L’ombre de Macron sur les primaires

Emmanuel Macron dérange à gauche comme à droite, et promet de bousculer un peu des primaires qui ne brillent pas par leur attachement à la liberté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emmanuel Macron au forum de Davos en janvier 2016 (Crédits : World Economic Forum, CC-BY-NC-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’ombre de Macron sur les primaires

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 septembre 2016
- A +

Par Jacques Garello.

L'ombre de Macron sur les primaires
Emmanuel Macron au forum de Davos en janvier 2016 (Crédits : World Economic Forum, CC-BY-NC-SA 2.0)

Les primaires à gauche sont assez troublantes et troublées. D’abord parce qu’elles changeront de caractère suivant la décision de François Hollande de se représenter ou pas, décision, qui interviendra en décembre, mais le comportement actuel du Président ne laisse pas grand doute. Ensuite parce que l’ombre de Macron plane sur le ciel de la gauche ; elle s’est épaissie depuis que le fringant énarque a confirmé qu’il n’était pas socialiste. Enfin parce que les deux candidats déclarés ces derniers jours sont candidats sans l’être tout en l’étant. Harcelés par Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFM TV, Cécile Duflot a concédé que d’autres candidatures vertes se révèleraient peut-être et remettraient en cause son engagement personnel, tandis que Montebourg ne sait pas s’il acceptera les primaires, ou s’il sera directement candidat en mai 2017, ou s’il se retirera d’ici là. Tous deux ont évidemment assassiné François Hollande, mais sans le vert langage de Mélenchon.

Sarkozy arrive à droite

Les primaires à droite se sont enrichies de l’entrée en scène de Nicolas Sarkozy, qui présente sa candidature à l’occasion de la sortie de son livre Tout pour la France. Comme il fallait s’y attendre, c’est la sécurité et la souveraineté qui constituent le noyau dur du programme, c’est directement l’électorat populiste et patriotique qui est ciblé, c’est-à-dire la clientèle de Marine Le Pen. Le style volontairement agressif permet aussi de se démarquer du syncrétisme de Juppé et de la « France heureuse ». C’est une France en guerre qu’il entend sauver. Mais les deux leaders ont en commun de se démarquer explicitement des principes libéraux : réformistes de surface, ils veulent renforcer les missions régaliennes, mais en renforçant l’État, au lieu de le délester.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • « Macron promet de bousculer… »
    Tout est dit.

  • A quand un grand partie démocrate qui irait de Juppé à Macron en passant par Bayrou, Royal et NKM ?
    D’un point de vu idéologique, il n’y a pas de différence significative. Tous ce monde se chamaille uniquement pour des raisons électorales.

  • « réformistes de surface, ils veulent renforcer les missions régaliennes, mais en renforçant l’État, au lieu de le délester. »
    justement , ce que l’on reproche a l’état est …sa faiblesse dans ses missions régaliennes . on ne veut pas moins d’état mais de meilleurs services rendus par l’état tel qu’il est aujourd’hui , une meilleure efficacité entrainera une diminution de son périmètre d’intervention , on ne peut pas faire bien 36 choses a la fois…….
    reste a savoir si l’un des candidats a cette vision de l’avenir de l’état ou simplement tient un discours a portée électorale uniquement puis fait dans la continuité , c’est a dire s’occuper de sa petite personne et ne rien faire d’autre qu’écouter les « conseillers » et les « cartomanciennes » le plus souvent déjantés et manipulateurs voir des escrocs .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le ministre brésilien de l’Économie, Paulo Guedes, a tenu des propos durs envers la France lors d’une réunion des entrepreneurs à Brasilia mardi. En réponse aux critiques de Paris sur la déforestation de l’Amazonie, il a affirmé que l’économie française devient « insignifante » et a déclaré :

« Vous avez intérêt à bien nous traiter, sinon on va vous envoyer vous faire foutre ».

Des propos peu poétiques et diplomatiques, mais qui sont le symptôme d’un problème plus grave : le Brésil se détourne de l’Occident en faveur de la Chine... Poursuivre la lecture

L'entrepreneur Sébastien Laye a déposé sa candidature pour la présidence des Républicains. Sébastien Laye est diplômé d’HEC Paris et de Sciences Po Paris et titulaire d’un Commercial Real Estate Executive Education Program du MIT (Boston). Entrepreneur dans le domaine de l’immobilier et du financement de l’immobilier (en Europe et aux États-Unis).

Entretien réalisé par Contrepoints.

 

Contrepoints : Quel est votre parcours, qu'est-ce que vous pouvez apporter aux LR que les autres candidats, même putatifs, n'ont pas ?... Poursuivre la lecture

L’été se déroule tranquillement du côté des Républicains. Les législatives n’ont pas été l’échec retentissant envisagé. De 101 députés qu’ils étaient, coincés entre Emmanuel Macron et Marine le Pen, les plus pessimistes craignaient de se compter sur les doigts de la main tel le PS en 2017. Finalement, 62 députés sont encore à l’Hémicycle. Assez pour exister. Ils ont pris leur place au Palais-Bourbon, proposent et votent des textes avec la majorité. En somme, rien n’a changé, la vie parlementaire continue.

Au loin, pourtant, des nuages ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles