Donald Trump et Ted Cruz : de temps en temps, une bonne idée…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Robert-Carswell(CC-BY-SA-2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Donald Trump et Ted Cruz : de temps en temps, une bonne idée…

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 4 avril 2016
- A +

Par Bill Bonner.

Robert-Carswell(CC-BY-SA-2.0)
Robert-Carswell(CC-BY-SA-2.0)

 

Les marchés étaient fermés hier ; nous saisissons l’occasion pour nous intéresser au monde sans pitié de la politique américaine et des élections présidentielles. Cependant, une fois n’est pas coutume, nous n’allons pas médire des candidats… mais les féliciter. Aujourd’hui, nous prenons le parti de Trump et de Cruz.

Une horloge arrêtée, dit-on (au sujet de votre correspondant, trop souvent), donne l’heure juste deux fois par jour : les candidats au plus haut poste des États-Unis ont raison moins fréquemment. Tout de même, de temps en temps — par hasard ou délibérément, qui sait — ils ont une bonne idée.

Bien joué, Donald

Commençons par Donald J. Trump. La plupart de ses idées sont incroyablement mauvaises. Par exemple : lui et sa rivale, Hillary Clinton, ont récemment fait les gros titres après avoir critiqué le fabricant de biscuits Oreos, qui a délocalisé son usine au Mexique.

Ni l’un ni l’autre ne semble s’être intéressé aux raisons du départ du fabricant de biscuits. Ils étaient trop occupés à courtiser sans vergogne les gens s’inquiétant pour leur emploi.

Ils ne sont pas pour le libre-échange, disent-ils. Ils sont pour un commerce équitable. Sauf que les seuls échanges équitables sont ceux qui sont libres. Équitable n’est que ce qu’on en fait. C’est pour cette raison que les restrictions du commerce équitable ne sont rien d’autre que des allocations déguisées versées aux compères et autres lobbyistes.

Si Donald et Hillary s’étaient donnés la peine de chercher à comprendre pourquoi les Oreos migrent vers le sud, ils auraient constaté que toute l’industrie de la confiserie fuit avec eux.

Pourquoi ? Parce que les autorités ont fixé le prix de leur principal ingrédient, le sucre, à un niveau deux ou trois fois supérieur au prix mondial. Pourquoi ont-ils fait une chose pareille ? Parce que les autorités protègent une poignée de cultivateurs sucriers millionnaires qui versent de grosses contributions aux politiciens.

Mais ne nous arrêtons pas aux mauvaises propositions de Donald. Aujourd’hui, nous nous penchons sur l’une des bonnes : il veut sortir de l’OTAN.

Tout l’establishment, avec ses diplômes rutilants, ses bonus sonnants et trébuchants et son Chardonnay pile à la bonne température, a eu un hoquet d’indignation stupéfaite. C’est pourtant une bonne idée.

Sortons aussi des Nations Unies, tant qu’on y est. Et de toutes les autres alliances, organisations et institutions suceuses de sang, surtout la Banque mondiale et le FMI. Ces groupes prennent de l’argent aux gens honnêtes et le consacrent à des salaires élevés, des conférences, des billets d’avion en première et des programmes menant à des impasses.

Bien joué, Donald ; merci de votre proposition.

Bravo, M. Cruz

À présent, passons à notre deuxième geste d’appréciation, plus sincère. Croyez-le ou non, Ted Cruz a fait du retour à l’étalon-or une promesse de campagne.

Le distingué porte-voix du Deep State Martin Wolf, dans les pages du Financial Times, est tout juste parvenu à cracher cette information. Il considère l’étalon-or comme un prêtre pourrait envisager la queue du diable… L’establishment peut vivre sans l’OTAN. Mais l’étalon-or serait un pieu enfoncé dans son cœur ténébreux.

Le système financier mondial tout entier est basé sur un dollar corrompu. Une devise adossée à l’or est bien différente. Elle a une vraie valeur : on ne peut pas augmenter la quantité d’or à volonté. Et on ne peut pas fournir du crédit factice illimité à l’économie mondiale.

Avec un étalon-or, quelqu’un doit gagner… et épargner… chaque sou prêté. On ne peut pas regonfler artificiellement l’économie japonaise dans les années 1980… ou l’économie chinoise dans les années 1990 et 2000. Dans une économie saine, chaque centime investi représente de vraies ressources… de la vraie épargne… de la vraie richesse… qui ont été mises de côté pour être investies de manière à créer plus de richesse. C’est du moins ainsi que les choses sont censées fonctionner.

Or, ce n’est pas ainsi qu’elles fonctionnent. Le Deep State, les gouvernements, la finance et les autres grandes industries, tous dépendent de ce système monétaire corrompu et basé sur le crédit.

Bravo à Ted Cruz pour avoir proposé d’y mettre fin. Comme la majeure partie des bonnes idées venant de politiques, il y a peu de chances de les voir mises en place. Tout de même, un bon point pour en avoir parlé !

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Cruz est peut-être un ultra conservateur mais il a un excellent programme d’un point de vue économique. Ce qu’il propose économiquement parlant est très intéressant.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Albin Wagener. Un article de The Conversation.

Considéré avant tout comme un emblème très actuel de la (contre-) culture web, les mèmes pullulent désormais sur les boards (ces plates-formes collaboratives alternatives comme 4chan, Reddit ou 9gag) ou les réseaux sociaux – et ont même permis l’émergence de groupes de chineurs de mèmes (ou neurchi), dédiés au rassemblement de consommateurs et de producteurs de mèmes, attirant ainsi à nouveau une population plus jeune sur Facebook. Mais les mèmes ne sont pas que de simples objets humor... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Lors d’un échange avec les lecteurs du journal Le Parisien, Emmanuel Macron a déclaré :

« Eh bien, là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie. »

Ces propos ont vite été médiatisés et pour cause : ils ne sont pas dignes d’un président.

Un président doit rassembler et non pas diviser

L’une des principales critiques des médias à l’encontre de Donald Trump était sa vulgarité. Force est de constater que sur la forme, Emmanuel Macron n'est ic... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles