À gauche, le pire n’est pas encore sûr

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Montebourg Hamon CC Parti Socialiste

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À gauche, le pire n’est pas encore sûr

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 janvier 2017
- A +

Par Éric Verhaeghe.

À gauche, le pire n’est pas encore sûr
Montebourg Hamon CC Parti Socialiste

À l’issue du second débat de la primaire de la gauche, une conviction se fait jour : le Parti Socialiste n’a peut-être pas dit son dernier mot aux présidentielles. Même si l’exercice n’a pas bouleversé les règles du jeu, rien ne prouve que toute chance pour un candidat socialiste soit définitivement écartée.

Un débat à gauche de bonne tenue

Dans l’ensemble, le débat est resté de bonne tenue. Les arguments échangés de part et d’autre n’ont pas donné lieu à de véritables polémiques, mais parfois à des argumentations serrées qui n’ont pas démérité. Dans un temps réduit, le Parti Socialiste sera donc parvenu à structurer un débat audible pour préparer l’élection de son représentant aux présidentielles.

Manuel Valls s’est détaché dans les requêtes Google

Durant la journée, Manuel Valls a culminé dans les recherches Google des internautes, dont voici le détail :

Si la requête « Hamon » a connu un pic en début d’après-midi, Manuel Valls a dominé la journée. Il n’est évidemment pas question d’en inférer une conclusion mathématique. En revanche, ce phénomène peut indiquer un regain d’intérêt pour l’ancien Premier ministre, voire une sorte de frémissement qui peut contribuer à lui redonner espoir.

Sur le fond, Valls pourrait parvenir à retourner son image dans l’opinion, en valorisant son expérience du pouvoir et ses (quelques) résultats, sans être solidaire du bilan calamiteux de Jean-Marc Ayrault.

Hamon devant Montebourg

De façon constante, en tout cas, Hamon s’impose comme un rival sérieux dans cette primaire. Outre la richesse idéologique de son programme, le personnage peut mettre en avant un certain nombre d’atouts. En particulier, le fait d’avoir été « démissionné » du gouvernement par Manuel Valls, en même temps qu’Arnaud Montebourg, lui donne un avantage vis-à-vis des électeurs déçus par François Hollande.

Nous maintenons donc notre pronostic d’un deuxième tour Valls-Hamon, avec une inconnue à ce stade sur l’image de Valls parmi les électeurs de gauche.

Une menace pour Macron

Pour Emmanuel Macron, le bon déroulement de la primaire à gauche constitue une menace évidente. Jusqu’ici, Macron a pu progresser à gauche faute d’un rival désigné (en dehors de Mélenchon, qui s’adresse à une autre catégorie d’électeurs) par le Parti Socialiste. La primaire devrait changer la donne. Macron le sait et réserve son programme pour l’après-désignation.

Reste que l’espace politique qui était ouvert devant Macron risque bien de se refermer avec l’entrée en campagne définitive des candidats issus des grands partis de gouvernement.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Même si Macron gagnait, ce serait avec des députés PS!

  • Les promesses démagogiques des candidats de gauche vont encore aggraver le chômage, aucun n’a aucune mesure visant à redonner du travail aux chômeurs!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À l’heure où la Guadeloupe connait de nouvelles restrictions sanitaires, on peut se demander si ses habitants ne sont pas perçus par le gouvernement comme des citoyens de seconde zone. Les propos de Macron de la semaine dernière mettent en avant la volonté d’une société discriminant les non-vaccinés qui ne seraient plus des citoyens. Une discrimination qui se veut sanitaire. Mais quand on regarde qui sont les populations non-vaccinées, on s’aperçoit que le discours du président Macron va avoir un impact sur des catégories de populations bien ... Poursuivre la lecture

L’intérêt pour Emmanuel Macron de choquer par ses propos sur les non-vaccinés est évident. Il en va même de sa survie politique. Profitant de la visibilité de sa fonction, il a provoqué un séisme politico-médiatique lui évitant que les résultats de son mandat s’invitent dans la campagne.

Difficile en effet de trouver quelque chose de positif dans son bilan. Certes, la suppression de l’ISF et le lent démarrage de la baisse des impôts des entreprises sont des mesures tout à fait bénéfiques, de nature libérale. Mais comment les considérer... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Elie Blanc.

En avril dernier,  Macron annonçait qu’aurait lieu un « grand débat sur la consommation de drogues ». Il en a profité pour réaffirmer sa volonté de lutter contre la consommation de cannabis et de ne « laisser aucun répit aux trafiquants » pour faire « reculer la délinquance ».

Depuis lors, un arrêté daté du 31 décembre interdit la vente et la consommation les fleurs de chanvre CBD.

Emmanuel Macron contre le cannabis

Notre cher Prés... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles