Après la victoire du Brexit, divorçons intelligemment !

Publié Par Vincent Benard, le dans Europe

Par Vincent Benard

Europe

Europe By: Nicolas RaymondCC BY 2.0

Après une nuit de suspense, où de premiers sondages erronés poussaient même Nigle Farage à annoncer une possible défaite, les résultats se sont finalement retournés et ont donné une victoire assez nette (plus d’un million de voix d’avance) au « Brexit ».

L’Union Européenne a donc perdu un de ses membres, et pas n’importe lequel.

Le plus dur commence, et, contrairement à ce que disent bien des commentateurs, le plus dur commence pour le continent.

La sagesse voudrait que, comme pour un divorce, les deux ex-conjoints règlent leur séparation au mieux de leurs intérêts, avec leur cervelle, et non avec leurs tripes, en forçant l’autre à avaler l’accord de rupture le plus défavorable possible. L’intérêt des deux peuples serait donc que très vite, un accord maintenant le libre-échange de biens, services et capitaux entre les deux entités soit conclu. Si cela est fait, alors, économiquement parlant, le Brexit serait un non-événement.

Seulement, par dépit amoureux, il est à craindre que l’Europe choisisse une voie « dure » de limitation des accès commerciaux de l’Angleterre émancipée à l’Union. C’est ce qu’ont laissé entendre deux des grands perdants de la soirée d’hier, Jean-Claude Juncker et François Hollande, dans leurs déclarations immédiatement précédant le vote. Le journaliste eurolâtre de Libération, Jean Quatremer, résume la mentalité bruxelloise dans un tweet proprement lamentable :

C’est proprement stupide : le déficit commercial de la Grande Bretagne vis-à-vis du continent est de 35 milliards environ, et nous tirerions une balle dans le pied de nombreux exportateurs européens en réagissant par dépit amoureux plutôt qu’en reprenant nos libertés respectives en bons termes. Ajoutons que l’UE reste liée par les règles de l’OMC, qui ne lui permettront pas d’ériger un mur commercial avec nos voisins.

Mais il y a bien pire encore : pas plus qu’une religion ne peut séduire largement en promettant la mort à ses apostats, l’Europe ne pourra maintenir sa cohésion en « faisant un exemple » avec l’Angleterre. Selon un sondage IPSOS du mois de mai, dans 9 pays de l’union, une majorité de la population voudrait « être consultée sur l’appartenance à l’UE », comme les Anglais. Et s’ils le désirent, ce n’est sûrement pas pour crier à l’Union Européenne l’amour qu’ils lui portent.

Les politicards qui font la pluie et le beau temps à Bruxelles doivent se rendre à l’évidence : le projet européen ne fait plus rêver. Et si les défenseurs de ce « projet », ou plutôt des privilèges qu’ils en tirent à titre personnel, n’ont que la menace pour maintenir cette construction debout, je leur prédis un avenir très sombre. Et à nous par la même occasion, car si l’Europe du Nord pourrait facilement recréer un espace libéral sur les cendres d’une Europe encore fumante, les Français et sans doute quelques autres pays du sud du continent choisiraient massivement de se replier sur eux-mêmes et se vendraient en masse aux forces les plus socialo-réactionnaires du pays (ce qui en dit long sur notre échec intellectuel, à nous autres libéraux, mais c’est un autre débat).

Il est à craindre que le sommet européen à venir ne soit celui de la bêtise : annonce d’une ligne dure vis-à-vis de la Grande Bretagne, et d’une « initiative européenne » montée à la va-vite, d’inspiration toujours plus intégrationniste, dirigiste, et fédéraliste en mode « top down ». J’espère me tromper. Il est temps pour l’Union de reconnaître que l’Union peut être un club de pays qui s’apprécient mutuellement et font du commerce librement ensemble et entretiennent de bonnes relations avec l’extérieur, mais qu’il n’existe pas de sentiment de « solidarité inter-populations » européennes, que les Allemands ne veulent pas plus payer les bêtises des Grecs que les Flamands ne veulent financer les gabegies wallonnes.

Relancer le projet européen ne signifie pas « plus d’Europe » au sens des eurolâtres dirigistes façon Juncker, mais « plus de libertés au sein de l’Europe », pour reconquérir le cœur des populations, voire même des Anglais ! Malheureusement, cette belle idée que j’émets ici rencontre un obstacle majeur : elle n’est d’aucun intérêt pour les technocrates à la tête des pays européens, dont bien peu jugent essentielle la liberté de leurs « assujettis », quoiqu’ils apprécient la leur à titre personnel.

Les clés de l’après Brexit ne sont pas à Londres mais à Bruxelles. La crise qui s’ouvre avec le Brexit pourrait être une opportunité de redéfinir un projet européen ordo-libéral raisonnablement intelligent. Il est à craindre que des réactions inappropriées des élites vexées et blessées dans leur amour propre ne la transforment en complète Berezina continentale.

  1. j’ai ouie dire hier à c’est dans l’air qu’en cas de bréxit , les députés européens se retrouveraient au chomage ;qu’en est il exactement ?

  2. « Les politicards qui font la pluie et le beau temps à Bruxelles »

    Il y a une faute de frappe : « politicards » au lieu de « politocards »

    1. Je pense que c’est un jeu mots intentionnel.

      1. Le terme « Politocards » leur va très bien….

        1. To win the yes, we need the no to win 😀

          – l’autre politocard du poitou

  3. « le plus dur commence pour le continent » : c’est aussi mon avis , d’où les contorsions et gargouillis des technocrates de tout poils .
    Rigolo la trogne de gnôme-gargouille que s’est donné l’ineffable Quatremer , les avatars en disent tellement sur les personnalités.
    Les anglais comme à leur habitude choisissent leur destin . L’initiative d’Obama de leur tordre le bras et de brandir la menace n’a fait que donner des voix supplémentaires aux brexit.
    Nos castes européistes vont faire comme d’habitude : des gestes et des mots , et puis …. rien , ah si : ils vont créer une taxe d’exit pour dissuader tout autre pays de suivre le même chemin , créant ainsi un mur invisible mais bien présent à la manière de UESS qu’ils créent brique à brique

    1. Sauf que vous vous meprenez largement sur les intentions des britanniques. Ils ont fait la même chose que les espagnols : se mettre à pleurer et tout jeter au feu malgré d’excellents resultats. Juste par stupidité. La populisme socialiste, c’est lui le grand gagnant. Les anglais n’ont pas choisi leur indépendance, ils ont choisi le socialisme et la facilité. C’est ce camp là qui a remporté l’élection. Comme en Espagne.

      1. Comme beaucoup, vous partez de fondations fort peu solides. Un Brexiter est stupide et vous connaissez ses intentions. De plus, un socialiste dort en lui, a l’insu de son plein gré. Ceci expliquant l’énorme popularité de Corbyn, a n’en point douter.
        Il serait facile de vous renvoyer votre mépris au centuple.
        Avant l’invective, l’analyse, pretty please. Prenez votre temps, rien ne presse.

      2. @desproges54 je connais tres bien les anglais , j’ai toujours bossé avec eux et j’ai vécu chez eux de nombreuses années . Et vous ?

      3. https://www.youtube.com/watch?v=Sgd9nYqVz2s&list=RDSgd9nYqVz2s

        When Britain first at Heav’n’s command
        Arose from out the azure main; (bis)
        This was the charter, the charter of the land,
        And guardian angels sang this strain;
        Rule, Britannia! Britannia, rule the waves:
        Britons never, never, never shall be slaves.

  4. Et comme ces polytocards ont tout dans les tripes, et de la flotte dans le cerveau, gageons que cela se passera au plus mal.

    En effet, après leurs déclarations guerrières tonitruantes, comment revenir en arrière ❓

    1. ce point là n’est pas un problème, les politiciens ne se sentent JAMAIS engagés par des déclarations et savent toujours dire pourquoi ils font le contraire de ce qu’ils ont dit la veille.

      1. Il est vrai que ces gens là savent comment manger leur chapeau, mais celui-là pourrait être un peu gros.
        Celui qui aura le plus de mal, c’est David Cameron. Démissionnera-t-il et quand ❓ L’avenir nous le dira.

        1. C’est fait. Et avec grande classe. J’espère qu’il ne se retirera pas complètement de la vie politique, mais je ne suis pas optimiste.
          Je m’etais promis de ne pas oublier ma reconnaissance d’avoir pu voter.
          Thank you Dave, good speed.

        2. Cameron démissionne en octo bre, confirmé par la BBC ce matin. Au moins, il a eu le courage d’assumer ses opinions, ce qu’on ne verrait pas en France

      2. Quand on voit la réaction de Junker, dégagez de suite, je me permet de douter.

        Quid du revote des français, des danois, des hollandais ❓ Deux poids, trois mesures ❓ Pourquoi ne revoteraient-ils pas ❓ En quoi cela ne serait pas plus démocratique ❓

        Brailler comme une vieille pute (et je suis gentil) et demander le départ immédiat sans se remettre en question, est-ce de la clairvoyance ❓

        Mettre le feu, est-ce raisonnable ❓ Cameron est déjà à terre, humilié, faut-il encore lui foutre le nez dans la boue ❓

        J’y vois plutôt une politique d’ivrognes incapables.

        1. Et encore, la vieille p.te qui jouerait le rôle de la vierge Marie susciterait de l’émotion, de la vrai, sincère, pas du toc comme ces individus qui gagnent plus de 20000 Euros par mois.

  5. Ce matin on entendait : « C’est l’UK qui bloquait l’Europe et on va donc pouvoir faire plus d’Europe »
    (je retourne dans mon frigo)

    1. C’est une blague… le UK n’est pas dans la zone euro et le projet est en panne… A moins d’un « saut fédéral » que les peuples ne veulent pas, la zone est condamnée.

  6. « Des représailles » ? Alors c’est ça le vrai visage de l’UE, après les menaces, les représailles ? Bravo Messieurs les Anglais, vive la liberté, à bas la dictature européenne.

    1. En France, l’UE apporte plus de liberté que l’Etat français.

      1. Exact!

      2. Et la France apporte t-elle plus de liberté au sein de l’Union?

  7. Un article intelligent, c’est bien.
    Dit autrement : sans amour et sans haine. Appliquons la réglementation, toute la réglementation et uniquement la réglementation. Si, sur un point donné, notre interet et celui des britanniques nous conduit à decider un accomodement, faisons le, rejouissons nous pour eux et pour nous.
    Vouloir leur faire « payer » cad les punir est strictement idiot; mais à libé on n’en est pas à une énormité près.

    1. Les anglais ont pris leur décision en pleine souveraineté, en revanche ils n’ont aucune prise sur les avantages et inconvénient qui accompagne l’adhésion ou non à l’Europe ils sont donc objectivement en position de faiblesse pour renégocier un quelconque accord avec l’UE en ce moment. Pourquoi l’UE aurait une quelconque mansuétude à son égard? Qu’ils assument leur décision et négocient ce qu’ils peuvent.
      On finirait par penser que c’est l’UE qui a voté la sortie de l’Angleterre.

      1. ils sont donc objectivement en position de faiblesse pour renégocier un quelconque accord avec l’UE

        Ils ne reviendront pas renégocier. Surtout pas la besace à concession vide.

        1. @ MichelC

          Ils y ont évidemment tout intérêt car ils ne doivent plus compter sur des exceptions de faveur: c’est évidemment ça qui va disparaitre. Il ne s’agit pas d’un « divorce », l’image est ridicule et on ne peut d’ailleurs pas parler de mariage non plus, puisqu’ils se sont toujours tenus en marge de l’U.E.

          Seul l’avenir pourra dire lequel a pu profiter de cet événement: on peut souhaiter que ce soit les 2 parties

      2. Il faut que l’UE comprenne que la mansuétude est dans son propre intérêt. Mais les dirigeants EU seront ils assez éclairés pour l’admettre, ça…

        1. On a demandé aux anglais de choisir de rester ou sortir de l’UE , ils ont voté contre l’immigration, pour un durcissement des contrôle aux frontières et des conditions d’asiles. 75% des 18-24 ans ont voté le maintien les plus de 50 ans ont largement choisi la sortie.

          Je doute fortement que la succession de Boris Johnson soit de nature à entamer des pourparlers où la raison et la prise en compte des intérêts réciproques dominent.

          1. « ils ont voté contre l’immigration, pour un durcissement des contrôle aux frontières et des conditions d’asiles.  »

            Ils ont aussi voté contre les réglementations envahissantes, contre le déni de démocratie qui caractérise les institutions européennes, etc. Ne prenez pas que les raisons qui vous arrangent pour l’analyse qui vous arrange.

            1. « les réglementations envahissantes, contre le déni de démocratie qui caractérise les institutions européennes »

              Veuillez précisez lesquelles en dehors de celles que que j’ ai mentionné dans mon commentaire parce que les règlementation et le procès du déni de démocratie c’ est du café de comptoir

              1. La subsidiarité !

          2. Je ne voudrais pas être accusé de racisme anti-jeunes, mais les 18-24 ans europhiles sont dans leur grande majorité totalement irresponsables et assistés en ce qui concerne l’équilibre budgétaire de leur « foyer »…

        2. @ Vincent Bernard

          « Mansuétude: Disposition d’esprit qui incline à une bonté indulgente : Faire preuve de mansuétude à l’égard d’un coupable. » (Larousse)

          Et les « dirigeants EU », c’est le conseil européen des chefs d’état et de gouvernement où la France participe comme les autres soit en majorité qualifiée, soit à l’unanimité avec droit de veto. De plus toutes les décisions sont ratifiées dans chaque pays par le parlement: L’U.E. ne peut donc être le décideur!

      3. Il est vrai que l’Union Européenne est très bien défendue…l’Allemagne a une armée limitée, la France et les autres pays du sud ont une armée à la ramasse…seuls les anglais ont une armée décente…avec les velléités de Poutines sur les pays de l’ex bloc soviétique…on parie qu’ils n’auront aucun mal à négocier les conditions qu’ils veulent…en plus, comme les norvégiens, ils ont du pétrole 😉

        1. l’armée anglaise? laissez moi rire parce que vous croyez que la GB fait sérieusement peur à Poutine?

          « aucun mal à négocier les conditions qu’ils veulent », Poutine a fait plié l’UE, les USA et l’OTAN de manière générale sur la Crimée et la question syrienne et vous pensez sérieusement qu’un agrégat d’îlots ( en bonne voie de désagrégation va stopper ses caprices?
          Parlons pétrole: que vaut le RU fasse à la Russie?

  8. L’article neglige un fait essentiel: les Britanniques avaient le traité d’adhésion le plus avantageux, celui qui leur laissait le plus de libertés. Ils n’avaient pas intégré l’Euro. Il est interessant de voir que c’est ce pays là, l’un des moins intégré, l’un des plus refractaire, auquel l’Europe n’a cessé d’offrir des dérogations qui claque la porte.
    Par ailleurs la Grande-bretagne avait porté le reve d’europe ordo liberale raisonnée (aka zone de libre échange). Ce reve d’épicier à fait long feu et s’est terminé par son entrée dans la CEE en 73.
    Bon vent à l’Angleterre qui a bien le droit de choisir son destin et qui a bien fait de le faire. Mais quand on voit les promoteurs du Brexit on est en droit de s’interroger sur le fait de savoir quel camp est le porteur d’un projet raisonné…
    Quand elle est entrée la GB faisait le deuil d’un empire. En sortant elle rallume l’independantisme écossais et la question nord irlandaise. Carton plein.

    1. Sauf que les intégristes écossais et irlandais pouvaient faire sécession uniquement dans le cadre de la législation de l’UE 😉

      1. Et que faire sécession pour aller se présenter en chemise et la corde au cou à Bruxelles, dans l’espoir de continuer à en toucher les subsides, ça demande quand même réflexion.

        1. pas moins que de voter la sortie de l’UE pour des raisons principalement identitaires et culturelles à ma connaissance le camps du Brexit a pas fait campagne sur plus d’orthodoxie budgétaire, un approfondissement du libre-échange ou de je ne sais quoi d’ailleurs l’un des membres de Ukip a finalement avoué que le discours de campagne était bien démagogique: le transfert de l’aide à l’UE à la sécu anglaise mdr même Mélanchon ou le Pen n’aurait pas osé.

          N’en déplaise à la majorité des lecteurs mais c’ est certainement pas les libéraux qui ont gagné aujourd’hui.

          1. Vous ne savez pas plus que moi pour quelles raisons les électeurs ont voté ce qu’ils ont voté. Et à l’examen des seuls chiffres des résultats, la conclusion est qu’on ne sait pas si les libéraux ont gagné, mais qu’on est surs que les constructivistes étatistes centralisateurs ont perdu.

      2. La législation ça se change est l’un des possibles premiers revers pour le RU serait de voir cette législation modifié à ses dépends et la on verrai si la question de la Crimée qui a agité les bonnes consciences européennes était de la pure hypocrisie ou pas.
        La souveraineté n’est pas à géométrie variable. Le Royaume Unis pourrait changer de nom sous le poids de l’histoire récente.

    2. @ Vieille alliance

      Très bonne intervention (dans ce concert de « francomorphisme »).
      Évidemment qu’ils avaient une adhésion « à la carte » avec des exigences supplémentaires encore de D.Cameron pour gagner son referendum qui devenaient absurdes comme le droit de vote sur les décisions concernant l’€.

      Ce sont donc les avantages de pays membres qu’ils vont perdre mais on ne va pas leur accorder de privilèges par rapport au statut de la Norvège, certainement pas au statut spécial de la suisse, compliqué jusqu’à l’absurde qu’il ne faut pas répéter, peut-être au statut de la Turquie, mais dans le cadre des contrats comme l’ALE ou autre, mais sans nouvelle faveur, probablement, sauf si l’Union Européenne y trouve son intérêt.

      Comme ce sera voté au conseil européen, à l’unanimité, les pays dont les citoyens ont été insultés (Roumanie, Pologne) risquent d’avoir la dent dure.

      Toujours est-il que la bourse a la trouille et baisse partout et de 8% à Paris, comme la £ qui a chuté.

      1. Les anglais on rejeté l’UE politique…ils redeviendront membre de l’Association Européenne de Libre Echange…donc fondamentalement, ça ne changera pas grand chose…de toutes manières l’UE a besoin de nos voisins d’outre manche en matière militaire et économique…sans parler du fait qu’eux aussi ont du pétrole…

        Après le référendum anglais est plus légitime que les référendums liés au traité de Maastricht…le taux de participation est plus fort, et les scores sont moins serrés…

        Enfin, il faut se rappeler que la dernière fois qu’on nous a fait le coup du référendum pour voter (au hasard) la constitution de l’Union Européenne, l’UE avait été assez massivement rejetée par les citoyens…mais les politichiens censés ont finalement fini par faire adopter 100% des dispositions de ladite constitution dans le dos des peuples ayant rejeté cette constitution…

        Les anglais ont raison de quitter l’UE et je pense qu’il y aura des conséquences négatives limitées à 1 ou 2 ans, avant que la situation tourne fortement à l’avantage des anglais. Avec le mur de la dette couplé à la charge de la cavalerie et à une création monétaire hors de contrôle…la situation des pays membre de l’UE risque d’être fort peu enviable à l’horizon 2020.

        Par ailleurs et à titre personnel je souhaite émigrer outre manche et pour moi, la baisse de la livre est une excellente chose…si j’attends encore un peu, je peux « acheter » des livres « à pas cher » et dans quelques années, je bénéficierais à fond du rebond de cette devise…et en bonus ce ne sera imposable nulle part…

        1. Rectification: à peine un anglais sur deux ont rejeté « l’Europe politique » une expression qui en soit ne veut rien dire toute relations entre Etats ou entre un Etat et une organisation intergouvernementale est politique,
          Les accord militaires ou économiques sont politiques par essence. L’adhésion de l’Angleterre à l’AELE n’est pas garantie à 100% non plus elle ne dépend certainement pas que du bon vouloir de l’Angleterre est quand on voit la longueur du processus pour d’autres pays les anglais vont comprendre ce que signifient vraiment le terme règlementations, procédures administratives, normes etc.
          Ils n’auront jamais de meilleurs accords que ce qu’ils ont eu aujourd’hui.
          Quand à la création monétaire la Banque d’Angleterre en a fait tout autant que ses consoeurs donc la critique est plutôt non avenue

  9. Moi je pense que les Anglais ont raisons et qu’il est possible de vivre en autonomie total dans son propre pays et qu’avant l’Europe, il y avait le marcher commun et surtout le pleine emploi. donc les arrogances de ceux qui pensent que si la grande Bretagne est seule, il y en aura des autres qui suivrons.
    Je pense que c’est un bonne chose, car les eurocrates ont emmenés la pauvreté en Europe et à fait paye trop cher leurs idées.

    Vive les Anglais !!!

  10. mieux vaut un bon divorce qu’un mauvais mariage!
    Si tous les états membres ont fait comme nous, c’est à dire refourguer ses incompétents à Bruxelles , la sortie de la Grande Bretagne n’aura pas beaucoup d’impact, le divorce se passera bien .si ce n’est ,que ces incompétents vont s’empresser de rechercher un nouveau contributeur et qu’un matin l’Europe se reveillera avec la Turquie comme nouveau membre .
    ne dit on pas un perdu 10 de retrouvés?

    1. Et on aura même droit à une guerre ouverte entre deux membres de l’UE…et je doute qu’elle soit aussi cordiale que celle qui oppose danois et canadiens 😉

  11. Les commentaires des europhiles dépités de ce matin étaient pitoyables : les Anglais étaient responsables de tout ce qui ne marche pas en Europe, de toute façon ils allaient en payer le prix et puis on sera bien mieux sans eux et pis c’est tout !
    Franchement, c’était entre le niveau du gamin de maternelle à qui on avait promis un pain un chocolat et qui ne l’a finalement pas eu, et la « recommandation » insistante du mafieux local indiquant à un commerçant que son magasin pouvait facilement brûler par accident…
    Au moins, les Anglais ont repris leur destin en main et exercé leur responsabilité. Si les Eurocrates veulent conserver un semblant de vernis démocratique, il serait bon que les autres peuples souhaitant donner leur avis sur leur adhésion à l’UE soient consultés comme c’est leur droit et leur demande. Mais nul doute que cela n’irait absolument pas dans le sens de ce que veulent ces collectivistes en costumes et que cela restera un vœu pieux !
    A mon sens, ils ont bien tort. Comme le disait très justement Kennedy : “A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes.” Le retour de bâton risque d’être violent.

  12. Effectivement, ce serait la meilleure manière de s’en sortir sans trop de dégâts.
    J’ai entend des partisans du Brexit s’enthousiasmer du résultat car « ça allait améliorer leur protection sociale ». Et des partisans du « remain » s’inquiéter du sort de leur protection sociale future.
    ça m’a rappelé furieusement les électeurs de FH en 2012 qui ont subi de plein fouet la fin de la défiscalisation des heures sup’

    1. L’objectif budgétaire est clair : 35% de dépenses publiques, en pariant sur une situation économique qui permette d’augmenter recettes en maintenant prestations sociales élevées. Optimiste! Plus probable, les prestations sociales devront baisser si l’objectif demeure une réussite économique. D’autant plus que l’armée est exsangue, sous financée, ce, avant l’élection éventuelle de Trump et son souhait de diminuer drastiquement la contribution US a l’OTAN. Wait and see, mais les perturbations risquent d’être beaucoup plus sévères qu’anticipées, pas seulement dues au Brexit.

      Vous avez raison: cette campagne, pro, anti, a été d’une vacuité sans nom. Pour l’instant, personne n’a rédigé un narrative et un vrai projet, et tout, et son contraire, peuvent servir un camp ou l’autre. Le réveil sera brutal pour ce qui ont voté par émotion. Ceci dit, cela vaut autant pour la gestion des conservateurs depuis Mai 2015 que pour la campagne Brexit. Le message est brouillé, l’objectif jamais assumé, la ligne politique inintelligible, certains débats toujours aussi vides de sens commun (immigration notamment).

      Boris Johnson seul ne pourra rédiger ce narrative (tout comme Thatcher, bien entourée).
      Mais il a compris une chose: si une offre positive, inclusive, n’est pas proposée, ce sera un échec.
      Et avec un Corbyn et surtout un Farrage sur scène, les enjeux n’ont jamais été aussi élevés.

      Bref. All hands on deck.

  13. « pas plus qu’une religion ne peut séduire largement en promettant la mort à ses apostats »

    Séduire, peut être pas, mais se répandre et prendre le pouvoir, ça je crois qu’on a un exemple …

  14. Il n’y a pas à relancer le « projet européen », espérer plus de libertés d’un projet qui est par définition autoritaire et centralisateur est vain.

    La direction que prend l’UE est très claire, c’est toujours plus de pouvoir politique. Bientôt l’armée européenne, puis le fisc.
    On aura alors un étage supplémentaire complet dans la machine étatique, encore plus illégitime, encore plus autoritaire.

    Seuls des évènements comme le brexit peuvent stopper ça.

    1. je vous trouve bien pessimiste, l’Europe n’est pas parfaite, dans la pratique de nombreuses choses sont même mauvaises, cependant elle a le mérite d’être en accord avec le monde actuel : mondialisé, et surtout une chose que nous autres occidentaux oublions tellement c’est évident, elle apporte la paix entre ses pays.

      Faire le choix des anglais de revenir à une indépendance totale est tout à fait légitime, dire qu’avant son entrée dans l’union le royaume uni était proche du pleine emploi est également vrai, mais en 40ans le monde a évolué et la « liberté » recherchée par les anglais comme vous le dites si bien, risque de faire doucement rire l’écosse et l’Irlande du nord, membres du royaume unis qui vont tout comme l’Angleterre avec l’Europe, peut être vouloir chercher leur liberté autre part qu’au sein d’un royaume unis peut être un brin autoritaire à leur égard (oh le paradoxe).

      Bref ce que je veux vous dire, c’est que nous européens, nous français, peut être que plutôt que de nous concentrer à quitter un navire imparfait, à le critiquer et le diaboliser, peut être devrions nous le réparer et aller aux bout des idées magnifiques qui ont amené à sa création : la paix. Enfin lorsque l’on voit les crises apparues à cause de la déréglementation et un oubli d’autorité, un peu d’autorité ne fait pas de mal 😉

      Kiss

      1. @ elouis
        Encore un commentaire posé et surtout nuancé: bravo et merci.

        Avant le referendum, au vu des sondages, je craignais ce qui s’est passé:

        – mon avis personnel: respect du choix des Britanniques, même si je le regrette, mais l’Union Européenne (toujours en chantier) s’en tirera donc ce n’est pas si grave et elle risque au contraire d’être ainsi « boostée » (ce furent toujours les crises qui la firent avancer)

        – évidemment regret et crainte que la victoire soit à moins de 52%: difficile de ne pas y voir un pays coupé en 2.

        – Puis on apprend que les plus jeunes voulaient majoritairement le « remain » (et peut-être bien pour des motifs « sociaux », immigration comprise) et que les plus vieux voulaient le « leave », cette fracture entre jeunes et vieux montre que la question, simple, recouvre des motivations bien différentes;

        – puis que les Écossais et les Irlandais du Nord étaient pour le « remain » en nombre: autre clivage

        – et que si les élites voulaient plus de liberté dans les affaires et trouvaient l’U.E. trop sociale, les couches salariées voulaient une U.E. moins « ultra-libérale » et plus sociale.

        – Alors pour gérer tout ça plus les conséquences du brexit plus les négociations avec l’U.E., souhaitons au successeur de D. CAMeron bonne chance! Il en aura besoin!

        1. @Miky

          Il me semble que vous avez une lecture de ce referendum biaisée – peut être – par les moyens d’information que vous utilisez et vous nous répétez les mêmes niaiseries sur les raisons de ce brexit que celles entendues dans nos medias. De plus vous venez nous faire la morale en distribuant vos bons points suivant que les commentaires sont conformes à vos idées.

          Les raisons que vous avancez n’expliquent pas du tout pourquoi les habitants de Sunderland, ville de près de 180,000 habitants, où il y a une usine Nissan ont voté le leave à 61.34% alors qu’en fait ils auraient soi-disant beaucoup à perdre. Ce vote dans cette ville va d’ailleurs complètement à l’encontre de ce qui était attendu (dans les sondages c’était exactement l’inverse) et c’était cette nuit la grande surprise sur les chaînes anglaises. Idem à Swindon avec l’usine Nissan 54.66%.

          Quand on ne sait pas faire un diagnostic, on ne risque pas d’apporter le bon remède. J’ai l’impression d’entendre Bartolone qui a dit aujourd’hui que les anglais ne veulent plus du libéralisme ni de la mondialisation…

          PS: vos distributions de bons points dans les commentaires ça fait assez école primaire.

          1. oops… Swindon usine Honda

          2. @ sam player

            Ce jour, on ne sait encore rien de ce que ce brexit aura comme conséquences et je suis dans le même cas.

            Je ne comprends donc pas que des libéraux (qui n’ont pas 1 député étiqueté « libéral » à l’assemblée nationale, alors que c’est bien l’appellation d’un parti britannique) sur cet événement dont l’analyse est très probablement loin d’être terminée: s’enthousiasment aussi soudainement que paradoxalement pour ce brexit (je parle de ces « divinations » annoncées, rencontrées dans ces commentaires, prévoyant un ciel bleu sur le Royaume-Uni et une débandade sur le continent, et cela me surprend (sans compter les contre-vérités sur « Bruxelles » – et ce qui s’y passe – qui « oublient » évidemment Strasbourg, exigence d’un caprice français hors de prix de fonctionnement.).

            Puisque bien conscient de mon ignorance de l’avenir, je préfère commenter ce que je lis et si il est vrai que j’apprécie les commentaires nuancés qui ne répondent pas à une idéologie monolithique mais respectent ce doute raisonnable sans conviction « toute faite »: la vie n’est jamais noire ou blanche et, comme on dit dans mon job, il y a une échelle des gris. Donc j’assume et si j’approuve certains, au moins, je n’en insulte pas d’autres, d’ailleurs tout à fait libre de penser et d’écrire ce qu’ils veulent, comme ils veulent! Il ne s’agit donc pas de bons ou de mauvais points.

            J’ai eu aussi l’occasion de vivre la réalité d’une opposition binaire dans un pays qui semble d’ailleurs revenir sur son erreur. Les clivages, ce n’est pas excellent pour un pays: c’est ce que j’ai voulu relever. Si ça vous déplaît, j’en suis désolé.

            Enfin j’ai relu cet article, publié en replay ce jour (titre: « Quelles conséquences du Brexit pour l’Europe ? Largement négatives [Replay] ») dans ce même numéro de Contrepoints et les commentaire qui l’accompagnent: rien à voir avec ce qu’on lit ce jour. Pourquoi?

            Ceci est une explication, pas une défense: vous êtes évidemment libre de penser ce que vous voulez de moi. Je crois avoir été courtois et si j’ai passé l’âge de prendre des leçons, ma curiosité d’apprendre risque de ne pas me faire disparaitre à vos yeux mais vous n’êtes pas du tout tenu de me lire: je ne vous en voudrai pas!

            Je vous passe le bonsoir.

            1. Les niaiseries façon Libé :
               » – et que si les élites voulaient plus de liberté dans les affaires et trouvaient l’U.E. trop sociale, les couches salariées voulaient une U.E. moins « ultra-libérale » et plus sociale. »

              Il aurait fallu que vous lisiez un peu plus les medias anglais pour voir comment ceux-ci ont toujours monté – à raison – leurs lecteurs contre l’Europe.

              Tout comme Lazarius, vous fustigez les exigences qu’avaient les anglais pour augmenter leur avantage alors que c’est juste cela une négociation. Alors bien sûr, une fois la négo terminée celui qui n’a pas obtenu les meilleurs avantages, au lieu de s’en prendre à lui-même, il s’en prend à celui qui a eu plus : c’est très franco français. En Australie, quand j’ai annoncé mon salaire à mes collègues, on m’a félicité pour ma négo. En France, quand après avoir démissionné je suis revenu 3 jours après à mes conditions (presque) je n’ai fait que des jaloux qui n’avaient qu’un objectif : me planter (c’est leurs mots). Ce n’est pas une exception, ça m’est arrivé 2 fois en france.

              Bien que je sois content pour les anglais, je pense que c’est mauvais pour nous. Les anglais permettaient une certaine modération des exigences européennes.

              1. Qui parle de fustiger les exigences qu’avaient les anglais? Leur négociation comme vous dîtes n’ a servi à rien puisqu’ils quittent l’Union Européenne.

                Bah écoutez si tout est si limpide et coule de source on m’explique pourquoi une pétition a été lancée est recueille déjà plus de 1,5 millions de signatures, pourquoi Boris Johnson et Farrage sont tout d’un coup plus du tout pressés d’entamer les démarches avec l’UE, pourquoi Farrage le lendemain des résultats revient sur ses promesses de campagne pour dire qu’elles sont finalement irréalisables?

                Avec le Brexit les anglais ont perdu tous les avantages qu’ils avaient réussi à arracher à l’UE, ils n’auront jamais meilleur accord que ce qu’ils avaient avant et l’UE ne leur fera aucune concession et ça ça s’appelle la politique ne vous en déplaise.

                Et pour info le Brexit qui engendrera des répercussions à l’ensemble de l’UE est avant tout un problème de politique intérieure entre les Tories et Ukip, Cameron a été sacrifié uniquement pour que les conservateurs restent au pouvoir et pour freiner l’ascension de Ukip.
                Les anglais ne savent pas vraiment pour ou contre quoi ils ont voté.

                Les anglais suivent la même voie que le Japon on dirait.

                1. La pétition peut même recueillir 17 millions de signatures en théorie… ça ne restera qu’une pétition voulant annuler le référendum.

                  On peut très bien divorcé mais ne pas mettre les affaires de l’autre par la fenêtre et l’autre n’est pas non plus obligé de déguerpir séace tenante même si c’est lui qui a demandé le divorce. Les anglais ont jusqu’à 2 ans pour préparer leur sortie.

                  « ils n’auront jamais meilleur accord… » blablabla vous êtes un devin comme BHL

                  Le problème de l’europe c’est ça :
                  http://fr.euronews.com/2013/05/23/web-bruxelles-recule-sur-la-facon-de-servir-lhuile-dolive-dans-les-restaurants/

                  1. Encore un qui n’ a pas compris qu’il ne s’agissait pas d’une affaire de moeurs, et non je suis pas un devin je me base sur les informations que j’ai en ma possession pour l’instant et j’en tire un jugement modeste et vous à part dénigrez gratuitement sans aucun avis constructif?

                    http://fr.euronews.com/2013/05/23/web-bruxelles-recule-sur-la-facon-de-servir-lhuile-dolive-dans-les-restaurants/

                    en quoi est-ce l’UE qui est responsable sinon les gouvernements d’ailleurs cette info n’est plus d’actualité puisque la mesure n’est pas passé du fait du rapport de force politique? Ou voyez vous que cette mesure serait tombée du ciel tel l’esprit saint le jour de la pentecôte?

      2.  » elle apporte la paix entre ses pays. »

        Alors moi comme un idiot, je pensais que c’était les USA qui nous avaient libéré et apporté la paix il y a 80 ans. Je pensais aussi que c’était parce que nous étions tous membre ou presque de l’Otan et donc sous la protection de l’armée américaine que nous avions la paix. Je pensais aussi que la paix était surtout du au fait que l’Allemagne ai été complètement démilitarisée et que l’URSS s’était effondrée.

        Mais bon p’t’et comme vous dite, c’est grâce à l’UE.

        « peut être devrions nous le réparer » bien sur les technocrates européens et les gouvernements européens qui se gavent comme jamais vont laisser les peuples corriger les lacunes qui sont un déficit de démocratie et de liberté.

        « aller aux bout des idées magnifiques qui ont amené à sa création : la paix » Ah bon? P’t’et qu’on devrait justement cesser de rêver.

        1.  » Alors moi comme un idiot, je pensais que c’était les USA qui nous avaient libéré et apporté la paix il y a 80 ans. Je pensais aussi que c’était parce que nous étions tous membre ou presque de l’Otan et donc sous la protection de l’armée américaine que nous avions la paix. Je pensais aussi que la paix était surtout du au fait que l’Allemagne ai été complètement démilitarisée et que l’URSS s’était effondrée  »

          C’est un tout. L’Europe en s’unissant a contribué aussi à cette paix.

          D.J

        2. Pierre Kirool, à t’entendre parler on croirait que vivre en Europe est une horreur, où donner son opinion est un risque sans limite, et où la liberté n’existe pas.

          « P’tet » que tu devrais cesser de penser et de lire des articles sur internet, et te mettre à voyager de part le monde pour VOIR de tes propres yeux ce qu’est le manque de liberté, et tu comprendras alors que oui l’Europe n’est pas la plus parfaite des entités démocratiques, mais qu’elle n’est pas non plus à sous estimer et à dénigrer.

          Par ailleurs, comme beaucoup de gens ici, tu sembles ne pas aimer les technocrates européens, OK, mais limiter tes pensées, et limiter l’UE à ces hommes c’est sous estimer l’importance et le poids de ce système sans équivalence dans le monde.

          Et comme tu ne sembles ne pas aimer les « peut être » (alors qu’à notre niveau de simple observateur je pense important de savoir reconnaitre que l’on ai pas certain), je te le dis plus franchement cette fois : L’UE ce n’est pas un rêve, c’est quelque chose de TRES concret, je n’ai donc aucune nécessité d’arrêter de rêver, et tout comme il ne faut pas se fixer uniquement sur ces faiblesses (chose que tu sembles faire), il ne faut pas oublier ses réussites indéniables, comme par exemple la paix, qui n’a jamais été aussi longue au sein de cette région du monde (et ça, ça mérite un tonnerre d’applaudissements !!!)

  15. Les jours de cette UE dictatoriale sont comptés et diantre je m’en réjouis !
    Le scénario catastrophe qu’ils n’ont de cesse de vouloir nous faire ingurgiter n’aura point marché et c’est fort bien .
    Même les sondages donnés tard dans la nuit étaient truqués : peut-être espéraient-ils les bougres quelques manipulations dans les bureaux de vote …. Que nenni il l’en aura rien été….

    Ils sont de bien mauvais perdants ces technocrates et euro-béats

    1. Marie TRIVI: « Les jours de cette UE dictatoriale sont comptés et diantre je m’en réjouis ! »

      ça ne change rien au fait que la France est en faillite et que la responsabilité en incombe à 100% à vos dirigeants politiques.

      1. La responsabilité de l’état de la France est clairement celles de l’état français par contre les conséquences elle vont se faire sentir sur tous les contribuables de la zone euro.
        Avec la non volonté de respecter les critères de Maastricht par les membres de la zone euro (seul 4 pays sur 19 les respectent) c’est tout l’édifice qui est chancelant, et la fin inévitable de l’euro, il suffit de voir comment a été géré les cas grecs (3% du PIB de la zone euro) : enfonçage des traités avec l’aval des instituions européennes pour que la BCE puissent racheter de la dette souveraine et de QE, entrainera la dislocation de l’UE.

        L’UE ne peut continuer a exister sans que les traités ne soient respectés, le problème c’est que personne ne peut les faire respecter et c’est pourquoi il faut en partir et que chaque état et assume seul ses conneries plutôt que de les faire assumer par les autres.

  16. Une pétition circule en ce moment pour modifier les règles électorales. Conditions de validation: 75% de participation, majorité qualifiée a 60%. Elle rencontre un succès fou, le site plante sans arrêts.
    L’ironie n’a aucune prise. Faut il rappeler qu’a ce jeu, le RU ne serait pas dans le EU? Faut il rappeler que nombres d’europhiles, dont je faisais partie, n’ont jamais accepté que les votes Irlandais, Français, Hollandais aient été ignorés, et sont devenus eurosceptiques en conséquence ?
    Cela ne sert a rien. Il existe une population qui incarne le bien, et qui est prête a tout pour nous l’imposer, du haut de sa tour, du fond de son appartement chic des beaux quartiers, forte de sa foi religieuse que le projet mérite bien le sacrifice d’encore un peu plus de liberté, que c’est different d’un Maduro, que ce n’est pas une tactique d’un dictateur de pacotille….
    Je ne transigerai jamais avec la démocratie, que le résultat me convienne ou pas. L’Europe, hier comme aujourd’hui, en a une notion élastique. C’est une raison suffisante pour se tirer les premiers.

    1. Je confirme car à ceux là nous en serions encore à la CEE jamais l’UE n’aurait vu le jour vu que le traité de Maastricht n’aurait pas été ratifié.
      Résultat :
      France votant : 69.7% exprimé : 67.33% oui: 49.32% non : 47.30%
      Danemark lors du premier referendum le non l’avait emporté, avant qu’il ne revote un an plus tard et que le oui l’emporte suite à la non obligation d’intégrer la zone Euro mais pas avec 60% des votants.

    2. MDR
      Les gens ont mal voté. Faut changer les règles du vote !
      On ne serait pas près d’élire un président.

    3.  » Une pétition circule en ce moment pour modifier les règles électorales. Conditions de validation: 75% de participation, majorité qualifiée a 60%.  »

      Si c’est pas un référendum populaire que l’on décide de changer les règles pourquoi pas?

       » Je ne transigerai jamais avec la démocratie, que le résultat me convienne ou pas.  »

      Personnellement je met les droit de l’individu au-dessus de la démocratie.

      D.J

      1. Vous voulez modifier les règles de sortie par rapport aux règles d’entrée? C’est original.
        Une majorité est une majorité. A mon souvenir, l’Euro a été plébiscité en France de 0,1%.
        Désolé, la démocratie, c’est nulle, mais restons simple. Changer les règles du jeu, c’est du deux poids deux mesures.
        Votre opinion personnelle n’apporte pas grand chose au smilblick, ou je ne vous ai pas compris?

        1. Changer les règles du jeu, c’est du deux poids deux mesures.

          +1. Les français, les hollandais, les danois ont voté … 2 fois ❗

          Pour quelle raison, certains auraient-ils droit à plus de souplesse, et d’autres le baton ❓

  17.  » les résultats se sont finalement retournés et ont donné une victoire assez nette (plus d’un million de voix d’avance) au « Brexit ».  »

    Victoire assez net avec 51,9% ?

    D.J

    1. @ D.J

      EN tout cas suffisante pour couper un pays en 2!

  18. Voilà ou en est l’UE. Elle a même pas cherché à convaincre les Anglais à rester en son sein. Elle a préféré les menacés et maintenant elle envisage les mesures de rétorsion. Très beau message de paix qui ravira sans doute tout les europhiles.

  19. Article très pertinent cher Auteur, et très bien venu.
    Par contre, faire appel à la cervelle du clown, pour réagir comme il faut, est peut être une attente vaine.
    Dans un premier temps, c’est la vexation qui l’emporte sur la raison.
    Il y a des baffes qui ne sont pas facile à digérer. Même que son porte-voix (le foll), suggérait qu’il fallait en finir rapidement.
    Et s’ils « n’ont que la menace pour maintenir cette construction debout » … c’est que cela trahit l’état de fébrilité dans lequel ils se trouvent.
    C’est normal, les quelques uns qui se gavent sur la bête, ont intérêt à faire durer le plaisir.
    Il n’y a pas beaucoup d’étais à enlever, pour que l’édifice s’écroule comme un château de cartes.

  20. « L’Europe pourrait choisir une voie « dure » en représailles. »

    Le seul fait que des politiciens imaginent ou émettent ce genre de déclaration montre que l’Europe est foutue : ils agissent comme s’ils avaient une opinion publique solide pour les soutenir (ce qui n’est plus le cas), comme s’ils avaient un pouvoir (ce qui n’a jamais été le cas), comme si l’évènement était anodin (ce qui est ridicule), et comme s’ils n’avaient rien à se reprocher (ce qui ne peut que les mener à leur propre perte) …

    Mais bon, tout va bien puisque l’Europe va donner le statut de personnes aux robots. Peut-être qu’en donnant le droit de vote aux aspirateurs les politiciens atteints de volontitude parviendront à se faire réélire.

  21. l’UE est depuis sa création une utopie et une gageure américaine, crées de toutes pièces… C’est pour cela que Obama est allez rendre une petite visite au dirigeants de la Grand-Bretagne, pour les sermonnées en cas du Bréxit.! ils ont eu quand même le culots de quitter l’Europe, mais cela couvait depuis quelque années déjà..!!! à quand la France..?

    1. Wanther: « l’UE est depuis sa création une utopie et une gageure américaine, crées de toutes pièces… »

      Orchestrée par Elvis depuis sa base du pôle nord ?

  22. Ligne dure moins pour punir les Anglais de faire sécession de l’UE que pour dissuader de nouveaux candidats au départ.

    1. C’est a craindre, en effet. La communication sera clef, d’ou silence tres prudent avant le reunion semaine prochaine?

  23. Oui, ce sera une ligne dure.
    Schultz, Hollande, Junker… viennent déjà d’en faire la démonstration la plus flagrante.
    Ceci me fait penser aux Berlinois qui tenaient de fuir  » le paradis communiste »… la réaction des autorités a été des plus violentes et pendant des années…

    Seule Merkel est plus calme et plus posée. Peu-être parce qu’elle est la seule a savoir que l’Angleterre a une bonne économie, du pétrole et du gaz et qu’elle contrôle l’indice du Brent…

Les commentaires sont fermés.