Complémentaire santé : économistes atterrés ou atterrants ?

Publié Par Éric Verhaeghe, le dans Social

Par Éric Verhaeghe.

Dans une note lapidaire publiée notamment par Mediapart, des économistes atterrés livrent des considérations atterrantes sur la généralisation de la complémentaire santé, dont la conclusion est simple : il faut instaurer un remboursement des dépenses de santé à 100% et supprimer les complémentaires !

 

Une absence complète d’analyse scientifique

Si chacun pourra juger de la visée idéologique des auteurs de la note, issus d’un « laboratoire » universitaire, le peu de sérieux scientifique dans la démarche laisse pantois. La note constate en effet une évidence : la généralisation de la complémentaire santé ne vient pas à bout de tous les cas d’assurés sociaux non couverts par une complémentaire santé. Par une pirouette étonnante, les auteurs affirment sans le moindre élément de preuve que la situation de ces derniers va se détériorer du fait de la généralisation.

De façon encore plus stupéfiante, les auteurs affirment sans un seul élément d’expérience concret que le libre choix de l’assureur par les entreprises, après la suppression des désignations, renchérit les prix au lieu de les modérer. C’est bien connu ! Plus un marché est concurrentiel, plus les tarifs sont élevés.

On ne s’étonnera d’ailleurs pas de voir les auteurs n’apporter aucun élément de preuve à cette assertion, puisqu’elle est contraire à la réalité. Depuis l’été 2014, en effet, la concurrence a permis de stabiliser les tarifs conventionnels. En revanche, il est beaucoup plus confortable d’affirmer le contraire pour des raisons purement idéologiques, et de nourrir ainsi la doctrine du 100% Sécu.

Une offensive idéologique en bonne et due forme

Cette note, qui illustre une fois de plus le peu de sérieux universitaire français, participe à l’offensive idéologique sur le retour des désignations, pourtant jugées contraires à la liberté d’entreprendre par le Conseil Constitutionnel. Rappelons que ce retour n’est certainement pas motivé par des considérations d’intérêt général, mais vise essentiellement à préserver le financement occulte des organisations syndicales sur le dos des salariés.

Les amateurs de « guerre idéologique » regarderont la méthode avec amusement. Les Économistes Atterrés, qui ne cachent pas leur volonté de peser dans une lutte très politique contre « l’orthodoxie néo-libérale » dévoilent ici le vrai visage de leur combat : se mettre au service des intérêts particuliers qui utilisent la cause de la « solidarité » pour nourrir leurs fromages. La leçon mérite d’être retenue : même dans la lutte idéologique, la syndication est devenue la règle.

Les dangers du 100% Sécu

Ceux qui utilisent des groupes d’influence comme les Économistes Atterrés pour mener leur combat contre le libre choix de l’assureur en complémentaire santé devraient se méfier des dommages collatéraux qui se préparent. Dans l’esprit des détracteurs de la libre concurrence, la désignation n’est rien d’autre qu’un pis-aller, une sorte d’étape préparatoire avec le passage à une nationalisation complète du système.

Or, chacun perçoit l’absurdité économique et sociale de cette option. Le remboursement à 100% accélère la dé-responsabilisation des acteurs et dégrade automatiquement les performances de la protection sociale, puisqu’elle interdit toute mitigation du risque. En outre, le remboursement à 100% tuera les groupes paritaires. Et c’en sera fini des postes de délégués généraux à 50.000 euros par mois, voire plus, au nom de l’intérêt des salariés.

Sur le web

  1. moi aussi je suis atterré je n’arrive pas a voir si cet article est sérieux ou humoristique !
    il est vrai que je suis contre les mutuelles et je n’en ai pas et pour la sécu à 100% au delà d’un certain seuil de dépense , une sorte d’assurance avec franchise .

    1. 100 % d’un remboursement ridicule c’est ridicule. se pose la question de la qualité de l’acte médical avec des tarifs sans rapport avec la réalité.

  2. Les profs bobos aiment s’afficher « éccôôôôôoôôonomiIIIIIIstes »…
    Aucun d’entre eux ne déposera une thèse au Nobel ni ne sera Nobel. Ce ne sont que des profs statutaires payés au statut et pas à leurs performances.

    Si la sécu était si « FOR-MI-DABLE » pourquoi continuent t-ils a préférer les régimes spéciaux statutaires que de vite se jeter sur leur paradis « régime général »? Ce joyeux concep de l’inégalité corporatiste jamais dénoncé par eux même.
    L’hypocrisie certainement?
    A moins que ce ne soit la conscience intellectuelle du privilège de la gamelle de la rente sociale à charge sur les autres?

    Ils aiment faire du misérabilisme. Ça flatte leur égo et c’est tellement médiatiquement vendeur.
    Ca leur donne bonne conscience et les fait croire « humanistes » alors que se ne sont que de petits bourgeois parisiens bobos rentiers de l’état.
    Ils vont quand même pas demander d’afficher sur leur feuille de paye la valeur de leur part patronale ou s’affichent les parts pour eux mêmes des coûts de leurs privilèges sociaux à charge du secteur marchand…..Imaginez qu’un pauvre la comprenne…

    La sécu? Ils en parlent beaucoup pour les autres mais eux sont aux régimes spéciaux.
    Le logement? Ils en parlent beaucoup pour les autres mais aucun d’entre eux ne prend le risque de créer des logement privé avec ses revenus.
    L’emploi? Statutaires, ils en parlent beaucoup, mais aucun d’entre eux ne crée avec son argent des emplois.

  3. « Un économiste c’est quelqu’un qui est capable d’expliquer chaque jour pourquoi il s’est trompé la veille »
    B.Maris

    1. @Arcousan : lisez plutôt la différence entre un bon et un mauvais économiste selon Frédéric Bastiat, c’est d’un tout autre niveau que Maris … (cf « ce qui se voit »)

  4. 100% remboursé est absurde. En revanche, la suppression soit des mutuelles, soit de la secu serait bon, car ce système de double paiement est illisible, complexe, et double les frais de gestion.

  5. quand vous essayer de faire un comparatif sur les remboursements des mutuelles, c’est quasi mission impossible tant elles rendent complexes les prises en charges (à l’instar des contrats « téléphones portables ») Ceci est fait pour empêcher la concurrence « saine » entre les mutuelles et « noyer » le client.Il devrait y avoir 3 contrats-types (bas-médium-haut) avec les mêmes garanties sur lesquels les mutuelles devraient obligatoirement se situer (au moins ceux-là). Comme cela, le client saurait quelle est la mutuelle la plus performante !!!!!

      1. En effet, grosse connerie du tiers payant !!!! Il faut TOUJOURS savoir ce que ça coûte; ,de plus étant professionnel de santé, ça devient infernal avec les 600 mutuelles qui vont avoir chacune leur modalité de paiement, sans compter les »bugs »qui vont inévitablement survenir.La médecine étatique se met en place, bon courage aux patients !!!!!!!!

  6. et pourtant, c’est l’inverse qui va sans doute se faire: la sécu à la française avec la mondialisation et les carrières multiples est condamné à disparaitre au profit d’assurances individuelles. C’est la tendance actuelle avec une part de plus en plus importante de ces dernières.

    Mais il faut croire que les communistes font de la résistance…

  7. Meme si jsuis pas fan d’une entreprise aussi irresponsable que la Secu, la mutuel et la complementaire sont a la santé ce que la privatisation autoroutiere est au porte monnaie, une arnaque. La santé etant primordiale, il devrait etre hors de question d’etre soigné a prix d’or. Ne paye pas t-on sufisament d’impot pour avoir des soins gratuit mais non denué de prise de consciense sur l’abus? (Devoir payer une partie de la prise en charge d’un cancer du poumon pour un fumeur invétéré semble juste) Et aux medecins s’offusquant, comme les enseignants, rappelons les prerogatives d’une vocation a perpetuer la vie et le savoir.

    1. Ne paye pas t-on sufisament d’impot pour avoir des soins gratuit mais non denué de prise de consciense sur l’abus? (Devoir payer une partie de la prise en charge d’un cancer du poumon pour un fumeur invétéré semble juste) Et aux medecins s’offusquant, comme les enseignants, rappelons les prerogatives d’une vocation a perpetuer la vie et le savoir.

      L’impôt n’a rien à voir là dedans. Quand à la vocation on ne vit pas que d’amour et d’eau fraiche et puis tous les médecins et enseignants ne font pas forcément leur métier par vocation. Que tous ceux qui font leur métier par vocation travaillent gratuitement !

    2. une logique difficile à suivre.
      Ainsi par exemple dire que la santé est primordiale pour ensuite en conclure que pour cette raison on ne doit pas en payer le prix me semble contradictoire.
      Perso mes priorités servent aussi à orienter mon budget.
      Pour ce qui est de la « vocation »: laissons ce concept aux religieux….

    3. La santé n’est pas primordiale, bien avant viennent la nourriture, le logement et l’habillement. La santé est en partie le résultat des trois précédents. Ne mangez pas, n’ayez plus accès à la nourriture et vous comprendrez que soigner votre rhume ou et bien réparer votre membre cassé ne sont plus si primordiaux que ça. C’est important, mais vous pouvez vivre avec un membre mal réparé, par exemple.

  8. Pour ceux qui en doutaient, les économistes atterrés confirment leur véritable nature: des militants de la gauche collectiviste à tout crin. Ce sont les mêmes qui font l’éloge de la relance par la consommation ou de la dette publique parée de toutes les vertus.

    1. Je suis allé parcourir leur site, c’est édifiant. De longs textes dont les conclusions ne sont pas issues, un positionnement idéologique extrêmement marqué très à gauche et très interventionniste. Des gens qui considèrent que nous sommes en période d’austérité budgétaire, et que pour diminuer la dette il suffit de ne pas baisser les recettes.
      Dire que ces dangereux activistes sont des enseignants !

  9. En outre, le remboursement à 100% tuera les groupes paritaires. Et c’en sera fini des postes de délégués généraux à 50.000 euros par mois, voire plus, au nom de l’intérêt des salariés.

    Si c’est vrai que des délégués généraux ont une paye de 50000 euros mensuelle à ne pas trop en faire, si passage au remboursement 100% à tous fait exploser le système, pourquoi pas ❓

    Une référence sur les salaires de ces parasites ❓

  10. Comment se fait il qu’une journée d’hospitalisation soit prise en charge à 100 % ( la plupart du temps) dans les hôpitaux alors que son tarif soit à géométrie variable en fonction de l’hôpital contrairement aux professions libérales dont les honoraires sont fixes quelque soient les moyens mis en oeuvre et queque soit le temps pris pour soigner ( honoraires opposables) pour la plupart ?

    http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/les-prix-d-hospitalisation-de-420-etablissements-publics-en-france_1346875.html

    Ca c’est du vrai 100 % sécu, mais ca concerne les hôpitaux publics ! 2 poids et 2 mesures !

  11. Vous avez bien raison de parler de la paperasserie que des centaines de complémentaires santé causent à nos professionnels de santé. Je les vis en ce moment même lors de ma reprise d’activité en France et c’est un vrai scandale. Si au moins les assureurs complémentaires se mettaient aux mêmes conditions avec un organisme centralisé auquel il suffirait d’adresser une feuille de soins barrée et un RIB.

    Les effets du tiers payant généralisé seraient, en France, une catastrophe terrible pour les professionnels de santé. Ceci n’est vrai que dans l’état actuel des textes règlementaires. L’Assurance Maladie n’est pas prête de modifier son bébé communiste.

    Cependant, je viens d’Allemagne où j’ai vu, durant 45 ans, mon épouse pratiquer un tiers payant trimestriel depuis des dizaines d’années comme tous les médecins installés. Avec bien peu de tracas pour les cabinets dont les honoraires sont libres par un cumul sans véritable restriction de tous les actes effectués le même jour ce qui simplifie le parcours de diagnostic et le coût des soins différés.

    Chacun sait depuis CHOUPETTE (SW du temps de Jacques le supermenteur) que tarder dans ce processus augmente le coût global des prises en charge des affections. La preuve : avec des cotisation inférieures aux nôtres les KASSEN restent bénéficiaires alors même que tout est pris en charge à 100 % et même les consultations à 100 % celles des HEILPRAKTIKER, qui sont des guérisseurs diplômés.

    Comment simplifier notre système ? En faisant comme chez eux. Chaque SHEINE (équivalent fort approximatif de la feuille de soins française) est traitée une seule fois le dernier jour du trimestre, jour de fermeture du cabinet (BESTALLUNG) pendant lequel en un jour les secrétaires envoient aux différentes KASSEN leurs notes d’honoraires.

    Deux jours plus tard les libéraux reçoivent le reliquat (ils ont reçus des avances mensuelles) du montant de leurs honoraires et sans aucun ticket modérateur.

    A l’exception de petits REGRESS pour les hyperactifs qui y perdent un petit % et à l’exception des prescripteurs trop onéreux. Ces deux-là ne perdent que ce qu’il faut pour que chaque KREISS reste dans l’enveloppe globale (actes+ prescriptions) de ce qui ressemble quelque peu à l’ONDAM.

Les commentaires sont fermés.