Autonomie des écoles : l’exemple canadien

L’autonomie des écoles serait un facteur important d’amélioration de la réussite scolaire, comme le prouve la formule gagnante des écoles privées anglophones qui ont choisi de fonctionner sur ce modèle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Autonomie des écoles : l’exemple canadien

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 septembre 2016
- A +

Par Youri Chassin, depuis le Canada.
Un article de l’Institut économique de Montréal

Autonomie des écoles : l'exemple canadien
By: Brian StaceyCC BY 2.0

Il y a parfois d’heureuses coïncidences. Il y a à peine quelques jours, je faisais valoir dans un Point de l’IEDM que l’autonomie des écoles serait un facteur important d’amélioration de la réussite scolaire. Ainsi, abolir les commissions scolaires pour donner davantage d’outils aux écoles n’est pas qu’un débat de structures, n’en déplaise à certains, mais une décision utile pour les élèves.

Un exemple frappant, que j’ai utilisé plusieurs fois en entrevue : ce sont les commissions scolaires qui engagent les enseignants, pas les écoles elles-mêmes. Ces dernières se retrouvent donc avec les enseignants qui leur sont attribués, généralement par ancienneté. Il n’est pas possible de s’assurer qu’un enseignant se sente véritablement à l’aise dans l’approche ou les valeurs que l’école a choisies. Ça pose aussi des problèmes pour l’évaluation et le congédiement des enseignants incompétents, mais ça, c’est une autre histoire…

Les formules gagnantes des écoles anglophones

Aujourd’hui, dans le cadre de sa série de reportages sur les formules gagnantes des écoles anglophones, Daphnée Dion-Viens donne la parole au directeur de l’école secondaire St-Patrick’s. Voici un passage tiré de son article qui en dit long :

Comme plusieurs autres de ses collègues qui font partie de la commission scolaire Central Quebec, André Gosselin peut embaucher lui-même ses enseignants, sans passer par les ressources humaines de sa commission scolaire.

« Chez nous, c’est très décentralisé : 95% des profs que j’ai engagés, ça s’est fait dans mon bureau », lance-t-il. Si la décentralisation est si forte, c’est d’abord par choix mais aussi parce que la commission scolaire couvre un si vaste territoire qu’elle ne peut faire autrement que d’avoir des écoles davantage autonomes.

Le fait d’embaucher lui-même des enseignants permet de les sélectionner davantage selon le profil et les valeurs de l’école, précise M. Gosselin. Selon l’Association des commissions scolaires anglophones, le réseau scolaire anglophone est plus décentralisé que le réseau francophone.

La coïncidence est révélatrice. Il me semble que ce n’est pas si sorcier, comme formule gagnante. St-Patrick’s le fait, les 342 écoles privées le font, pourquoi pas les écoles francophones ? Qu’est-ce qui bloque au ministère de l’Éducation ?

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • On ne peut pas comparer une démocratie libérale avec une république socialiste bientôt soviétique.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
Montréal ville francophone
1
Sauvegarder cet article

Début 2015, dans La langue française : une arme d’équilibre de la mondialisation je dressais un panorama de la situation du français dans le monde, point d’appui pour les militants de la langue française et avec l’espoir de les multiplier.

Sept années ont passé, voyons comment la situation a évolué.

 

Les Français ont l’impression que leur langue est en recul

Ils constatent l’invasion des mots anglais dans leur environnement et l’usage de l’anglais à Bruxelles malgré le Brexit.

À l’inverse les études de l’OIF ... Poursuivre la lecture

décroissance
3
Sauvegarder cet article

Par Germain Belzile et Alexandre Moreau, depuis le Canada. Un article de l'Institut économique de Montréal

 

Récemment, une série de capsules vidéo sur la « décroissance économique » et ses bienfaits a enflammé la toile québécoise. Cette série, produite par Radio-Canada, suggère que nous vivons sur une planète de moins en moins propre, plus pauvre, mal nourrie et que la santé des humains diminue.

Il n'y aurait qu'une minorité de riches qui tirent profit de la situation actuelle et ceux-ci alimentent une croissance ef... Poursuivre la lecture

Par Oliver Rancourt[1. économiste à l’IEDM], depuis le Canada.

Le chancelier allemand Olaf Scholz vient de visiter le Canada pour parler, entre autres, d’importation de gaz naturel canadien vers l’Europe. À la suite de l’invasion de l’Ukraine et des sanctions qui ont suivi, l’Allemagne, qui importait 55 % de son gaz naturel de la Russie en 2021, a dû rouvrir des centrales au charbon et a commencé à chercher d’autres sources d’approvisionnement en gaz naturel.

Bien que cette situation soit difficile pour le public allemand, ce tr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles