

      si l’ UE est une démocratie ? Pourquoi ce point là n’est il pas évoqué par the economist ?

      L’UE, moteur d’ouverture à la base et il est vrai est en train de se transformer en machin bureaucratique qui risque de devenir préoccupant, mais son pouvoir s’amenuise et la France coule pavillon haut : Ce naufrage est un produit 100% français môssieur. D’autres pays de l’UE vont parfaitement bien en comparaison et ils ont exactement le même contexte européen.

      Mais avant l’UE il faudrait d’abord se demander si la Franc est une démocratie, et la réponse est non (voir mon commentaire plus haut)

      • Vous ne répondez ici en aucun cas au lien démocratie et souveraineté. Soit on parle de démocratie soit on parle de politique économique libérale. Ici l’article parle de démocratie. Visiblement vous ignorez les transferts de compétence, la hiérarchie des normes (Déjà dans les années 80 Delors affirmait que 80% de la production juridique d’un Etat était l’œuvre de la CEE), la gouvernance opaque de l’UE etc. Et surtout la fameuse phrase de Juncker : « Il ne peut pas y avoir de choix démocratique contre les traités européens ». Oui la France a des gros problème de démocratie par contre se concentrer uniquement sur notre pays est une erreur fondamentale.

        • Soit on parle de démocratie soit on parle de politique économique libérale.

          Et moi, je vous démontre simplement grâce à l’économie que la France est pleinement souveraine sur sa fiscalité et sa législation.

          Car la France contrairement aux pays de l’UE vertueux n’est PAS une économie libérale:
          Indice liberté économique – Classement des pays

          Ce n’est pas la taille normalisée par l’UE des boulons qui flingue les PME françaises par exemple ni les règles minimales de bonne gestion. comme les 3% de déficit

          Par contre se concentrer uniquement sur notre pays est une erreur fondamentale.

          Au classement de la compétitivité sur 148 pays la France est:
          -134ème pour les prélèvements obligatoires.
          -130ème place pour le poids global des réglementations
          -137ème pour les réglementations liées au fait d’entreprendre.
          -137ème pour la fiscalité défavorable à l’investissement privé,
          -134ème pour le taux d’imposition en pourcentage des profits,
          -117ème pour la flexibilité.
          -144ème pour les règles trop strictes encadrant les licenciements.
          -135ème pour la dette publique,
          -127ème pour les incitations fiscales à travailler
          -135ème pour les relations conflictuelles entre entrepreneurs et salariés

          0% de tout ça est est dû à l’UE, la France a la souveraineté quasi totale sur son économie, bis repetitas

          dans les années 80 Delors affirmait que 80% de la production juridique d’un Etat était l’œuvre de la CEE

          C’est absurde, vous n’avez probablement strictement rien compris à ce qu’il a dit, ou Delors en bon socialiste a raconté n’importe quoi.

          Avec 11’500 lois et 273’000 décrets poussés par 600’000 élus et 7 millions de salariés avec de l’argent public je suis impatient que vous me démontriez vos « 80% » parce que les pays vertueux qui sont bien plus libéraux n’ont absolument pas la même législation ni fiscalité ni la même organisation de leurs états.

          • Visiblement vous n’avez aucune notion de droit public. La hiérarchie de normes vaut que depuis 20 ans les règlements européens sont supérieurs à la législation nationale. D’autre part, je vous parle d’Union Européenne et vous me parlez des pays de l’Union Européenne c’est totalement autre chose. Donc, arrêtez de me parler de la France nous sommes d’accord sur ce point là. Ce que je dis et je le répète c’est qu’il faut AUSSI s’intéresser à l’UE. Et là, je ne comprends pas votre obstination à éviter ce débat là.

            • Et là, je ne comprends pas votre obstination à éviter ce débat là.

              On s’occupera de la moquette du grand salon QUAND on aura rebouché le trou de la coque du Titanic-France.

              Et puis, bien avant de reformer l’instance supra nationale il faudrait d’abord rendre ses pays membres démocratiques. On ne compose pas une équipe sportive de Tir à l’Arc avec des gens qui n’en ont jamais vu. Reformez les membres et le reste ira de soi.

              La plupart des peuples d’Europe n’ont aucun pouvoir démocratique direct, les « représentants » sont en roue libre et les peuples sont mécontents d’eux. Or ce sont ces élites des différents pays qui font l’Union européenne. Si vous croyez, que ces élites vont reformer un bidule lointain pour vous donner le pouvoir alors qu’ils ne le font même pas chez eux, vous vous fourrez le doigt dans l’œil.

              c’est qu’il faut AUSSI s’intéresser à l’UE

              Je résume pour que ce soit parfaitement clair:
              Si l’UE était composée de 28 pays réellement démocratique comme la suisse avec son héritage de démocratie directe et ses 600 initiatives et référendums en 30 ans, l’UE serait aussi démocratique, ça irait de soi.

              Tant que l’UE est composée de quasi-monarchie comme la France, c’est mort. Les élites ont tout pouvoir chez eux, ils entendent l’avoir aussi là-bas et comme ils ont le pouvoir c’est eux qui décident.

              D’autre part, je vous parle d’Union européenne et vous me parlez des pays de l’Union européenne c’est totalement autre chose.

              « Totalement autre chose » ? wtf !?

  • La Suède serait une « pleine démocratie » ? Avec une entente entre les 2 parties de gouvernement pour annuler les élections ?
    Pour moi, c’est direct dans le groupe « démocratie autoritaire » !

    • Oui. A l’aune de ce simple fait (que la Suède soit classée dans les 5 premières) on comprend que ce classement est pour le moins douteux.
      Non que je remette en doute l’idée d’un affaiblissement général des libertés. C’est une évidence. Les dernières mesures prises par l’Allemagne et dans une moindre mesure la France en termes de liberté d’expression par exemple font froid dans le dos.

  • A t’elle seulement existé ?

  • « France ex-aequo avec la Corée du Sud »,
    En bonne voie de l’être avec la Corée du Nord ! avec
    le fichage officiel des mal pensant sans compter les fichiers officieux avec l’aide de Facebook, Google. …et les autres
    ses procès pour délit d’opinion, nous n’avons plus le droit d’exprimer certaines opinions!
    sa propagande officielle, avec subvention de tous ces médias de gauche à droite et intérêt à marcher droit. ..
    sa palme mondiale du pays qui fait supprimer le plus de pages Facebook
    l’élimination des plateaux de télé et radio de tous les journalistes qui osent sortir de la vérité officielle ( oui je sais, on garde un Zemmour, faut bien donner encore un peu le change)
    son mépris de toute expression populaire, on passe sur un référendum contraire au résultat attendu!
    ses syndicats qui monopolisent l’expression salariale
    l’endoctrinement marxiste dès le plus jeune âge par l’éducation Nationale
    etc…

    Allez encore quelques années République socialiste française pour être au niveau de la Corée du Nord!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

YouTube a supprimé une vidéo téléchargée par le Comité du 6 janvier qui montrait des images de l'ancien président Donald Trump contestant les résultats de l'élection de 2020.

La fausse affirmation de Trump selon laquelle les machines à voter ont par erreur "déplacé des milliers de votes de mon compte vers le compte de Biden" a été diffusée lors des audiences du comité du 6 janvier, qui se poursuivent cette semaine. L'ancien procureur général William Barr a déclaré devant la commission qu'il n'avait découvert aucune preuve à l'appui des... Poursuivre la lecture

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait affirmé que son adversaire n’avait pas « le monopole du cœur. » Les démocrates d’aujourd’hui et leurs supporteurs auraient grand intérêt à méditer sur cette phrase. En effet, ils adorent pointer du doigt la moindre faute de leurs adversaires – le raisonnement fût-il fautif – mais esquivent plus vite que le Flash quand on tente de leur appliquer la formule.

Prenons la triste fusillade d’un suprématiste blanc présumé à Buffalo récemment. Très vite, les laquais médiatiques des démocrates ont pointé ... Poursuivre la lecture

La proposition d'interdire l’acte d’abstention est un des avatars récurrents de nos hommes politiques. Les taux d'abstentions élevés signalent pour eux l'échec de ce régime politique appelé démocratie. Régime politique qui est devenu immoral et attentatoire aux libertés individuelles compte tenu d'une conception ancienne et socialiste de ce que peut être le vivre ensemble.

Ne soyez pas ignorant de ce que signifie pénétrer dans un isoloir, mettre secrètement un bulletin de vote dans une enveloppe et la glisser dans la fente d'une urne.<... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles