Conférence à Paris : rencontre avec Deirdre McCloskey

Ne manquez pas le 1er février 2017 à Paris la conférence de Deirdre McCloskey, historienne et philosophe libérale, qui viendra expliquer en quoi ce sont nos vertus morales qui sont à l’origine de notre prospérité économique !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Conférence à Paris : rencontre avec Deirdre McCloskey

Publié le 27 janvier 2017
- A +

Think Libéral Sciences Po, Contrepoints, ESFL et l’École de la Liberté vous invitent à une conférence exceptionnelle autour de la Professeure américaine d’histoire économique Deirdre McCloskey le 1er février à Panthéon-Assas.

Auteure, entre autres, d’une somme en trois volumes sur le rôle joué par l’éthique dans l’invention du capitalisme, Deirdre Mc Closkey est reconnue mondialement pour son travail en méthodologie et pour sa critique du réductionnisme économique et, notamment, du néo-institutionnalisme en économie du développement.

Libertarienne et ancienne marxiste, elle discutera de sa recherche sur le rôle des « vertus bourgeoises » pour mieux saisir le phénomène du « grand enrichissement », c’est-à-dire la période de prospérité qui est la nôtre à l’occasion de la sortie en français Des péchés secrets de la science économique aux éditions Markus Haller.

  • 19h00, 92, rue d’Assas, Université Paris II Panthéon-Assas. La conférence et les échanges se feront en anglais. Merci de vous inscrire. Places limitées.
Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Pas d’enregistrement de prévu pour les provinciaux ? Merci

  • Sans traduction en français mon niveau d’anglais ne me permettra pas d’assister à cette conférence. Dommage!
    Est-ce par négligence, mépris inconscient,suffisance que le « vulgaire », le commun des mortels ,est convié à rester chez lui, ou un manque de moyens?
    J’aurais été prés à payer ma contribution pour un traducteur(en ne faisant payer que ceux qui en bénéficient si la compassion des libéraux pour les faibles en anglais n’a pas lieu, chacun paie son « pot ».)
    Snobisme, négligence, élitisme, je ne sais, l’entre-soi favorise la diffusion des idées libérale certainement.
    J’imagine toujours avec amusement le cas ou le conférencier(forcément borné ou plouc ») parlerais exclusivement, par exemple, le russe ou le chinois.
    il y a aussi une règle de politesse qui consiste à veiller à être compris quand on donne une conférence à l’étranger par les autochtones sans discrimination.
    Cela m’est arrivé et j’ai toujours exigé une traduction dans la langue du pays.( En payant si nécessaire le traducteur de ma poche…)

  • S’inscrire, OK. Mais comment ???

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philippe Silberzahn.

Parmi les nombreuses plaies dont souffre notre pays, le mépris du monde de l’entreprise par la clérisie (le corps informel constitué des intellectuels, enseignants, artistes et journalistes qui définissent la pensée dominante) figure en bonne place. Ce mépris prend des formes différentes et a évolué au cours du temps, mais il est l’une des sources de la faiblesse de notre économie.

Deux articles du journal Libération à propos de l’entreprise Doctolib parus récemment l’illustrent parfaitement.

Doct... Poursuivre la lecture

Par Guillaume Thomas.

La période de rentrée scolaire est propice à toutes les annonces et polémiques sur les sujets les plus mineurs concernant l’éducation. C’est à croire que ces bruits médiatiques stériles constituent une diversion face à l’absence totale de perspectives et de débats sur les grands sujets de fond concernant l'élaboration des programmes (imposés d'en haut), les pratiques pédagogiques ou encore les carrières des enseignants. La grande absente des discussions de cette rentrée est la question de l’enseignement numérique ... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

Connaissez-vous la « cancel culture » ? C’est cette pratique, très répandue sur les réseaux sociaux mais pas seulement, qui consiste à dénoncer et boycotter publiquement les paroles et les agissements d’une personne dont l’attitude est considérée comme « problématique » par un groupe.

Il y a quelques semaines, c’était J.K. Rowling, qui était dans la tourmente. À la suite de tweets jugés « transphobes », l’auteure de la saga Harry Potter s’est attirée non seulement les critiques, mais aussi les appels au boycott... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles