SNCF : record européen de l’inefficacité

Publié Par Bernard Zimmern, le dans Pushmobile, Transports

Par Bernard Zimmern.

Le personnel de la SNCF appartient à l’une des plus belles villégiatures de France, certes derrière celui de la Banque de France ou du contrôle aérien, mais loin devant la grande masse des fonctionnaires.

Entre autres, il part en retraite en moyenne à 55 ans et bénéficie de soins gratuits dans des centres qui leur sont affectés.

Mais le plus critiquable est qu’il s’agit d’une entreprise publique dont un peu plus de la moitié des dépenses n’est pas couverte par ses ventes de produits mais par des contributions publiques.

L’une des performances réalisées par la direction de la SNCF est qu’après avoir rendu impossible l’accès au détail des comptes (dans les annexes, que chaque entreprise doit publier mais que la SNCF se refusait à communiquer), il est maintenant devenu même très difficile de mesurer l’ampleur du déficit et celle des contributions publiques, car les dépenses et recettes sont éclatées entre plusieurs comptes qu’il faut consolider.

SNCF, le record européen de l’inefficacité

Mais ceci serait seulement regrettable si en outre la SNCF ne détenait pas le record européen de l’inefficacité. Rappelons quelques chiffres qui avaient déjà fait l’objet d’un article plus détaillé.

Depuis plus de 20 ans, le nombre de voyageurs transportés en France n’a progressé que de 37%. Dans les autres grands pays de l’Europe, avec des tailles de réseau ferroviaire importantes, le nombre de voyageurs transportés a connu une augmentation beaucoup plus forte : de 80% en Italie, de 100% au Royaume-Uni et en Espagne, et enfin de presque 150% en Allemagne.

Curieusement, les opérateurs ferroviaires en Europe ne se sont pas contentés de l’augmentation de chiffres d’affaires provenant de la vente des billets, mais ont également agi sur leurs effectifs en diminuant leur nombre. La baisse des effectifs a été la plus importante au Royaume-Uni, avec près de 60% sur les deux dernières décennies, mais aussi comparable en Allemagne, en Espagne et en Italie, avec près de 45% en moyenne. La France, quant à elle, n’a baissé ses effectifs que de 18% depuis 1990.

La grande excuse mise en avant par les syndicats pour l’excédent d’effectifs a toujours été la sécurité, mais la statistique suivante du nombre de personnes tuées sur 10 ans permet de situer l’honnêteté de l’argument (chiffres cumulés) :

Pour rendre nos calculs plus comparables, il faut également tenir compte de la densité du réseau, qui reste plus forte en France qu’au Royaume-Uni. Le tableau ci-dessous présente le nombre de personnes tuées dans les accidents ferroviaires chaque année depuis 2004, avec l’ajustement pour le Royaume-Uni en fonction du nombre annuel de passagers-kilomètres.

Même si le nombre de personnes tuées par passager-kilomètre dans les accidents ferroviaires au Royaume-Uni restait bien supérieur à celui de la France jusqu’en 2009, le marché ferroviaire britannique a connu une véritable amélioration sur les dix dernières années avec une baisse de 67% du nombre de personnes tuées chaque année. Quant à la France, le nombre annuel de personnes tuées dans les accidents ferroviaires n’a diminué que de 10% entre 2004 et 2013.

Et tout cela aux frais du contribuable qui paie environ 10 milliards par an pour les dépenses de 20 milliards de l’EPIC, le cœur de la SNCF ; sans parler de 2,2 milliards de retraites prises en charge par l’État et d’une dette de 44 milliards, forcément garantie par l’État.

Une très belle réussite dans le pillage public qui rend difficilement tolérable que quelques milliers de syndicalistes affiliés à Sud et à la CGT pui lessent tenir en otage ceux qui veulent continuer de travailler et ont à faire vivre leurs familles.

Sur le web

  1. 800 morts en 2013 ?? On connaît les causes ?

    1. peut être est ce un cumul ?
      pas très clair en tout cas.

    2. Mais dans le graphique juste en dessous, il n’y en a plus que 85… Du coup, on est en droit de s’interroger sur l’ensemble des données de cet article.

      1. Depuis 2004, c’est apparement cumulatif

      2. Bonjour
        Les chiffres sont cumulatifs dans le graphique. Il y a eu 800 morts en france sur la période 2004 à 2013 inclus. Il s’agit je pense juste de comparer la difference avec le Royaume-Une.
        Le point important étant la ligne corrigée pour le RU (car les reseaux et nombre de passagers ne sont pas directement comparables) qui montre que le RU a largement reduit le nombre de morts dans des accidents ferroviaires.
        Cordialement

    3. C’est cumulatif 🙂 Il faut le lire 2 fois pour comprendre que la mortalité n’augmente pas de façon permanente.

  2. Sérieusement d’où sortez vous ces chiffres et comment les interprétez vous ? La réalité et malgré tous les défauts de la sncf, ça a beau avoir stagné en France, le nombre de passager ferroviaire reste plus élevé que la plupart de nos voisins : http://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php/Passenger_transport_statistics/fr
    Cela est dut au fait que ça fait belle lurette que la France a des lignes à grande vitesse, et que les réseaux sont plus denses.
    Et puis prendre le nombre d’accident ferroviaire comme indice de qualité des transports, c’est vraiment pas sérieux.
    Enfin, Si les salariés de la sncf ont quelques avantages, à moins d’être jaloux je ne vois franchement pas où est le problème, ça ne me choque pas plus que la rémunération de Carlos G. Je croyais que la devise de ce canard est un nivellement par le haut ?

    1. Bonjour tigrou777

      Les accidents ont tjs mis en avant par les adulateurs du monopole étatique, maintenant que les accidents sont du coté de la SNCF évidement ce n’est plus valable

      La différence ente C Ghosn et nos ‘amis’ CGT et sud rail, c’est que CG ce sont les clients qui payent tandis que CGT et consort, c’est moi qui paye.

    2. tigrou777: « Enfin, Si les salariés de la sncf ont quelques avantages, à moins d’être jaloux je ne vois franchement pas où est le problème »

      Leurs avantages sont volés « offerts » par nos impôts et comme ça ne suffit toujours pas vos enfants auront 40 milliards à rembourser en plus de leurs propres impôts.
      Un gouffre en comparaison a un fond au moins.

      Si vous ne voyez toujours pas le problème, vous devez travailler à la SNCF ou vous avez vraiment trop d’argent. (je suis preneur dans ce cas, si vous aimez payer pour rien)

    3. « Et puis prendre le nombre d’accident ferroviaire comme indice de qualité des transports, c’est vraiment pas sérieux. »

      Bah oui, tiens, chiche ! Prenons d’autres critères de qualité : ponctualité ? propreté des wagons ? qualité de l’accueil du personnel navigant ? nombre de journées de grève ? qualité de la restauration à bord ? tarif ? niveau de sécurité sur les réseaux de banlieues et inter-cités ? taux de satisfaction de la clientèle ?…
      Je serais curieux de connaitre les performances de la SNCF sur tous ces critères en les comparant à celles de ses concurrents européens !! J’en rigole d’avance, tiens !!!

      1. Tout à fait d’accord, vous avez parfaitement posé le problème. La difficulté c’est que personne à la sncf, au gouvernement n’a envie d’ouvrir le débat. Tous nos responsables politiques nont qu’une ligne d’action : noyer le poisson.

    4. Ah tigrou777 il doit avoir de le famille à la SNCF.
      Faut quand même être de mauvaise foi pour dire que le nombre de tués n’est pas un indicateur de la sécurité.
      Puis mélanger le public et le privé.

  3. Il ne faut pas non plus oublier que la SNCF n’est pas « gérée » normalement car elle obéit à des impératifs politiques pudiquement appelés « aménagement du territoire » … tout politicien national voulait sa ligne de TGV au niveau local.
    Or, le modèle tout TGV s’est avéré ruineux (usure accélérée du matériel car ce n’est finalement que l’adaptation d’une technique héritée du 19ème siècle) et non rentable (voir le coût pharaonique des LGV) avec pour conséquence le quasi-abandon des lignes dites secondaires.

    1. la SNCF…. c’est un moyen de transport utile uniquement en l’absence d’infrastructures routières..ce qui n’est pas le cas dans un pays aux milliers de communes interconnectées . le rail n’est pas adapté a la géographie de la France sauf , peut etre ,pour les liaisons entre grandes villes assurant une clientèle nombreuse…la sncf n’a pas assez de clients pour la capacité de son reseau . à part le TGV entre trés grandes villes tout doit disparaitre et être remplacé….par des cars ou des voitures particulières…

      1. Je pense que c’est plutot le contraire, trop de TGV (trop cher), pas assez de transports ferroviaires collectifs peri-urbains (RER) de qualité, le transport entre grandes villes pris en charge par l’avion, et les petites distances sans trafic des bus.

        Laissons le marché décider.

        1. laissons le marché décider…..un peu truqué « le marché » avec l’abandon obligatoire de la voiture au profit des transports en commun et des centres villes désertés n’accueillant plus que le touriste et les désargentés

          1. Le transport en commun dans la région parisienne parait être une évidence (prendre sa voiture pour aller bosser ?).
            Encore faut-il que la qualité soit là, et non pas un coupe gorge comme la gare du nord.
            Les solution existe, en particulier privée et sans concession (concession=monopole).
            Pourquoi pas des taxi-collectif alias taxi brousse.

            1. j’ai été parisien pendant 3 ans..jamais pris le métro , c’est un choix que l’on peut faire lorsqu’on est maitre de son emploi du temps et a l’aise dans une circulation urbaine intense.

              1. Moi aussi, ça roule très bien avec deux motards pour ouvrir la route..

          2. allez vivre à la campagne personne ne vous en empêche si vous aimez tant les voitures et détestez les transport en commun 🙂 Le fait que les métropoles évacuent les caisses de leur centre ville n’est pas spécifique à la France mais au monde entiers d’ ici quelques années ou décennies la plus part des grands centres urbains seront totalement piétons.

        2. TGV trop cher…..non , paris lyon est la distance typique pour le train , j’ai utilisé c’est plein a craquer , au delà l’avion est préférable…évidement un TGV n’est pas suffisant pour ..produire des TGV ..il aurait mieux fallu acheter un matériel ‘étranger’

          1. Le TGV paris lyon est la seule ligne rentable. Les autres TGV sont des caprices d’énarques.

            1. Le problème de la grande vitesse ce que ce n’est nulle part rentable ce n’est pas spécifique à la France.
              Il y a deux lignes actuellement rentable au monde: Paris-Lyon et Tokyo-Osaka.
              Si vous regardez la Suisse eux ils ont fait le choix de la fréquence avec du matériel classique sur des lignes classiques et c’est très rentable.

    2. Oui et non Philos.
      Oui pour le TGV où chaque élu obtient bien souvent un arrêt dans sa ville alors que c’est un non sens économique.

      Non pour le régional : la SNCF refacture aux régions les lignes non rentables et ces régions doivent même acheter les rames.

  4. Depuis quelques années, je dissuade systématiquement mon entourage de prendre le train. C’est cher (quelques fois plus cher que l’avion), c’est risqué (accidents), peu fiable (retards, pannes, annulations, correspondances non garanties), peu confortable (sauf en première classe), sale… Bref, le rapport qualité/prix est minable.

    Il reste des trajets où le train est compétitif, genre Paris-Lyon en TGV. Il reste des services que seul le train propose (train auto, train de nuit) Pour tout le reste il y a des alternatives: l’avion, le covoiturage, l’autocar…

    Anecdote: Il y a quelques semaines j’ai loué au départ d’Orly un véhicule pour le weekend: Je devais faire un trajet en Ile de France avec 3 autres personnes et de gros bagages. Nous avons payé moins de 15 euros chacun (pour les 2 jours), carburant inclus. C’était moins cher, plus rapide, plus confortable, plus fiable et plus sûr que le service public que le monde nous envie.

    1. +1
      J’ai adopté le covoiturage (celui que la SNCF a racheté … ), pour 15-20 € tu fais 300 bornes entre à peu près n’importe où et ailleurs, à des horaires et pour un temps de trajet raisonnables, dans des conditions sympathiques.

      1. Il ne me semble pas que le site de covoiturage de la SNCF soit le plus intéressant.

      2. Tout est relatif pour 15e je fais Bordeaux-Toulouse en 2h15 en TGV, généraliser ne mène pas à grand chose^^
        Le covoiturage tout dépend la destination certains trajets sont plus cher que le train, pour les TER là aussi tout dépend des trajets de toute manière les prix sont gérés et optimiser en temps réels ce qui rend les comparaisons pas très aisées.

    2. « priorité TGV » est une politique ridicule: le TGV ne s’arrête que dans les grandes villes, et une correspondance est nécessaire pour atteindre les villes moyennes situées entre deux arrêts. Or, s’il est exact que le TGV est le plus souvent à l’heure, les correspondances connaissent un fonctionnement des plus fantaisistes.
      La dernière fois que j’ai voyagé, la correspondance avait une heure de retard. Mais le pire est qu’on n’en a pas été avertis: si cela avait été le cas, nous serions restés dans le TGV jusqu’à l’arrêt suivant, pour prendre la correspondance dans l’autre sens. C’est ce que la SNCF aurait dû conseiller à la dizaine de clients dans mon cas. Mais tout le monde s’en fout.
      Le résultat est qu’il faut éviter la correspondance, et se rendre à la grande ville en voiture. Mais tant qu’à être en voiture, mieux vaut rester sur l’autoroute et continuer, plutôt que de pénétrer la grande ville et payer un parking….

  5. C’est encore pire que ça. Eric Verhaeghe a un article spécifiquement sur ce sujet
    http://www.eric-verhaeghe.fr/la-sncf-bientot-tuee-par-sa-protection-sociale/
    rien que pour « SNCF mobilité »
    * la contribution de l’Etat à la retraite n’est pas 2,2 milliards, mais de 3,3 milliards
    * les recettes de billetterie ne sont que de 9,1 milliards sur les 18,2 de chiffres d’affaires
    * vu que le personnel ne coute « que » 7,6 milliards pour 121 000 personnes (je vous laisse faire la division, sachant au surplus que la SNCF ne paye pas toutes les charges retraite de son personnel comme rappelé plus haut), ça nous couterait moins cher de fermer purement et simplement le bousin tout en continuant à les payer plain pot. La SNCF est une gigantesque machine de torture du contribuable et du personnel lui-même.

  6. Nombre de mort comme seul indice de la sécurité ? Pas de chiffre sur le nombre de passagers mais uniquement sur la variation… Cela me donne l’impression que l’auteur choisi les données qui servent son propos et en élude étonnamment d’autres.

    1. C’est la réponse du berger à la bergère, ça fait 20 ans que les socialauds mettent en avant le nombre de morts pour décrédibiliser la libéralisation du rail anglais.

    2. Vous savez lire Pierre : c’est écrit à nombre de passagers x km équivalents France 85 / UK 50

      1. L’augmentation du nbre de passagers-km en UK vs France et Allemagne est assez phénoménale

        Données comparatives entre 2000 et 2013 :
        http://www.plan.be/databases/PVarModal.php?VC=TTEU_PX_PKM&D1%5B%5D=EU15_DE&D1%5B%5D=EU15_FR&D1%5B%5D=EU15_UK&D2%5B%5D=4RAI&DB=TRANSP&lang=fr&XT=0

  7. Le gouvernement et Guillaume Pepy se sont littéralement couchés devant Sud Rail et CGT cheminots afin de signer un accord baclé qui ne réforme rien du tout, laisse en l’état le statut cheminot de 1945 (les personnels de l’époque ayant été tous reconnus par la France comme d’authentiques résistants grace à l’appui et la propagande mensongère du PCF).
    Le déficit va s’accroitre au delà des 50 milliards d’euros annoncés par la Cour des Comptes.

  8. On a aimé la SNCM, on va adorer la SNCF!

    1. Champagne (dans la popoche) à tous les étages!

Les commentaires sont fermés.