68 impôts et taxes différents pour les entreprises canadiennes !

Le maquis fiscal n’existe pas qu’en France : les entreprises canadiennes aussi doivent affronter un torrent de taxes et d’impôts.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Taxes impôts (Crédits 401kcalculator.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

68 impôts et taxes différents pour les entreprises canadiennes !

Publié le 11 avril 2016
- A +

Par Michel Kelly-Gagnon.

Taxes et impôts
Taxes impôts (Crédits 401kcalculator.org, licence Creative Commons)

Malgré ce que certaines personnes mal informées colportent, les entreprises sont plus taxées aujourd’hui qu’auparavant, si l’on tient compte de toutes les charges fiscales qu’elles doivent assumer.

La plus récente édition du sondage PwC sur la taxation des grandes entreprises canadiennes est d’ailleurs fort révélatrice à ce sujet. Cette étude a décortiqué les comptes de 89 des plus grandes entreprises du pays selon une méthodologie qui visait à identifier non seulement les impôts et taxes qu’elles doivent payer directement, mais aussi celles qu’elles doivent percevoir ou payer indirectement. En voici les faits saillants :

• Pour chaque dollar que les entreprises paient en impôt sur le revenu, elles paient un autre 1,09 $ en taxes diverses, 70 cents en frais gouvernementaux, redevances et autres charges, et doivent percevoir 3,15 $ pour les différents paliers de gouvernement en taxes sur la masse salariale de leurs employés, taxes de vente, de propriété et d’accise.

• Les grandes entreprises envoient plus d’argent aux gouvernements en taxes et autres paiements que ce qu’elles génèrent comme profits après impôt. En moyenne, 42 % de la valeur ajoutée annuelle créée par les entreprises est allée aux divers gouvernements, comparé à 28 % qui est allé aux travailleurs sous forme de salaires. Le 30 % restant constituait le profit après impôt, et a été réinvesti dans les entreprises et/ou distribué aux actionnaires.

Ces chiffres sont basés sur des données de 2014 et proviennent d’entreprises œuvrant dans diverses industries : banque, assurance, secteur manufacturier, détaillants, firmes de télécommunication, ressources naturelles, etc.

Comme je l’ai déjà écrit, même notre plus illustre économiste social-démocrate, Pierre Fortin, dit la même chose : « la seule conclusion qui s’impose est que nos entreprises sont plus taxées aujourd’hui qu’il y a 15 ou 25 ans ».

Ceci contredit les jérémiades habituelles que l’on continue d’entendre à droite et à gauche, selon lesquelles l’impôt sur le revenu des entreprises est très bas. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il faut ajouter à l’impôt toutes les taxes et frais que ces entreprises paient et doivent percevoir. Le rapport indique qu’il y en aurait en tout 68 !

Notons enfin que lorsqu’on oblige les entreprises à devenir des collecteurs d’impôts pour le compte du gouvernement, cela implique divers frais administratifs. La paperasse est si complexe qu’elle coûte 4 millions $ annuellement, en moyenne, aux entreprises incluses dans le sondage, et nécessite de chacun l’embauche de 19 comptables à temps plein…

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Éclairant, dans la foulée des Panama Papers. Un régime fiscale confiscatoire qu’on dirait spécialement conçu pour inciter à l’évasion-l’évitement-l’optimisation fiscale. Way to go Canada! Et ne comptons pas sur notre Justin Bobama national pour changer les règles du jeu. N’est-il pas là pour «redistribuer» la richesse à même l’argent des autres,s’il le faut à coup de déficits annoncés en campagne électorale pour acheter des votes. Ça s’appelle la «social-démocratie» et son parti s’appelle le Parti libéral du Canada. C’est-y pas beau ça?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’expatriation est un phénomène de plus en plus courant dans un environnement mondialisé. Cette tendance est particulièrement présente chez les jeunes générations. Dans le cas de la France, ce sont plus de 2,5 millions de Français qui vivent à l’étranger.

Quelles sont les raisons de cette expatriation ? Où vont-ils ? Quels sont leurs profils ?

Si les profils des expatriés français sont variés, on constate que certaines tendances se dessinent.

Des expatriés français réputés pour le travail

Selon le site internations : « 56... Poursuivre la lecture

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture

Si le vote des Français en France concentre logiquement toute l’attention, celui des Français à l’étranger donne des éléments sur la mentalité des expatriés, émigrés voire des binationaux. Un vote qui peut toutefois avoir une certaine importance.

Le vote des Français à l’étranger a représenté 500 000 votes sur 1,4 million d’inscrits (un taux de participation de 35 %). 45 % ont voté pour Macron et 22 % pour Mélenchon, Zemmour faisant 8 % et Le Pen ne représentant que 5 %.

Ces chiffres méritent d’être étudiés de plus près, car ils... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles