Une bonne semaine pour la CGT

Publié Par Nathalie MP, le dans Social, Syndicalisme

Par Nathalie MP.

Quelle semaine ! Une semaine furieusement française, pourrait-on dire. La presse étrangère nous observe avec un mélange de résignation et d’étonnement, et je suis certaine que vous connaissez tous un Anglais ou un Allemand qui vous a confié ses réflexions désabusées. « Vous les Français, vous marchez sur la tête, il n’y a qu’en France qu’on voit des blocages pareils », m’a expliqué Stefan Berger, ressortissant allemand qui travaille pour un fonds d’investissement et vit en France depuis plus de vingt ans. Il y avait comme une sorte de compassion gênée et interrogative dans sa voix.

En temps ordinaire, on vit sa vie, on travaille, on voyage, on se détend, on fait du sport, on rencontre des amis, on va au cinéma, on bouge à sa guise, et tout se passe à peu près bien, le ciel ne nous tombe pas sur la tête. L’actualité, les nouvelles, les infos, tout ce qui se passe dans le vaste monde nous arrivent à travers la télévision, les journaux et internet sans qu’on ait à observer un impact immédiat dans nos emplois du temps et nos façons de vivre.

Défendre les travailleurs contre les patrons

Mais cette semaine, cerise sur le quatre-heures des petits enfants que nous sommes, nous avons eu la chance inouïe de vivre l’actualité en temps réel et directement dans nos vies quotidiennes, comme chaque fois que nos syndicats préférés, abandonnant provisoirement les lourdes responsabilités administratives liées aux 184 reconductions des CDD de leurs employés, ainsi que la restauration grandiose des bureaux et des appartements de fonction de leurs chefs, décident de se mettre « en lutte. »

En lutte pour quoi ? Pour défendre les droits des travailleurs contre les abus des patrons et du grand capital, of course. Quand on sait ce que contient la loi Travail, ou plutôt tout ce qu’elle ne contient pas, on se demande comment la situation a pu devenir aussi explosive. Manifestement, « l’inversion de la hiérarchie des normes », cette disposition qui permettrait dans certains cas de faire prévaloir les accords trouvés au sein de l’entreprise sur les accords de branche, ne plait pas du tout à nos amis de la CGT et ils le font savoir.

De toute façon, si les étudiants de l’UNEF trouvent tous les soirs matière à refaire le monde contre la loi Travail en occupant, non sans charivari, les places publiques des grandes villes de France, plutôt que de peupler de jour les amphis des universités payées spécialement par nos impôts à seule fin de les instruire et de les préparer à entrer dans la vie active, il n’y a pas de raison que la CGT n’apporte pas elle aussi son savoir-faire inégalable en matière de merguez, pneus brûlés, blocages d’usine avec dégradations de moins en moins optionnelles, ainsi qu’intimidations et violences en tout genre envers les personnes récalcitrantes.

Quelle représentativité de la CGT ?

Elle est de plus en plus petite, la CGT, et elle représente de moins en moins de salariés, 3% actuellement. Raison de plus pour frapper fort et se faire entendre. Tiens, voilà une bonne idée : bloquons les raffineries, lançons quelques autres petites grèves et attendons patiemment que le gouvernement retire sa loi.

De son côté, le gouvernement ne veut pas reculer d’un pouce sur le terrain, vu qu’il a déjà complètement reculé dans le texte. Il en va de la stature de grands réformateurs que MM. Hollande et Valls aimeraient bien se voir attribuer avant de passer au round élection de l’an prochain. La situation est particulièrement délicate. Dans ce bras de fer entre la gauche Élysée et la gauche merguez, la seconde n’a rien à perdre, d’autant que les inspecteurs du travail ont toujours tendance à trouver de bonnes excuses à ses petits dérapages.

Mieux, une majorité assez confortable de Français, 62%, trouvent les actions contre la loi Travail justifiées, ainsi qu’il ressort d’un sondage IFOP réalisé cette semaine. La crainte sur les facilités de licencier, ainsi que la faible popularité initiale du gouvernement expliquent l’essentiel de ce résultat. C’est tellement déprimant que je préfère ne retenir que la seconde raison, assez valable tout compte fait.

Un chauffeur Uber m’a confirmé hier soir « qu’il les comprenait, les gars, faut voir ce que le gouvernement veut faire à leurs emplois. » Ça ne serait pas plutôt le contraire : faut voir ce que la CGT fait à nos emplois ? Et à notre image, à notre attractivité ? J’ai préféré ne pas discuter. D’ailleurs mon mari me pinçait gentiment le bras d’une façon qui voulait clairement dire : « Surtout, tais-toi. » Je savais que j’allais pouvoir me rattraper ici.

Bref, depuis le week-end dernier, il est devenu très difficile de s’approvisionner en carburant. Ma voiture est donc à sec depuis mardi. J’ai dû l’abandonner en plein centre de Lille après avoir parcouru à tout casser cinq kilomètres quand l’ordinateur de bord m’en accordait encore soixante. Un petit arrangement pour siphonner de cinq litres le réservoir d’une voiture de location devrait finalement me permettre de parcourir les quelques kilomètres qui me séparent de la Belgique, pays de cocagne où l’essence coule à flots détaxés.

La CGT contre la liberté de la presse

Jeudi, nouveau coup dur : pas de journal. Si le fait de ne pas pouvoir compter du tout sur sa voiture complique pas mal la vie quotidienne, l’absence d’un journal pendant un jour n’est pas forcément très dérangeante, sachant que les précédents numéros s’accumulent sur une certaine table en attendant d’être lus ou carrément jetés (attention, pas de gaffe, uniquement dans le bac prévu à cet effet). Mais le principe, complètement anti-démocratique, est inadmissible : la CGT a bloqué la parution de tous les journaux qui ne voulaient pas publier son tract contre la loi Travail. Alors que Le Figaro, L’Opinion ou Libération mettaient leurs éditions numériques à disposition gratuite du lectorat, seule l’Humanité paraissait en kiosque, témoignant ainsi qu’il y a bien une « presse aux ordres » en France, mais pas forcément celle qu’on croit et pas forcément aux ordres de qui on pense.

Et hier, avec un total manque d’humour, mon Service des impôts des entreprises m’a adressé un courrier fort explicite me menaçant d’une amende pour « non respect des obligations déclaratives » : vous avez bien déclaré et payé votre TVA de décembre 2015, merci Madame, mais votre déclaration a été faite avec un petit peu de retard, ça fera 1325 euros. Que répondre dans le petit cadre ménagé à cet effet ? Envoyer une photo de pneu brûlé en disant « Niet » ?

Et dire qu’il va encore falloir que je pense à me connecter au fabuleux site internet impots.gouv.fr pour déclarer mes revenus avant la date limite, histoire de continuer à contribuer, avec le sourire, à la frénésie de dépenses publiques plus ou moins judicieuses qui est la règle dans ce pays, financement direct et indirect des syndicats scandaleusement compris, ainsi que l’expliquait en 2012 un rapport rapidement enterré, le rapport Perruchot.

Merci la CGT, vive la République et vive la France !

Sur le web

  1. Il semblerait que la CGT ait 668 000 adhérents on est donc loin des 3 % de salariés

    1. Sur 26 millions d’actifs ça représente 2.569% exactement.

    2. Le montant de la cotisation étant de 1% du salaire, et le salaire médian dans les 20 kE annuels, ça nous fait 1.3 milliard. Et la CGT a le culot de piquer encore de l’argent sur la feuille de paye de ceux qui ne sont pas adhérents !

  2. La CGT c’est Cancer Généralisé du Travail disait Coluche. Il ne s’était pas trompé.

    1. Charentais libéral

      Non disait Krasuski, « Car le cancer évolu mais pas la CGT »

  3.  » … l’argent public fait vivre grassement cette CGT qui ne respecte même pas ceux qui la font vivre ». Nous pourrions dire la même chose pour les présidents de la République actuels et passés, les gouvernements actuels et passés, les parlementaires actuels et passés, les médias papier et audiovisuels, d’un trop grand nombre d’élus locaux, ainsi que les entreprises pourtant privées pour beaucoup qui ne subsistent que grâce à l’aide indirecte voire directe des contribuables Français. On veut casser du syndicat parce que celui ci est un empêcheur de s’empiffrer en rond sur le dos des Françaises et des Français ;;;; Mais pas que !

    1. Quand les gens vont ils comprendre que faciliter les licenciements facilite aussi les embauches ? La possibilité terrible de se retrouver en chômage de longue durée voire illimité en est ainsi fortement réduit. Les jeunes se font écraser et nier des opportunités à cause du système d’embauche actuel qui favorise les générations précédentes qui ont trouvé du travail à une époque plus facile..qui paiera vos retraites ? Des jeunes au chômage ? Des jeunes en sous-emploi ? Des jeunes qui ont quitté le pays ? Faut réfléchir, la générosité intergénérationnelle ne va pas uniquement dans un sens!

      Pire : La loi travail ne propose même pas ça !

      1. Ne pas oublier qu’en Suisse, on peut se faire virer quasiment du jour au lendemain. Pourtant, cela ne perturbe pas mes amis suisses ou français qui y bossent car ils savent très bien qu’ils peuvent se faire embaucher tout aussi vite.

    2. C’est largement vrai, mais au moins les autres n’ont pas déclaré la guerre au pays. Couper les vivres à la CGT, ce n’est jamais que de la légitime défense.

  4. j’avoue que la semaine CGT est bonne pour eux :
    http://corto74.blogspot.fr/2016/05/quand-la-cgt-menace-le-blogueur.html

    j’aime bien ce qui est écrit ici.

    le syndicalisme d’opposition brutal et débile est condamné de toute façon car on ne peut que ralentir les choses et non les stopper, le progré se fera avec ou sans eux 🙂

  5. Je n’ai jamais vu un article aussi campé sur ses positions, ou est passé l’objectivisme des journalistes ??? Vous êtes furieuses car vous n’avez plus de pétrole ? C’est triste… Addicte à sa voiture, le monde ne tient plus que par le fric et le pétrole. Il est grand temps d’évoluer, d’aller vers une société durable. Si vous avez peur d’une situation qui ne durera pas, j’aimerai vous voir lorsqu’il nous y serommes pour de bon. Vous nous parlez de refaire le monde avec un certain dédain, comme quoi les jeunes ne comprennent rien à la vie. Mais c’est à cause de personnes comme vous que le monde vas mal, à regarder passivement la situation se deriorer, vous n’êtes qu’un produit, exploité, destiné à nourrir. Alors oui, les jeunes veulent changer le monde, supprimer la famine, les inégalitées, promouvoir le partage et l’entraide. Mais celui qui prend les jeunes pour des imbéciles d’utopistes, n’est qu’une abomination de la bonté humaine.

    1. gurvane blenard: « Il est grand temps d’évoluer, d’aller vers une société durable. »

      Pour l’instant vous allez dans le gouffre avec les compliments de la CGT ce qui n’est pas étonnant de la part d’un parti financé par la défunte URSS de 1920 à 1990

      La France est surendettée d’après les rapports de la Cour des comptes et ça fait 41 ans qu’elle n’a pas réussi à signer un seul budget positif, un record surtout qu’elle est aussi classée deuxième mondial pour les taux d’imposition et cumule d’autres tristes records comme le nombre d’élus par habitant, le code de travail le plus inepte ou la part de l’état dans le PIB !
      Sous la férule d’une fiscalité et une législation ubuesque, vos entreprises sont en train de mourir: elles ont le taux le plus bas de profit de toute l’Europe y compris des ex-pays soviétiques et les faillites d’entreprise atteignent des records depuis un moment.

      Dépense incontrôlable, rentrée en berne, économie en faillite malgré un contexte idéal actuellement, ça va être un désastre social.

      Dans le pays d’à côté qui n’a pas de CGT et ou on privilégie la négociation et une fiscalité et une législation légère, le chômage est de 3.5% , le salaire moyen est trois fois plus élevé qu’en France et il n’y a aucune caisse sociale en faillite ni problème de dette et le pays est reconnu comme un des plus vertueux au monde pour l’écologie.

      C’est ça le « durable »: Liberté, droit et démocratie. Pour avoir totalement oublié ces valeurs, la France va au tapis.

      Pour les famines et la pauvreté, je vous signale que dans le monde libre l’extrême pauvreté est passée de plus de 30% du monde voici 20 ans à 10% actuellement et il n’existe plus que des famines politiques, dues à des régimes comme le Venezuela.

    2. Je me demande bien ce qu’une personne comme vous fait sur ce site. Ca veut dire quoi changer le monde ? Etre oisif dans une ZAD ?

    3. Cher(e) gurvane blenard
      Votre conclusion est bien triste. Alors non, je ne vais pas mettre tous les jeunes ensemble, ils ne sont pas tous des imbéciles d’uopistes comme vous l’écrivez. Non, certains prennent du recul, font preuve de pensée critique, réfléchissent à ce qu’ils veulent faire et pour certains s’expatrient. Vous avez écrit en conclusion:
      « Mais c’est à cause de personnes comme vous que le monde vas mal, à regarder passivement la situation se deriorer, vous n’êtes qu’un produit, exploité, destiné à nourrir. Alors oui, les jeunes veulent changer le monde, supprimer la famine, les inégalitées, promouvoir le partage et l’entraide. Mais celui qui prend les jeunes pour des imbéciles d’utopistes, n’est qu’une abomination de la bonté humaine. »

      Nous aussi souhaitons qu’il y ait moins d’inégalité, plus de partage, d’entraide et supprimer la famine (bon sur les OGM on a aussi des désaccords) mais ce que vous proposez n’est rien d’autre que les solutions déjà mises en oeuvre dans certains pays par des tyrans ou dictateurs. En effet, dans les cinquante dernières années (je vous fais grace l’URSS avec Lénine et Staline), on peut citer parmi ceux ayant voulu mettre vos idées en place: Mao, Pol Pot, Castro, Kim Jon Il, Kim Jon Un, Chavez et son clone Maduro.
      Or, que constatetons une fois l’euphorie passée par la mise en place de vos idées. Les restrictions apparaissent, la liberté disparait, la surveillance généralisée se fait partout, la famine détruit des vies. Et cela se produit même dans des pays riches à la base (Venezuela avec le pétrole).
      Est ce vraiment cela que vous voulez ?

      Par conte, je suis pleinement d’accord avec votre idée comme quoi « Il est grand temps d’évoluer, d’aller vers une société durable. » mais cela ne sera possible que si les entreprises sont libres de pouvoir s’adapter au changement facilement. Ce n’est pas en leur bloquant leurs marges de manoeuvre qu’elles y arriveront (emploi, taxes, réglementation absurde et lourde, …). Non ce n’est pas ainsi. Pour innover, obligation pour une entreprise qui se veut pérenne et donc obligation d’aller vers un modèle urable, seule l’entreprise est compétente.

    4. « oui, les jeunes veulent changer le monde, supprimer la famine, les inégalitées, promouvoir le partage et l’entraide » : bon courage avec les méthodes de la CGT dont on a pu voir les merveilleuses conséquences au Vénézuela par exemple.

  6. Vous êtes en forme aujourd’hui! Bravo pour ce billet!

    1. En effet. Le chauffeur de taxi l’a échappé belle 😀

      1. C’est que non seulement les clients notent les chauffeurs Uber, mais en plus les chauffeurs notent les clients !

  7. Quel que soit le gagnant, nous connaissons les perdants: nous les contribuables. La messe est dite. Reste à savoir qui mieux vaut soutenir pour voir l’Euro, le tour de France et partir en vacances. Douce France.

  8. « Elle est de plus en plus petite, la CGT ». Peut-être, mais médiatiquement elle a l’avantage : sur les télés, les drapeaux de la CGT crèvent l’écran. On les voit. Très souvent et longtemps !! C’est une forme de pub très efficace et gratuite.

  9. Philippe GACHET-MAUROZ

    Le PS qui dicte les lois via 49.3 ne pése que 100.000 adhérents, et leurs élus se gavent surement bien plus que les élus de la CGT, cet article, n’est pas objectif et donc partial…effectivement avec plus de 600.000 adhérents leur « légitimité » vaut peut être plus que celle du PS avec 100.000 adhérents …de LR avec pas 200.000, et FN avec moins de 100.000…
    Si ce que fait la CGT est illégal, faisons leur un procés,…
    Pour moi, ils font leur devoir, (protection des salariés)…, en fonction de leur convictions…
    En attendant ou est la conviction de notre Président, qui se fait élire sur la base d’un programme mensonger, et fait le contraire de ses promesses…
    Nous pouvons nous poser la question de la légitimité d’un « pouvoir » ayant « trahi » ses promesses….

    1. J’adore le principe de la défense d’un chef de gang mafieux sur le dénigrement des caïds rivaux…

      1. Philippe GACHET-MAUROZ

        Et vous? Vous ne faites juste que compter les points? sans prendre parti…

        1. J’ai pris parti pour l’interdiction de tout argent public à un syndicat ou un parti politique, pour la liberté de circuler, de travailler, de commercer et pour l’éradication de ceux qui se permettent de régir la vie des autres. Les plus dangereux, à éradiquer en premier, sont ceux qui défendent la violence et le renversement des institutions et qui n’ont d’autre justification à présenter que de désigner d’autres pilleurs à la vindicte publique après les avoir aidés à venir au pouvoir.

          1. Philippe GACHET-MAUROZ

            Finalement vous êtes pour la liberté sur tout, sauf celle de l’expression, puisque vous voulez « éradiquer » ceux qui ne pensent pas comme vous…

            1. Bon, disons neutralisation et obligation à compensation, alors, comme toute personne de bonne foi l’aurait compris. Ceux qui ne pensent pas comme moi peuvent faire ce qu’ils veulent chez eux, mais qu’ils ne me marchent pas sur les pieds. C’est une position respectueuse des libertés et assez communément répandue. S’en prendre physiquement aux libertés d’autrui n’est pas plus de la liberté d’expression que le fait de prétendre avoir plus d’adhérents qu’un club d’escrocs ne fait d’une association de maîtres-chanteurs un club de bienfaisance.

            2. 1) Il n’a pas dit qu’il voulait « éradiquer » les gens qui ne pensait pas comme lui mais ceux  » qui se permettent de régir la vie des autres ». Aucun rapport avec la liberté d’expression ni d’opinion.
              2) éradication ne signifie pas forcément l’utilisation de la force, je suppose que vous et vos amis souhaite aussi « éradiquer » le l’ultra libéralisme nan?

            3. J’espère que vous n’avez pas voté pour FH. Si oui, vous avez légitimé ce pouvoir. AUssi, si vous êtes adulte et responsable, vous devez assumer donc accepter ses décisions.

    2. Philippe GACHET-MAUROZ: « Si ce que fait la CGT est illégal, faisons leur un procés,… »

      Vous plaisantez ? Le pouvoir politique a même étouffé l’affaire de la cache de 5000 armes que cachait la CGT en prévision du « grand soir » en plus de couvrir d’autres violences et comportements mafieux:
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Syndicat_g%C3%A9n%C3%A9ral_du_livre_et_de_la_communication_%C3%A9crite_CGT#La_cache_d.27armes_des_NMPP

      Le rapport Peruchot que nos chers élus ont essayé d’interdire est on ne peut plus clair: vos « défenseurs » sont des mafieux:
      http://www.lepoint.fr/economie/argent-des-syndicats-le-rapport-interdit-16-02-2012-1431943_28.php

      Philippe GACHET-MAUROZ: « Pour moi, ils font leur devoir (protection des salariés)…, en fonction de leur convictions… »

      Leurs « convictions » c’est le communisme, qui a entraîné les 37 pays qui l’ont essayé dans des gouffres en tuant au passage 100 millions de personnes.
      Dans le pays d’à côté, il y a de vrais syndicats et les salariés, en plus du plein emploi y gagnent trois fois plus qu’en France.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Paix_du_travail

      1. Philippe GACHET-MAUROZ

        Parce qu’il y a que le vilain communisme, il n’y a que le gentil capitalisme..ne me forcez pas à choisir et à faire le compte des « victimes » ou la coursev à l’armement des deux systémevous savez bien que les deux sont meurtriers
        Je ne faisais que répondre à la tentative d’expliquer que la CGT ne serait pas légitime, je ne fais juste dire qu’en face, le PS ne l’est pas davantage…

        1. Le communisme n’a pas eu le luxe tu tuer par la politique étrangère, les 100 millions de mort sont en majorité dans la propre population des pays communistes, du à l’ineptie de cette doctrine économique et politique. Imaginez que cette idéologie se soit répendu dans plus de pays et plus longtemps et le compteur serait au milliard a l’heure actuelle.
          Moi face a ça, je choisie le gentil capitalisme.

        2. Philippe GACHET-MAUROZ: « ne me forcez pas à choisir »

          Entre un des 37 pays communiste ayant existé et la Suède les Pays-Bas ou la Suisse vous choisissez un des 37 ? LOL franchement !
          Vous n’avez visiblement AUCUNE idée de la répression et du désastre humain qui accompagne toujours les régimes communistes.
          Regardez le Venezuela pour un direct live.

          Je vous signal que le capitalisme n’est PAS un système politique mais un DES systèmes de production POSSIBLE dans les pays LIBRES.

          Dans un état de droit LIBRE vous avez le CHOIX justement. Dans les pays communiste NON !

    3. les leaders de la CGT travaillent surtout pour eux, se maintenir à la tête de a CGT et en profiter: ils n’ont rien à faire de la base, vu les résultats obtenus, sauf dans le public.

    4. Nous pouvons nous poser la question de la légitimité d’un « pouvoir » ayant « trahi » ses promesses….

      C’est pour cela qu’il existe des élections pour la présidence et les députés. Libre à vous de ne pas revoter pour ce parti.
      Mais bloquer le pays est foncièrement malhonnête, voire criminel.

      1. Philippe GACHET-MAUROZ

        Nous sommes bien d’accord que le blocage (celui ci est légale tout de même, donc non criminel) est antiproductif, appauvrissant, compromet l’avenir de nombreuse personne…mais comment réagir face à la mauvaise foi, l’absurdité même des décisions de nos politiques (qui vérouillent la police, les médias…)
        bien sur qu’il existe la possibilité de ne pas revoter »…
        ceci dit que penser d’une procédure condamnant le mensonge (promesse électorale vs face à la réalité), peut être m^me la collusion la corruption
        Pourquoi au final les hommes politiques ne sont ils pas face à leur responsabilités…

  10. Merci Nathalie pour cet excellent article qui reproduit au mot près (y compris la réaction de mon cher époux !) ce que je vis et ce que je ressens.
    Allons, je me replonge dans ma déclaration de revenus car le temps presse…

  11. Votre aveuglement vous fait écrire « l’inversion de la hiérarchie des normes, cette disposition qui permettrait dans certains cas de faire prévaloir les accords trouvés au sein de l’entreprise sur les accords de branche, ne plait pas du tout à nos amis de la CGT et ils le font savoir. »
    Pour être plus précise vous auriez du préciser que l’article 2 de la loi travail autoriserait « un accord trouvé dans l’entreprise plus défavorable que l’accord de branche »…ce qui aurait permis de mieux comprendre ce mécontentement salarial, que l’on soit ou non d’accord.
    la hiérarchie des normes a simplement comme utilité de chercher à maintenir une certaine cohérence minimale dans les rapports entre les individus souhaitant encore vivre en société.

    1. Allons donc, le Code du travail actuel est un échec lamentable qui ne crée que de l’exclusion du chômage, des bas salaires, de la pauvreté, des comportements mafieux et une faillite de l’économie.

      Il y a sept fois moins de chômage des jeunes et les salaires sont trois fois supérieurs dans le pays d’à côté avec un code du travail minimal. On y vit vraiment en société et ni les retraites, ni le social, ni l’état ne sont en faillite.

    2. Pour être plus précise vous auriez du préciser que l’article 2 de la loi travail autoriserait « un accord trouvé dans l’entreprise plus défavorable que l’accord de branche »…ce qui aurait permis de mieux comprendre ce mécontentement salarial, que l’on soit ou non d’accord.

      Ben coco, si c’est moins favorable, changer d’entreprise plus favorable puisque c’est si si facile d’être entrepreneur qu’il y en tellement qui se créent chaque minute. mais en réalité vous préférez partager la pénurie et entraver ce qui subsiste… 🙁

  12. Philippe GACHET-MAUROZ

    Il y a 28,5 millions d’actifs ce qui améliore votre ratio…mais les actifs ne représente pas la masse des personnes en activité…mais pour mesurer la représentativité de la CGT parmi les personnes en actvité il faut amputer un certain nombre de millions.
    -6 Millions de chômeurs minimum
    -2 Millions de RSAistes
    -Quelques millions de personnes en incapacité de travailler (Handicap, maladie LD)
    -Chef d’entreprise et AE
    Au final, le nombre de salariés oscille entre 15 et 18 millions de personnes (dont 6 millions de fonctionnaires)
    Vous noterez que la production de richesse, faisant vivre plus de 66 millions de français) repose sur 15 à 18 millions de personnes (qui au passage alimente également 15 millions de retraités.
    Pour compléter sur la CGT, vous comprendrez qu’il est difficile dans le privé de s’affilier à un syndicat, une adhésion étant vécue comme une rebellion, une contestation, un réel frein à une progression de carrière

Les commentaires sont fermés.