Expulsons les dealers. Ou plutôt non. Ou si. Ou je ne sais pas.

Un récent amendement à la loi Égalité et Citoyenneté aiderait à expulser des dealers des HLM. La réalité est un peu différente... Et bien plus complexe.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Paris 19e arrondissement - HLM - Immobilier - Credit lapsangsouchong (Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Expulsons les dealers. Ou plutôt non. Ou si. Ou je ne sais pas.

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 20 janvier 2017
- A +



Un texte de Nafy-Nathalie et h16

Dormez tranquilles braves citoyens ! L’État est bon, l’État est fort, l’État donne du peps au petit déjeuner, il a pensé à tout et veille sur vous. C’est sans doute la raison pour laquelle il a adopté début décembre un amendement à la loi Égalité et Citoyenneté permettant la résiliation de plein droit du bail de logements dans lesquels vivent des dealers condamnés pour trafic de drogue dans l’enceinte de l’immeuble.

Magnifique ! Formidable ! Extraordinaire ! Enfin !

Enfin ? Peut-être pas, finalement.

L’exposé sommaire de présentation de l’amendement laisse en effet pensif :

« Le trafic de stupéfiants constitue, avec les dégradations et les incivilités, l’une des causes majeures des problèmes de troubles de voisinage et d’atteinte à la jouissance paisible que subissent les locataires. Les bailleurs se trouvent souvent démunis pour agir à l’encontre de ces fauteurs de troubles et les locataires en place ne comprennent pas l’inaction du bailleur. »

Délicieux esprit du législateur, qui, plutôt que supposer le propriétaire comme première victime des agissements de son dealer de locataire, préfère défendre les autres locataires, fort enquiquinés de l’inaction du bailleur (ce dernier, riche propriétaire, étant par défaut une grosse feignasse, c’est bien connu).

Pour ce faire, il propose donc que le contrat de location soit « résilié de plein droit à la demande du bailleur, lorsque le locataire ou l’un des occupants du logement a fait l’objet d’une condamnation passée en force de chose jugée au titre d’une infraction sanctionnée à la section 4 du chapitre II du titre II du livre II du Code pénal et concernant des faits qui se sont produits dans le logement, l’immeuble ou le groupe d’immeubles. »

La bonne nouvelle cachée dans ce sabir juridique, c’est que dans ce cas, le juge n’aura plus à apprécier la légitimité du motif pour accorder (ou non) la résiliation et l’expulsion. Il devra se contenter de constater la réalité de la condamnation, ce qui validera automatiquement la résiliation et l’expulsion.

À première vue, le principe semble simple comme bonjour à appliquer.

Malheureusement, le diable est dans les détails : il ne s’agit pas de prouver que l’occupant se livre actuellement à des pratiques illégales mais de prouver qu’il a déjà été condamné. La nuance est importante. Le locataire qui trafique, sans avoir encore été condamné, n’entre pas dans le cadre de cet amendement. Seul celui qui a trafiqué et a été condamné y entre bien.

Bigre : les choses se corsent pour le propriétaire lambda puisque l’accès aux casiers judiciaires est sécurisé et impossible à obtenir pour le particulier. Comment va-t-on lancer une procédure pour faire constater la résiliation de plein droit et l’expulsion sans cet élément que légalement le propriétaire n’a pas le droit de posséder ? Mystère.

Par ailleurs, même en imaginant qu’on puisse savoir que le locataire a effectivement déjà été condamné, quelques petits soucis demeurent : dans ce cas, au nom de quoi un locataire, ayant purgé sa peine et qui ne serait pas récidiviste (qui a donc payé sa dette à la société), pourrait tout de même être l’objet d’une résiliation de plein droit et d’une procédure d’expulsion ?

Bigre derechef.

En outre, DALO, sur son site, remarque également que cet amendement va, selon lui, « sanctionner des innocents » et pourrait également concerner les consommateurs de stupéfiants (soit par estimation, 4 millions d’individus et leurs proches) puisqu’il vise l’article 222-37 du Code pénal qui sanctionne également l’acquisition ou l’emploi illicite de stupéfiants.

Enfin et au passage, difficile de ne pas voir qu’encore une fois, l’État essaye dès qu’il le peut de se débarrasser de ses fonctions régaliennes en les transférant sur les propriétaires qu’il ne cesse pourtant de malmener en parallèle.

Bigre au cube.

Ainsi, et si l’on en croit à la fois les impôts qu’on paye, les nombreux codes de lois et le petit air pincé que prennent nos ministres de l’Intérieur lorsqu’on évoque la question, ce n’est pas à un citoyen (fut-il propriétaire) d’enquêter sur un autre citoyen (fut-il son locataire), c’est le travail de la police, en somme : de l’État.

Ainsi, ce n’est pas au propriétaire d’assurer la sécurité et la tranquillité dans un immeuble mais à la police, c’est-à-dire à l’État. La recrudescence de la mise en place de polices privées armées depuis un amendement de 2011 pour garantir la sécurité des habitants dans des lieux où l’État se désengage totalement et qui deviennent des zones de non droit est plutôt inquiétante et symptomatique de ce genre de tendance.

Ainsi, l’État transfère ses fonctions régaliennes sur les familles, rendues responsables des agissements de leurs membres. Expulser des familles entières au motif que l’un de ses membres a été condamné pour trafic de drogue n’est pas anodin, surtout que rien dans l’amendement n’exclut de résilier le bail en cas de peine purgée.

Enfin, l’étude du bénéfice putatif de l’amendement pose question : tout indique qu’il y avait déjà tout ce qu’il faut dans le corpus de lois précédentes.

En effet, l’article 7 de la loi du 6 juillet 1989 indique que le locataire doit « user paisiblement des locaux » et « répondre des dégradations et pertes qui surviennent ». Dans l’article 15 de cette même loi, une des seules conditions possibles pour résilier un bail est un motif légitime et sérieux. On peut supposer que le trafic de drogue entre donc déjà dans ces motifs. L’article 1384 et suivants du Code civil disposent que « on est responsable non seulement du dommage que l’on cause par son propre fait, mais encore de celui qui est causé par le fait des personnes dont on doit répondre, ou des choses que l’on a sous sa garde « . Le locataire, également responsable des personnes qui vivent chez lui, la résiliation et l’expulsion pour trafic d’un tiers au bail vivant dans le logement est déjà possible.

D’ailleurs, ces dernières années, un nombre croissant de résiliations et d’expulsions ont été prononcées pour fait de trouble de voisinage (vol, dégradation, trafic de drogues) et ont fait la Une des journaux. On a eu le cas à Boulogne en 2012 ou en 2013 à Saint Denis, où une famille a été expulsée, et ainsi de suite.

En somme, cet amendement, fort délicat à mettre en œuvre, ne change fondamentalement pas grand-chose. Son bénéfice apparaît de plus en plus incertain.

Rappelez-vous que le DALO (« droit au logement décent opposable ») a été voté le 5 mars 2007 comme nous vous l’expliquions dans cet article de Contrepoints. Il a eu pour effet de faire condamner l’État – et donc le contribuable in fine25 000 fois entre 2008 et 2016 et de lui faire supporter de coûteuses astreintes comme par exemple 25 millions d’euros en 2013 ou 19,2 millions en 2014.

Eh oui : l’État qui a constitutionnalisé le droit au logement se retrouve maintenant condamné parce qu’il ne parvient pas à faire face aux obligations qu’il s’est lui-même mises sur le dos. C’est en toute logique qu’il traine donc des pieds à faire expulser les locataires et se retrouve condamné à la demande des propriétaires pour défaut d’exécution.

La notion de locataire de bonne foi qu’il a introduit dans la loi ALUR donne une tournure intéressante à l’opération : cet amendement va lui permettre, en plus de se décharger de ses obligations régaliennes auprès des propriétaires, de pouvoir exécuter les décisions d’expulsion prises tout en se dédouanant de son obligation de relogement.

Tout ceci ne peut que très bien se terminer.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • L’auteur oublient que la grande majorité des dealeurs n’habitent pas là où ils font leur trafic, donc une action du propriétaire contre ce dernier est assez vaine. Et puis les dealers ne font que répondre à une demande.

    • Lazare ,

      Que les dealers ne fassent que répondre à la demande est bien le pb qui est prestement caché sous le tapis…car s’il n’y avait pas de demande , il n’y aurait pas de dealers…

      • Alors quelle est votre solution ? Dépénaliser la totalité des drogues et en légaliser le commerce ? Concernant le cannabis, cela commence à émerger, attendons de voir dans quoi les dealers qui en géraient le trafic clandestin vont se recycler.
        Car je doute fortement qu’ils se recyclent dans le commerce légal ou décide d’abandonner leur source de revenus ! Cela promet au contraire un déplacement du problème vers des drogues plus dures encore ou de synthèse.
        Et effectivement, expulser les dealers ne va pas changer grand chose vu qu’ils règnent souvent par la terreur. Allez donc dire à Monsieur DUPONT qu’il a le droit de virer son locataire condamné, mais n’oubliez pas de prévenir aussi le SAMU…

        • L’argent est le nerf de la guerre. Dépénaliser ou légaliser n’est pas la solution, il faut voir la “big picture”: quel est le cout pour la société. On ne présente ici que la liberté de se détruire, sans donner la responsabilité par la prise en charge de sa santé.

          Pour les assurances auto, on peut avoir une attitude à risque et en payer le prix sur ses cotisations. Pour la santé on est bloqué sur un monopole mais on est prêt à autoriser les attitudes à risque : ça ne peut pas coller.

          La libéralisation de consommation des drogues ne viendra qu’avec la libéralisation des assurances sociales.

          • Il faut revoir vos arguments, parce que le coût de la toxicomanie est bien moindre pour la société que, au hasard, celui de l’alcoolisme. En fait, il représente peau de balle comparé au reste. Un toxicomane n’est que rarement un danger pour la société, ce sont les trafiquants qui le sont, et proportionnellement, la toxicomanie n’a finalement qu’un impact mineur sur la société.
            Ce qui coûte réellement les yeux de la tête, c’est la « guerre à la drogue », des milliards jetés par les fenêtres, en pure perte, tout cela à cause de considérations morales totalement déplacées.

        • L’argent est le nerf de la guerre. Dépénaliser ou légaliser n’est pas la solution, il faut voir la “big picture”: quel est le cout pour la société. On ne présente ici que la liberté de se détruire, sans donner la responsabilité par la prise en charge de sa santé.

          Pour les assurances auto, on peut avoir une attitude à risque et en payer le prix sur ses cotisations. Pour la santé on est bloqué sur un monopole mais on est prêt à autoriser les attitudes à risque : ça ne peut pas coller.

          La libéralisation de le consommation des drogues ne viendra qu’avec la libéralisation des assurances sociales.

      • Vous pensez sincèrement qu’un mec qui touche 6000€ par mois, non chargé, non taxé, donc net sans impôt…. Va, une fois le cannabis légalisé, tranquillement aller travailler à mcdo ? Sérieusement ?
        À l’époque les braqueurs, braquaient les banques, on a supprimer le cash des banques…. Ils se sont mis à braquer les fourgons blindés, on a mis des valises colorantes et explosives,…. Ils se sont mis à braquer les grandes surfaces, on y a mis des tuyaux de transfert à air comprimé, ils se sont mis au bijoutier, on a mis des sas blindé,…. Ils braquent maintenant les épiciers,….
        1) sur le cannabis il se passera la même chose qu’avec la cigarette, on va la taxer, car on vit dans un régime ou la santé est publique, on va le surtaxer, le marché au noir arrivera…. Et de fait il y aura un plus grand nombre de consommateurs, lié à la banalisation, et on paiera plus de sécurité sociale, car on ne privatisé pas la santé.
        2) les dealers dealront autre chose, ou se remettront au bracage, aux agressions,… C’est tout. On ne règle pas un problème en le mettant sous un tapis.

  • La tendance de l’état à se défausser de ses missions essentielles est évidente depuis déjà quelques temps.
    Ce n’est pas un hasard à mon sens de voir ainsi qualifiés d’incivilités des faits graves, histoire de rendre « la société » responsable de sa propre police en quelque sorte. Tout en s’assurant bien entendu de retirer tous moyens à la société en question pour le faire, lui imposant de fait l’acceptation de l’inacceptable. Elle sera ainsi pacifiée, ayant éliminé par son acceptation les comportements problématiques. Ce n’est qu’un exemple, mais on le retrouve décliné jusqu’aux mesures imposées indirectement à l’échelon local.
    Sinon, je remarque qu’un des effets pervers évidents de ce texte risque bien d’être le refus par les juges de sanctionne selon les articles concernés, au prétexte qu’une condamnation emporterait de trop lourdes conséquences… peut-être même est-ce attendu?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Armand Paquereau.

Il aura fallu une médiatisation récurrente de faits inacceptables pour enfin motiver les législateurs à tenter de trouver des solutions attendues à ce problème social de première nécessité.

Quand une association (DAL) se permet d’installer des squatteurs dans la maison d’une dame de 85 ans absente de son domicile pour raisons de santé, que ces faits se multiplient dans de nombreuse villes, on se demande bien ce que sont devenus l’article 17 de la déclaration des droits de l’Homme (1789 et 1848) et l’article... Poursuivre la lecture

la liberté
0
Sauvegarder cet article

Vos enfants apprennent-ils des principes éthiques et politiques appropriés en classe ? Comment expliquer la liberté et l’oppression à un enfant de 7 ans ? Les parents sont souvent démunis pour assumer la charge d’éduquer leurs enfants et leur transmettre l’amour de la liberté.

Je voudrais vous parler d’un livre écrit par un Américain, en vente sur amazon.fr, et traduit par mes soins. Ce livre est dédié aux parents ou aux enseignants disposant de peu ou pas de matériel pédagogique pour parler aux enfants des concepts de droit, d... Poursuivre la lecture

Par Alain Cohen-Dumouchel.

La propriété privée n'est pas un concept intuitif ou évident puisqu'elle n'a jamais pu s'établir pendant 4000 ans. Ce n'est qu'avec les Lumières et les révolutions anglaises, puis françaises et européennes que la propriété devient un droit de l'Homme reconnu par le pouvoir et qui lui est opposable. La propriété est ici garantie par l'administration en dehors de toute éthique imposée. Elle devient privée c'est-à-dire que tous ceux, pouvoir compris, qui n'ont pas de droits de propriété sur un bien sont officie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles