Malgré les obstacles, la loi Travail pourrait s’en sortir

Myriam El Khomri crédits Parti Socialiste (CC BY-NC-ND 2.0)

Entre réécriture et essoufflement de l’opposition, la Loi Travail continue son bonhomme de chemin au parlement et devrait être adoptée.

Par Éric Verhaeghe.

Myriam El Khomri, ministre du travail et de l'emploi, à l'origine de la loi travail
La secrétaire d’Etat à la ville Myriam El Khomri, à l’origine de la loi trail (Crédits : Chris93, licence CC-BY-SA 4.0)

Malgré les innombrables désordres ambiants, la loi Travail poursuit son petit bonhomme de chemin et rien n’exclut que son destin soit celui d’une « bonne loi ». C’est le miracle de notre époque, où le sens paraît s’effilocher, mais où une sorte de pilotage automatique permet de maintenir encore debout, de-ci de-là, des îlots d’entendement.

Le paquet Badinter retiré de la loi travail

La commission des Affaires Sociales, qui examinait le texte, a pris une mesure radicale : elle a décidé de remplacer le « paquet Badinter » posant une longue liste de principes de base autour desquels le Code du travail devait être réécrit, par une commission de réécriture intégrant des experts. Faire et défaire… L’intérêt de la mesure est évidemment de supprimer la mention du droit à l’affirmation des convictions religieuses prévu par Badinter, et qui faisait polémique.

Décidément, la refonte du Code du travail n’est pas pour demain.

La coupure des 11 heures stabilisée

Autre point acté en commission : la pause de 11 heures consécutives est rétablie par les députés. Il ne sera donc pas possible de fractionner ce temps, comme le projet de loi en ouvrait la possibilité. Cette évolution devrait donc largement couper l’herbe sous le pied des oppositions les plus fortes à la loi, qui mettaient notamment à cette mesure pour en dénoncer la félonie.

La mobilisation s’essouffle contre la loi travail

Parallèlement, la journée de mardi a apporté une confirmation : la mobilisation contre la loi est en plein essoufflement. L’annonce par Jean-Claude Mailly d’un recours judiciaire contre la loi le laissait pressentir : les syndicats ne croient pas pouvoir obtenir le retrait du texte par des manifestations de rues. L’effort fourni jeudi dernier relevait donc plus du baroud d’honneur. Les « contestataires » ne peuvent donc plus compter que sur les amendements parlementaires pour combattre le projet du gouvernement, après avoir montré leur niveau de faiblesse.

De ce point de vue, Manuel Valls a remporté une victoire importante.

Les tractations ouvertes avec l’UNEF ce matin devraient finir de vider la contestation de sa substance, moyennant quelques amendements.

La Nuit Debout ne s’intéresse plus à la loi El-Khomri

Enfin, les « révolutionnaires » de la Nuit Debout ont constaté hier que la répression policière faisait régner la terreur et qu’il fallait bien organiser des sit-in sans battre le pavé. Une grande partie des adeptes du mouvement propose de ne plus s’arrêter à la loi El-Khomri et de jeter les bases d’une nouvelle société. Plus rien ne devrait donc menacer la réforme de Valls.

Sur le web