Ségolène Royal inaugure la route solaire. Un désastre financier ?

En inaugurant une route faite de panneaux photovoltaïques, Ségolène Royal veut faire de la France un pays d’avant-garde. Mais le rendement et le coût de cette réalisation sont déjà très discutables.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ségolène Royal inaugure la route solaire. Un désastre financier ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 décembre 2016
- A +

Par Michel Gay.

Dorothy sur la route de briques jaunes – Le Magicien d’oz by Jenn and Tony Bot(CC BY-NC 2.0)

Quel est l’intérêt de dépenser cinq millions d’euros d’argent public pour rouler pendant un kilomètre sur 2800 m2 de panneaux solaires posés sur une route ?

Une route solaire au rendement discutable

Serait-ce moins cher que d’installer ces coûteux panneaux inutiles sur des toits et dans des champs ? Le mètre carré de panneau solaire « futuriste » sur route revient à près de 1800 euros ! Le futur radieux sous le soleil sera ruineux ou ne sera pas…

Le rendement est-il meilleur ? Les deux couches de revêtement de nouvelle génération ajoutées sur le dessus des panneaux pour résister à l’écrasement devraient diminuer leur capacité de production, déjà faible à l’horizontale et intermittente. Curieusement, personne ne semble s’en inquiéter. Sauf, et c’est paradoxal, la représentante d’une association de soutien à l’énergie solaire (Hespul) sur France-info le 22 décembre.

Notre ministre de l’Environnement qualifie même cette prouesse technique réalisée en Normandie de « gap technologique ». Quel exploit !

La France à l’avant-garde ?

Mais qu’y a t-il donc dans la tête de nos brillants dirigeants politiques pour développer cette monumentale absurdité ?

Ségolène Royal a déclaré sur France Inter : « Il y a à la fois des routes à faire et de l’énergie et ça prouve que la France peut être à l’avant-garde ». Pour investir dans des bêtises avant les autres ?

Elle a aussi ajouté : « Je suis sûre qu’un jour on pourra rouler sur une route solaire avec des voitures électriques qui se rechargeront en roulant sur la route solaire ».

Notre sémillante ministre n’est plus à une « boulette » près.

Y aurait-il quelqu’un dans un ministère pour lui susurrer à l’oreille que le Soleil est une énergie diffuse et intermittente ? Diffuse parce que chaque mètre carré restitue environ 100 watts à midi en été, quand il y a du soleil, (une voiture moyenne a besoin d’une puissance de 20 000 watts à 80 000 watts), et que ces panneaux fonctionnent à pleine puissance moins de 1500 heures par an (sur 8760 heures dans une année). Les voitures électriques ne vont pas rouler souvent.

Le même jour Madame Royal a indiqué que « Depuis le 1er janvier 2015 et la Cop21, la France a investi un milliard d’euros dans le photovoltaïque, représentant 6000 emplois ». Ce qui fait presque 170 000 euros de subventions publiques par emploi. Pourvu qu’ils soient durables

Voir les commentaires (46)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (46)
  • Même les australiens n’en veulent pas…et voici par ailleurs ce qu’en pense l’un des ingénieurs en électronique les plus connus d’Australie…pour la faire courte, notre imbécile (probablement pas pour son portefeuille d’ailleurs) de ministre de l’écologie y est qualifiée de « minister of silly walks » (en reference a un sketch des Monty Pythons)

    https://youtu.be/RjbKYNcmFUw

  • Maintenant qu’elle a fichu le Poitou-Charentes sur le toit, l’a voici embarquée dans ce curieux projet fumeux dont elle à le secret !…
    Elle pourra toujours faire rouler ses MIA sur son ruban photovoltaïque, cela mettra Marseille à une semaine de Paris…
    Incroyable que cette catastrophe ambulante dispose encore du moindre crédit.
    Peut-être chez les fumeurs de substances interdites ?

  • Virez la à tout jamais. Nous avons échappé au pire en 2007. Je sais qu’elle est diplômée d’une prestigieuse école.
    Les diplômes ne donnent ni l’intelligence pour diriger un pays. Ne vivez elle avec un certain capitaine…..qui a ruiné la France

  • Quand la bêtise est a ce niveau, ce n’est plus une bêtise mais une escroquerie en bande organisée… en taule tout ce joli monde de malfaisants

  • On doit aussi rappeler que ce sont des panneaux solaires qui sont « ombrés » si ils sont utilisés…Bon certes pas beaucoup mais sur le principe c’est quand même à noter.
    Sinon, nous sommes dans la communication, pas la peine de se fatiguer, sinon pour se désoler que un nombre stupéfiant de média y participe sans la moindre retenue.

    Mais est ce différent de campagnes de promotion de la lutte contre le gaspillage.. de la promotion des produits bio? du locavorisme…? Etc etc…

  • @lumière
    Éternelle question ,pourquoi les medias communiquent sans réfléchir tout ce qu’on leurs donne…….ils fonctionnement comme des agents d’artistes,ils touchent une part du fromage tout simplement et c’est tout a fait normal ,l’économie fonctionne comme ça …si cela ne nous plait pas il suffit de payer plus que les autres….ou de contre dire les sondages 🙂

  • Ciel ! Les voitures font de l’ombre sur la route, attendons la nuit pour rouler sur le photo voltaïque.

  • Article orienté, en tout cas information parcellaire! Si
    5M€ c’est le cout total du km de voie, est-ce si cher par rapport à 1km de route ? La comparaison devrait être faite dans l’article.???
    Une voiture a besoin de plus d’un m2 pour rouler. Il y a des mètres avant et après… si on lui donne 200 m2 (4 m de large sur 50 m de long (ce sui est faible si on considère les distance de sécurité on arrive a 20 000 watts… ce n’est que le début… arretons de faire du bashing pour’le plaisir. Ou faisons le sérieusemenr.

    • l’électricité produite par cette route solaire n’est pas du tout faite pour alimenter une quelconque voiture électrique qui roulerait dessus.
      dès lors, pourquoi installer volontairement ces panneaux solaires dans un endroit volontairement difficile pour la survie à long terme du panneaux ? on ne me fera pas croire qu’on obtient les mêmes résultats qu’avec des panneaux installés sur un toit de maison : poids lourds qui roulent dessus, chasse neige qui racle son étrave dessus, sel de déverglaçage répandu dessus… en quelques années, tout sera bousillé…
      déjà que c’est une absurdité financière avec des panneaux sur les toits, ici ça ne peut être que pire

      • Si vous prenez le temps de décortiquer cette vidéo, vous remarquerez des erreurs de calcul assez grossières, en tout cas suffisamment pour la discréditer totalement. Ceci étant dit il est clair que cette vidéo s’adresse plutôt à un public qui ne vas pas vérifier les calculs.

        • @fred: Faites nous gagner du temps : Où sont-elles dans le film ?

        • il y a peu de calculs dans la vidéo, il reprend juste des données …et compare… et puis si il y a une chose à critiquer c’est colas…qui communique peu sur les chiffres…

          • je suis d’accord qu’il y a peu de calculs, et sur le peu de calculs il reussit à se planter en beautée, ce mec est un charlatan. Remarquez, si vous ne voyez pas le problème c’est peut être que vous ne voulez pas le voir.
            il y a des comparaisons en € par watt crete et aprés en kwh/m2 sans jamais prendre en compte que le nombre de wattcrete par m2 n’est pas le même selon les technologies……..
            ce type vous enfume et vous en redemandez !

    • Sauf que :
      1. Toutes les voitures ne sont pas des smart et des minis. 20 KW, c’est le bas de la fourchette.
      2. 100W / m2, c’est ce qu’on récupère lorsqu’il fait parfaitement beau, à midi. Dans la pratique, l’essentiel du temps, ça ne produira pas plus de 1W / m2
      3. Ce n’est pas une histoire de début ou de fin. Le meilleur panneau solaire du monde ne produira jamais plus d’énergie que le soleil ne lui en donne. Ce maximum est de 1.3KW / m2, au Sahara, à midi, en plein été. En France, on est dans les choux. Il y a le facteur saisonnier : Entre août et janvier, la production est divisée par 6. Il y a le facteur nocturne : aucune production la nuit, et très peu en dehors des 3-4 heures de plein soleil. Bien sûr, il y a aussi l’effet météo. Sans parler, dans le cas qui nous occupe, de l’effet bouchon (ce serait amusant : des voitures alimentées en énergie grâce au soleil qu’elles occulte par leur présence… :D). Au final, les 100W / m2, avec le meilleur panneau solaire du monde, on ne les verrait jamais. On serait plus proche des 1W / m2 en moyenne annuelle.
      4. Le solaire est par nature irrégulier. Alimenter des moyens de transports avec du solaire est juste stupide. Regardez donc le solar impulse. On faisait mieux il y a un siècle en montgolfière ! Et ça ne pourra jamais faire beaucoup mieux : toujours ces 1.3KW / m2 que nous offre le soleil, dans le meilleur des cas.

      • 1) 20 kw à 90 km/h c’est une consommation mini de 7,5 l au 100 à cette vitesse. C’est plutôt le haut de la fourchette pour une voiture moderne.
        2) le facteur saisonnier pour un panneau placé à l’horizontale est de 4 et pas de 6 et la perte de rendement due a cette position est de 13 %. dans ces conditions, 1wc de panneau produit 780 wh. à 100wc par m2 on arrive a une puissance moyenne annuelle de plus de 8w/m2
        3) il est clair que pour commencer , pour un vehicule electrique la meilleure place pour un panneau solaire est sur son toit. 250 Wc couvriraient déja 15% de ses besoins annuels et la batterie est déja la

        c’est dommage de tripatouiller à ce point la les chiffres en croyant que personne ne le remarquera

        • Quand on essaie de reprendre les autres, il faut le faire bien. Et surtout ne pas mélanger les watts (puissance) et les wh (énergie)
          1. 7.5l aux 100, c’est 75 kWh., pas 20kWh, comme j’imagine que vous voulez dire… Référence :
          « une consommation électrique de 20 kWh/100 km correspond à environ 2 l/100 km d’essence » –> https://fr.wikipedia.org/wiki/Kilowatt-heure
          2. J’avais les chiffres pour l’Allemagne. Il semblerait qu’en France, le rapport soit un peu plus favorable. Cela dit, un rapport de 4:1 c’est loin d’être pratique. Parce que les voitures ne consomment pas 4 fois moins d’énergie en hiver qu’en été, que je sache. Ce qui veut dire que les panneaux solaires devraient être pensés pour produire, de base, 4 fois plus d’énergie. Et comme on la vu, ils en produisent en fait beaucoup beaucoup moins.
          3. On se fiche des besoins annuels. Une voiture ne roule pas sans cesse toute l’année, ne passe pas son temps en plein soleil, et a besoin d’énergie au moment de partir. On ne décide pas de prendre sa voiture quand la batterie est pleine, on veut une batterie pleine quand on décide de prendre sa voiture. Donc, la production théorique moyenne annuelle est un concept de vendeur de foire, sans plus.

          • @ DomP
            Pourquoi vous obstinez vous dans l’erreur ?
            un moteur thermique a dans le meilleur des cas un rendement de l’ordre de 0,3 (malheureusement c’est le plus souvent beaucoup moins)
            donc 20 kw mécanique necessitent 66,6 kw thermiques
            si on veut une consommation en l aux 100, la voiture roule à 90 km/h (c’est une route de campagne) donc la durée à prendre en compte est de 1,11 h
            l’energie thermique nécessaire est donc de 1,11 x 66,6 = 74 kwh(thermiques)

            ce mauvais rendement des moteurs thermiques est d’ailleurs l’explication principale de la betise du chauffage électrique (eh oui même dans une centrale nucléaire on convertit avec un rendement de l’ordre de 0,3 la chaleur en électricité)

            3) c’est une maladie de penser en termes de solution unique, un panneau solaire sur une voiture n’a pas pour but de charger totalement la batterie, juste de participer à la charge, ce qui est fourni par le panneau n’a pas à être fourni par le réseau. si la batterie se recharge de l’equivalent de 5km sur le parking quand je bosse, c’est toujours bon à prendre

        • La plupart des véhicules électriques parcourent entre 80 et 100 kilomètres avec 10 kWh. Ce qui les rend peu gourmandes, c’est leur faible perte d’énergie. Alors que les moteurs à essence ou diesel convertissent maximum 35 % de cette énergie en force motrice, une voiture électrique atteint les 90 %.

          • Aucun sens, votre comparaison. Pour un véhicule thermique de cette catégorie, ce serait alors 3 l aux 100 Km environ. Et 10 KWh, c’est pour quel véhicule ? 10 KWh, ce serait la production théorique de 1 m2 pendant plus de 50 h en plein soleil. Croyez-vous cela possible ? Vu le faible facteur de charge, cela demanderait bien plusieurs jours l’été. Et l’Hiver ? Bon courage !

            • si vous voulez des exemples concrets, pour une tesla model SP90 D on est à 17,9 kwh au 100km donc une puissance de l’ordre de 16 kw à 90 km/h (en réalité, a vitesse stabilisée beaucoup moins). pour une zoé on est à 11kwh au 100 km, un vehicule de cette categorie est à peu près à 4l/100km.
              le rendement d’un moteur thermique est deplorable d’autant plus qu’il est utilisé à faible charge, un moteur thermique de 100 kw utilisé à 20 kw à un rendement maxi de l’ordre de 20 %

              250 wc de panneau sur la voiture m’offrent au minimum 2km par jour, et exceptionnellement plus de 10. ce n’est pas suffisant pour ne pas avoir besoin de recharger cependant cela permet de recharger moins et de diminuer la facture d’énergie.
              Bien sur si c’est sur une tesla cela ne m’offre plus que 1 km/jour, tout le monde n’a pas besoin d’une telle voiture.

              • Combien le KWh dans ces conditions. Il faudrait faire le calcul. C’est une solution de nantis quand même. Et l’énergie grise engloutie pour la fabrication ?Et le bilan carbone dans tout cela ? Vous passez tout cela sous silence. Est-ce vraiment mieux qu’un moteur thermique à modèle équivalent ?

                • la réponse est assez simple, on a au minimum l’équivalent d’une heure de plein soleil par jours (plutot 1,2), un panneau monté à l’horizontal à un coefficient de 0,85. 250 wc fournissent au minimum 210 wh soit 2,1 km pour une petite citadine ou un peu plus de 1km pour une tesla.
                  en moyenne annuelle, on compte en france 1kwh par watt crete, il faut appliquer le coeff de 0.85 cela nous donne pour le panneau 210 kwh/an soit 2100 km .
                  le kilometrage moyen en france est de 16000 km, un panneau de 250 wc couvre donc dans ce cas 13% de la consommation annuelle.

                   » C’est une solution de nantis quand même. »
                  la voiture est une solution de nantis, les transports en commun sont nettement moins coûteux en terme d’énergie
                  « Et l’énergie grise engloutie pour la fabrication ? »
                  pour ce type d’application ou cela remplace un moteur thermique mal utilisé c’est quelques mois.
                  sur une durée de vis de 10 ans pour une voiture et en estimant que ces panneaux n’ont pas une seconde vie, chaque wattcrete economise sensiblement 3litres de carburant. c’est pas si mal

                  « Est-ce vraiment mieux qu’un moteur thermique à modèle équivalent ? »
                  d’un point de vue energétique c’est clairement oui, d’un point de vue pratique les nouveaux concepts de charge sans fil et dynamique vont clairement faire pencher la balance

                  • Vous êtes bien optimiste pour le kilométrage effectué avec un panneau solaire de 250 wc. Tout ceci n’est que théorique. En fait, vous prenez en compte un facteur de charge en production photovoltaïque qui n’est pas du tout le même en été ou en hiver. De plus, il y a des pertes de rendements en stockage et déstockage de cette énergie. (vous ne pouvez pas non plus stocker l’électricité produite l’été pour un usage hivernal). Vous sous-estimez de beaucoup la consommation électrique du véhicule électrique. Vous n’avez probablement pas vérifié en pratique vos assertions. En ce qui concerne le cout du km effectué sur route en véhicule électrique, il n’est jamais tenu compte du cadeau, accordé par le gouvernement, des taxes sur les carburants, alors imposés aux véhicules thermiques.

                    • Pour un système qui n’est la que pour reduire la consommation globale annuelle d’une voiture électrique, ce système, dans le meilleur des cas est insuffisant pour obtenir une autonomie totale, il ne permet pas de s’affranchir de recharger la voiture, juste de la recharger moins. le but n’est en aucun cas un stockage été /hiver, juste de profiter du stockage existant sur la voiture. Cette energie à d’ailleurs un bonnus de quelques % dans la mesure ou elle n’a pas à être transportée (que ce soit par des fils ou par camion)
                      Pour avoir une idée de la puissance mécanique necessaire à n’importe quel vehicule c’est assez simple, vous prenez un gps de randonnée , une longue descente à peu prés droite et vous faites un enregistrement en descendant au point mort. Il vous faudra aussi peser ou estimer la masse de votre voiture. C’est une solution parmi d’autres qui peut vous permettre d’avoir de vrais chiffres. (il y a quand même quelques calculs à faire après). On est pas forcé de rester dans des a prioris, on à le droit de vérifier par soi même

  • « Elle a aussi ajouté : « Je suis sûre qu’un jour on pourra rouler sur une route solaire avec des voitures électriques qui se rechargeront en roulant sur la route solaire ». »
    les dispositifs d’alimentations des vehicules sur la route sont déja en test dans plusieurs endroits du monde, il ne faudra surement pas attendre très longtemps pour avoir de la recharge par induction aux peages d’autoroute ou dans des endroits particuliers ou l’on roule lentement, forte cote, croisements etc….
    la route de par son emprise au sol représente un gros enjeux energétique et pas uniquement photovoltaique, cela fait aussi un capteur solaire thermique pas trop mauvais. Le potentiel de methanisation des tontes de bords de routes représente à lui seul plus d’une dizaine de TWh
    5 million , cela ne represente que le tiers du salaire annuel d’un bon footballeur ou 0,05% de la perte de valeur en bourse d’edf sur un an ou un peu plus de la moitié de la rénumération du pdg d’alsthom
    Au niveau scandale financier on à vu nettement pire cela ne représente que moins de 0,2% de la recapitalisation d’EDF.

    • 5 millions, ça représente 5 millions de plus pris dans la poche des français, dont une part non négligeable dans celle de français non encore nés, va l’émission de dette.
      5 millions pour une connerie, quand on est fauché, c’est vraiment 5 millions de trop.

      • « 5 millions pour une connerie, quand on est fauché, c’est vraiment 5 millions de trop. »
        c’est une connerie qui enregistre déja une centaine de commandes de petits tronçons. Malgré l’avis très autorisé de Mr Gay pas mal de gens à l’étranger comme en France sont près à acheter ce système pour le tester. Les gens qui ont le pouvoir de décider doivent manifestement êtres beaucoup plus bêtes que la majorité des participants à cette discussion.
        L’intégration de capteurs photovoltaïques a beaucoup de systèmes est une tendance lourde. les bardages et vitrages photovoltaïques par exemple sont en plein développement et il est clair que rien n’arrêtera cette progression.

        • c’est surtout que les gens qui ont le pouvoir de décider ne payent pas avec leur propre argent : ils font payer ceux qui ont eu la bêtise de voter pour eux.
          trop facile…

        • Quand une boîte y mettra 5 millions avec une autre idée que de présenter la facture à des contribuables n’ayant pas le loisir de la refuser, on en reparlera.
          En attendant, c’est une connerie non rentable, dont on pourrait largement se passer.

        • il y a beaucoup de collectivités qui veulent « faire quelques chose »…

  • Ségolène à trop pris le soleil

  • Quand ce n’est pas ton argent…tu peux bien claquer 5 Millions d’Euros….
    Et les travaux sur l’énergie libre, elle compte en parler quand…
    Reste que peu de semaines…
    Meilleures pensées.

  • dans les comparaisons entre les kwh/m2 et par an on ne prend jamais en compte le nombre de wc/m2 qui est quand même une donnée primordiale etrès différente entre les technologies. L’auteur prend bien garde de ne jamais parler en kwh/wc et par an, cela ruinerai son argumentaire.
    si vous ne trouvez pas ou cela commence je vous l’indiquerai

    • Ce qui compte c’est l’énergie électrique d’origine solaire produite en temps réel, et en ce moment, ce n’est pas brillant en France pour plus de 6100 MWc installés en France. Voir : https://transparency.entsoe.eu/generation/r2/dayAheadGenerationForecastWindAndSolar/show?name=&defaultValue=false&viewType=GRAPH&areaType=BZN&atch=false&datepicker-day-offset-select-dv-date-from_input=D&dateTime.dateTime=26.12.2016+00:00|CET|DAYTIMERANGE&dateTime.endDateTime=26.12.2016+00:00|CET|DAYTIMERANGE&area.values=CTY|10YFR-RTE——C!BZN|10YFR-RTE——C&productionType.values=B16&productionType.values=B18&productionType.values=B19&dateTime.timezone=CET_CEST&dateTime.timezone_input=CET+(UTC+1)+/+CEST+(UTC+2)

    • bof ce qui compte c’est le cout de revient du Wh…et ensuite vient la question de ce qu’on va foutre de cette électricité qui pour des non pilotables conduit à une augmentation du cout de ce Wh produit..l’argumentaire de la vidéo porte la dessus d’ailleurs.
      On a beaucoup de mal à comprendre pourquoi quand on veut produire de l’électricité à meilleurs coût avc des pv , les placer horizontalement, les recouvrir d’une couche de protection diminuant le rendement soit une bonne idée… C’est ce qui vient à l’idée de tout le monde…du moins je crois…

      tiens au fait..si il neige…

      Pourquoi en fait 1 km pour tester…des tronçons de 10 m dans différentes positions auraient sans doute suffit… non?

      • « et ensuite vient la question de ce qu’on va foutre de cette électricité qui pour des non pilotables conduit à une augmentation du cout de ce Wh produit..l’argumentaire de la vidéo porte la dessus d’ailleurs. »
        Plutot que de croire les videos, allez chercher les données de première main, c’est pas compliqué par exemple de comparer et de chercher le coefficient de corrélation entre le fonctionnement des steps en turbinage et la production photovoltaique. Une fois sorti des à priori et du à peu prés, il est plus facile de tirer de conclusions pertinentes.

        « On a beaucoup de mal à comprendre pourquoi quand on veut produire de l’électricité à meilleurs coût avc des pv , les placer horizontalement, les recouvrir d’une couche de protection diminuant le rendement soit une bonne idée… C’est ce qui vient à l’idée de tout le monde…du moins je crois… »
        vous semblez ne pas avoir suivi l’évolution du photovoltaique, le prix des cellules devient marginal dans le cout d’un équipement complet. Chercher à les intègrer sur d’autres supports que ceux spécifiquement prévus pour la production d’énergie est donc naturel. Le BIPV ou intégration dans des élements de batiments ayant une autre fonction est la tendance actuelle. On va rapidement voir beaucoup d’objets du quotidien se couvrir de cellules (

  • Quelle est la propreté d’une route utilisée ?

  • Je vous suggère de vous arrêter dans la première université, d’ouvrir la porte du premier labo de recherche de vous faire présenter un seul projet de recherche fondamentale et vous aurez de quoi rédiger des articles de ce genre pour le restant de votre vie. Le solaire est un sujet fondamental, la fin des ressources pétrolière aussi et c’est la moindre des choses qu’on s’y intéresse et qu’on s’y mette. A combien estimez vous les aides de l’état cumulées pour installer des panneaux solaires non rentables sur les toits jusqu’@ présent ?

    • « la fin des ressources pétrolière aussi » C’est très discutable. Le peak oil est une blague d’écolos.
      « A combien estimez vous les aides de l’état cumulées pour installer des panneaux solaires non rentables sur les toits jusqu’@ présent ? » A beaucoup trop. Pas une raison de varier les déplaisirs.

  • C’est elle le desastre. La cause environnementale ne pourra jamais avancer avec des politiciens incapables comme elle. C’est triste. Ce pays est à la ramasse surtout quand on voit les pays nordiques qui donnent l’exemple. Elle n’est pas à sa place à la tête de ce ministère.

  • ce qu’il y a dans la tête de nos brillants dirigeants politiques pourrait faire l’objet d’un thèse en psychologie titrée ‘le syndrome de l’avion renifleur’.

  • Bizarre que personne ne se préoccupe de la fonction première de la route. Les fabricants d’enrobés ont fait des progrès remarquables en matière de perméabilité (pour éviter les flaques et l’aquaplaning), l’adhérence et le bruit. Qu’en est il pour ces routes solaires, indépendamment des questions de prix, de rendement, de durabilité…etc

  • en fait le plus intéressant dans cet article, c’est ce qui n’apparait pas : l’installateur: la société Colas filiale de Bouygues
    Colas fait des routes, Bouygues participe à la construction de centrales nucléaires (EPR !) et visiblement, ils ont besoin de se diversifier dans le solaire
    à leur manière évidemment, en restant étato-compatible et en espérant un bon gros fromage monopolistique……….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce 8 juin 2022, le Parlement européen a voté en faveur de la proposition de la Commission européenne d’interdire en 2035 au plus tard la vente de véhicules thermiques y compris pour les camionnettes et les hybrides. L’Italie est parvenue à obtenir une dérogation pour les voitures de luxe et de sport (Maserati, Ferrari). Le Conseil de l’UE doit à présent adopter la proposition. La volonté de se passer de pétrole et surtout du diesel russe favorise cette décision malgré la dépendance chinoise qui pointe sur les batteries et les matériaux qui le... Poursuivre la lecture

Par Sebastien Richet.

Pour installer 1000 MW de cellules photovoltaïques, les professionnels de la subvention à tout-va n’hésitent pas à sacrifier 1000 hectares de forêts (oui, vous avez bien lu, soit 10 km2 de forêts) pour la modique somme d’un milliard d’euros par Engie et Neoen.

On compare ce champ de cellules à un réacteur nucléaire de puissance équivalente qui tourne à plein régime 90 % du temps. Sachant que l’efficacité de fonctionnement du solaire dans cette région est en moyenne de 25 %, la production est donc du quart. ... Poursuivre la lecture

Par Michel Negynas.

Le site Révolution énergétique, faux nez du syndicat des énergies renouvelables, ose tout. Son dernier article est censé démontrer que l’éolien n’est pas intermittent et qu’il y a foisonnement. Le lecteur du site pourra juger de la pertinence des arguments. Il suffit pourtant d’observer ce qui s’est passé en juin.

Eau de juin ruine le moulin

C’est un vieux dicton météo parmi beaucoup d’autres. Mais il colle bien avec la situation des opérateurs d’éoliennes en juin : ils n’ont pas vendu grand-chose.

Le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles