Si la dette US pèse trop lourd, Donald Trump renégocierait

Donald Trump a annoncé qu’une fois élu président des États-Unis, il renégocierait la dette des États-Unis si elle était trop lourde, ce qui a soulevé une tempête d’indignation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Si la dette US pèse trop lourd, Donald Trump renégocierait

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 21 mai 2016
- A +

Par Bill Bonner.

By: Marc NozellCC BY 2.0

Donald Trump a fait savoir la semaine dernière que s’il devient président des États-Unis, si la dette fédérale américaine pèse trop lourdement sur ses épaules, il fera ce qu’il fait le mieux : négocier.

Il obtiendra « une remise ».

« QUOI ??!!!? »

La question a parcouru tout Wall Street et les ruelles de Manhattan… la City de Londres… et tous les autres grands centres financiers de la planète.

« Qu’est-ce qu’il a dit ? Est-ce qu’il a dit qu’il allait faire défaut sur la dette US ? Je ne peux pas y croire ! »

« Renégocier » les termes d’une dette… obtenir une remise… c’est ce qu’on fait quand on ne peut pas payer.

C’est ce que l’Argentine vient de faire après des années de lutte juridique — durant laquelle ses créditeurs ont saisi l’un de ses vaisseaux marins dans un port étranger. L’idée d’une remise sur les bons du Trésor US — le crédit le plus sûr au monde — était plus que remarquable… elle était impensable.

Impensable… mais pas pour les raisons que l’on croit !

Le New York Times s’est immédiatement emparé du sujet, affirmant que la proposition de Trump « fissurerait la confiance des investisseurs » et coûterait aux États-Unis « beaucoup d’argent » (à cause des intérêts plus élevés).

Le Washington Post a suivi, soulignant que la confiance dans la dette US était « le ciment maintenant l’intégrité de la finance mondiale ». Toute remise en doute de ce ciment, selon le journal « déstabiliserait instantanément » l’économie mondiale.

Ce pauvre Donald. Il a brisé un tabou de plus. Il a dû ravaler ses paroles et s’expliquer.

Trump ne semble pas comprendre comment l’escroquerie fonctionne, mais il a raison sur ce qu’elle signifie. Le gouvernement américain a le monopole sur l’émission de devises de réserve mondiale. Il n’a pas besoin de renégocier. Il n’a pas besoin de demander de remise.

Le gouvernement US influence même — par le biais de sa banque centrale, la Fed — la valeur de la devise dans laquelle sa dette est libellée.

Ce qui signifie qu’il peut escroquer les investisseurs de toute la planète sans piper mot.

Pour l’instant, le dollar est en pleine forme… et les acheteurs font la queue pour obtenir plus de dette du Trésor US.

Plus tard, la situation pourrait se renverser. Mais ce ne sont pas les États-Unis qui iront quémander des remises de dette. Ce seront les propriétaires de bons du Trésor US — des retraités pour la plupart — qui iront faire la manche au coin de la rue.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • S’il avait dit le contraire, on l’aurait aussi attaqué.

  • Il est évident qu’aucun pays ne peut rembourser sa dette, les premiers qui arriveront à équilibrer leur budget ont tout intérêt à la renégocier.

  • Pour l’instant, le dollar est en pleine forme… et les acheteurs font la queue pour obtenir plus de dette du Trésor US.

    C’est astucieux de sa part, de vouloir faire tomber le $. Plus efficace que les bêtises de la BCE :mrgreen:
    Il va s’attirer les votes des exportateurs… Cela suffira-t-il ❓

  • Celui qui ne voudra pas renégocier prendra, sans doute, quelques centaines de tonnes de pure démocratie sur le coin de la gueule …

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La dérive du budget de l’État français en 2024 est l’aboutissement d’une évolution historique : l’immixtion de la puissance publique dans tous les domaines de la vie. Le politique est partout, conformément à la formule simpliste de la gauche radicale depuis environ un siècle : « tout est politique ».

La liberté individuelle ne peut que s’amenuiser si le pouvoir politique réglemente toute action sociale. Le risque ultime est donc la disparition de la démocratie libérale, caractérisée par la place importante qu’elle accorde aux initiativ... Poursuivre la lecture

La campagne de Joe Biden ne se déroule pas bien. Bien qu’il semble se diriger vers la nomination de son parti, sa cote de popularité ne cesse de chuter, laissant croire que Donald Trump le vaincra s'il obtient la nomination. Son bilan économique mitigé ne sera pas la seule raison pour laquelle plusieurs de ses électeurs en 2020 s’abstiendront ou changeront de camp.

En effet, le récent rapport d’un procureur spécial affirme que Biden a bel et bien été négligent avec des documents confidentiels qu’il a conservés secrètement. Et à l’insta... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

La Russie de Poutine sera privée de bananes, considérées là-bas comme une source importante et peu chère de vitamines et de protéines. C'est le surprenant effet indésirable du transfert par l'Équateur aux États-Unis de six systèmes de missiles anti-aériens Osa-AKM, qui devraient ensuite être transférés à l'Ukraine. En contrepartie, les États-Unis fourniront à l'Équateur de nouveaux systèmes de défense aérienne américains, accompagnés d'une formation, d'un soutien, de pièces de rechange et d'une assistance technique continue.

En effet, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles