Pourquoi la primaire du PS a lieu en janvier ?

Pourquoi organiser la primaire du Parti socialiste seulement quatre mois avant l’élection présidentielle ? La réponse est plus prosaïque que vous ne le pensez…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi la primaire du PS a lieu en janvier ?

Publié le 7 octobre 2016
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Pourquoi la primaire du PS a lieu en janvier ?
By: Jean-Marc AyraultCC BY 2.0

La primaire citoyenne du Parti Socialiste aura lieu les 22 et 29 janvier 2017, soit deux mois après celle des Républicains, et quatre mois seulement avant l’élection présidentielle. Ce délai extrêmement court a suscité de nombreuses interrogations. La question du financement de la campagne éclaire largement le choix de cette date tardive.

La primaire programmée pour Hollande

Certes, politiquement, François Hollande a un besoin structurel d’une primaire tardive. Ce choix s’explique par deux raisons simples.

La première est que la campagne pour la primaire à laquelle il est susceptible de participer sera difficilement compatible avec la dignité de la fonction présidentielle. Il est donc vital de ne pas laisser trop de temps à la primaire pour faire des dégâts supplémentaires dans l’exercice du pouvoir, étant entendu qu’une campagne trop longue dont il sortirait victorieux risquerait de lui nuire dès le premier tour. Les Français pourraient lui reprocher d’abandonner sa fonction pour s’occuper de sa réélection.

Une deuxième raison tient à l’étrange situation dans laquelle il se trouvera s’il perd la primaire : sa légitimité, déjà très faible, sera définitivement battue en brèche et ruinée, au point que cette situation inconfortable nuira sans doute à l’image de la France.

La raison cachée de cet étonnant calendrier

Mais une raison moins avouable explique que le Président repousse la primaire à un calendrier tardif. Elle tient à un calcul curieux lié au financement de la campagne électorale. Comme on le sait, celui-ci est plafonné à 16,5 millions d’euros pour le premier tour. Mais, dans un avis de 2013, le Conseil d’État a validé le principe d’une soustraction pour les dépenses liées à la campagne de la primaire :

« … Il a été jugé, dans le cadre d’une élection primaire organisée par un parti politique en vue de l’investiture de son ou ses candidats, que les dépenses d’un candidat ayant eu pour but de promouvoir et de favoriser auprès des adhérents de son parti politique sa candidature à l’investiture de ce parti ne sont pas engagées ou effectuées en vue de l’obtention des suffrages des électeurs ; par conséquent, elles n’ont pas à figurer au compte de campagne que ce candidat doit tenir en application de l’article L. 52-12 du Code électoral (Élections municipales d’Argenteuil, 23 juillet 2009, n° 322425). Il résulte de ce qui précède que les dépenses faites par un candidat, lors d’une campagne en vue d’une élection primaire avant son investiture par un parti politique, ne peuvent s’ajouter, pour l’application de l’article L. 52-12 du Code électoral, aux dépenses de la campagne postérieure à cette investiture que pour autant que les premières dépenses puissent être regardées comme engagées ou effectuées en vue de l’obtention des suffrages des électeurs lors de l’élection, et non de l’obtention des suffrages des seuls adhérents du parti politique auquel appartient le candidat en vue de son investiture. Tel est le cas des dépenses faites par un candidat à l’occasion d’une élection primaire ouverte à l’ensemble des électeurs de la circonscription de l’élection. Par conséquent, les dépenses engagées ou effectuées à l’occasion d’une élection primaire ouverte à l’ensemble des électeurs doivent être regardées comme engagées en vue de l’élection. Tel est, d’ailleurs, le sens de la position prise par le Conseil constitutionnel sur le guide établi par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques en vue de l’élection présidentielle de 2012. »

Pour pouvoir gonfler l’addition de la campagne officielle, retarder la primaire permet donc de faire passer sur le budget de celle-ci une part substantielle des dépenses contractées pour le scrutin officiel.

Astucieux !

Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Une autre raison est que Hollande veut savoir qui sera le candidat de droite avant de décider s’il se présente ou pas finalement.

  • Je suis vent debout contre cette disposition. La primaire ne regarde que le partie qui l’organise. C’est interne et n’a pas a recevoir des aides !

  • Encore une disposition qui favorise les grands partis…que dis-je… gros partis.

  • Et il y a une autre raison tout aussi Cupide et matérialiste.
    Les adhérents encartés du PS se compte sur les doigts d’un main….
    payer une carte en fin d’année ça n’attire pas le client.
    Le PS compte un peu sur la primaire pour rameuter quelques gogos payant.

  • Bof !!!
    Ce genre de dispositif copiant la « moderne » Amérique n’a aucun intérêt pour le citoyen mais un intérêt capital pour la caste des intouchables de la politique car il prend en otage l’expression de la démocratie du moins ce qu’il en reste …
    Un « choix » qui n’en est pas un ….

    • Effectivement, les primaires ont un aspect pervers, qui fait que le plus « Rond », le « Moins disant » , le plus racoleur, dans chaque parti se retrouve gagnant. Comme le taux des gens qui ont perçu cette déviance avoisine les 25 % : le électeurs qualifiés de « Popullistes », ex coco ex socialo, ex Ump, ex centristes, Marine Le Pen est d’avance au deuxième tour, et elle affronte le plus médiocre qui pourtant se retrouve élu !

  • Deux objections de plus :
    -« l’image de la France » ne risque plus rien, elle est tombée aussi bas que le président.
    – ensuite, tant qu’il n’est pas candidat déclaré, il peut continuer sa campagne sans frais, ou plutôt à nos frais. Et il ne s’en prive pas en ce moment.

  • « la campagne pour la primaire à laquelle il est susceptible de participer sera difficilement compatible avec la dignité de la fonction présidentielle. »

    Soyons moderne : limitons l’éligibilité à UN mandat (tout du moins consécutif).
    – personne n’est irremplaçable,
    – ça leur évitera de passer 5 ans à tenter de se faire réélire,
    – en général l’usure du pouvoir fait qu’on a assez vu leur tronche au bout de 5 ans (encore plus avec 7 ans),
    – place aux jeunes : déjà qu’on a tendance à élire des vieux, 5 ans après est-ce raisonnable ?
    – prévoyons un vice-président et des procédures simples pour destituer les clowns …

  • peut importe le PS est foutu il reste LR contre FN en espérant ne pas reconduire les effets de 2002 . en premier il faut changer il faut passer en VI eme république changement de la constitution mettre a la poubelle les lois votées sous Napoléon et faire des lois applicable rapidement une primaire ne sert a rien tout le monde le sait a part se bouffer le nez

  • De toutes façons, FH est complétement grillé et inaudible pour la grande majorité des Français.
    Autant ne pas participer à la Primaire du PS où il risque d’être éjecté et n’aura dès lors plus aucune autorité pour son mandat de Président de la République.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Candidat sous la casaque présidentielle, Manuel Valls a été éliminé dès le premier tour de la 5e circonscription des Français de l’étranger regroupant Monaco, Andorre, l'Espagne, et le Portugal. La claque l’a laissé sans voix : il a même décidé de fermer son compte Twitter.

🔴 Après sa défaite dès le premier tour des élections #Législatives, Manuel Valls supprime son compte Twitter. pic.twitter.com/pwNVKemzwx

— Élections 2022 🗳 (@2022Elections) June 5, 2022

La défaite de l’ancien Premier minist... Poursuivre la lecture

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

C’est fou : la sphère politicienne macroniste est en passe de s’étendre de la socialie la plus solférinienne à la droite LR la plus sarkozyste ; de François Rebsamen et Claude Bartolone à Éric Woerth !

Pour les deux premiers, respectivement ministre du Travail et président de l’Assemblée nationale à l’époque du quinquennat Hollande, le ralliement n’est pas encore totalement officiel. Mais pour Woerth, c’est fait : l’ancien ministre de Chirac et Sarkozy et actuel député LR a annoncé avant-hier qu’il allait se mettre en congé des Républ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles