Si la dette US pèse trop lourd, Donald Trump renégocierait

Donald Trump a annoncé qu’une fois élu président des États-Unis, il renégocierait la dette des États-Unis si elle était trop lourde, ce qui a soulevé une tempête d’indignation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si la dette US pèse trop lourd, Donald Trump renégocierait

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 21 mai 2016
- A +

Par Bill Bonner.

By: Marc NozellCC BY 2.0

Donald Trump a fait savoir la semaine dernière que s’il devient président des États-Unis, si la dette fédérale américaine pèse trop lourdement sur ses épaules, il fera ce qu’il fait le mieux : négocier.

Il obtiendra « une remise ».

« QUOI ??!!!? »

La question a parcouru tout Wall Street et les ruelles de Manhattan… la City de Londres… et tous les autres grands centres financiers de la planète.

« Qu’est-ce qu’il a dit ? Est-ce qu’il a dit qu’il allait faire défaut sur la dette US ? Je ne peux pas y croire ! »

« Renégocier » les termes d’une dette… obtenir une remise… c’est ce qu’on fait quand on ne peut pas payer.

C’est ce que l’Argentine vient de faire après des années de lutte juridique — durant laquelle ses créditeurs ont saisi l’un de ses vaisseaux marins dans un port étranger. L’idée d’une remise sur les bons du Trésor US — le crédit le plus sûr au monde — était plus que remarquable… elle était impensable.

Impensable… mais pas pour les raisons que l’on croit !

Le New York Times s’est immédiatement emparé du sujet, affirmant que la proposition de Trump « fissurerait la confiance des investisseurs » et coûterait aux États-Unis « beaucoup d’argent » (à cause des intérêts plus élevés).

Le Washington Post a suivi, soulignant que la confiance dans la dette US était « le ciment maintenant l’intégrité de la finance mondiale ». Toute remise en doute de ce ciment, selon le journal « déstabiliserait instantanément » l’économie mondiale.

Ce pauvre Donald. Il a brisé un tabou de plus. Il a dû ravaler ses paroles et s’expliquer.

Trump ne semble pas comprendre comment l’escroquerie fonctionne, mais il a raison sur ce qu’elle signifie. Le gouvernement américain a le monopole sur l’émission de devises de réserve mondiale. Il n’a pas besoin de renégocier. Il n’a pas besoin de demander de remise.

Le gouvernement US influence même — par le biais de sa banque centrale, la Fed — la valeur de la devise dans laquelle sa dette est libellée.

Ce qui signifie qu’il peut escroquer les investisseurs de toute la planète sans piper mot.

Pour l’instant, le dollar est en pleine forme… et les acheteurs font la queue pour obtenir plus de dette du Trésor US.

Plus tard, la situation pourrait se renverser. Mais ce ne sont pas les États-Unis qui iront quémander des remises de dette. Ce seront les propriétaires de bons du Trésor US — des retraités pour la plupart — qui iront faire la manche au coin de la rue.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • S’il avait dit le contraire, on l’aurait aussi attaqué.

  • Il est évident qu’aucun pays ne peut rembourser sa dette, les premiers qui arriveront à équilibrer leur budget ont tout intérêt à la renégocier.

  • Pour l’instant, le dollar est en pleine forme… et les acheteurs font la queue pour obtenir plus de dette du Trésor US.

    C’est astucieux de sa part, de vouloir faire tomber le $. Plus efficace que les bêtises de la BCE :mrgreen:
    Il va s’attirer les votes des exportateurs… Cela suffira-t-il ❓

  • Celui qui ne voudra pas renégocier prendra, sans doute, quelques centaines de tonnes de pure démocratie sur le coin de la gueule …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Le marché français est en baisse de 6 % depuis jeudi.

Les actifs tangibles comme l’or et le pétrole résistent plus. L’or a baissé de 10 % depuis son record du mois de mars. Mais il affiche toujours un léger gain sur 6 mois. Et le baril de pétrole reste au-dessus des 100 dollars... bien au-dessus des niveaux de l’an dernier.

Au contraire, le marché-actions est en baisse de 12 % sur les 6 derniers mois.

La plupart des investisseurs croient sans doute à l’abandon des tentatives de normalisation de la part de le Fed. Les auto... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles