La concurrence bouscule le clivage droite/gauche

Rien ne vaut la concurrence pour rebattre les cartes et empêcher les acteurs en place de s’installer trop confortablement. Surtout en politique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
François Fillon (Crédits Andrew Newton licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La concurrence bouscule le clivage droite/gauche

Publié le 10 décembre 2016
- A +

Par Erwan Le Noan.
Un article de Trop Libre

La concurrence bouscule le clivage droite/gauche
François Fillon (Crédits Andrew Newton licence Creative Commons)

Comme le consommateur qui révèle ses préférences par ses achats, l’électeur s’empare de son bulletin et des sondages pour exprimer ses choix : l’actualité vient de montrer qu’il ne s’en prive pas, excluant du jeu ceux qui animent la vie politique depuis (trop) longtemps. Exit, donc, Alain Juppé, François Hollande et Nicolas Sarkozy !

C’est une nouvelle compétition qui commence. Comme les entreprises, qui doivent concourir pour attirer les clients, les candidats doivent maintenant séduire les citoyens. D’une certaine façon, leur objectif est de valoriser leur marque et de présenter au mieux leurs atouts. Ce n’est pas qu’affaire de marketing : sans un bon produit, il n’y a pas de bonne publicité.

À droite, l’issue de la compétition est connue : François Fillon est sorti victorieux de la primaire. Il avait la marque la plus clairement identifiable : libéral économiquement, conservateur socialement ; en somme, de droite et de façon assumée. Face à lui, la marque Sarkozy souffrait d’une rupture de confiance ; quant à Alain Juppé, son discours plus centriste et plus flou le positionnait dans une zone à risque (l’Opinion du 23 juin 2016).

Faillite

dessin-contrepoints887À gauche, la situation est bouleversée par la sortie de François Hollande. Le Président a fait faillite : faute d’acheteurs potentiels, il a dû se retirer du marché. De nouveaux candidats vont désormais s’affronter dans le cadre de la primaire de janvier et chacun cherchera à se distinguer des autres. Dans cette compétition, il y a fort à parier que le positionnement qui incarnera une marque forte, faisant référence aux attentes d’un électeur de gauche, pourra l’emporter. Cette ligne se dessine en miroir de celle de François Fillon : socialiste économiquement et progressiste socialement.

Le débat gauche/droite va ainsi pouvoir se structurer autour de deux concurrents qui proposent des réponses distinctes à une question centrale du débat politique, celle de l’unité nationale et du projet collectif. À gauche, la réponse passe par le volet social : le candidat proposera de lutter contre les inégalités, de préserver le modèle social et d’assurer des droits nouveaux. À droite, c’est l’angle culturel qui est privilégié : François Fillon assumera de défendre un projet résolument réformateur, tout en préservant les structures sociales, gages de stabilité.

Cette concurrence nette entre deux acteurs clairement identifiés pourrait faire deux perdants. Le premier, c’est le Front national, qui ne pourra plus dénoncer avec autant de vigueur la collusion de ses adversaires. Ses positionnements, socialiste en économie et conservateur sur l’identité, seront fortement concurrencés. Le second, c’est Emmanuel Macron qui a fait un double pari : privilégier l’incarnation d’une énergie plutôt que d’un programme ; et celui de créer son propre marché, en se posant en réformateur libéral tout en s’affirmant de gauche. C’est prendre un double risque : celui de ne pas avoir de marqueur très clair et donc de se laisser dépasser par des concurrents plus identifiés ; et de jouer hors du marché, alors que les électeurs de droite viennent de montrer qu’ils croyaient encore, massivement, à la dynamique partisane. La compétition vient de se réveiller ; elle promet d’être passionnante !


Sur le web. Article initialement publié par l’Opinion le 4 décembre 2016.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Le FN n’est pas conservateur mais réactionnaire. Plus qu’une nuance.

  • Réflexion autrement plus convaincante que la démonstration foireuse d’ Emploi 2017 et sa soi-disant « force motrice ».

  • La conccurence a d’abord été permise par le système des Primaires qui casse le monopole de choix du candidat par un parti.

  • Un marché de promesse sans lendemain c’est exactement ce que demande le peuple depuis 40 ans et c’est précisément ce qu’il aura.
    Le pseudo libéralisme de Fillon se heurtera au manque de courage phénoménal de toute la clique politique.

  • Fantastique, alors on attend toujours les nouvelles offres du « marché » pour concurrencer les monopôles politiques : Fillon, Valls, Le Pen, Mélenchon et compagnie, c’est plus le changement du packaging que du produit.
    Seul Macron, dont on ne sait s’il obtiendra ses signatures propose un machin libéral économiquement et sociétalement, avec une étiquette ni gauche ni droite, (en France c’est un peu nouveau). Mais il part un peu tout seul pour pas éclater en plein vol.

  • Sauf qu’à peine l’électeur a le dos tourné et même si il vitupère, vocifère à rompre ses cordes vocales, l’élu fait ce que bon lui semble sans crainte (ou presque) des sanctions au cours de son mandat, et même bien au delà. Sans contrôle des élus, la démocratie fout le camp!

  • Sauf qu’à peine l’électeur a le dos tourné et même si il vitupère, vocifère à rompre ses cordes vocales, l’élu fait ce que bon lui semble sans crainte (ou presque) des sanctions au cours de son mandat, et même bien au delà.
    Sans contrôle des élus, la démocratie fout le camp!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Chelsea Follet. Un article de Human Progress

 

Aujourd'hui marque le lancement d'une nouvelle série d'articles par HumanProgress.org intitulée "Les centres du progrès". Où le progrès se produit-il ? L'histoire de la civilisation est à bien des égards l'histoire de la ville. C'est la ville qui a contribué à créer et à définir le monde moderne. Cette chronique bi-hebdomadaire donnera un bref aperçu des centres urbains qui ont été le théâtre de progrès décisifs dans les domaines de la culture, de l'économie, de la politiqu... Poursuivre la lecture

Cela fait pas mal d'années voire de décennies que la liberté d'expression passe un mauvais quart d'heure et subit des atteintes, des restrictions.

D'abord avec les lois qui instituent des délits d'opinion, comme la loi Pleven sur les propos discriminatoires à raison de la religion ou de la race, la loi Gayssot qui pénalise le stupide négationnisme des chambres à gaz donnant ainsi une tribune judiciaire à ses méchants adeptes, les lois mémorielles qui veulent écrire l'histoire, la loi Taubira sur la traite esclavagiste limitée au trafic... Poursuivre la lecture

Par Emmanuel Rincón.

Interrogé sur la meilleure façon de lutter contre les monopoles dans sa série de documentaires intitulée Free to Choose, Milton Friedman a eu une réponse ferme : le marché libre. Certains de ses invités avaient d'autres positions et soutenaient que l'intervention de l'État était nécessaire, mais Friedman n'y croyait pas.

L'affaire Netflix a donné raison à Friedman, une fois de plus

Mercredi 20 avril, les actions de Netflix ont connu une chute impressionnante de 36 %. Les communiqués de presse conventionnels ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles