Nuit debout, En marche !, etc. La gauche recomposée ou décomposée ? [Replay]

Nuit Debout, En Marche !, Printemps républicain, La Belle Alliance : qui sont ces nouveaux mouvements de gauche ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Guess who crédits Alice Bartlett (CC BY-NC 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Nuit debout, En marche !, etc. La gauche recomposée ou décomposée ? [Replay]

Publié le 5 octobre 2016
- A +

Par Frédéric Mas.

Guess who crédits Alice Bartlett (CC BY-NC 2.0)
Guess who crédits Alice Bartlett (CC BY-NC 2.0)

Il est difficile pour l’observateur de savoir si la gauche française est en train de se recomposer ou de se décomposer. Depuis maintenant quelques semaines, de nouveaux mouvements de gauche émergent pour soutenir des revendications spécifiques ou pour afficher leur volonté de faire de la politique autrement. Tous semblent avoir pris conscience du caractère pétrifié du paysage politique français, mais ne défendent pas les mêmes priorités. Il y a dans tous ces mouvements comme un populisme soft, entendu ici au sens étroit d’une révolte — réelle ou surjouée — contre une classe politique qui ne cesse de décevoir.

À l’approche des présidentielles de 2017, l’impression dominante reste quand même celle du sauve-qui-peut général : non seulement l’action de François Hollande a déçu, mais elle a divisé. La multitude de chapelles, peut-être éphémères, qui est en train d’apparaître tient plus de la polyphonie, voire de la cacophonie, que de l’ordre de bataille pour reprendre le pouvoir. Le 25 avril prochain, le PS sous la houlette de Stéphane Le Foll tentera de récupérer toutes ces chapelles afin de préparer la présidentielle. Quelles sont-elles ? Il est possible de distinguer 4 pôles qui ont chacun leur mouvement ou leur courant actif :

Nuit Debout

Nuit Debout constitue le pôle anticapitaliste : la jeunesse diplômée et déclassée des centres-villes rêve d’utopie libertaire, d’économie alternative ou encore d’une société de fonctionnaires décroissants. Podemos Français ? Indignés bobos ? Intellectuels petits-bourgeois (Graeber) ? Ce mouvement qui marie les idées les plus rétrogrades aux pratiques militantes de pointe n’est pas sûr de passer l’été, mais est vite devenu une source d’inspiration pour le reste de la gauche, en France comme à l’étranger.

Printemps républicain

Le Printemps républicain se définit comme un mouvement de citoyens défendant la république laïque « du commun » contre les atteintes portées par le communautarisme et le fanatisme religieux. Créé en mars autour d’intellectuels et d’élus de gauche comme Laurent Bouvet, Valérie Maupas, Fleur Pellerin ou Gilles Clavreul, il s’est constitué après les attentats en France et en Belgique.

En Marche !

En marche ! le nouveau mouvement d’Emmanuel Macron, incarne l’aile « moderniste » d’une gauche plus à l’aise avec son héritage libéral que le reste de ses concurrents politiques. Reposant pour l’instant essentiellement sur la figure du ministre de l’Économie, il est encore difficile de savoir si l’entreprise est avant tout une belle plate-forme auto-promotionnelle ou le début d’un mouvement de fond réformiste.

La Belle Alliance

La Belle Alliance est en quelque sorte le pôle socialiste conservateur de la gauche, ou plus exactement la parodie du renouveau du Parti socialiste : en effet, cette initiative de Jean-Christophe Cambadélis vise essentiellement à rassembler les apparatchiks du parti. Rien de nouveau sur le fond, rien de nouveau sur la forme, on y défend l’héritage politique et économique du PS comme s’il fonctionnait vraiment.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La gauche a besoin d’une idéologie, contrairement à la droite. Elle prétend en effet penser le devenir des sociétés et instaurer la justice, principalement par l’égalité. La droite agit avec pragmatisme, en tenant compte rationnellement des contraintes du réel mais elle n’éprouve pas le besoin de dessiner un idéal à atteindre. La gauche est plutôt idéaliste, la droite plutôt réaliste.

Un idéal à atteindre suppose une construction intellectuelle plus ou moins ambitieuse qui détermine la voie à suivre. C’est là que les difficultés commen... Poursuivre la lecture

Le président de la République, le ministre de l’Économie, le ministre de l’Éducation nationale, le ministre des Transports, le ministre de l’Intérieur et sept autres ministres ! Au moment où tout ce que la France compte de socialistes, de communistes, de trotskistes, de staliniens et d’anarchistes déferle sur paris au cri de « Ça va péter ! Ça va péter ! Ça va péter ! », le chef de l’État et onze des ses ministres - dont les plus essentiels à la résolution de cette crise - se lancent dans le tourisme technocratique à Barcelone.

 <... Poursuivre la lecture

Macron sanctions contre la Russie
0
Sauvegarder cet article

La colère n’a pas bonne réputation. Il en est une nouvelle victime mise en évidence par Le Figaro de lundi 9 janvier sous la plume de François-Xavier Bourmaud.

Lui, c’est bien sûr Emmanuel Macron : dans la salle des fêtes de l’Elysée, à l’occasion d’une réception avec les boulangers pour la galette, il a eu un petit moment de colère (pas vraiment une grosse colère quand même) en proférant : « Moi, j’en ai ras le bol des numéros verts dans tous les sens ». Une colère plus dans les mots que dans le ton de la voix qui est resté raisonnabl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles