La France Mad Max : 5 signes inquiétants

Après l’économie, on touche désormais aux fondamentaux : liberté de circuler, intégrité physique, sens de la justice : la France n’est pas encore celle de Mad Max, mais la pente est glissante…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France Mad Max : 5 signes inquiétants

Publié le 2 juin 2016
- A +

Par Hector Allain.

Mad Max
Mad max By: Steve JurvetsonCC BY 2.0

Les fictions reflètent nos cauchemars, elles jouent parfois un rôle d’anticipation. En 1979, le premier volet de la saga Mad Max a choqué le monde par sa violence extrême. Le film mettait en scène un monde sans loi, obsédé par la recherche de carburants, un parallèle avec notre actualité récente. Nous n’en sommes pas au niveau de dégradation dépeint par George Miller mais notre pays est sur la mauvaise pente. C’est ce qui inquiète les Français.

  1. La restriction de la liberté de circulation

Dans l’univers dystopique de Mad Max, il ne fait pas bon voyager car des gangs ultraviolents sévissent et le carburant se fait rare. En France, la liberté de circuler est de plus en plus souvent l’objet de chantage : grèves multiples (SNCF, contrôleurs aériens…), blocages de routes,  ou plus récemment assèchement des pompes. En lieu et place du gang des « War Boys’’ (Mad Max IV), nous avons CGT avec un Philippe Martinez campant le rôle du leader tyrannique « Immortan Joe ». Cette violence qui se pare de mille justifications morales n’est pas neutre. A-t-on pensé aux faillites d’entreprises ? Aux personnes licenciées ? Ou tout simplement aux ambulances coincées dans les embouteillages, mettant en cause la survie des malades ?

  1. Le développement d’une économie de survie 

La France de François Hollande est prospère à côté du monde de Mad Max mais notre économie est en train de dévisser. Les sièges sociaux quittent le pays, les salariés les mieux payés s’enfuient en Angleterre ou en Suisse. Les troubles sociaux n’ont jamais favorisé les affaires sauf celles de la sécurité privée et des mafias. Nous voyons se développer à grande vitesse une économie d’expédients : travail au noir, activité de récupération,  petits boulots à la sauvette, covoiturage et  locations saisonnières… L’économie BonCoin est ce que nous hériterons du mandat de François Hollande.

  1. Un déni de justice généralisé 

Mad marx rené le honzecDans Mad Max I, Johnny Boy, membre d’un gang de tueurs et violeurs est relâché par la justice. Les juges français viennent de libérer les agresseurs qui ont tenté d’immoler un policier dans sa voiture, une agression extrêmement grave. Alors qu’on sanctionne la moindre erreur du Français moyen, les magistrats d’extrême gauche se montrent étonnamment complaisants avec les petites frappes, manifestants violents, prédateurs sexuels en tous genres. Les peines sont dérisoires et souvent non appliquées.

Cette logique du deux poids deux mesures excède les Français. La suite de cette évolution est simple. Nous allons dans les années qui viennent assister au développement d’une justice auto-administrée. Mad Max est sur ce point précurseur. Chaque épisode se termine par la mise à mort souvent spectaculaire des agresseurs. Pas très moral, mais ô combien jubilatoire…

  1. La violence au quotidien 

La violence dans Mad Max n’épargne personne. Dans le premier épisode de la saga, la femme du héros et son enfant sont sauvagement écrasés par le gang de Johnny boy.  Sans justice, il n’y a pas de paix possible. La violence se banalise en France. Les casseurs de Nuit Debout ont généré des millions de destructions, en toute impunité.  Le terrorisme est désormais une menace dans un pays ouvert à tous les vents et mal protégé. Nous aurons malheureusement encore des attentats d’ici la fin d’année, c’est une certitude.

  1. La disparition du gouvernement 

Le monde de Mad Max ne connaît pas de gouvernement mais une féodalité brutale et grossière. Que fait Manuel Valls contre les casseurs, qu’ils soient syndiqués ou non ? Rien dans les faits. Le gouvernement s’agite en vain sur les réformes, en faisant beaucoup de bruit pour rien. Que fait le gouvernement contre le terrorisme ?  Peu de choses. Les frontières sont toujours des passoires. Il n’y a toujours aucun contrôle dans les transports en commun, TGV ou RER… C’est symptomatique. Entre l’Europe, l’inertie de la machine étatique, le pouvoir des lobbies et de gangs syndicaux, l’État a perdu sa capacité d’action. Il ne nous reste que le spectacle souvent grotesque du pouvoir. Hollande et Valls dirigent un gouvernement virtuel, un gouvernement hologramme, une illusion d’autorité.

Que ce soit sur les réseaux sociaux ou dans les dîners en ville, la révolte gronde. Après l’économie, on touche désormais aux fondamentaux : liberté de circuler, intégrité physique, sens de la justice. Les nerfs sont à vif. Les Français sont prêts à tout, y compris à voter FN. L’application du programme économique de Florian Philippot, avec ses relents de communisme années 80, serait pourtant catastrophique, ce que même les partisans du FN reconnaissent… Une recette parfaite pour un Mad Max grandeur nature.

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Je vais commander une Subaru neuve.

  • Le comportement de la CGT, le développement de l’économie, le déni de justice etc., sont un bric-à-brac d’observations sans grand lien et à signification variée.
    En revanche, l’augmentation des pouvoirs de l’Etat, le poids croissant de l’Administration, le grand nombre de fonctionnaires, le contrôle des communications numériques et le poids des médias sur les mentalités sont des signes objectifs de la restriction des libertés.
    Quand on y ajoute un pouvoir socialiste, la boucle est bouclée.

  • on a besoin d’un état fort…on sait ce qu’est un état fort , une dictature.
    l’univers « mad max » ..est simplement une caricature de notre société transposée dans un futur imaginaire .

  • marre de la justice à deux vitesses: impunité pour les uns, répression exagéré pour le français lambda, marre des radars, écoutes, et autres intrusions électroniques. Marre de la prohibition sur le cannabis alors que l’on vénère le vin (cité du vin a Bordeaux…) Le jour viendra ou le Français lambda sera suffisamment nombreux pour faire changer ces lois votés par des élus d’un autre age.

  • Dans le point 3: « Les juges français viennent de libérer les agresseurs qui ont tenté d’immoler un policier dans sa voiture, une agression extrêmement grave. Alors qu’on sanctionne la moindre erreur du Français moyen, les magistrats d’extrême gauche se montrent étonnamment complaisants avec les petites frappes, manifestants violents, prédateurs sexuels en tous genres. Les peines sont dérisoires et souvent non appliquées. »

    C’est un mélange de tout et n’importe quoi.
    i- relâchement des « immolateurs » : il n’y a (malheureusement) aucune preuve que ceux qui avaient fait ça étaient bien ceux qui ont été arrêtés
    ii- complaisance avec les « petites frappes » : cf i-
    iii- peines dérisoires et non-appliquées: qu’on donne des moyens à la justice. Les maisons d’arrêt servent aux courtes peines (!!), dans certains tribunaux les jugements ne sont plus imprimés parce que pas d’encre et pas de papier, et j’en passe.

    Faudrait pas tout mélanger quand même, sinon ça perd vite en objectivité et en clarté dans le propos.

  • Brûler les pneus ne gêne personne .quand on sait la pollution que cela engendre .fait un feu de tonte de haie chez tu vas voir ce qui t’arrive. Pauvre Max 1979 .ça nous rajeunit en ce temps là y avait pas de racisme pas dhomophobie beaucoup moins de cons qui vivent de tout ça. Mais à force de nous expliquer que que et aussi que .On va devenir des cons .la formation est en cours .

  • Comment me considère-t-on, quelle est ma place dans le débat, que dois-je faire, dire, si je pense la chose suivante : « J’espère que cette fin façon « Mad Max » arrivera vite, j’attends que ça, ça me fait rêver » ?

  • LS zaitsev , si cette façon  » mad max  » doit arriver , j’espère surtout que vous aurez de quoi vous défendre….et moi aussi …et pour espèrer ce chaos , il faut vraiment en avoir plein le dos ….

  • la disparition du gouvernement ….vous appelez ça un gouvernement vous ? ils ne sont rien d’autres qu’une poignée d’individus incapables de gouverner ; je cite donc : la disparition des profitteurs , ça colle beaucoup mieux ;

  • Hollande et Valls dirigent un gouvernement virtuel, un gouvernement hologramme, une illusion d’autorité.

  • « Réduisons les dépenses publiques! Oh non, l’État n’a plus les moyens d’assurer les services de transport, de sécurité, et de justice! »
    – Hector, libéral de base.

    • C’est surtout qu’une grosse partie de dépenses de l’état sont gaspillées : assistanat, gabegie, fonctionnaires parasites, arrêts maladies, … Ce qu’il faut faire, c’est couper le robinet à subvention, réduire les impôts et augmenter les fonds sur le core business de l’état: justice, sécurité…

      • Vous dites ca jusqu’au jour où vous aurez une tuile de santé ou que vous vous retrouverez au chômage. En attendant, vous pouvez continuer à vous rêver en self-made man qui n’a pas besoin des autres…

  • Mad Marx ..;Excellent dessin comme très souvent!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Loin d’être une époque et un lieu où régnait la loi de la jungle, le Far West américain illustre comment les individus peuvent parfaitement s’organiser pour développer et faire appliquer un système de lois privées.

Tous, nous avons vu des westerns. Et l’image qu’ils nous ont laissée de ce qu’était la vie sur la frontière des États-Unis vers l’Ouest est remplie de poussière, de whisky, de chevaux et de violence. Surtout de violence. Plus d’une fois nous avons vu sur le grand ou le petit écran comment un groupe de citoyens furieux prenai... Poursuivre la lecture

Les jeux vidéo rendent-ils violents ?
0
Sauvegarder cet article

Depuis des décennies, de nombreux psychologues américains affirment que des médias de plus en plus violents – télévision, films, jeux vidéo – augmentent le risque de violence dans la société. Pour appuyer ce prétendu consensus scientifique, différentes organisations universitaires ont diffusé des communiqués dénonçant les effets toxiques de la violence dans les médias sur la société. Par exemple, en 2005, l’American Psychological Association a publié un communiqué qui affirmait que « des décennies de recherches en sciences sociales révèlent l... Poursuivre la lecture

La violence et la dérision
3
Sauvegarder cet article

Les révolutions ne m’inspirent généralement rien qui vaille. Elles sont la plupart du temps synonymes de violence, persécutions, répression, massacres innommables, lendemains qui déchantent, voire manipulations et confiscation du mouvement par des franges plus dures et extrêmes qui n’ont plus grand-chose en commun avec les révolutionnaires initiaux.

Dans La violence et la dérision, Albert Cossery imagine une tout autre façon d’envisager la révolte et le refus de la soumission à un pouvoir dictatorial qui brime les libertés fondamentale... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles