Emmanuel Macron lance son mouvement politique « En Marche ! »

Publié Par Alexis Vintray, le dans Politique, Pushmobile

Par Alexis Vintray.

Au cours d’une réunion citoyenne organisée à Amiens ce soir, le ministre de l’Économie Emmanuel Macron a annoncé le lancement d’un mouvement politique appelé « En Marche ! ». Un mouvement qui n’est pas un vrai parti mais vient conforter les ambitions politiques du jeune ministre (38 ans)/ Transpartisan, le mouvement acceptera la double appartenance pour les adhérents PS ou LR qui souhaiteraient le rejoindre.

L’annonce a été relayée aussitôt sur un compte Twitter créé pour le mouvement et qui a gagné en quelques minutes 1500 abonnés :

Dans le même temps, le hashtag #enmarche s’imposait sur Twitter comme « Trending Topic » ou #TT, c’est à dire l’un des sujets de discussion les plus actifs en France. A priori en raison d’une surcharge de trafic, le site du mouvement En Marche ! était inaccessible à 21h ce soir.

La ligne politique du mouvement présentée par Emmanuel Macron est cohérente avec son positionnement personnel, et résumée ainsi :

« Pour ceux qui sont convaincus que le pays est bloqué, qui ont le goût du travail, du progrès, du risque, qui vivent pour la liberté, la justice, et l’Europe. »

Les ambitions politiques d’Emmanuel Macron agitaient le microcosme politique depuis quelques mois et son annonce vient partiellement y répondre. Il a déclaré lors de cette réunion publique qu’une candidature à la présidentielle de 2017 « n’était pas sa priorité » confirmant son soutien annoncé à François Hollande pour la candidature PS à la présidentielle :

« Ce n’est pas un mouvement pour avoir un énième candidat de plus à la présidentielle, ce n’est pas ma priorité aujourd’hui. Ma priorité c’est la situation du pays. »

Très populaire pour son discours réformiste et d’ouverture de la France à la réforme et au monde, Emmanuel Macron a suscité un intérêt certain chez les libéraux, qui voient en lui un espoir pour une réforme « douce » de la France. Ainsi de Nicolas Beyls qui soulignait récemment dans ces colonnes les propos du ministre : « Je ne crois pas à la lutte des classes. » Au contraire, « être de gauche, […] c’est être davantage du côté du risque que de la rente. »

Reste à voir si les ambitions politiques d’Emmanuel Macron avec son mouvement « En Marche ! » déboucheront sur quelque chose : pour un Tony Blair ou un Bill Clinton, il a fallu auparavant une Margaret Thatcher et un Ronald Reagan. Enfin, comme l’écrivait l’historien Jérôme Perrier : « Rappelons-nous que tous les prédécesseurs d’Emmanuel Macron qui ont voulu moderniser la gauche de gouvernement ont tous échoué face aux courants majoritairement étatistes de leur propre parti. »

Souhaitons que cela ne soit pas le cas et que, au contraire, cette annonce bienvenue d’Emmanuel Macron renforce un courant réformateur à gauche, qui sache inventer un social-libéralisme à la française.

À lire aussi sur Contrepoints :

Clip du mouvement :

  1. Je vois déjà les libéraux puristes dénigrant le discours d’Emmanuel Macron. Non, il n’est pas à 100 % libéraux comme les anar-cap le souhaiteraient.

    Mais pour ma part, j’apprécie beaucoup la tenue de son discours, il répond à un objectif : Expliquer le libéralisme à des français traînant les pieds dans la boue du socialisme. Il l’explique en mettant en valeur des problèmes difficilement évoqué par nos habituels politiciens de gauche et de droite. Mais il l’explique sans donner un regrettable coup de pied dans la fourmilière.

    1. Je partage cet avis à la virgule près.
      Même étant libéral, comment ne pas se permettre de sourire un peu ? Au pays des aveugles le borgne est peut être roi, mais il est surtout précieux !

    2. Daugavpils ;

      Dans un état ou la dépense publique est de 57 % du pib annuel de l’état , il ne me semble pas avoir vu que Macron voulait supprimer l’ensemble des impots , taxes , contributions sociales , taxes foncières ….et les remplacer par une flat taxe unique à 15 : 17 % du pib …

    3. « Je vois déjà les libéraux puristes dénigrant le discours d’Emmanuel Macron. »

      Les libéraux n’ont pas besoin de dénigrer un discours qui se résume à des platitudes enrobés de bons sentiments au rabais. Quand Macron précisera son programme politique, on en rediscutera.

  2. Un supporter de plus pour Hollande. Quelle honte.

  3. Ok, déjà belle propagande. Tout le monde est souries, les paysans sont heureux, les jeunes aussi. Il est bon de noter qu’aucune de ces 2 populations connait la précarité comme jamais. On présente une jeunesse dorée comme s’il représentait toute la jeunesse. On présente la jeunesse Pierre GATTAZ, c’est à dire la jeunesse qui « entreprend » avec l’argent de papa-maman-réseau ou pire qui se contente d’hérité.

    Plus encore, cette vidéo, qui n’utilise que des adjectifs mélioratifs vide de sens. « faut que ca bouge » (dans quel sens ?), « idée neuve », « oser », « immobilisme », « blocage » mâtiner de théorie insider/outsider mais qui ne propose rien de concret. Ce n’est que de la propagande qui fait appelle à l’émotion.

    Bien sur, il faudrait faire les réformes indispensable nécessaire pour que tout le monde soit plus génial et la France 1er puissance du monde, tout le monde est d’accord car ca ne veut rien dire.

    Chaque secte économique (l’économie est une somme de dogme où les gens vont embrasser l’une ou l’autre religion) indique que l’application parfaite et pur de son dogme fera ce que je viens de dire plus haut. Aucune démonstration n’est apporté (pas un ramassis de phrases toute faites, une démonstration)

    Ce que je pense, c’est qu’il faut faire une politique du Bon Sens, comme le faisait de Gaulle. N’embrassant aucun dogme celle-ci va au grès de l’entendement -quitte à changer si ca ne marche pas.

    Pour ce qui est de Macron, il ne fera qu’appliquer les G.O.P.E de la commission européenne. Comme chaque « europeisteconvaincu » et élire tel ou tel masse informe n’a que peu d’effet sur la ligne politique in fine. D’où la sensation que droite et gauche ne veulent plus rien dire. Ainsi, comme le veut l’U.E, à la prochaine crise Macron sauvera les banques, pratiquera le clientélisme avec les F.T.N car elles auront fait du lobbys. Il permettra le dumping social (je sais pas si c’est libéral).

    Bref, Macron est un révolutionnaire libéral de pacotille, rien ne changera et le pays achèvera d’être tout à fait foutu à coup de T.A.F.T.A. Le manque de sens de cette vision économico-politique fera le jeu des religions où les gens se réfugierons pour retrouver un sens à cette vie.

    Voilà

    1. Ce commentaire est magique. Encore bien que j’ai fait une capture d’écran. Merci pour tout ce que vous faites, vous, les antilibéraux. <3

  4. Cohérence et conviction ????
    Voilà un personnage qui s’engage avec le pire Président que nous ayons connus, issu de la haute finance dénoncée par ce dernier.
    Il nous présente un discours libéral flatteur (canada dry) et les gogos le prennent pour le Messie !…
    Tout cela manque terriblement de conviction.
    Que demande le peuple ?…
    Du bon sens et des faits…
    Pas des bulles de savon…

  5. Macron? C’est pas un Enarque qui dans le secteur privé était un « fonctionnaire en disponibilité?
    Un interventionniste qui impose l’état chez Renault?
    Ou qu’il vient juste de s’exprimer sur les revenus de dirigeants de Peugeot en début de semaine en critiquant Tavares?…..
    Entouré d’un camp ou se trouvent les pires bras cassés?

    1. Mais chut, on vous dit qu’il est libéral. Tout comme Gaspard Koenig il ne faut pas analyser leurs propos, mais bien les croire sur parole. Ils nous sont trop supérieurs pour que l’on comprenne leur libéralisme.

      1. Donc pour être libéral, il faut penser comme vous ? Et bien exposez votre pensée, on la suivra à la lettre….
        Le libéralisme c’est comme tout dans la vie, il y a des nuances, c’est précisément ce qui le fait évoluer.

        1. Il me fait penser à cette image célèbre : Nous sommes au bord du gouffre et nous allons faire un grand pas en avant !!!

      2. Vous êtes aussi tétu qu’une machine de Turing ? Binaire ?
        Non Macron n’est pas Libéral, mais si vous attendez que quelqu’un ait exactement les mêmes idées que vous sur tout pour le soutenir vous allez rester seul longtemps.
        Oui je préfererais un Jean Marc Daniel président, voir un Hayek, mais dommage, ils ne font pas de politique, et mieux vaut être ermite que d’attendre un personnage politique libéral pur en France…

  6. Entre la grippe et le choléra, il faut choisir. Même si tout le monde préfèrerait être en bonne santé.
    Etre pragmatique n’est pas une option.
    Vous avez un autre champion, crédible dans tout le pays qui peut faire plus que 2% à la présidentielle ?

    1. On peut aussi mourir de la grippe, et se la faire inoculer — que j’aime la poésie de ce mot ! — ne vaccine en rien contre le choléra.
      Le pragmatisme, oui, mais pour le bien des citoyens, pas pour le bien de celui qui veut vivre à leurs dépens !

    2. Pourrait-on arrêter de nous imposer des choix binaires?
      Et si je n’ai pas envie d’avoir la peste ou le choléra?
      Que je sache, bien qu’il ne soit pas comptabilisé, nous avons toujours la possibilité de voter blanc voire même de ne pas voter.

      1. Qui vous impose quoi que ce soit ? Vous pouvez justement vous abstenir, voter blanc, voter pour quelqu’un…

    3. Entre la grippe et le choléra il faut choisir 😀
      On s’étonne presque, qu’avant une tournante, les assaillants ne demandent pas à la victime avec qui elle pense prendre le plus de plaisir.
      « Bah si, faut que tu choisisses! »

      NB : Plus sérieusement, s’il n y a pas de champion ou si personne ne tient la route, alors abstenons nous. Quand l’abstention est à 30/40%, les élus se sentent encore (un peu) légitimes. Quand elle est à 70/80%, là, la rue elle fait autrement plus peur.

  7. ma priorité c’est la situation du pays…..combien de fois on l’a entendu celle là …et par nombres de politique…..sans que cela change quoi que ce soit ;

  8. « pour un Tony Blair ou un Bill Clinton, il a fallu auparavant une Margaret Thatcher et un Ronald Reagan »

    Certes, mais on parle de l’Angleterre et des États-Unis, peut-être que vu la mentalité des français, il faut un Macron ou Fillon pouvoir avoir après un vrai libéral ?

    1. Et ce d’autant plus que je ne connais pas beaucoup de libéraux qui prennent Clinton ou Blair en modèle.
      Encore une fois, un chien qui miaule reste un chien…

    2. Fillon on a déjà eu. 5 ans…

      Macron, on a. Actuellement au pouvoir. Nommé par… Hollande. Et sous la gouverne de Valls.

      On a donc pour ces deux là dès maintenant des éléments concrets de bilan pour juger sur pièces.

      1. D’accord avec toi, maintenant on ne peut nier pour Fillon, que Sarkozy était le seul dirigeant de la France, Fillon n’avait que très peu de marge de manoeuvre… Et pour Macron c’est la même chose, Valls est un sarkobis, il prend toute la place, toutes les décisions, et n’aime à priori pas beaucoup Macron, donc ne lui facilite pas la vie…
        Donc loin de moi de les défendre, car si ils ne sont pas content ils quittent leur ministère et fondent leur partie… Et pour Macron, problème de plus, quand il déclare qu’il reste redevable à Hollande donc il ne se sent pas de se présenter… Bref je ne sais pas ce que ces 2 la ferait réellement une fois au pouvoir..

      2. Et surtout c’est sous Macron qu’on a eu les tentatives de réformes les plus libérales depuis je ne sais combien de temps ! Même si c’est ridicule face à l’ampleur de ce qu’il faudrait reellement, vis à vis de la loi travail, c’est davantage le peuple qui a freiné.

  9. Cela fait du bien de retrouver un présidentiable qui parle de liberté, c’est toujours mieux que le reste de l’offre politique.
    Il, me semble que Macron n’a pas le choix/ soutient d’Hollande, sinon il devrait quitter le gouvernement…et perdre la visibilité indispensable pour rassembler.

    Je suis étonné des commentaires, c’est tout de même le premier liberal de gauche que nous croissons depuis… des decenies, c’est un signe tres positif.

    1. Voilà. ça fait des décennies que les gauchistes révolutionnaires en Europe conspuent la gauche soce-dém parce qu’impure idéologiquement et prête au compromis. Résultat, jamais l’Europe de L’Ouest n’a mis les gauchistes révolutionnaires au pouvoir. Peut-être qu’ils auraient pu faire avancer leur agenda idéologique dans la réalité s’ils étaient descendus de leur tour d’ivoire, mais là ils en sont réduits à faire des sit-in incantatoires tous les 5 ans dont tout le monde se fout.

      Ne pas commettre la même erreur du tout ou rien…

    2. Macron est un étatiste jacobin connivent. Il vise à mon avis Matignon en 2017, comme seule personnalité susceptible de trouver une majorité dans une assemblée répartie en trois tiers. Je doute que l’Elysée le fasse saliver, il préférerait sans doute ensuite un truc plus juteux. A Bruxelles ou à New-York…

      1. Il avait lui-même avoué dans une interview que les élections ne lui plaisaient pas, trop has been. Il se verrait plutôt nommé héritier de son altesse Hollande.

  10. Et si c’était un faux nez pour ramasser des voix à droite et au centre et les amener à la gauche ?

  11. Que veut dire: »une réunion citoyenne »?
    Pour çe qui me concerne, ce qualificatif est un tampon socialiste pur et simple….la citoyenneté est l’appartenance à la cité avec ses droits et ses devoirs…or là ,il ne s’agit pas de la cité , mais d’un enfumage de plus de Hollande qui essaie de téléguider l’un de ses potins favoris pour pêcher des voix à droite…minable et pitoyable…

  12. Macron, lancé par Jouyet, adoubé par Attali, inspiré par Chevènement, chouchouté par Hollande, n’est pas socialiste, non non.

  13. Ce type est ministre socialiste, d’un gouverment socialiste ,même si les élécteurs sossots essayent de se dédouaner de la mouise dans laquelle ils nous ont mis en criant partout que ce gouvernement est de droite, Macron est bien un socialiste.Et rien que ça c’est rédhibitoire.

  14. Dutroux comme babysitter… anyone ?

  15. Le mouvement politique lancé par M. Macron est en informatique (en français) un « cheval de Troie » et en sport un « Camion Balai ». Il est lancé en sous-main par le PS dans la perspectives des présidentielles de 2017. « Chaval de Troie », il va essayer d’affaiblir la « droite traditionnelle » pour emmener le maximum de ses électeurs vers M. Hollande, « Camion Balai » il va essayer des ramener dans le bercail les frondeurs du PS pour ramener le maximum des sans-dents républicains égarés vers M. Hollande. Il s’agit ni plus ni moins qu’une petite cuisine électorale, de la basse stratégie politicienne. Au deuxième tour, le mot d’ordre ce sera encore et toujours (pour le cas où M. Hollande ne passe pas le 1er) : « front républicain », le « ni droite, ni gauche » de M. Macron étant en fait « droite et gauche sous le même drapeau ». M. Macron n’est pas, comme certains le pensent, un nouveau M. Lecanuet, mais un rejeton héritier de M. Edgard Faure pour qui « ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent qui change de direction ». Son mouvement étant un plat sans épices, sera un plat sans saveur. Volontairement. Les électeurs vont se faire enfumer comme d’habitude et voteront comme des veaux ! Puis la romance continuera de plus belle …

    1. et les mouvements politiques libéraux français correspondent à quoi concrètement? Vous n’êtes pas avare d’autocritique à ce que je vois le mouvement a peine quelques jour que la la presse y compris Contrepoint se rameute e dézinguant à tous vas mais sinon quelle valeur à l’article et aux commentaires ?
      Les veaux c’est surtout ce qui critique le système et conspuent tout changement… mais bon continuez comme ça à ce rythme là vous commenterez les même articles sur en baragouinant la même chose.
      Le parti libéral démocrate devient quoi au fait?

      1. Si je n’aime pas la mozzarella vous pouvez bien me proposer une pizza ou des pâtes à la mozzarella je n’en veux pas. Ce n’est pas la pizza ou les pâtes que je n’aime pas mais la mozzarella. Que ce soit Macron, Juppé, Fillon ces gens là ont déjà été aux commandes et ils nous ont montré comment ils fonctionnaient. J’ai l’impression parfois d’entendre la femme qui a cocufié son mari pendant 20 ans et qui jure que maintenant ça y est elle sera fidèle, promis, juré. Vous avez beau dire qu’ils n’avaient pas le volant dans les mains, ils étaient quand même copilotes.

        1. c’est beau la langue bois 🙂 je vous parle de macron mais de l’absence totale d’alternative venant des mouvements libéraux en France balayer devant chez chez soi c’ est quand même mieux avant e vouloir faire le ménage ailleurs

  16. Il me fait penser à cette image célèbre : Nous sommes au bord du gouffre et nous allons faire un grand pas en avant !!!

Les commentaires sont fermés.