Présidentielles : Hollande éliminé au premier tour ?

Un nouveau sondage sur les élections présidentielles confirme l’élimination de François Hollande au premier tour, en conformité avec les motivations des sondés.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Présidentielles : Hollande éliminé au premier tour ?

Publié le 22 octobre 2016
- A +

Par la Rédaction de Contrepoints.

Présidentielles : Hollande éliminé au premier tour ?
By: RubyGoesCC BY 2.0

Un sondage BVA POP17 pour Orange et la Presse Régionale1 s’intéresse aux intentions de vote pour les élections présidentielles. Dans les grandes lignes, il montre peu d’évolution sur les intentions de vote des Français.

Présidentielles : plusieurs hypothèses pour des résultats comparables

Les hypothèses pour le premier tour de ces élections présidentielles restent nombreuses. On ne sait toujours pas si Emmanuel Macron sera en mesure de se présenter. Comme on ne connait pas encore le résultat de la Primaire à droite, on ne sait pas encore qui, de Nicolas Sarkozy ou d’Alain Juppé sera le candidat Les Républicains et donc si François Bayrou sera candidat. Enfin, théoriquement, on ne sait pas non plus qui, de François Hollande ou d’Arnaud Montebourg, représentera le Parti Socialiste.

Six hypothèses sont donc explorées par les sondeurs. Dans les grandes lignes, on peut retenir :

  • qu’aucun scénario ne priverait Marine Le Pen ou le candidat Les Républicains, Nicolas Sarkozy ou Alain Juppé, d’un second tour ;
  • qu’aucun candidat du Parti Socialiste n’est en mesure de se qualifier pour le second tour, ni même d’être troisième, pour le moment :
  • qu’aucun scénario ne voit les candidats du centre modifier profondément le classement.
Intentions de vote au premier tour des élections présidentielles de 2017 - octobre 2016.
Intentions de vote au premier tour des élections présidentielles de 2017 – octobre 2016.

Au second tour, Alain Juppé ferait 68% face à Marine Le Pen (24% d’abstention) alors que Nicolas Sarkozy ne ferait que 58% avec 40% d’abstention. L’ancien Président peine donc à rassembler.

Des résultats en conformité avec les motivations des électeurs

Les personnes interrogées tiennent comptent pour leur choix :

  • du chômage à 89% (beaucoup à 55%, un peu à 34%)
  • de la sécurité à 86% (beaucoup à 53%, un peu à 33%)
  • de la menace terroriste à 82% (beaucoup à 54%, un peu à 28%)
  • de l’immigration et de la crise des migrants à 79 et 78%.

Ils sont moins nombreux à se préoccuper des grèves, des manifestations et des mouvements sociaux (61% et seulement 22% beaucoup), de l’actualité de la primaire de la droite et du centre (37%) et du projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes (22%).

Sur les principaux sujets d’intérêt des Français, on ne peut pas dire que le Président sortant ait marqué par ses succès. Les intentions de vote aux élections présidentielles qui en découlent sont donc logiques. Les aspects concernant la sécurité, la menace terroriste et l’immigration, particulièrement d’actualité ces derniers mois, sont traditionnellement le fonds de commerce de la droite et de l’extrême droite.

Pour espérer se qualifier face à Marine Le Pen qui semble avoir un solide socle électoral qui devrait lui permettre, dans tous les cas, d’accéder au deuxième tour, François Hollande devra donc convaincre, contre les chiffres, que sa politique d’emploi était adaptée.

Il devra aussi convaincre, contre les faits, que l’insécurité se résume à un simple sentiment et qu’il a su protéger les Français de la menace terroriste.

Une hypothèse n’a pas été explorée par les sondeurs : la présence simultanée de Nicolas Sarkozy et d’Alain Juppé au premier tour, si aucun des deux candidats ne se désiste après la primaire des Républicains. Est-elle si improbable et n’est-ce pas la meilleure chance de qualification pour le second tour de François Hollande ?

  1. Enquête BVA-Salesforce pour la Presse Régionale et Orange réalisée par Internet du 14 au 16 octobre 2016. Échantillon de 916 personnes inscrites sur les listes électorales, issues d’un échantillon représentatif de 1000 Français âgés de 18 ans et plus.

    La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession de la personne de référence du ménage, région et catégorie d’agglomération. Les intentions de vote qui figurent dans ce rapport reposent, pour chaque hypothèse, sur la base des personnes inscrites sur les listes électorales, certaines d’aller voter et ayant exprimé une intention de vote. Les résultats d’intentions de vote ne constituent pas un élément de prévision du résultat électoral.

    Ils donnent une indication significative de l’état du rapport de forces à 6 mois du 1er tour du scrutin, en fonction des différentes hypothèses envisagées pour le 1er et le 2nd tours. La notice de cette enquête est consultable à la commission des sondages qui la rend publique sur son service de communication en ligne.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Enfin un WE qui commence bien.

  • Article politicien.
    On est à 8 mois des élections….
    Bien tôt pour tout prédire des évolutions des sondages…

    • Une analyse objective du sondage … sauf pour des partisans d’un des perdants

    • 1) Me démontrer en quoi cet article est politicien. Il explore différentes pistes en s’appuyant sur des chiffres résultant de sondages. Même si je suis d’accord pour dire que ce ne sont…que des sondages avec leur marge d’erreur. Le passé nous a d’ailleurs démontré leurs limites

      2) Pour prétendre que c’est un peu tôt, d’abord faut-il intégrer la date de l’élection présidentielle (23 avril et 7 mai 2017) soit dans six mois et non huit. Pour porter un jugement comme vous le faites il faut s’adosser à des données justes, ce qui n’est pas votre cas. Peut-être est ce trop tôt, mais je ne suis pas compétent pour répondre. L’humilité me commande la prudence.

      Ce qui est drôle c’est que vous intervenez de façon péremptoire sur des éléments totalement aléatoires ! Propos de bistrot…

    • 6 mois et demi, de grâce n’en rajoutez pas…

  • Ouais ! Cela ne va pas changer ….En 1789 où c’était plus virulent plus sanguinaire où le français était mieux unis mais sa fait 223 ans que le peuple vit sous monarchie et alors quoi ! qu’ ce que cela va changer d’en parler pendant 8 mois à l’avance ( médiatisation de l’info ). Ce peuple de gaulois :en gras & souligné :.N’a que ce qu’il mérite en 2017 nous ne serons pas plus avancé que pour ces 223 années. je n’ai jamais voté. J’ essais de passer à travers les gouttes quand je le peux ces gouvernements consécutifs qui vous poussent au système D à la triche pour vous en sortir . Par conséquent je ne peux voter pour un peuple et une monarchie que je ne reconnais pas comme le mien. Pourtant mes origines remonte bien ‘avant la révolution par registres des églises .

  • Le Pen + Mélenchon (soit les 2 extrêmes) = 40%
    Décidément, ce pays est foutu (merci H16)

  • « Merci pour ce moment » d;avoir ecrit cet article de presse sur Hollande.

  • Duflot, Hollande, même combat. Tellement hors sol, imbus d’eux mêmes, sourds et aveugles qu’ils crient a l’injustice quand ils sont débarqués.

    • Un peu comme autrefois la chèvre du Poitou qui sort en ce moment le bout du nez excitée par la déliquescence de son ancien concubin…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’article 49, alinéa 3, de la Constitution française (dit 49-3) prévoit que lors du vote d’un projet ou d’une proposition de loi, le Premier ministre peut décider d’engager la responsabilité du gouvernement.

Dans ce cas, le projet de loi est alors adopté sauf si une motion de censure est déposée par au moins un dixième des députés. En cas de rejet de la motion, le projet est considéré comme adopté ; dans l’hypothèse inverse, le texte est rejeté et le gouvernement renversé.

 

La fin du régime des partis et la parlementar... Poursuivre la lecture

Par Kevin Brookes.

À la suite des élections présidentielle et législatives de 2022, de nombreux commentateurs ont mis en avant le clivage entre les ruraux et les urbains pour rendre compte des résultats du vote.

Ce discours médiatique est produit principalement par des commentateurs qui pointent depuis des années, cartes à l’appui, le fossé – croissant – entre le vote des grandes villes et le vote d’une « France périphérique ». Il y aurait une opposition politique entre une France des métropoles, multiculturaliste, gagnante de l... Poursuivre la lecture

Durant des décennies, la droite a été considérée comme une. La montée en puissance du Front national devenu Rassemblement national, dans la seconde partie des années 1980, a modifié cette approche en mettant l'extrême droite en regard de la droite.

 

Petite(s) histoire(s) des droites

Ce premier paragraphe a largement été inspiré par Les grands textes de la droite et de la gauche ainsi que par Qu'est-ce qu'un méchant réac ?

Les divisions à droite sont anciennes, profondes et récurrentes. Les travaux historiques ont la... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles