L’Europe du Nord championne du chômage pour les étrangers

Selon une étude eurostat, l’Europe du nord peine à intégrer ses étrangers non européens sur le marché du travail.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Longing for home By: John Ragai - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Europe du Nord championne du chômage pour les étrangers

Publié le 8 juin 2016
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Longing for home
Longing for home By: John RagaiCC BY 2.0

L’Europe du Nord peine à intégrer ses étrangers non-européens sur le marché du travail. C’est le résultat d’une étude d’Eurostat consacrée à ce sujet. Celle-ci compare notamment la différence de taux d’activité entre les nationaux de chaque État-membre et les étrangers, venant de l’UE ou de l’extérieur de l’UE. Le résultat synthétique donne ceci :

Europe du Nord
Source: Eurostat

Comme on le voit clairement, les États-membres au-dessus de la moyenne de l’UE se situent tous dans le Nord de l’Europe : Benelux, Allemagne, Scandinavie… France, Royaume-Uni. En revanche, les pays du sud de l’Europe se situent sous la moyenne de l’Union. Certains réussissent même l’exploit de compter un taux d’activité plus élevé chez les étrangers que chez les nationaux.

Le tableau chiffré suivant est plus explicite :

Source: Eurostat
Source: Eurostat

Ce tableau montre de façon étonnante que le taux d’emploi le plus bas pour les étrangers hors EU se rencontre en Belgique (59,4%) et aux Pays-Bas (59,7%), deux pays où l’extrême droite est au demeurant très bien implantée. Pour continuer dans le même ordre d’idée, le troisième pays où le taux d’activité des non-UE est le plus faible est la Finlande (61,5%), où le parti des Finlandais exerce aussi une influence importante sur la vie politique. La France se place en quatrième position avec 62,4%… on y connaît le poids du Front National.

On notera par ailleurs que le pays où le taux d’emploi des nationaux est le plus élevé est la Suède, avec 87% des personnes employées. Ce taux record permet également de décorréler le lien éventuel entre emploi des nationaux et inactivité des étrangers, puisque la Suède est aussi l’un des pays de l’Union où les étrangers, y compris les non UE, travaillent le plus.

On notera qu’en Grèce les nationaux travaillent à 72,6% quand les étrangers venus de l’Union ont un taux d’emploi de 75,6% et les hors UE de 80%. La Grèce est l’un des pays où les hors UE travaillent le plus.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Étrange pays que la Grèce qui compte sur les autres pour créer la richesse et payer ses dettes…

  • Cela me fait soulever quelques questions :
    Dans les pays où les taux d’emplois des non-EU est faible, peut on l’expliquer par un marché du travail rigide ?
    Peut-on confirmer que les non-EU « ne volent pas » du travail aux nationaux ? C’est à dire qu’un marché de l’emploi plus flexible et souple profite à tous sans réelle discrimination ?
    On pourrait conclure que les plus conservateurs sur l’immigration le sont aussi sur le travail et l’économie en général…

  • Bonjour

    Si les pays du sud ont un taux d’emploi supérieur des étrangers c’est aussi qu’il ont un taux de chomage important chez les natifs.

    Ce qui est aussi intéressant c’est le différentiel étranger EU vs hors EU.

    D’autre part l’origine des immigrés à aussi son importance, les femmes turcs et marocaines (en moyenne) travaillent peu.

  • Peut-être faudrait-il savoir si les emplois d’étrangers en Europe du sud sont légaux. Les pays du nord sont généralement assez sourcilleux sur la légalité du travail. De plus, les pays du sud offrent probablement plus d’emplois peu qualifiés que ceux du nord.

  • Quels sont les pays où les étrangers ont le plus facilement accès à la nationalité du pays d’accueil ? Ça peut complètement biaiser le résultat. Avez-vous des statistiques là dessus ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre que mène Poutine aura eu plusieurs effets directs et indirects puissants qui ne sont pas tous, loin s'en faut, de bons signes.

Si l'on peut - avec ironie - présenter maintenant Poutine comme le meilleur VRP de l'OTAN pour l'année 2022, tant sont à présent affichées les velléités de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'organisation internationale, on peut aussi s'inquiéter des faiblesses énormes pour ne pas dire catastrophiques qu'il a dévoilées pour le reste du continent européen, à plusieurs niveaux.

Il apparaît... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles