Droits des femmes : Benoît Hamon en pointe à gauche

Alors qu’Arnaud Montebourg tentait mardi de casser son image sexiste en détaillant ses nouvelles propositions sur le droit des femmes, l’occasion nous est donné de revenir sur les propositions des candidats de la primaire de la gauche en la matière.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Benoit Hamon (Crédits philippe grangeaud-solfé communications licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Droits des femmes : Benoît Hamon en pointe à gauche

Publié le 19 janvier 2017
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Droits des femmes : Benoît Hamon en pointe à gauche
Benoit Hamon (Crédits philippe grangeaud-solfé communications licence Creative Commons)

À l’approche de la primaire de la gauche, nous complétons notre analyse sur les marqueurs clivants par un approfondissement des positions des candidats sur la question de l’égalité hommes-femmes.

Zéro pointé pour Montebourg, Pinel et Bennahmias

Premier point assez surprenant : trois candidats sur sept ne font aucune proposition sur la question de l’égalité homme-femme. Ils occultent même le sujet, à l’exception de Jean-Luc Bennahmias qui l’évoque très rapidement à propos de l’Islam.

Ce silence complet paraît assez singulier, notamment dans le programme de Montebourg qui doit bien se douter qu’un certain nombre d’électeurs (et surtout d’électrices) n’est pas prêt à ne pas lui en tenir rigueur. Cette absence est d’autant plus notable que la question de l’égalité salariale hommes-femmes revient pourtant régulièrement.

Les axes d’analyse des autres programmes

Quant aux autres candidats, leur programme est ici analysé sous un quintuple prisme.

Premier point : quelle place la question de l’égalité hommes-femmes occupe-t-elle dans le programme ? Nous avons ici distingué les propositions dans le domaine politique, dans le domaine du travail, dans celui de la fonction publique et dans les questions sociétales. Nous avons relevé la « consistance globale » de propositions. Ainsi, nous avons noté 0 les candidats qui ne proposent pas de mesures spécifiques pour la fonction publique.

Deuxième point : les propositions politiques. Celles-ci regroupent les idées liées à l’amélioration de la parité dans le domaine politique, y compris la reconnaissance de droits constitutionnels nouveaux (même s’ils sont formels) comme le propose Vincent Peillon.

Troisième point : les propositions « sociales » ou liées au monde du travail. Cette catégorie regroupe toutes les propositions liées à l’amélioration de l’égalité hommes-femmes dans la sphère des entreprises privées. Elle intègre la proposition (ou non) d’amélioration de l’accès des femmes aux grandes écoles, ou la transférabilité d’une part des droits de congé maternité au père. Cette catégorie intègre également la question de la place des femmes dans la gouvernance des entreprises.

Quatrième point : la question de la fonction publique. Cet item évalue le poids des propositions de chacun sur le sujet de l’égalité hommes-femmes dans la fonction publique.

Cinquième et dernier point : les propositions sociétales. Cet item regroupe les propositions comme la légalisation de la procréation médicalement assistée, le développement de l’accueil des enfants ou la reconnaissance de droits renforcés sur le corps féminin.

Le radar hommes-femmes

Cette analyse donne les résultats suivants :

Ces résultats confirment une tendance déjà apparue sur le radar global.

Schématiquement, on s’aperçoit que la surface la plus faible, la moins interventionniste en quelque sorte (exception faite des trois candidats qui ne proposent rien sur ce sujet), est celle de François de Rugy. Celui-ci est, en revanche, avec Manuel Valls, le candidat qui se montre le plus ambitieux dans la réforme de l’État.

Pour le reste, ce sont Manuel Valls et Benoît Hamon qui développent l’aire idéologique la plus importante par rapport à celle de leurs concurrents.

Valls, ouvert sur le travail, fermé pour le reste

Comme sur le radar global, Manuel Valls est le candidat qui a ancré son programme dans la tradition socialiste la plus orthodoxe. D’une part, il accorde une importance significative à la question et spécialement aux protections des travailleurs salariés, en proposant un renforcement des dispositions contraignantes pour les entreprises. D’autre part, il se montre beaucoup plus frileux sur les autres sujets, sur les questions de société et sur la place « politique » des femmes, Manuel Valls se montre assez peu allant.

Hamon en pointe sur le droit des femmes

Comme sur les autres sujets, Benoît Hamon est le candidat qui semble apporter les idées les plus complètes sur ce dossier. En particulier, il prend des positions affirmées sur les questions de société qui pourraient se révéler payantes vis-à-vis de son électorat. Il se montre très volontaire sur la PMA (absente du programme de Manuel Valls, sauf pour « ouvrir le débat »), sur le développement du planning familial ou sur l’allongement des délais de prescription pour le viol.

Il faudra voir dimanche si cette stratégie des deux candidats leur permettra de passer le cap du premier tour.

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Le droit des femmes…..c’est choquant , après il y aura le droit des noirs le droit des jaunes le droit des vieux les droit des jeunes…chacun et chaque chose aura son droit ….en fonction de son impact électoral

    • Pire que ça… chaque personne pourra réclamer des droits en fonction de ce qu’il est et non de ce qu’il mérite (j’ai le droit à ce travail car j’ai les yeux bleus !).

  • « Elle intègre la proposition (ou non) d’amélioration de l’accès des femmes aux grandes écoles »
    Je ne savais pas que l’on empêchait les femmes d’accéder aux grandes écoles…
    Plus sérieusement, la question des inégalités salariales, fondée sur des statistiques, fait l’impasse sur les choix individuels. On ne peut objectivement parler d’égalté, car il n’y en a pas au regard de la maternité. Déni de réalité donc, traduisant au fond, le refus des féministes les plus dures de leur condition de femme. Si on remplaçait l’ingénierie sociale par la liberté?
    Les questions sociétales sont sur un autre plan. On peut souhaiter que les droits de l’enfant ne soient pas sacrifiés sur l’autel du droit des femmes.

  • Plus je lis les article franco français plus je me sens bien hors de la France…

  • Et le droit des hommes à être enceint(e), hein? Qu’est ce que vous faites du droit des hommes à être enceint(e), hein? C’est une grande discrimination et une injustice!
    Et les quotas de femmes dans les mines et sur les chantiers, hein? Ou sont les propositions des socialistes sur les quotas de femmes dans les mines et sur les chantiers, hein? Pourquoi ne les notes vous pas?

  • Encore un vent de socialiste.
    Quand il était ministre, pourquoi n’a-t’il pas finalisé la loi de l’action de groupe définitivement. Bien sur on a eu droit à une loi de sa part, la loi sur la consommation qui a pour but de redonner du pouvoir d’achat aux Français en rendant leurs droits plus effectifs. Mais il aurait pu, il aurait du, faire naitre une loi permettant à tout un chacun de se regrouper et d’attaquer un distributeur, un industriel, un fournisseur de services ou de biens, dans le cas ou ils se retrouveraient lésés pour le même problème.
    Donc, monsieur Benoît Hamon, n’a pas fait son boulot. Comme Hollande, du vent, encore du vent, rien que du vent.
    Alors les gauches, circulez, vous êtes virées. « effacées » dirait Schwarzy.

  • Parler de droit des femmes induit, à mon sens, une ambiguité qui n’a pas lieu d’être et qui serait gommée si l’on parlait de « droit », tout simplement.

    Et sinon, que veut-dire « légalisation de la PMA »? Ca existe aujourd’hui, ce procédé est accessible sous certaines conditions, donc… ??

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des actrices et des chanteuses françaises, en signe de solidarité avec la révolte des femmes en Iran, se coupent les cheveux.

Femme, Vie, Liberté. Merci. #Iran #MahsaAmini pic.twitter.com/6yUlBTC8Rk

— Farid Vahid (@FaridVahiid) October 5, 2022

La classe politique n’est pas en reste. En coopération avec l’Union européenne, la diplomatie française veut sanctionner les responsables de la répression sanglante qui traverse l’Iran depuis maintenant plus de deux semaines. On parle d’au moins 92 perso... Poursuivre la lecture

Anne Hidalgo gauche française
0
Sauvegarder cet article

Par Olivier Maurice.

Y a-t-il encore une gauche en France ? On peut se poser la question : les derniers sondages indiquent que la somme des intentions de vote en faveur de candidats de gauche déclarés est à peine créditée d’un quart au premier tour de la prochaine élection présidentielle.

Alors bien sûr, un sondage à plusieurs mois de l’échéance électorale ne présume en rien de la réalité des opinions ou des décisions de votes qui seront finalement prises, mais le symbole est d’importance.

Où est passée la gauche triompha... Poursuivre la lecture

Par Daniel Borrillo.

Le féminisme classique a organisé son combat autour des droits fondamentaux comme le suffrage universel, la libre disposition du corps et de la sexualité, la réforme du divorce, l’accès à l’éducation… Ce féminisme prend appui sur le primat de l’individu qui, quel que soit son sexe, doit pouvoir jouir de mêmes droits et libertés de façon autonome. Son présupposé était celui de la ressemblance des genres et impliquait une égalité de traitement. Son origine philosophique, les idéaux des Lumières.

Au nom du prog... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles