Primaire de la gauche : une seule ambition, creuser les déficits

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: olle svensson - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Primaire de la gauche : une seule ambition, creuser les déficits

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 14 janvier 2017
- A +

Par Patrick Aulnas.

Primaire de la gauche : une seule ambition, creuser les déficits
By: olle svenssonCC BY 2.0

Dans le domaine des finances publiques, la gauche reste égale à elle-même depuis Mitterrand. Elle ne trahit jamais ses principes et le candidat de 2017 les respectera donc scrupuleusement. Tant de vertu ne doit pas surprendre. Pour être de gauche, il faut avoir compris un principe fondamental : les politiques utilisent beaucoup mieux l’argent que les pauvres citoyens de base. Il convient donc de leur en prendre un maximum.

Impôts, taxes, cotisations obligatoires et déficits publics

Comment ? De trois façons, comme chacun sait : les impôts et taxes, les cotisations sociales obligatoires et les déficits publics. Déficit du budget de l’État, du budget des collectivités locales, déficit des régimes de retraite, de l’assurance-maladie, de l’assurance-chômage. L’énorme avantage des déficits, c’est qu’ils permettent de dépenser davantage en reportant le prélèvement fiscal ou social sur le futur.

Le déficit est provisoirement indolore mais très gratifiant pour les citoyens et surtout pour les politiciens. Ils peuvent dépenser plus sans augmenter impôts et cotisations et promettre ainsi monts et merveilles. Une idée géniale. Seuls des ringards comme François Fillon ont pour ambition de réduire les déficits.

Les candidats à la primaire de gauche considèrent donc tous que les déficits publics vont continuer à s’accumuler et la dette publique à grossir. Les 2160 milliards actuels, soit 97,6% du PIB, ne les effraient pas du tout.

Le meilleur d’entre eux est le célèbre fantaisiste Arnaud Montebourg. Il affirme haut et fort que la limite maastrichtienne de 3% du PIB pour les déficits publics « n’est pas politique ». Personne ne sait vraiment ce que cela signifie, mais on peut penser que pour le candidat socialiste, il s’agit d’une limite technico-économique tout à fait arbitraire. Pourquoi 3% plutôt que 5% ou même 10% ?

Dans l’esprit de Montebourg, visiblement, il appartient aux politiciens de jouer avec les déficits selon leur fantaisie du moment, qu’ils qualifient de priorités. Pour Montebourg, la priorité des priorités étant le chômage (on ne saurait lui donner tort sur ce point), il convient de creuser les déficits pour créer autant d’emplois publics que nécessaire. Les traités internationaux, le respect des engagements pris, la crédibilité du pays, n’y pensez plus ! Ce n’est pas « politique ».

Benoît Hamon le devin

Benoît Hamon n’est pas en reste et analyse notre réalité socio-économique comme un devin. Pour lui, nous sommes sortis définitivement d’une économie de plein emploi car la croissance restera faible. Il faut donc bâtir la société de demain sur autre chose que cette idée archaïque de travail et rémunérer l’inactivité sur fonds publics. Le revenu universel versé à tous sans aucune condition y pourvoira. Il coûtera, à terme, la bagatelle de 400 milliards d’euros par an. Hamon creuse les déficits au tractopelle de grande puissance.

Ces deux candidats aux primaires de gauche sont les plus démagogues, mais les autres n’abordent pas la question centrale de la résorption des déficits publics et de la réduction progressive de la dette. Mélenchon, qui ne s’encombre pas des primaires, a depuis longtemps trouvé la solution.

La dette publique est illégitime car « le peuple » ne l’a pas voulue. Elle ne sera pas remboursée. Les socialistes ont trouvé leur maître : le peuple de Mélenchon veut beaucoup de fonctionnaires, la retraite à 60 ans, des remboursements maladie, des indemnités de chômage et un financement par emprunt non remboursable. L’innovation financière n’a plus aucune limite.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Crier haro sur Hamon, Montebourg et Mélenchon, même s’ils sont les trois plus démagogues, c’est leur attribuer un poids politique qu’on ne retrouvera pas au fond des urnes le soir du premier tour de la présidentielle. Comme l’a dit fort justement La Tribune de Genève citée par Courrier international, la primaire de la gauche sert à désigner le meilleur candidat de la gauche pour perdre l’élection : laissez-les braire ! Même après le Brexit et l’élection de Trump, je n’ai pas peur du vote de mes concitoyens.

    • À Fredus, pas tout à fait d’accord ! Même si ces candidats n’ont aucun poids, ils contribuent largement, avec l’aide des médias, à entretenir l’idée qu’en France on a droit à tout et aucun devoir en échange et que les aides et allocations diverses et variées reçues de l’Etat et ses entités ne coûtent rien à personne puisque c’est l’Etat qui paye !!! Notre président actuel l’avait d’ailleurs évoqué à propos des subventions …

    • petit rectificatif, évoqué nottament par Philippe Val : la primaire du PS ne sert qu’a désigner le futur leader du PS, c’est a dire le despote qui aura pour mission d’en faire un instrument dédié a sa gloire et à sa victoire lors des prochaines élections gagnable par les socialos.

  • …..primaires de la gauche ,merci de corriger cette faute d’orthographe choquante.

  • ça fait combien d’années que l’argent des contribuables est dilapidés n’importe comment ? 20 , 30 , 40 ans ?plus ?je vous laisse imaginer les centaines de millions d’euros voire les milliards ,qui se sont volatilisés dans des dépenses farfelus , dont nous ne connaissons que ce qui ne peut se cacher , et qui ont contribué à notre endettement via la politique de toutes ces élites sans cervelle qui se sont succédés en france ; l’argent , le notre , leur brule les doigts ; il faut dépenser à tout prix , on voit le résultat aujourd’hui ;

  • À propos des 3% de Maastricht, c’est bel et bien une valeur « tirée du chapeau », sans aucun argumentaire ou réflexion sous-jacents. Ça aurait tout autant pu être 0% que 5% ou n’importe quelle autre valeur. En ce sens, le bel Arnaud se trompe : ce critère n’est QUE politique…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le déclin des organisations s’étale souvent sur de longues périodes, ce qui contribue à rendre sa perception difficile. Mais il arrive qu’un événement particulier le rende évident aux yeux de tous. Cet événement n’est pas nécessairement important, mais sans qu’on sache vraiment pourquoi, il cristallise tout ce qui était en germe depuis longtemps. Pour le Parti socialiste, alors au pouvoir, il semble bien que cet événement soit la gestion calamiteuse de la décision par le groupe ArcelorMittal d’arrêter les hauts fourneaux de Florange en 2012.<... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle. Un article de Mises.org

Aucune économie n'a été capable d'ignorer une bulle immobilière, encore moins de la compenser et tout en poursuivant sa croissance, le tout en remplaçant un secteur immobilier en ruines par d'autres pans de l'économie. Les économies lourdement réglementées, de l'Islande à l'Espagne, n'ont pas réussi à contenir l'impact négatif de l'effondrement du secteur immobilier. Il en sera de même pour la Chine.

Il y a trois problèmes dans le domaine de l’immobilier en Chine : la taille massive du... Poursuivre la lecture

Par Maria Lily Shaw. Un article de l'Institut économique de Montréal

À la veille d’une campagne électorale, les politiciens canadiens devront bientôt fournir des réponses quant à leur approche privilégiée pour faire face aux nombreux enjeux auxquels le pays est confronté. Il ne fait aucun doute que la dette colossale du Canada et ses déficits astronomiques et récurrents figurent parmi les préoccupations les plus pressantes.

Comme l’a récemment noté le directeur parlementaire du budget (DPB), nous nous dirigeons actuellement vers... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles