Autonomie des écoles : l’exemple canadien

L’autonomie des écoles serait un facteur important d’amélioration de la réussite scolaire, comme le prouve la formule gagnante des écoles privées anglophones qui ont choisi de fonctionner sur ce modèle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Autonomie des écoles : l’exemple canadien

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 septembre 2016
- A +

Par Youri Chassin, depuis le Canada.
Un article de l’Institut économique de Montréal

Autonomie des écoles : l'exemple canadien
By: Brian StaceyCC BY 2.0

Il y a parfois d’heureuses coïncidences. Il y a à peine quelques jours, je faisais valoir dans un Point de l’IEDM que l’autonomie des écoles serait un facteur important d’amélioration de la réussite scolaire. Ainsi, abolir les commissions scolaires pour donner davantage d’outils aux écoles n’est pas qu’un débat de structures, n’en déplaise à certains, mais une décision utile pour les élèves.

Un exemple frappant, que j’ai utilisé plusieurs fois en entrevue : ce sont les commissions scolaires qui engagent les enseignants, pas les écoles elles-mêmes. Ces dernières se retrouvent donc avec les enseignants qui leur sont attribués, généralement par ancienneté. Il n’est pas possible de s’assurer qu’un enseignant se sente véritablement à l’aise dans l’approche ou les valeurs que l’école a choisies. Ça pose aussi des problèmes pour l’évaluation et le congédiement des enseignants incompétents, mais ça, c’est une autre histoire…

Les formules gagnantes des écoles anglophones

Aujourd’hui, dans le cadre de sa série de reportages sur les formules gagnantes des écoles anglophones, Daphnée Dion-Viens donne la parole au directeur de l’école secondaire St-Patrick’s. Voici un passage tiré de son article qui en dit long :

Comme plusieurs autres de ses collègues qui font partie de la commission scolaire Central Quebec, André Gosselin peut embaucher lui-même ses enseignants, sans passer par les ressources humaines de sa commission scolaire.

« Chez nous, c’est très décentralisé : 95% des profs que j’ai engagés, ça s’est fait dans mon bureau », lance-t-il. Si la décentralisation est si forte, c’est d’abord par choix mais aussi parce que la commission scolaire couvre un si vaste territoire qu’elle ne peut faire autrement que d’avoir des écoles davantage autonomes.

Le fait d’embaucher lui-même des enseignants permet de les sélectionner davantage selon le profil et les valeurs de l’école, précise M. Gosselin. Selon l’Association des commissions scolaires anglophones, le réseau scolaire anglophone est plus décentralisé que le réseau francophone.

La coïncidence est révélatrice. Il me semble que ce n’est pas si sorcier, comme formule gagnante. St-Patrick’s le fait, les 342 écoles privées le font, pourquoi pas les écoles francophones ? Qu’est-ce qui bloque au ministère de l’Éducation ?

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • On ne peut pas comparer une démocratie libérale avec une république socialiste bientôt soviétique.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture

Si le vote des Français en France concentre logiquement toute l’attention, celui des Français à l’étranger donne des éléments sur la mentalité des expatriés, émigrés voire des binationaux. Un vote qui peut toutefois avoir une certaine importance.

Le vote des Français à l’étranger a représenté 500 000 votes sur 1,4 million d’inscrits (un taux de participation de 35 %). 45 % ont voté pour Macron et 22 % pour Mélenchon, Zemmour faisant 8 % et Le Pen ne représentant que 5 %.

Ces chiffres méritent d’être étudiés de plus près, car ils... Poursuivre la lecture

Des histoires surprenantes et riches d'enseignement surviennent au Québec, durant cette pandémie.

À l’approche des fêtes, le chef de cette province avait des comportements erratiques, il promettait des rassemblements familiaux jusqu'au moins 20 personnes. Soudainement, les médias y vont de nouvelles affolantes sur la croissance du nouveau variant omicron. Les pages du Journal de Montréal étaient particulièrement alarmantes. Il a donc réduit à 10 cette limite, le temps d’un réveillon. Une fois la fête finie, il y est allé de la fermetur... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles