Hommage à Michel Déon

La disparition de Michel Déon marque celle du dernier grand écrivain du XXème siècle. Pierre Farge, avocat, écrivain, revient sur le message de son œuvre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Michel_Déon_au_salon_du_livre_de_Paris_2012Par S. Veyrié — Travail personnel, CC BY-SA 3.0,

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hommage à Michel Déon

Publié le 1 janvier 2017
- A +

Par Pierre Farge.

Michel Deon
Michel Déon au salon du livre de Paris 2012 Par S. Veyrié -Travail personnel, Wikipedia, CC BY-SA 3.0

« Si nous comptons les occasions perdues, la vie semble n’avoir été que cela » disait Aline Giono, regrettant à l’époque de n’avoir jamais osé frapper à la porte de Michel Déon.

Elle le fera finalement.

Moi pas. À la différence de quelques penseurs du XXème siècle que j’ai eu la chance de rencontrer comme René Girard. C’est sans doute mon plus grand regret.

Michel Déon, de l’autobiographie par petites touches

Le Midi qui se dore au soleil, la Méditerranée, les îles grecques, les archipels siciliens, les terrasses des Cyclades et les siestes de Toscane ; les pins, les lacs de montagne, les vacances éternelles, les voyages éperdus… Michel Déon m’a appris à jouer, à vivre, à aimer, et m’a donné envie d’écrire.

Il m’a convaincu à vingt ans qu’un univers romanesque discrètement autobiographique, léger, impertinent, patient, pudique et apolitique pouvait prendre le dessus sur l’existence comme il faut, les clients, les conférences, les cours à préparer, et la peur de n’arriver que le deuxième.

Il m’a convaincu de ce sentiment qui vous donne un peu moins peur de mourir chaque jour et d’être oublié (je crois comme un enfant à l’immortalité des livres). Il m’a convaincu de l’art du roman, de la possibilité de supporter la réalité en la modifiant, en l’imaginant.

Michel Déon en exil

Il y a aussi bien sûr l’exil. Cet état si stimulant pour les créateurs. Cet état d’âme itinérante, d’être en fuite, s’éloignant de son pays pour se réfugier dans l’écriture et trouver l’inspiration. En Suisse (Je me suis beaucoup promené), en Italie (Je ne veux jamais l’oublier, Les Trompeuses Espérances, Je vous écris d’Italie) puis aux États-Unis (La Cour des grands) et au Canada (Bagages pour Vancouver). Mais aussi au Portugal (Un parfum de Jasmin), dans le Tessin, puis l’île de Spetses en Grèce (Pages grecquesLe Balcon de Spetsai, Le Rendez-vous de Patmos et Spetsai revisité), et enfin le comté irlandais de Galway (Les Poneys sauvage, Un taxi mauve).

De ces romans les plus remarqués, l’ensemble de l’œuvre compte plus de quarante livres. Quarante !

Une œuvre dont je ne sais finalement si je dois admirer le plus l’intelligence, l’intemporalité ou la cohérence. Une cohérence énorme en plus de son savoir et ses qualités d’écrivain.

Une cohérence que je comprends d’autant mieux en relisant Un déjeuner de soleil, dont Michel Déon lui-même disait qu’il était la clef de toute son œuvre.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Michel de poncins
0
Sauvegarder cet article

Par Francis Richard.

Six mois plus tard, presque jour pour jour, j'apprends incidemment sur la Toile, et avec tristesse, le décès de mon ami Michel de Montaigne de Poncins. Dieu l'a en effet rappelé à Lui à la fin du premier confinement de la France, le 7 mai 2020.

La cérémonie religieuse a été célébrée dans l'intimité familiale le 12 mai 2020, jour du déconfinement, en l'église de Notre-Dame-de-l'Assomption à Paris. Même si j'y avais été invité, la frontière entre la Suisse et la France était encore fermée...

Michel de P... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Michel Faure.

Jean Daniel est mort mercredi soir à l’âge de 99 ans et je veux lui rendre hommage ici, dans Contrepoints, quotidien libéral, même si lui-même fut un homme de gauche. Personnage hors du commun, partisan de la morale de la vérité, il m’a  profondément influencé, sans doute comme beaucoup d’autres journalistes de ma génération.

C’est lui qui m’a confirmé, par son exemple et ses écrits, que le journalisme était un beau métier alors que j’étais encore adolescent. C’est aussi lui qui m’a aidé, quand j’étais étudian... Poursuivre la lecture

Par Pascal Salin.

J’ai été très heureux de cotoyer pendant plus de cinquante ans cet être exceptionnel qu’était Bertrand Lemennicier. En effet il a été mon étudiant à Nantes au début de ma carrière d'enseignant. J’avais été surpris que l'étudiant qu'il était vienne discuter avec moi de théorie économique à la fin de chacun de mes cours. J’avais admiré sa motivation et son intelligence. Et je suis ensuite toujours resté en contact avec lui. J’éprouve donc maintenant une grande tristesse du fait de son décès.

Bertrand Lemennicier ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles