9 chômeurs français sur 10 n’ont aucune chance de retrouver un emploi !

Publié Par Charles Sannat, le dans Travail & emploi

Par Charles Sannat.

Offres d'emploi by Nina A.J(CC BY-ND 2.0)

Offres d’emploi by Nina A.J(CC BY-ND 2.0)

Cela a échappé semble-t-il presque à tout le monde, mais avant, on donnait les chiffres des radiations administratives et des défauts d’actualisation mois par mois avec la variation mensuelle. Évidemment, si on annonce une baisse du chômage de 0,6 % et que dans le même temps on dit qu’il y a 10 % de radiations en plus, la baisse n’est pas très crédible.

Le chômage ne baisse pas, ce sont les radiations qui augmentent !

Alors pour rendre les statistiques aussi claires que du jus de chique bien mastiqué et permettre de répéter que « la-France-va-mieux », on ne vous donne plus ce chiffre. On vous le met sur les trois derniers mois, histoire d’empêcher toute comparaison précise.

D’après les chiffres du gouvernement, sur un an, le chômage baisse de 0,6 %, soit 22 500 demandeurs d’emploi en moins. Super, applaudissons tous en choeur.

Sauf que sur les 3 derniers mois, d’après les chiffres officiels qu’il suffit juste de lire et consulter, il y a eu :

  • 238 000 radiations pour défaut d’actualisation, en hausse de 9,9 %
  • 46 000 radiations administratives, en hausse de 11,9 %

Je n’ai rien contre Hollande. Mais les chiffres sont têtus, et la réalité aussi. Dire qu’il n’y a pas de pénurie de carburant c’est bien, mais dans la vraie vie il y a une pénurie de carburant. C’est pareil pour le chômage ou la-France-qui-va-mieux.

Selon le FMI, neuf chômeurs français sur dix n’ont aucune chance de retrouver un emploi

Selon une note publiée ce mardi par le FMI, les profils et diplômes des chômeurs français sont inadaptés au monde du travail actuel… C’est le FMI et Le Point qui le disent.

Alors pour le FMI, il faut évidemment faire des réformes, baisser le coût du travail et tout le tintouin habituel, mais le plus important c’est que les compétences de nos chômeurs sont inadaptées au monde du travail et c’est une évidence.

Pire, de très nombreux pour ne pas dire l’immense majorité de nos jeunes, qui je le rappelle au passage sont notre futur et notre « part d’éternité », sont particulièrement mal formés aux nouvelles technologies et mal préparés au nouveau monde du travail.1

Personne n’explique aux gens comment fonctionne le marché du travail, quelles sont les règles implicites, comment décrocher un entretien d’embauche. Personne. Pourtant, c’est la clef. Celles et ceux qui veulent en savoir plus c’est ici.

Au-delà, le chômage ne baisse pas et il ne baissera pas. Dans un article que Le Figaro consacra à Foxconn, vous pourrez lire qu’une grande entreprise produisant en Chine, vient de remplacer 60 000 ouvriers pourtant pas très chers par des robots encore moins chers.

C’est un tsunami que personne ne veut voir qui déferle sur l’emploi, c’est cela la réalité économique. Tout le reste est de l’enfumage électoral à la limite de bonne guerre ! Le seul problème c’est qu’en vous faisant croire que cela va aller mieux, vous prendrez de mauvaises décisions pour vous-même car l’accès à la bonne information n’est pas toujours facilité, alors qu’il vous permettrait d’adopter les bonnes stratégies de survie professionnelle dans un monde où l’emploi (qui plus est de bonne qualité) est en pleine raréfaction.

Sur le web

  1. J’ai justement consacré une de mes lettres Stratégies à l’employabilité, notre employabilité, et aux solutions très concrètes que nous pouvons tous mettre en œuvre à titre personnel pour justement avoir des compétences adaptées et cela commence par un immense travail de réflexion et de compréhension des mécaniques et du fonctionnement du marché du travail.
  1. Bonjour,
    Le lien « c’est ici » ne marche pas, dommage.
    Concernant le paragraphe « nouvelles technologies », certes, il faut y avoir des compétences mais que tout le monde ne peut acquérir. Néanmoins, il y a des pans entier d’activités qui ne demande pas de sortir de polytechnique. Ils demandent seulement de vouloir travailler, quitte à se former ou reformer un peu. D’autre part, je pense que « l’Éducation Nationale » se fiche complètement de « l’Entreprise » (au sens large). Combien de professeurs visitent une entreprise dans leur carrière ? Comment former des gens si on ne sait pas, comme vous le soulignez, au marché du travail si on ne veut pas le connaître ! On fait bien trop de politique en haut lieu à « l’Éducation Nationale » pour s’occuper des vrais enjeux.

  2. ils truquent les chiffres du chômage , et alors , grâce a ça ils contrôlent votre vie . si vous travaillez , la peur du chômage vous incite a de la souplesse , si vous êtes entrepreneurs , des raisons d’investir ou lieu de vous bronzer au soleil…de toute façon , le travail doit diminuer en quantité pour aller vers la qualité. une société aura de plus en plus d’oisifs , chômeurs ou pas selon que le travail est ou n’est pas son plaisir.
    .

  3. Le cliché avec cravate et chemise blanche et le mini-C.V. visent peut-être à impressionner le lecteur potentiel mais empêchent-ils de reprendre n’importe quoi sans analyse critique et de le diffuser ? : http://blogs.univ-poitiers.fr/o-bouba-olga/2016/05/28/petit-cours-deconomie-a-lattention-des-journalistes-du-figaro-et-du-point-qui-disent-nimporte-quoi/

    1. Bonjour Moggio

      J’ai lu votre blog, je n’y ai pas lu d’analyse ‘décoiffante’,
      Vous êtes pour picketty et ses remèdes keynesiens qui ont ruinés la france depuis 1974, donc des solutions conjoncturelles à l’opposé du papier du FMI.

    2. Vous avez raison, fabriquer du non-sens en ce basant sur du n’importe-quoi ne peut nous amener bien loin. Mais le blog que vous citez n’échappe pas à ce travers qu’il prétend dénoncer. De plus, il me semble que l’économie est déjà le seul vernis (pseudo)scientifique que possèdent la plupart des journalistes, et en faire des spécialistes pédants ne changerait pas grand-chose à l’affaire.

      Le chômage est un indicateur, mais en vérité on ne sait même pas de quoi il est un indicateur. Devrions nous inclure dans cet indicateur les sans-emplois non inscrits, les retraités, les femmes (ou hommes) au foyer, les militaires, les rentiers, les ecclésiastiques … Ou pas. Peut-être qu’un système économique ne peut fonctionner qu’avec une proportion importante de non-productifs qui consomment démesurément avec la bénédiction (ou du moins l’assentiment) de l’ensemble de la population ? La composante humaine et sociologique est trop souvent négligée et détournée à des fins idéologiques.

      Alors comment produire des oisifs qui consomment beaucoup ? Payer 2 fois plus un chômeur qu’un actif ne peut fonctionner. Les retraités consomment des services mais pas assez de biens manufacturés. L’idée de maintenir au foyer la moitié de la population est dépassée et revient à se passer de la moitié des productifs. La valeur ajoutée et la justification sociale des militaires est de faire la guerre. Les rentiers sont mal vus. Les ecclésiastiques ont trop tendance à intervenir dans la société. L’écologie pourrait être une solution si elle se limitait à l’environnement, comme une forme de religion de la pureté constructive : de grands projets environnementaux pour se substituer aux cathédrales ou au pyramides. Mais ses lubies pseudo-scientifiques, son idéologie décroissante, son opposition à la consommation, ses accointances collectivistes et son immaturité psychologique aboutissent à l’effet contraire.

    3. Moggio: « mais empêchent-ils de reprendre n’importe quoi sans analyse critique et de le diffuser ? »

      Pas besoin d’analyse à la piketty, deux grains de bon sens suffisent.

      Si vous voulez qu’un athlète gagne le marathon vous ne lui collez pas pour 65 kilos d’enclumes sur le dos.
      Si vous voulez des emplois, il faut des entreprises et pour avoir des entreprises il ne faut pas non plus leur coller 65% de taxes sur le dos:
      http://www.contrepoints.org/2011/09/23/47472-le-taux-de-taxes-sur-les-pme-serait-de-65-en-france

  4. 9 français sur 10 n’ont aucune chance de retrouver …
    C’est l’évidence même MAIS ce sont ces exclus qui sont les SEULS responsables de leur état de chômeur …. c’est pour cela qu’en haut lieu « ON » les stigmatise tant …
    Sclérose d’un système politique suranné … sclérose d’un système syndical à la dérive …. comment attendre une évolution positive dans ces conditions
    Et ce système de bipartisme, dans lequel seule la posture compte, n’est pas prêt à changer …. malheureusement
    Quand à « l’inversion de la courbe » ….. il n’y a qu’à consulter les statistiques des radiations et tout est dit

    1. Les chiffres du nombre de créations d’emplois sont instructifs aussi.

    2. Et pourtant il y a du boulot notamment dans le paramédical. Et pas besoin d’avoir un doctorat en physique nucléaire pour laver des culs (ça recrute énormément en aide soignant et infirmier).
      Peut-être revoir le système d’apprentissage en copiant nos amis suisses (3% de chômage il me semble)…

      Bref, il y a du boulot pour ceux qui en veulent, d’où mon scepticisme sur ces 9/10 des chômeurs condamnés.

      1. Bien sûr. Mais qui va payer ces prestations? Les bénéficiaires? Leurs familles? Leurs voisins?

        1. Tout dépend. Les bénéficiaires peuvent les payer directement ou à travers de leurs assurances/mutuelles.
          La famille peut très bien aider, c’est d’ailleurs largement le cas à l’heure actuelle.

          Dans tous les cas, s’il y a une demande, il y aura une offre suffisamment appropriée, à condition que l’État ne mette pas ses gros doigts pour foutre la merde…

  5. Et les chiffres annoncés n’indiquent combien de chômeurs sont sortis parce qu’il sont dans le plan formation de 500000 chômeurs lancé en mars. On oublie également les chômeurs sortis définitivement par l’émigration, en forte hausse ces dernières années.

  6. Quelques questions
    Combien de chômeurs ont réellement envie de trouver du travail ?
    Combien s’en donnent réellement les moyens, en acceptant éventuellement de s’éloigner un peu de leur lieu d’habitation ou en acceptant un poste un peu différent de leurs aspirations… ?
    Pourquoi les employeurs ont-ils tant de soucis pour recruter des salariés motivés et compétents ?
    Combien d’offres d’emplois non pourvues actuellement ?
    Ceci étant, je comprends la détresse des vrais demandeurs d’emplois.

    1. La grande majorité des chômeurs aimeraient bien un travail, mais à cause de la multiplication de législations ineptes et illisible et d’une fiscalité qui relève plus de la punition que du vivre-ensemble le tissu entrepreneurial est en train de mourir.

      Les entreprises ont les marges les plus basse d’Europe y compris ex-pays de l’est.

  7. Non, ça n’a pas échappé à tout le monde. Les gens curieux de la chose économique le savent car ils vont à la recherche de l’info. Ce qui n’est pas normal c’est que certains chiffres (radiations) sont désormais bien tus. Ceci n’étant que la basse magouille pré-électorale comme HOLLANDE sait si bien faire. C’est très grave car comme vous le dites très justement les naïfs (et ils sont nombreux) vont se faire avoir.

    En tout état de cause si HOLLANDE est élu, la vérité tant du chômage, du déficit, de la dette apparaitra et là attention à ses abattis. En attendant, il jouit…et se moque absolument du peuple. Son mépris est à la hauteur de sa nullité pour moi.

Les commentaires sont fermés.