Afrique du Sud : Jacob Zuma est-il au dessus des lois ?

L’ANC de Jacob Zuma tente de réduire la place des tribunaux au profit des politiques, au risque lourd de compromettre l’Etat de droit.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Afrique du Sud : Jacob Zuma est-il au dessus des lois ?

Publié le 7 mai 2016
- A +

Par Rex van Schalkwyk.
Un article de Libre Afrique

By: Linh DoCC BY 2.0

Le 1er novembre 2011, en s’adressant à une séance commune de l’Assemblée nationale et du Conseil national des provinces, le président sud-africain Jacob Zuma a exprimé son inquiétude au sujet des tribunaux qui semblent jouer un rôle au-dessus de celui des représentants élus par le peuple. Le Parlement et l’exécutif, a-t-il dit, ont été élus pour représenter la volonté du peuple ; les tribunaux, avec des juges non élus, ne représentent pas directement les populations. Les différends politiques, a-t-il proclamé, devraient donc être résolus politiquement.

L’adhésion du Congrès national africain (ANC), qui dispose d’une majorité de près des deux tiers au parlement, à ces thèses est évidente. Si tous les différends politiques doivent être réglés «politiquement», ils seront d’évidence tous résolus en faveur du parti au pouvoir. Dès lors, nous assisterons à une dictature des représentants de la majorité.

Les pensées de Jacob Zuma ont été relayées par de nombreux commentateurs. Certains suggèrent que, puisque les tribunaux semblent avoir usurpé le rôle des représentants démocratiquement élus, il y a peu d’intérêt à participer au processus démocratique.

Nécessité de respecter la loi

Au risque de contrarier les partisans de l’ANC, si les élus et en particulier ceux du parti au pouvoir, respectent la loi, le problème disparaîtrait. Le problème n’existe que si les élus se croient au dessus de la loi en vigueur et qu’ils pensent pouvoir agir en toute impunité.

Il arrive qu’un projet de loi débattu au Parlement contienne des clauses manifestement inconstitutionnelles. Malgré les avertissements des juristes, le processus d’approbation de la loi va jusqu’au bout, et la loi défectueuse finit par être votée.

Les hommes politiques perçoivent trop souvent la gestion des affaires publiques uniquement en termes de rapport d’autorité (supérieur/subalterne). C’est ce qui crée la véritable source de confusion. L’État de droit ne désigne pas la supériorité d’un bureau ou d’une institution particulière. Ce qu’il désigne c’est avant tout la suprématie de la loi pour tous sans aucune histoire politique ; si la loi doit être la même pour tout le monde. Telle est la suprématie de la loi socle de la garantie des libertés individuelles.

Ainsi, la loi exhorte tous les fonctionnaires à s’abstenir, de toutes les manières, d’abuser de leur pouvoir. En Afrique du Sud, la Constitution, qui, dans l’État de droit, est supérieure à toute loi, exige du président et de tous les parlementaires qu’ils prêtent serment de fidélité à ce texte fondateur. Une violation de ce serment est un fait grave, comme il a été démontré récemment par l’arrêt de la Cour constitutionnelle dans la saga Nkandla (du nom de la luxueuse propriété que Zuma a rénovée avec l’argent des contribuables). Le président, malgré sa vision des autorités judiciaires, a été contraint, non pas par les tribunaux, mais par la loi, de reconnaître son erreur et de faire des excuses publiques sans même qu’il ne soit cité à comparaître devant le tribunal pour rendre compte de sa conduite. Ses représentants légaux l’ont fait en son nom dans une atmosphère de débat respectueux.

La question légitime à poser alors est : qui aurait été le mieux qualifié pour entreprendre cette tâche : le président lui-même ? Un fonctionnaire désigné par lui-même, comme son ministre de la police ? Les tribunaux ?

Somme toute, les tribunaux sont un outil pour appliquer et faire respecter la loi, grâce à leurs méthodes et procédures spécialisées. Ces méthodes, aiguisées au fil des siècles et léguées d’une génération à l’autre, sont le résultat d’un processus long et continu en constante évolution. Malgré quelques imperfections, de ce processus naturel émerge une sagesse qui n’est rien d’autre que le fruit des réflexions, des actions et interactions des différentes générations. Une sagesse sans notion de subordination, mais seulement une reconnaissance pour qu’elle puisse s’imposer d’elle-même dans la société. C’est la condition de l’État de droit. Nul n’est au dessus de la loi, même s’il a été désigné par le vote populaire.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Zuma n’est président. C’est un roi africain avec tout ce que ça implique. Ce mec est un despote qui ne supporte pas de ne pas avoir tout le pouvoir. Il devient urgent que les sudafricains le lynchent.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Samuel Gregg.

Si l’on veut être cohérent dans notre lutte contre la pauvreté, nos préoccupations ne peuvent pas être enracinées dans des récits émotionnels ou relativistes sur ce que sont les êtres humains. Elles doivent être fondées sur la reconnaissance de la liberté, de la rationalité et de la dignité de chaque personne.

En 2012, le financier George Soros et Fazle Hasan Abed, qui est à la tête de l’une des plus importantes ONG anti-pauvreté, remarquaient dans le Financial Times que malgré la Grande Récession, le nombre de... Poursuivre la lecture

Parmi les dispositions du décret du 28 juin 2022 portant convocation du Parlement en session extraordinaire, publié le 29 juin dans le Journal Officiel, on retrouve à l’article 2 alinéa 8, l’examen de la « proposition de loi portant diverses dispositions d’adaptation au droit de l’Union européenne en matière de prévention de la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne ».

Celle-ci fit l’objet d’un accord en Commission mixte paritaire. Disons-le d’emblée, ce texte représente une menace sérieuse pour l’État de droit, notammen... Poursuivre la lecture

Pour rappel, l’État de droit repose sur quatre piliers : la sécurité juridique, les droits et libertés fondamentaux, le principe de légalité, la hiérarchie des normes.

De plus, il repose sur deux principes : la séparation des pouvoirs et le rôle du juge comme garant de la légalité.

Un bilan sur l’état d’urgence de 2015 devrait être tiré : il n’a été d’aucune utilité pour lutter contre le terrorisme. De plus, la banalisation des mesures d’urgences est inquiétante pour les libertés publiques. L’état d’urgence devient un outil de g... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles