Primaire de la gauche : Montebourg devant Hollande ?

Un sondage pour la primaire de la gauche donne François Hollande ou Manuel Valls au coude à coude avec Arnaud Montebourg. Signe d’un rejet de l’exécutif ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Primaire de la gauche : Montebourg devant Hollande ?

Publié le 4 octobre 2016
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Primaire de la gauche : Montebourg devant Hollande ?
By: OFFICIAL LEWEB PHOTOSCC BY 2.0

Un sondage BVA POP 2017 pour Orange et la Presse Régionale1 s’intéresse à la primaire de la gauche. Il révèle notamment que la participation serait, en l’état actuel, relativement faible et que Arnaud Montebourg l’emporterait face à François Hollande.

Primaire de la gauche : une faible participation ?

L’institut de sondage calcule un indice de participation en fonction de deux critères : d’une part l’intérêt suscité par la primaire de la gauche et d’autre part par une note de 1 à 10 sur l’intention des sondés d’aller voter si l’élection avait lieu dimanche prochain. L’indice de participation ressort à 4% avec peu de variations régionales. 32% des sondés disent s’intéresser assez ou beaucoup à la primaire. 24% disent s’y intéresser un peu et 44% pas du tout.

 

Indice de participation à la primaire de la gauche.
Indice de participation à la primaire de la gauche.

Parmi les participants anticipés à la primaire de la gauche, on notera que les moins de 35 ans sont largement en retrait, de même que les CSP+ et les employés. En revanche, une forte participation est attendue pour les ouvriers et les retraités, de même que pour les habitants des grandes agglomérations.

Montebourg gagnant face à Hollande mais pas face à Valls

François Hollande serait donné perdant face à Arnaud Montebourg au second tour, ce dernier bénéficiant des reports de voix de Benoît Hamon, seul candidat à se détacher avec les deux premiers. Si François Hollande n’était pas candidat, remplacé par Manuel Valls, il serait gagnant d’un point sur Arnaud Montebourg avec une configuration similaire.

Intentions de vote à la primaire de la gauche si François Hollande ou Manuel Valls sont candidats.
Intentions de vote à la primaire de la gauche si François Hollande ou Manuel Valls sont candidats.

Un rejet de l’exécutif

Si des incertitudes existent toujours pour les sondages, elles sont majorées pour les élections primaires, pour lesquelles personne ne sait qui va vraiment aller voter. La primaire de la gauche ne fait pas exception. De fait, on ne peut pas vraiment conclure que pour battre Arnaud Montebourg, il vaudrait mieux envoyer Manuel Valls que François Hollande. Les écarts sont trop faibles.

En revanche, on peut conclure bien plus aisément qu’Arnaud Montebourg ferait jeu égal avec n’importe lequel des deux membres de l’exécutif. Qu’il doit être amer pour ce couple de constater que, même à gauche, on les rejette, en particulier pour François Hollande ! On comprend facilement qu’un Premier ministre puisse terminer le quinquennat avec un certain désamour. Cela a longtemps été une fatalité sous la Cinquième République. Par contre, que le Président sortant suscite une adhésion aussi partielle dans son camp est clairement le signe d’un rejet, en lien avec un bilan qui ne satisfait personne

  1. Enquête BVA-Salesforce pour la Presse Régionale et Orange réalisée par Internet du 13 au 20 septembre 2016. Échantillon représentatif de 10 000 Français âgés de 18 ans et plus dont ont été issues 9255 personnes inscrites sur les listes électorales. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession de la personne de référence du ménage, région et catégorie d’agglomération. Les intentions de vote qui figurent dans ce rapport reposent, pour chaque tour, sur la base des personnes inscrites sur les listes électorales, intéressées par la primaire, certaines d’aller voter et ayant exprimé une intention de vote. Les résultats d’intentions de vote ne constituent pas un élément de prévision du résultat électoral. Ils donnent une indication significative de l’état du rapport de forces à 4 mois du 1er tour du scrutin. La notice de cette enquête est consultable à la commission des sondages qui la rend publique sur son service de communication en ligne.
Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Cela illustre la fracture idéologique au sein du PS : Valls est + proche des centristes que de Montebourg qui lui même est + proche de Mélanchon.
    Ils sont obligés de rester ensemble car l’éclatement du partie pourrait provoquer une telle Bérézina éléctorale que tous le monde a peur de perde ses prébendes.
    Le même phénomène s’observe aussi en face chez LR.

  • C’est amusant ces histoires de primaire française, tant de droite que de gauche, car au final il va y avoir plus de votants de sensibilité de droite à voter à la primaire de gauche et plus de votants de gauche pour l’autre pour tenter, possiblement avec succès, de faire tomber ceux qui seraient censés être les gagnants. Vu que cela ressemble à la vraie élection (présidentielle s’entend), on pourrait s’en passer en attendant la vraie. Un peu de créneau temporel pour parler de choses plus utiles…

  • Montebourg devant ou derrière Hollande, c’est leur choix d’adultes responsables, choix qui ne nous regarde pas.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la suite de la réforme de la Constitution française de juillet 2008, des circonscriptions législatives sont créées à l'étranger pour permettre aux Français établis hors du pays d'élire des députés à l'Assemblée nationale, les Français hors de France n'étaient auparavant représentés qu'au Sénat.

Ces députés, au nombre de 11 (un par circonscription hors de France), ont été élus pour la première fois lors des élections législatives de 2012. Les Français établis hors de France ont voté pour la seconde fois lors des élections législatives... Poursuivre la lecture

Signe de la politique éternelle, les ralliements au candidat président se multiplient. Quel est leur sens ? Macron est en position de force dans ce quinquennat qui se termine dans l’agitation du monde. Une pandémie à peine maîtrisée, une invasion guerrière en Europe, deux évènements prédictibles, graves ont bouleversé le jeu. D’un côté d’anciens enjeux structurels, revenus, chaos migratoire, dette publique et adaptation au changement climatique et de l’autre le retour de la réalité brutale.

Un groupement de pays sans frontières défendu... Poursuivre la lecture

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles