Manuel Valls sur France 2 : le socialisme plein de contradictions

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Manuel Valls By: DenisDenis - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Manuel Valls sur France 2 : le socialisme plein de contradictions

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 janvier 2017
- A +

Par Serge Federbusch.

contradictions
Manuel Valls By: DenisDenisCC BY 2.0

Personne n’est dupe et certainement pas les téléspectateurs sondés en fin d’émission : Manuel Valls, pour tenter d’incarner une sorte de ligne centriste face aux électeurs de la Belle alliance populaire, change d’opinion plus vite qu’une girouette.

Incarner un socialisme plein de contradictions

Il était pour l’usage du 49-3, il est contre ; il était pour l’interdiction du voile à l’université, il est contre ; il était contre la défiscalisation des heures supplémentaires, il est pour ; il était pour la rigueur dans les dépenses publiques, désormais il ne prévoit que des dépenses supplémentaires au prétexte qu’ « il faut assumer le coût de notre modèle social », l’un des plus dilapidateurs au monde pourtant.

Pourquoi cette normalisation ? Il l’avoue sans ambages : « Quand j’ai dit ce que je pensais et proposé des mesures courageuses, comme lors de la primaire de 2011, j’ai terminé avec 5 % des voix ! » À ce niveau, la démagogie redevient de la naïveté, le cynisme de l’honnêteté !

En réalité, la candidature de Manuel Valls souffre d’un péché originel : il a contraint François Hollande à renoncer en lui signifiant qu’il se présenterait coûte que coûte. Face à la perspective de la division et du ridicule, devant pareille manifestation de défi, Hollande ne voyait plus comment emporter la primaire de la gauche et a dû déclarer forfait.

Valls ne peut, par-dessus le marché, désavouer son héritage gouvernemental et se poser en candidat de la rupture avec le prétendu modèle social français. Cela ferait trop de trahisons en quelques semaines, d’autant qu’il est toujours difficile de faire croire qu’on a agi sous contrainte, prisonnier des décisions de son ex-patron.

Des contradictions sur tous les sujets

Cet exercice de grand écart et de sacrifice à tous les totems socialistes conduisent Manuel Valls à des propositions anecdotiques qui évitent tous les sujets qui fâchent. Taper du poing sur la table avec l’Allemagne pour changer l’Euroland ? « Il faut une pause dans les réformes mais il faut changer les choses quand même. » Difficile de faire plus contradictoire sur cette question essentielle !

Défendre l’industrie française ? « Il faut augmenter les droits de douane. » Sauf bien sûr, que nos engagements européens et internationaux nous en empêchent et que Manuel Valls ne dit absolument pas comment il parviendrait à faire bouger nos partenaires.

Tout fini alors en mesurettes ayant un petit côté technocratique, en formules creuses : « Nous parviendrons à nous redresser et à lutter contre le chômage en améliorant la formation tout au long de la vie. » C’est un vrai magasin de tartes à la crème socialistes, un catalogue de cuisines Ikea alors qu’il faudrait entreprendre des travaux d’Hercule. Pas de souffle, pas d’exemples, pas de solutions. Léa Salamé en était comme deux ronds de flan …

De la prudence pour prendre la tête du parti ?

Manuel Valls fait un petit calcul politicien : ce positionnement prudent suffirait à lui assurer la victoire tant les candidatures de Montebourg, Hamon ou Peillon sont fragiles. L’objectif ne serait pas d’emporter la présidentielle mais simplement d’être le candidat du PS et de ne pas faire trop mauvaise figure afin de tenter de prendre le parti par la suite.

C’est un exercice de synthèse molle qui renvoie à ceux qu’affectionnait François Hollande. Et encore, pas au Hollande de la candidature de 2012 mais à celui des congrès socialistes d’avant.

Manuel Valls s’est lancé dans l’aventure à titre conservatoire. Mais le conservatisme n’a jamais fait gagner une élection et ses concurrents ont beau être des gauchistes pâlichons (Montebourg et Hamon) ou des bureaucrates sortis de nulle part (Peillon), Manuel Valls est apparu incohérent et pusillanime.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Socialopathe pur et dur, dans la lignée des Paul Laval et autres héraults du collectivisme.

  • C’est un gros C.. incroyable qu’il soit là où il est mais chez les socialistes il semblerait que cela soit habituelle

  • Merci à l’auteur pour ce bel article qui est un constat de l’incohérence de la gestion gouvernementale de notre pays.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article
Par Nathalie MP Meyer.

Cet article doit se lire - j'insiste - comme la suite de "Manuel Valls : com’, ambition et coups de menton", portrait que j'avais écrit en décembre 2016 alors que l'ex-ministre de l'Intérieur puis Premier ministre de François Hollande venait de quitter Matignon pour participer à la primaire de gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017.

Depuis son monumental plantage face à Benoît Hamon lors de la primaire de gauche de 2017, on le voit chercher fébrilement le parachutage politique en vue qui rendrait enf... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

François Hollande en est convaincu, la victoire présidentielle d’Emmanuel Macron en 2017 ne doit rien au « nouveau monde » à base de « ni droite ni gauche » qu’il promettait aux Français mais tout au refus de ces derniers de voir arriver l’extrême droite à l’Élysée.

Et ce d’autant plus que l’élection s’est déroulée dans un « contexte particulier » où lui, Hollande, ne se représentait pas et où le candidat de la droite était affaibli par l’affaire des emplois fictifs de sa femme.

Autrement dit, plus ... Poursuivre la lecture

Par Marc Crapez.

La jonction opérée entre le centre-droit espagnol d’Albert Rivera et le centre-gauche français de M. Valls est un phénomène significatif. Il annonce un changement de personnel politique, non pas seulement plus jeune, réformateur et réaliste -c’est chose faite depuis Tony Blair et Gerhard Schröder- mais moderniste et europhile.

En effet, à l’instar de l’homme politique du XIXe  siècle Juan Prim y Prats, Rivera a fondé une forme de libéralisme résolument ou agressivement progressiste. Pendant ce temps, en France, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles