Le socialisme tue plus de nourrissons que la guerre

Les politiques économiques sont importantes. Alors que le socialisme au Venezuela réussit à tuer plus d’enfants qu’une guerre totale en Syrie, le succès du Chili nous montre qu’en implémentant les bonnes politiques, l’humanité peut faire des progrès.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le socialisme tue plus de nourrissons que la guerre

Publié le 8 novembre 2016
- A +

Par Chelsea Follett.

Le socialisme tue plus de nourrissons que la guerre
By: Musa MusaviCC BY 2.0

De récents rapports montrant que le taux de mortalité infantile est aujourd’hui plus élevé au Venezuela qu’en Syrie, pourtant en situation de guerre, ne sont malheureusement pas surprenants. Les résultats de la politique économique socialiste sont prévisibles. Le taux de mortalité infantile au Venezuela est même supérieur à celui de la Syrie depuis 2008.

nourrisson1

La vue d’ensemble est heureusement plus favorable. Le taux de mortalité infantile au niveau mondial plonge, y compris en Syrie et au Venezuela, malgré la guerre et les mauvaises politiques. Dans ces deux pays, les améliorations sont visibles jusqu’à aussi récemment que l’année dernière. De 1960 à 2015, les taux de mortalité infantile en Syrie et au Venezuela ont baissé respectivement de 91% et 78%. Cette année (absente des deux graphiques de cet article), le taux en Syrie est passé de 11.1 ‰ à 15.4 ‰, alors qu’il a flambé au Venezuela de 12.9  ‰ à 18.6 ‰. Dans le même temps, les taux de mortalité infantile ont continué à baisser presque partout ailleurs, et ont même décliné plus vite dans les pays qui bénéficient du plus de liberté et de stabilité. Considérez le Chili par exemple.

nourrisson2

Le taux de mortalité infantile au Chili en 1960 était supérieur à ceux du Venezuela et de la Syrie. Le Chili a réussi à faire mieux que la Syrie dès le milieu des années 1960, mais était encore tristement derrière son cousin riche du nord, le Venezuela. Au début des années 1970, les progrès du Chili ont ralenti lorsque son élite flirta avec les politiques socialistes. Lorsque le gouvernement abandonna le socialisme et commença à réformer économiquement le pays au milieu des années 1970, le rythme du progrès accéléra de nouveau, et bientôt, les nourrissons chiliens furent plus en sécurité que ceux du Venezuela. Aujourd’hui, le taux de mortalité infantile au Chili est similaire à celui des Etats-Unis.

Les politiques économiques sont importantes

Il y a une leçon à retenir de ces éléments : les politiques économiques sont importantes. Alors que le socialisme au Venezuela réussit à tuer plus d’enfants qu’une guerre totale en Syrie, le succès incroyable du Chili nous montre qu’en implémentant les bonnes politiques, l’humanité peut faire des progrès rapides et mieux protéger les jeunes et plus vulnérables membres de la société. Aujourd’hui, il est difficile de croire que les bébés chiliens de moins d’un an ont été historiquement plus en risque que leurs contemporains vénézuéliens et syriens.

Qu’en est-il de votre pays ? Pour mille naissances, combien meurent et combien vivent suffisamment pour assister à leur premier anniversaire ? Explorez les données par vous-même, et utilisez le nouvel outil de HumanProgress.org, Your Life in Numbers, pour mesurer les progrès de votre pays en termes de mortalité infantile (et dans d’autres domaines) depuis votre naissance.

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • « Lorsque le gouvernement chilien abandonna le socialisme au milieu des années 70… »
    Si c’est pas un bel euphémisme, ça 😀

    • J’ai pensé la même chose… mais l’euphémisme est moins « kolossal » qu’on peut le penser: Pinochet n’a pas immédiatement entrepris des réformes économiques. Ces premiers instincts étaient dirigistes. Donc l’abandon du socialisme n’est pas exactement concomitant au coup d’Etat de 1973.

      • A partir de quelle date la junte a-t-elle entrepris de réformer l’économie ❓
        1975 ❓

          • Merci. Article très intéressant au passage.
            On peut penser qu’une bonne partie de la baisse de la mortalité est due aux réformes, dès la fin 1973, une autre partie étant due à des modifications sociales.

            Extrait excellent : « De Castro le prévint de faire attention à ne pas se retrouver qu’avec le seul manche. »

            Le cas du Chili, ainsi que du Vénézuela sont très intéressants et édifiants, et les Français devraient en tenir compte.
            Le Chili a devancé la France ❗
            Mais auront-ils cette sagesse? Ce n’est pas certain, souvent on préfère le statut quo et ne rien faire.

            Autre extrait tout aussi excellent : « Mais surtout, la population chilienne semble avoir adopté quelques principes sains d’économie politique : on ne peut dépenser indéfiniment et l’augmentation des revenus doit être reliée à l’augmentation de la production. »

            En 2017, je saurai si je dois liquider tout ce je j’ai en France, sans exception.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Christopher Paige. Un article du Mises Institute

Un cliché typique dans les milieux socialistes est que les pauvres et les opprimés refusent de voter pour leurs intérêts économiques. Voir, par exemple, l'ouvrage de Thomas Frank What's the Matter with Kansas ? How Conservatives Won the Heart of America.

Cette théorie est utilisée pour justifier divers stratagèmes antidémocratiques visant à "protéger" les personnes vulnérables contre elles-mêmes. Si, après tout, les pauvres ne votent pas dans leurs intérêts, alors pour... Poursuivre la lecture

Par Robert Guiscard.

Le Club de l'économie du Monde se propose de faire débattre décideurs et "experts" sur les grandes mutations économiques. Quels traits constitutifs se dégagent de leur Cité idéale ?

Trois aspects semblent se dessiner : la souveraineté européenne et numérique, la transition écologique et enfin des conceptions économiques originales sur la dette, l’inflation ou la dépense publique que je regroupe sous le terme de nouveaux économistes.

Malheurs de la souveraineté : l'autarcie et la citadelle assiégée

Sur... Poursuivre la lecture

La gauche politique comporte une constante : pour séduire, elle doit quitter la réalité et faire rêver. On le voit à nouveau avec la réussite politicienne d’un ancien socialiste : Jean-Luc Mélenchon. Ministre de Lionel Jospin de 2000 à 2002, il quitte ensuite la social-démocratie pour la radicalité politique. Concurrent du Parti socialiste dans une gauche de plus en plus divisée, il n’aura de cesse de critiquer cette gauche, surtout lorsqu’elle sera au pouvoir de 2012 à 2017.

Avec 21,95 % des suffrages exprimés à la présidentielle 2022... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles