Les cinq vertus d’un bon écrivain

Je vous recommande vivement d’utiliser les cinq vertus/vices de Hazlitt comme une liste de contrôle pratique pour évaluer et améliorer vos propres écrits

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les cinq vertus d’un bon écrivain

Publié le 16 octobre 2022
- A +

Par Dan Sanchez.

Le grand journaliste et auteur Henry Hazlitt (1894-1993) a donné l’excellent conseil suivant aux écrivains :

Le lecteur qui cherche à bien écrire et à bien penser devrait viser d’abord les qualités essentielles – cohérence, clarté, précision, simplicité et brièveté. L’euphonie et le rythme sont bien sûr souhaitables, mais ils sont comme les derniers frottements d’un beau meuble – les touches finales ne sont justifiées que si le meuble est bien fait. En tant que méthode de travail, l’apprenti écrivain peut souvent trouver utile de commencer par déraciner ses défauts. Il devrait s’efforcer d’acquérir les cinq vertus que sont la cohérence, la clarté, la précision, la simplicité et la brièveté en s’abstenant avec vigilance de commettre les cinq vices que sont l’incohérence, l’obscurité, l’imprécision, la pédanterie et la circonlocution ».

Voici quelques-unes de mes propres réflexions sur ces vertus d’écriture et les vices correspondants.

La cohérence (par opposition à l’incohérence) est la qualité de former un tout unifié et intégré. Pour qu’un texte soit cohérent, il doit avoir un objectif clair, et chaque élément constitutif doit contribuer à cet objectif. Les longues digressions et les non sequitur peuvent rendre un texte incohérent.

La clarté (par opposition à l’obscurité) dans l’écriture consiste à être facilement compris par le lecteur. Un écrivain qui veut être compris doit penser en termes non seulement d’expression (partager ses pensées) mais aussi d’exposition (partager des idées de manière intelligible). Souvent, une plus grande clarté dans l’exposition va de pair avec une plus grande clarté dans votre propre compréhension du sujet. La compréhension et la compréhensibilité sont les deux faces d’une même pièce.

Pour qu’un texte soit clair, il doit être fluide, tant sur le plan narratif que logique. Chaque passage doit faire progresser l’histoire et/ou l’argument de la pièce d’une manière qui suit naturellement ce qui l’a précédé. Un texte décousu, qui saute trop souvent d’un passage à l’autre, perturbera le lecteur.

Un texte clair doit également être complet. Il ne doit omettre aucun point nécessaire pour que le lecteur comprenne ce que vous dites. L’absence de contexte obscurcira votre message. Un jargon non familier et non introduit rendra également votre présentation opaque pour le lecteur profane. N’oubliez pas que le lecteur ne partage pas toutes vos connaissances. Méfiez-vous de la présomption selon laquelle un lien nécessaire va de soi.

La précision (par opposition à l’imprécision) dans l’écriture consiste à être exact et spécifique dans la transmission de votre sens. Pour atteindre la précision, il faut souvent jouer avec une phrase pour trouver la formulation et l’expression qui vous permettront de faire passer votre message avec précision. La consultation d’un dictionnaire et d’un thésaurus peut se révéler utile à cet égard.

La simplicité (par opposition à la pédanterie) dans l’écriture consiste à limiter votre exposé à l’essentiel. Les écrivains qui ont une connaissance approfondie de leur sujet sont souvent tentés de partager des détails obscurs qui surchargeraient le lecteur. N’essayez pas de faire tenir dans un seul article un enseignement complet sur votre sujet. Essayez plutôt de donner à votre lecteur une leçon importante, suffisamment simple pour être assimilée en une seule séance.

La brièveté (par opposition à la circonlocution) dans l’écriture consiste à faire passer votre message en aussi peu de mots que nécessaires. Souvent, le premier jet d’une phrase est inutilement verbeux et donc difficile à manier pour le lecteur. Voyez ce que vous pouvez faire pour couper, comprimer et recombiner votre formulation afin de rendre votre phrase plus concise et élégante.

Élaguez toutes les phrases qui ne pèsent pas lourd, c’est-à-dire qui n’apportent pas assez de valeur à votre présentation pour justifier le travail supplémentaire qu’elles demandent au lecteur. Parfois, cela peut signifier qu’il faut supprimer des sections entières. Vous devez être prêt à tuer vos chéris, comme le disait William Faulkner.

Je vous recommande vivement d’utiliser les cinq vertus/vices de Hazlitt comme une liste de contrôle pratique pour évaluer et améliorer vos propres écrits :

  1. Cohérence contre incohérence
  2. Clarté ou obscurité
  3. Précision ou imprécision
  4. Simplicité ou pédanterie
  5. Brièveté ou circonlocution

Sur le web

 

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Gaspard Koenig.
2
Sauvegarder cet article

Gaspard Koenig a publié un nouvel essai politique : Contr’un, pour en finir avec l’élection présidentielle en France.

Son ouvrage est un récit de campagne, un réquisitoire libéral contre l’élection présidentielle au suffrage universel direct, ainsi qu’un livre de propositions de réformes en faveur d’une conception parlementariste de la vie politique française.

 

La campagne présidentielle en France : exigence d’omniprésence, d’omniscience, d’omnipotence

Il fait d’abord le récit critique de la campagne présidentielle ... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

 

Frankenstein est l'une de ces histoires dont on entend parler durant l'enfance sans pouvoir se rappeler dans quelles circonstances. Quoi qu'il en soit, c'est mon cas.

Nous savons que le monstre est grand et vert, qu'il a une tête carrée et des cicatrices. Nous savons qu'il était mort et a été ramené à la vie par un médecin fou. Nous pressentons qu'il n'est pas exactement mauvais mais incompris. Du moins, c'est ce dont je me souviens.

Voyez-vous, je n'ai lu pour la première fois le roman ef... Poursuivre la lecture

Photo de Ludwig von Mises
4
Sauvegarder cet article

À la fin de 1958, l'économiste Ludwig von Mises donna une série de conférences à des étudiants en Argentine. En 1979, après sa mort, sa femme Margit les publia sous la forme de Six Leçons.

Avec l'Institut Mises France, les Éditions John Galt viennent de publier une traduction en français de ces leçons d'économie ignorées par beaucoup, en particulier par les soi-disant élites.

 

Le capitalisme

Les améliorations des conditions de vie des Hommes sont dues aux entreprises capitalistes dont les dirigeants, innovateurs, o... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles