Primaire des Républicains : la surprise NKM

Une mention spéciale mérite d’être accordée à deux idées apportées par Nathalie Kosciusko-Morizet au cours du débat organisé autour de la primaire à droite, dont la fraîcheur a un peu surpris au milieu d’une série d’arguments somme toute assez classiques.

Par Éric Verhaeghe.

Primaire des Républicains : la surprise NKM
By: VeniCC BY 2.0

À l’issue du premier débat pour la primaire des Républicains, le rapport de force entre les candidats est manifestement rééquilibré. La proposition des médias subventionnés, qui avaient installé Nicolas Sarkozy et Alain Juppé comme les seuls compétiteurs de la primaire, est désormais obsolète.

Une mention spéciale mérite d’être accordée à deux idées apportées par Nathalie Kosciusko-Morizet au cours de ce débat, dont la fraîcheur a un peu surpris au milieu d’une série d’arguments somme toute assez classiques.

La retraite par points

Elle a osé ! alors que tous les candidats républicains proposent de rester sagement dans le cadre oppressant de la Sécurité sociale, NKM a osé se démarquer en proposant un système de retraite par points, dont on appréciera l’audace. Le sujet, ingrat par sa technicité, vaut d’être relevé, car la réforme de la retraite par points est incontestablement un sujet d’avenir.

La réforme par points permet à chaque Français de cumuler tout au long de sa vie un capital théorique convertible en rente dont le montant varie avec l’âge de liquidation. Ce système permet de supprimer l’âge légal de départ à la retraite et autorise chacun à choisir l’âge où il arrête de travailler.

L’inconvénient de ce système est sa complexité de mise en œuvre. Une réforme de ce genre met à peu près 40 ans à aboutir…

Supprimer le statut pour les enseignants

Autre idée divertissante de NKM : supprimer le statut de la fonction publique pour les enseignants. Enfin, quelqu’un qui se décide à mettre les pieds dans le plat.

Tous les Français ont au moins une fois rencontré dans leur vie l’un de ces enseignants protégés par le statut, et qui, fort de cette protection, se lamente sur son sort insupportable et satisfait le moins possible aux obligations qui pèsent sur lui (rencontres avec les parents, correction de copies, etc.) Tous ceux qui ont fait le choix d’envoyer leurs enfants dans des écoles hors contrat sont par ailleurs obligés de payer, au titre des impôts, pour l’école des autres, et d’ajouter au pot commun pour celle de leurs enfants.

Seules une remise en cause de ces privilèges permettra de rénover l’école en France et de la replacer sur la voie de la réussite. On dira d’ailleurs la même chose de l’hôpital et des personnels soignants.

Un peu d’innovation dans ce monde rétrograde

On se félicitera donc des initiatives prises par NKM, même si nous avons tous bien compris que l’intéressée à peu de chances de se retrouver à l’Élysée en mai 2017…

Sur le web