Malgré les obstacles, la loi Travail pourrait s’en sortir

Entre réécriture et essoufflement de l’opposition, la Loi Travail continue son bonhomme de chemin au parlement et devrait être adoptée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Myriam El Khomri crédits Parti Socialiste (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Malgré les obstacles, la loi Travail pourrait s’en sortir

Publié le 8 avril 2016
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Myriam El Khomri, ministre du travail et de l'emploi, à l'origine de la loi travail
La secrétaire d’Etat à la ville Myriam El Khomri, à l’origine de la loi trail (Crédits : Chris93, licence CC-BY-SA 4.0)

Malgré les innombrables désordres ambiants, la loi Travail poursuit son petit bonhomme de chemin et rien n’exclut que son destin soit celui d’une « bonne loi ». C’est le miracle de notre époque, où le sens paraît s’effilocher, mais où une sorte de pilotage automatique permet de maintenir encore debout, de-ci de-là, des îlots d’entendement.

Le paquet Badinter retiré de la loi travail

La commission des Affaires Sociales, qui examinait le texte, a pris une mesure radicale : elle a décidé de remplacer le « paquet Badinter » posant une longue liste de principes de base autour desquels le Code du travail devait être réécrit, par une commission de réécriture intégrant des experts. Faire et défaire… L’intérêt de la mesure est évidemment de supprimer la mention du droit à l’affirmation des convictions religieuses prévu par Badinter, et qui faisait polémique.

Décidément, la refonte du Code du travail n’est pas pour demain.

La coupure des 11 heures stabilisée

Autre point acté en commission : la pause de 11 heures consécutives est rétablie par les députés. Il ne sera donc pas possible de fractionner ce temps, comme le projet de loi en ouvrait la possibilité. Cette évolution devrait donc largement couper l’herbe sous le pied des oppositions les plus fortes à la loi, qui mettaient notamment à cette mesure pour en dénoncer la félonie.

La mobilisation s’essouffle contre la loi travail

Parallèlement, la journée de mardi a apporté une confirmation : la mobilisation contre la loi est en plein essoufflement. L’annonce par Jean-Claude Mailly d’un recours judiciaire contre la loi le laissait pressentir : les syndicats ne croient pas pouvoir obtenir le retrait du texte par des manifestations de rues. L’effort fourni jeudi dernier relevait donc plus du baroud d’honneur. Les « contestataires » ne peuvent donc plus compter que sur les amendements parlementaires pour combattre le projet du gouvernement, après avoir montré leur niveau de faiblesse.

De ce point de vue, Manuel Valls a remporté une victoire importante.

Les tractations ouvertes avec l’UNEF ce matin devraient finir de vider la contestation de sa substance, moyennant quelques amendements.

La Nuit Debout ne s’intéresse plus à la loi El-Khomri

Enfin, les « révolutionnaires » de la Nuit Debout ont constaté hier que la répression policière faisait régner la terreur et qu’il fallait bien organiser des sit-in sans battre le pavé. Une grande partie des adeptes du mouvement propose de ne plus s’arrêter à la loi El-Khomri et de jeter les bases d’une nouvelle société. Plus rien ne devrait donc menacer la réforme de Valls.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Très bien pour l’article controversé sur la religion en entreprise.

    Ici, à Londres, c’est beaucoup plus simple.

    Il y a ici et la dans l’espace public des salles de prières indifferenciées (aéroports, centres commerciaux). Et le débat sur le port de signes religieux est assez inexistant, si bien qu’en entreprises, on croise des turbans Sikh, des voiles musulmans, des croix chrétiennes, des kippas juives et ça ne dérange personne. De même, on a, selon les jours, de la nourriture Hallal. A coté de ça, aucune revendication religieuse n’est exprimée.

    Les règles sont simples et respectées par tous. Je ne connais pas les habitudes dans le reste de l’Angleterre ceci dit.

    Plus géneralement, bien que timide, cette réforme va à mons avis dans le bon sens.

  • Il faut arrêter avec toutes les histoires de cons .religion .pas religion on nous abreuve avec ces conneries depuis trop longtemps .quand va t il y avoir quelqu’un qui va expliquer que les français ont besoin de travail .le code du travail n’est pas une entrave à l’embauche .ce qui coince c’est que les marchés sont fermés. Sans arrêt il faut trouver des raisons au chômage : c’est le racisme, c’est la mondialisation,c’est le capitalisme, et plus encore .Non je pense que c’est nous ,tout le monde cherche à se faire peur . Les employeurs doivent être pouvoyeurs de salaires et de charges pour faire vivre l’état. Quand on explique que l’embauche ne peut se faire que si il y a des commandes on est pas crus.en fait personne ne cherche du travail tout le monde cherche un salaire et une protection sociale. Et le pire est que ce soit encouragé par tous les partis politiques.avec les avantages donnés à lembauche ils devraient EMBAUCHER mais c’est un raisonnement d’abrutis. Pour embaucher il faut du travail .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
la France
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Robert.

Il est des symboles qui ne s’inventent pas et qui résument à eux seuls l’univers burlesque (façon de parler) dans lequel nous vivons.

Tel est le cas de ce croisement de la rue de Rivoli à Paris qui « comporte quatre sens interdits pour autant de voies ». Une fois engagé dans la rue qui y mène et qui est en sens unique, il est « impossible d’échapper à une amende », en atteste l’amusante vidéo postée sur le site BFMTV.

https://www.youtube.com/watch?v=Bh45gJeCyuQ

Ainsi est devenue la France : un p... Poursuivre la lecture

Par Adnan Valibhay.

En plus de devoir supporter les cours à distance, en plus de devoir subir les confinements et couvre-feu successifs, les étudiants se retrouvent, pour les plus précaires d’entre eux à devoir faire les poubelles pour se nourrir.

Une réalité alarmante : la précarité de la jeunesse

Quel abominable constat. S’il est certain que la crise actuelle empire la situation des plus démunis, la précarité étudiante constitue une réalité antérieure à la pandémie de covid-19.

En février 2020, le taux de chômage des Fr... Poursuivre la lecture

Par Claude Goudron.

Tout d’abord une petite anecdote. C’était en 2007, Nicolas Sarkozy venait d’être élu et une de ses premières annonces a été : « nous allons dépoussiérer le Code du travail. »

J’ai bien entendu applaudi à cette nouvelle et j’ai patiemment attendu le passage à l’acte. C’est donc en 2008 que ce Code du travail dépoussiéré est arrivé, une experte du droit du travail est venue nous le présenter.

Je lui ai posé une question préalable : « Pouvez-vous aller à la dernière page et nous donner le numéro de celle-... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles