Primaires républicaines : la guerre civile

Publié Par Daniel Girard, le dans Amérique du Nord

Par Daniel Girard, depuis les États-Unis.

Mitt Romney at Caster Concepts Crédits davelawrence8 (CC BY-NC-ND 2.0)

Mitt Romney at Caster Concepts Crédits davelawrence8 (CC BY-NC-ND 2.0)

L’attaque était d’une virulence comme on en a jamais vu dans un même parti. Elle visait Donald Trump et venait de celui qui a été le porte-étendard du Parti républicain aux présidentielles de 2012 : Mitt Romney. Dans une allocution à Salt Lake City, il a dit : « Donald Trump est un charlatan, un imposteur, il prend les Américains pour des imbéciles. Il obtient un séjour gratuit à la Maison-Blanche et nous devons nous contenter d’une casquette sans valeur. Il n’a ni le tempérament ni le jugement pour devenir président des États-Unis. »

Mitt Romney a qualifié Donald Trump de piètre homme d’affaires, en énumérant des mésaventures financières. Il a aussi fait allusion aux pépins de l’Université Trump, spécialisée dans les cours sur l’immobilier et l’entrepreneuriat. L’institution est poursuivie au civil par des étudiants qui estiment avoir été floués. Ces critiques acerbes de Mitt Romney contrastaient vivement avec les compliments qu’il faisait à l’homme d’affaires lorsque celui-ci l’a appuyé officiellement aux présidentielles de 2012.

Donald Trump a d’ailleurs souligné avoir appuyé Mitt Romney en 2012 en précisant, « Il m’a supplié de l’appuyer, j’aurais pu lui demander de se mettre à genoux pour me le demander et il l’aurait fait. Je l’ai appuyé et il a échoué. Pourtant il aurait du gagner contre Hillary Clinton mais il a fait une terrible campagne électorale. »

Sur Twitter, plusieurs abonnés ont blâmé Mitt Romney pour son manque de loyauté après avoir reçu plusieurs contributions du milliardaire, et lui ont reproché d’incarner tout ce qui est reproché à l’establishment.

Étrangement, Mitt Romney n’a appuyé aucun candidat lors de son allocution ; il a recommandé aux trois autres candidats de collaborer pour remporter des États. « demandez à vos partisans de voter pour Marco Rubio en Floride et pour John Kasich en Ohio » a-t-il suggéré. Donald Trump a déjà remporté 10 des 15 premiers États, mais à partir du 15 mars, la plupart des États incluant la Floride et l’Ohio vont donner tous leurs délégués au vainqueur. En Floride, l’État de Marco Rubio, c’est 99 délégués qui sont en jeu. Un candidat a besoin de 1237 délégués pour remporter l’investiture, qui se conclut avec une convention à Cleveland en juillet.

Lors d’un débat télévisé à Détroit, jeudi soir, les trois adversaires du milliardaire l’ont soumis à un feu nourri, en l’attaquant sur ses pratiques d’homme d’affaires et en soulevant le doute sur sa fermeté envers les sans-papiers. Ted Cruz a réclamé à plusieurs reprises que Donald Trump s’engage à autoriser le New York Times à rendre publique une conversation enregistrée, off the record, où il aurait évoqué des positions plus souples envers les sans-papiers. Le milliardaire a refusé mais il a souligné l’importance de la flexibilité pour bien diriger. De l’avis de plusieurs experts, Donald Trump est sorti indemne de l’exercice.

Et, pour donner encore plus de maux de tête à l’establishment républicain, les trois adversaires du milliardaire se sont engagés à l’appuyer s’il remporte l’investiture.

  1. Sorti indemne du débat ? Avec tous ses mensonges exposés par vidéo et slides ? What ?

    Il perdra sans doute pas grand chose, ses fans étant des fanatiques religieux peu éduqués, mais il perdra au moins un petit peu, du moins ce serait logique.

    Le pire étant la partie du débat où il a garanti qu’il n’avait pas un petit pénis. Ouf nous voilà tous rassurés !

    1. « ses fans étant des fanatiques religieux peu éduqués »

      Peu éduqués c’est-à-dire ? Plus les gens méprisent les « peu éduqués », plus ils se serrent les coudes et font bloquent derrière l’un des rares hommes politiques qui semblent les comprendre.

      Je peine à comprendre un tel mépris pour les « peu éduqués », surtout de la part d’un libéral. Je croyais que le libéralisme c’était l’égalité des droits, y compris pour les « peu éduqués ». Or comment peut-on respecter des gens à qui on manifeste un tel dédain. Ah j’oubliais que les fans de Contrepoints sont surtout des libertariens et non des libéraux-xyz (qui sont en fait des faux libéraux) !

      Je ne dis pas ça pour me justifier à vos yeux (que vaut le jugement d’un condescendant ?) mais je n’aime pas Trump et je suis sidéré qu’il est autant de succès. Mon favori est plutôt Cruz même si ce dernier à l’art de se faire détester par le monde entier.

      Et puis, avant de faire la leçon aux « peu éduqués », assurez-vous d’abord d’avoir compris les termes dont vous faites usage. Le terme qui convient ici est « peu instruit » et là encore, il s’agit d’instructions d’enseignement supérieur. Or est-il besoin d’avoir un diplôme supérieur pour être un bon plombier, plâtrier ou restaurateur ?

      Obama a un diplôme supérieur or quand on voit ce qu’il a fait de l’économie et de la démocratie américaine, on peut se demander si le diplôme compte dans ce cas. Woodrow Wilson fut de loin le président le plus diplômé (il avait le doctorat). Mais il en tira un motif de vanité tel qu’il se permit d’aller signer des traités sans prendre la peine de chercher à convaincre les autres politiciens forcément moins diplômés que lui. Voilà pourquoi en partie pourquoi le Congrès rejeta le traité instituant la SDN.

      Le vrai problème dans l’électorat américain, ce sont les « low informed voters », peu importe leurs niveaux d’instruction. En 2008, ces électeurs ont massivement voté pour Obama. Aujourd’hui, une bonne part d’entre eux se déportent vers Trump et Sanders. L’intellectuel Afro-américain Thomas Sowell analyse très bien ces « low informed voters ». Je vous convie à lire ses articles.

      Bonne journée.

      1. Les « peu éduqués » sont bien peu éduqués étant donné qu’ils s’estiment légitime à ordonner aux autres ce qu’ils ont à faire de leurs libertés et de leurs propriétés.

        Quand le « peu éduqué » est également très peu instruit, la situation en devient d’autant plus cocasse que dangereuse.

        Le libéralisme se bat pour l’égalité devant la loi. En revanche, il ne se bat certainement pas pour introduire une démocratie totalitaire où même le plus crétin des citoyens est doté du droit à nuire à autrui. La nuance que vous semblez ne pas saisir est bien là.

        Un libéral respecte tous les individus. En revanche, il ne respecte celui qui vient lui dire ce qu’il a à faire chez lui. C’est bien là le cas des Trumpistes et autres Sanderistes.

        1. « Les « peu éduqués » sont bien peu éduqués étant donné qu’ils s’estiment légitime à ordonner aux autres ce qu’ils ont à faire de leurs libertés et de leurs propriétés. »

          Dites donc, vous prenez ce genre de généralités ou ?

          « Quand le « peu éduqué » est également très peu instruit, la situation en devient d’autant plus cocasse que dangereuse. »

          « Très peu instruit » c’est-à-dire ?

          « En revanche, il ne se bat certainement pas pour introduire une démocratie totalitaire où même le plus crétin des citoyens est doté du droit à nuire à autrui. La nuance que vous semblez ne pas saisir est bien là. »

          Complètement hors sujet.

          « C’est bien là le cas des Trumpistes et autres Sanderistes. »

          Encore des généralités.
          _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

          Le marché de l’information ne se limite pas à Contrepoints ou à Reason et la littérature ne se réduit pas à « Atlas Shrugged ». Diversifiez vos sources d’informations afin d’atténuer cet esprit de système propre à une trop grande proportion de libertariens.

          1. 1/ Par définition.

            2/ Je vous laisser chercher comme un grand dans le dictionnaire.

            3/ Parfaitement dans le sujet. Que vous ne perceviez pas le rapport est une autre question qui est, elle, hors sujet.

            4/ Je vous laisse lire les programmes respectifs.

            5/ Qui vous dit que je suis libertarien ?

        2. +1000

          Les menaces que Trump et ses néandertaliens balancent envers le premier amendement en font une menace anti-libérale de premier ordre.

        3. « Le problème c’est mettre en parallèle la religion et le peu instruits ». Les croyants ne font pas que des gens incultes au contraire. Quant au « peu instruits « , il y a des gens qui n’ont même pas le bac et font de des choses formidable. Annette roux, ancienne PDG de bénéteau (fille de Mr Bénéteau) a transformé une entreprise locale en multinationale. Vous pensez comme les Bobos. Pensée très limitée, péjorative, en dehors de la réalité.

          1. Bien dit.

          2. 1/ C’est bien vous qui pensez comme le gauchiste de base en imaginant que l’école publique est le seul lieu possible pour s’instruire.

            2/ Où ai-je associé croyance et instruction ?

            1. Vous n’avez rien compris !

        4. Mieux vaut être peu instruit que mal instruit (les facultés de « science » humaine en produisent en série des comme ca)

        5. Agua ,

          « Quand le « peu éduqué » est également très peu instruit, la situation en devient d’autant plus cocasse que dangereuse. »

          Il serait intéressant de connaître le niveau d’instruction , d’éducation , de compréhension d’un texte des électeurs qui ont voté pour Hollande ou Sarko …

      2. Ça veut dire ce que ça veut dire, pas la peine de s’offusquer c’est la réalité.
        Un gourou suivi par ses néandertalien!

    2. « fanatiques religieux »

      Je ne vois pas, mais alors vraiment pas, ce qu’un chrétien conservateur (c’est comme ça que j’ai traduit votre « fanatiques religieux ») pourrait trouver à Trump.

      1. Il a obtenu plus de votes des chrétiens évangéliques que les autres candidats, autour de 30-35% en moyenne. Bien que ce ne soit pas une majorité c’est flippant.

        Il est le moins chrétien de tous et ils le savent mais ils votent pour lui car ils pensent qu’il protègera une chrétienté supposément attaquée à l’extérieur pas les islamistes et à l’intérieur par les laïcs.
        Bien sûr ce vote les hanterait s’il devenait président, ce qui est beaucoup moins sûr après ce débat où il s’est fait massacrer et donnant aux démocrates 1h30 de vidéos anti-Trump pour leurs publicités!

      2. Lais je ne faisais ici pas référence aux chrétiens mais à leur fanatisme qui est de niveau religieux, si vous comprenez ce que je veux dire, avec Trump vu comme une divinité incritiquable.

        1. A ok, désolé j’avais pas compris.

        2. Je n’ai pas vu votre précision avant de poster plus bas un commentaire. Mettre en parallèle religion et inculture, c’était mal tourné, ou il aurait fallut préciser votre pensée.

          1. J’aurais dû être plus clair en effet. Je n’ai aucun souci avec le Christianisme même si je suis athée, je n’attaque pas cette religion en général.

    3. Mitt romney est mormon. Vous connaissez cette religion ?

      1. Oui c’est une branche typiquement américaine du Christianisme, et leur niveau de réussite et leur volonté de travailler dur est impressionnante.

        1. +1000

          Typique des anti-américains français. Bien que je ne sois pas convaincu du tout de la véracité du « livre de mormon », les mormons sont des gens respectables, qui ne posent de problèmes à personne. Tout ce que veulent ces gens c’est qu’on les laisse libres de vivre comme ils l’entendent, ils ont même presque tous déménagé dans le même état pour simplifier les choses. Je ne vois absolument aucune raison d’être hostile envers les mormons.

          1. les mormons ont beaucoup d’influence et de pouvoir dans la société américaine et ils ont effectivement une influence positive.

            1. Et pourtant ils ne dont que 6 millions dans le pays, d’une certaine manière ils sont très similaires aux Juifs : Peu nombreux mais motivés, éduqués et avec un vrai réseau.
              D’ailleurs je suis pas sûr que les Mormons apprécient les attaques de Trump envers Romney qui est très populaire parmi les Mormons.

              1. Trump est aussi à l’antithèse de mode de vie promu par les mormons.

    4. Les médias (gauchistes et bobo) racontent ce genre de choses. Les sondages sortie des urnes des différentes primaires montrent que c’est faux.
      Trump est numéro un chez les électeurs avec « some college », « bachelor degree », et même « graduate degree »… Son avance sur le second diminue en général avec le niveau d’études mais reste positive.

      J’ai du mal à comprendre les gens qui luttent contre Trump (et luttaient pour Obama) alors qu’ils ne sont pas concernés et qu’ils ne sont pas bien informés (courrier international ou le monde ne sont pas des sources fiables)… Et plus encore j’ai du mal à comprendre comment ils s’imaginent qu’insulter les électeur d’une personne pourra les détourner de cette personne…

      1. Non, Trump est battu par Rubio chez les diplômés dans quasiment chaque Etat.

  2. Rappelons que le bonhomme a volé 40 millions de dollars à 7800 étudiants avec sa Trump University.

    Bientôt la prison ?

    1. Il s’agit d’une poursuite civile, donc possibilité d’amende, s’il est trouvé coupable.

      1. Comment peut on finir avec une simple amende pour avoir volé 40 millions de dollars ? Aux Etats-Unis certains finissent en prison pour vol d’autoradios !

        1. Il y a vol et vol. Voler un autoradio, ce n’est pas la même chose que prodiguer une formation bidon. Et puis, si on réclame à Trump une somme d’un tel montant, cela doit certainement être dans le cadre d’une action de groupe (class action) qui associe une grand nombre d’étudiants.

      2. Une amende est une peine pénale. Cela n’a strictement rien à voir avec le civil.

    2. Si on considère la Trump University comme du vol parce que les « étudiants » ont payé cher et rien appris d’utile, alors une grande part des formations post-bac, publiques ou privées sont du vol. La personne qui a un Master en women studies, fut ce d’un établissement prestigieux, peut également se considérer volée.
      Ce qui reste à prouver ici c’est qu’il y a bien eu volonté de vendre du vent pour soutirer du pognon à des gogos en leur mentant, rien de plus (sinon le gros château de carte de l’université actuelle -aux us ou ailleurs- s’effondre).

      1. Oui une grande partie des étudiant français sortant de facs pourraient également trainer l’Edna devant les tribunaux pour escroquerie mais apparemment en France on aime bien être pris pour des cons, on en redemande même…

  3. Intéressant: Selon l’ex-femme de Trump le gars avait des discours d’Hitler sir sa table de chevet et les lisait avant d’aller se coucher.
    Charmant ! Plus j’en apprends pire c’est..

    1.  » Intéressant: Selon l’ex-femme de Trump le gars avait des discours d’Hitler sir sa table de chevet et les lisait avant d’aller se coucher.
      Charmant ! Plus j’en apprends pire c’est..  »

      Si c’est vrai ça commence à faire beaucoup.

      D.J

      1. Il y a aussi son père arrêté en 1927 durant une manifestation du KKK, confirmé par les journaux de l’époque. Le père a dû déteindre sur le fils.

      2. « Si c’est vrai ça commence à faire beaucoup. »

        Un type mégalomaniaque qui admire le parcours d’un autre, ce ne serait pas très étonnant. Plus que les propositions absurdes de Trump ou Marine le Pen, ce qui m’inquiète c’est leur personnalité, exactement le type de gens à qui il ne faut pas donner le pouvoir. C’est à mon sens là ou on oublie souvent de faire des comparaisons à Hitler, Staline et autres.

        On cherche souvent à faire le rapprochement sur les idées, mais jamais sur la personnalité, alors que si Hitler, Staline, Saddam, Ben Laden, Poutine, Trump ou le Pen ont quelque-chose en commun, c’est bien cela.
        Dans une autre vie, il n’est pas dure d’imaginer un Ben Laden espagnol bruler des églises lors de la guerre civile, un Saddam être le chef d’un gang de suprémacistes blancs, un Poutine en général de l’IS…

        Tout ces gens ne sont pas violents par idéologie, il ont choisi une idéologie qui colle à leur tempérament.

        1. Très bien dit, +1000.
          Les personnalités sont très similaires entre tous, même si Trump est le plus clownesque, comme s’il y avait un type de personnalité qui prédispose à l’autoritarisme.
          Ce gars doit rester très loin des codes nucléaires !!

      3. Les ex-femmes ne sont pas toujours fiable pour les histoires qu’elles racontent sur les ex-maris 😉

        1. fiables (je déteste les fautes d’orthographe !)

        2. C’est des propos tenus en 1990:

          http://uk.businessinsider.com/donald-trumps-ex-wife-once-said-he-kept-a-book-of-hitlers-speeches-by-his-bed-2015-8?r=US&IR=T

          Puisque l’on parle d’Hitler, il ne faut pas oublier qu’avant la solution finale, une grande majorité de ses soutiens étaient très prompts à rapidement oublier tout ses « excès » et ses « erreurs ». C’est ce qui me choque le plus quand je vois des gens qui balaient d’un revers de main toutes les références à ce personnage, ne font ils pas la même chose pour leur poulain ?

          En réalité, moins l’on peut débattre sereinement des similitudes avec Hitler avec les soutiens d’un personnage, plus cela va dans le sens de ceux qui défendent ces similitudes.

          1. Merci, je ne savais pas que ça datait d’il y a si longtemps…ça correspond à la période où il flirtait avec David Duke, coïncidence? J’en doute….

            Et oui il ne faut pas hésiter à avertir les gens des ressemblances, on dit que c’est un point Godwin et généralement je hais qu’on invoque Hitler pour discréditer un adversaire mais dans ce cas là c’est frappant !

            N’oublions pas que l’histoire nous regarde, ne refaisons pas les erreurs des années 30 !

            1. « on dit que c’est un point Godwin »

              Aujourd’hui on abuse énormément du point Godwin, je trouve ça désespérant. A la base le point Godwin c’est quand le sujet n’a absolument rien à voir avec Hitler et/ou le régime nazi. Hors Hitler étant (malheureusement car on a pas eu le courage d’analyser le personnage avant qu’il soit trop tard…) un des hommes politique les plus connus de l’histoire, je ne vois absolument pas le problème qu’il y a à comparer d’autres hommes politiques avec Hitler.

              Au final, les dénonciations incessantes de point Godwin sont surtout un moyen bien pratique d’éviter de répondre sur le fond du sujet. Je trouve d’ailleurs cela contreproductif, si vraiment la comparaison avec Hitler n’a aucun sens, ce serait facile à démontrer et il n’y a donc pas besoin de pleurnicher sous prétexte de point Godwin.

        3. Il est vrai qu’il faut lui laisser le bénéfice du doute sur ce point là xD

          Cependant ça collerait avec tout ce qu’on a vu jusqu’à présent, ses liens avec les groupes sur le génocide blanc ne date pas d’hier, ni ses liens avec David Duke qui remontent aux années 90. Pour moi c’est beaucoup trop, faut pas abuser quoi…

    2. J’ai lu mein kampf donc je suis un nazi donc?

  4. Ah, toujours Akashi et son style si trumpien : des insultes, des mensonges, aucun argument, pas le moindre appel à la raison ou fait, aucune autocritique. du grand Akashi, qui s’en sort encore une fois de plus indemne.

    1. + 1000. Cet Akashi est un vrai numéro. C’est la première fois que je vois un commentateur de cette sauce sur Contrepoints.

    2. Hihi, on aime pas connaître la vérité alors on attaque le messager. Trop gros, passera pas. Et puis votre avis, pour ce que je m’en balance..

    3. C’est exact il est amusant on pourrait croire qu’il va voter, qu’il pense que les autres lecteurs vont voter et que sa survie dépend de l’échec de Trump… Comme si l’élection et Clinton ou Sanders ne serait pas si moins aussi mauvaise que celle du Donald… Alors que le problème principal avec Trump c’est qu’il est un proche des Clinton depuis longtemps, qu’il les a souvent soutenu et ne croit en rien sinon à ce qui lui permet de gagner…

  5. Curieux ce Romney. Il y a 4 ans, quand Obama et son équipe déversaient toutes sortes d’immondices, de mensonges et de calomnies sur lui, il jouait au gentil toutou qui veut rester correct. Pourtant, ce ne sont pas les angles d’attaques sans concession qui manquaient.
    Aujourd’hui, il dégaine pour tirer sur quelqu’un qu’il trouvait génial 4 ans plutôt.
    Franchement très curieux ce Romney…

    1. Romney a été très digne, il s’est avancé face à un raciste fasciste qui menace la liberté d’expression et ne désavoue pas lez rebuts du KKK toi en parlant comme un collégien mal éduqué. Il est foutu pour l’élection de toute façon : Parti divisé, des propos méprisables en masse qui sont du pain béni pour Hillary et une démographie très défavorable.

      The end xD

      Merci Romney xD

      1. @ Akashi,

        Ce qu’a voulu dire ekoulemaneng c’est que Romney c’est montré tout doux face à Obama et virulent contre Trump alors qu’il aurai mieux fait d’être virulent contre tout les deux.

        D.J

        1. C’est un point de vue qui se défend, cependant Obama n’a jamais menacé de changer les lois pour faire taire ses opposants, il s’est battu pour ses idées dans un cadre démocratique et respectueux de la liberté d’expression et n’a jamais fait la moindre menace, il n’a pas non plus cité Mussolini, le KKK ou félicité les Chinois d’avoir massacré les étudiants de la place Tiananmen..enfin bref.

          Romney a senti qu’il était temps de se lever face à une menace fasciste dans son propre parti. Les enjeux diffèrent.

          N’oublions pas qu’Hitler est arrivé au pouvoir démocratiquement car on ne l’a pas stoppé.

          Le grand discours de Romney sera très utile en Novembre quand l’élection viendra : La critique est ferme et acerbe, ça fera un magnifique clip pour les démocrates + les attaques de Rubio et Cruz. Un mec qui se fait terrasser à ce point par des mecs de son propre camp c’est juste l’arme ultime !

          1. Rubio et Cruz devraient s’entendre maintenant.

            1. Ils ne se sont pas attaqué une seule fois de la soirée, un exploit. L’alliance a déjà été actée je pense, avec Romney n meneur.

            2. C’est effectivement l’entente ou la sortie de route…

          2.  » C’est un point de vue qui se défend, cependant Obama n’a jamais menacé de changer les lois pour faire taire ses opposants, il s’est battu pour ses idées dans un cadre démocratique et respectueux de la liberté  »

            Obama c’est quand même arrangé pour faire changer les règles de la majorité des votes au Congrès pour faire passer son Obamacare quand il voyait que le sénat républicain lui mettait les bâtons dans les roues. Et Obama ne s’est pas gêné de mettre sur écoute ses adversaires politiques des faits révélé dans l’affaire des écoutes de la NSA. Pas très joli non plus.

             » il n’a pas non plus cité Mussolini, le KKK ou félicité les Chinois d’avoir massacré les étudiants de la place Tiananmen..enfin bref.  »

            Non mais il se comporte devant les dictateurs comme un faible en se ridiculisant lui et son pays. ça n’excuse en rien les propos orduriers de Trump. Il y a juste un qui se la joue sympa et un autre qui fait tout le contraire à coup d’insultes. C’est pas ce dont à besoin l’Amérique.

            D.J

            1. En fait cette règle au Congrès est passée après Obamacare, pas avant. N’oublions pas qu’Obama avait une majorité démocrate à la chambre et au Sénat en 2010, les Républicains n’ont pas pu le stopper, Obama devait juste convaincre quelques membres récalcitrants de son parti.

              Concernant les règles du vote au Sénat elles ont été voté par le Sénat démocrate, pas par Obama.
              Le filibuster qui permettait d’empêcher une loi de passer si 40% du Sénat s’y opposait posait un problème démocratique, donc au lieu d’avoir besoin de60% du vote pour passer une loi désormais 51% est nécessaire..rien d’antidémocratique.

              1.  » Le filibuster qui permettait d’empêcher une loi de passer si 40% du Sénat s’y opposait posait un problème démocratique, donc au lieu d’avoir besoin de60% du vote pour passer une loi désormais 51% est nécessaire..rien d’antidémocratique.  »

                Je ne dit pas que c’est anti-démocratique mais je dit juste qu’ Obama change les règles de la démocratie quand cela l’arrange pour faire passer des lois. C’est juste petit de sa part.

                D.J

                1. Tant au ça reste démocratique cela passe, le filibuster était une erreur à la base, ce n’était pas normal et cela rendait le passage des lois difficiles.

                  Obama m’a assez déçu, je ne le défends pas de gaieté de Coeur, mais il faut admettre que son administration a été libre de tout scandale comparé à l’ère Bush/Bill Clinton, les règles ont été respectées et la Cour Suprême a joué son rôle conformément à la Constitution.

                  1.  » Tant au ça reste démocratique cela passe, le filibuster était une erreur à la base, ce n’était pas normal et cela rendait le passage des lois difficiles.  »

                    Cela ne l’a jamais dérangé quand il avait la majorité du sénat de son côté. Il n’a fait que de changer les règles non pas par soucis démocratique mais parce le système démocratique de la majorité ne l’arrangeait plus quand il s’agissait de faire passer ses projets de lois dés que le Sénat était devenu Républicain.

                    D.J

                  2. « son administration a été libre de tout scandale comparé à l’ère Bush/Bill Clinton »

                    Mais mon grand, vous vivez sur quel planète là ?! Les scandales Solyndra, Karma, Fast and Furious, Benghazigate, IRS, les écoutes des journalistes de l’AP, etc, c’était sous quel président ?
                    J’ai toute les peines du monde à rester poli.

              2. « Le filibuster qui permettait d’empêcher une loi de passer si 40% du Sénat s’y opposait posait un problème démocratique, donc au lieu d’avoir besoin de60% du vote pour passer une loi désormais 51% est nécessaire..rien d’antidémocratique. »

                Je l’impression que vous ne savez même pas en quoi consiste un filibuster. Le filibuster (ou flibute en français) ne permet pas à une minorité de 40% + 1 voix d’empêcher qu’une loi soit votée mais plutôt de retarder le plus possible le vote en s’exprimant le plus longtemps possible à la tribune. L’orateur bavard finit toujours par s’épuiser et la loi est quand même votée.

            2. L’utilisation de l’IRS contre des ennemis politique aussi.

          3. « cependant Obama n’a jamais menacé de changer les lois pour faire taire ses opposants, il s’est battu pour ses idées dans un cadre démocratique et respectueux de la liberté d’expression et n’a jamais fait la moindre menace »

            Votre méconnaissance de la présidence Obama est à pleurer. Avant, les présidents cherchaient les compromis avec le Congrès qui aussi une légitimité démocratique. Mais lui, il passe presque systématiquement en force quand il sait que l’opposition n’a pas la force numérique de blocage. Quand son parti avait la majorité au sénat, celle-ci a modifié une règle séculaire afin d’adopter des lois par vote sans s’encombrer de débat. Il n’a pas dissous le parlement, mais il la contourne en usant et en abusant du pouvoir de réglementation des agences qui ne sont que responsables devant lui. Je continue ?

            « il n’a pas non plus cité Mussolini, le KKK ou félicité les Chinois d’avoir massacré les étudiants de la place Tiananmen »

            Oui mais il fait presque du Mussolini sur le plan économique (tout dans l’Etat, rien cotre l’Etat et rien en dehors de l’Etat), il s’est fait le porte-voix de la culture afro-américaine du ressentiment et il ira dire un coucou aux frères Castro qui cajolent les opposants comme on le sait tous.

            « N’oublions pas qu’Hitler est arrivé au pouvoir démocratiquement car on ne l’a pas stoppé. »

            Hitler était inarrêtable par voie démocratique parce que d’une part, une forte propre proportion d’Allemands avaient été biberonnés pendant des décennies à l’antisémitisme, à la suprématie raciale et au nationalisme belliciste par des gens « très éduqués » (tiens tiens !), d’autre part parce que l’opposition était divisée notamment avec les communistes qui recevaient les ordres de Moscou.

            « Le grand discours de Romney sera très utile en Novembre quand l’élection viendra »

            Personne n’écoutera Romney en novembre. Il passe aujourd’hui pour un looser qui avait peur d’être véhément envers Obama de peur de se mordre la langue. Si Trump perd (et il perdra), ce ne sera nullement à cause de Romney.
            _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

            Je vous le répète: ne vous limitez pas à Contrepoints et Courrier International, variez un peu.

      2. Romney est tout à fait responsable de la situation actuelle et de la monté de Trump. Il participé avec les autres dirigeant du GOP à la collusion avec les démocrates. A bien des égards la situation aux US est similaires à celle de la France. La gauches et la droite français sont exactement dans la même situation que les démocrates et les républicains, ce sont des complices qui gouvernes globalement de la même manière et dont la politiques consiste à flatter les bas instincts du peuples plutôt que de renvoyer les gens devant leur propres responsabilité. le discours général consiste à expliquer que l’état peut tout et résoudra tous les problèmes. A ce petit jeu c’est la course à la démagogie qui ne peut être remporté au final que par les candidats les plus extrêmes. Donc Romney aurait mieux fait de faire son méa culpa et de dénoncer cette course vers une état tout puissant plutôt que de tenter de reporter la Faute sur Trump qui ne fait que récolter les fruits des politiciens irresponsables.

        1. Laurent, il y a effectivement, en France, un establishment de gauche et un establishment de droite, et comme aux États-Unis, il y règne un désabusement croissant.

  6. Si Romney constitue la dernière cartouche du GOP, Trump peut sabrer le champagne, il aura l’investiture du parti. Dois-je rappeler que ce Monsieur a réussi la performance de perdre une élection imperdable (un peu comme Royal en France en 2007), qu’il a tenu des propos à peine plus softs sur les latinos (je me souviens de ses moqueries quand Rick Perry expliquait que les gosses dont les parents sont sans papiers devaient pouvoir aller à l’école) ou qu’il a tout autant traîner les pieds que Trump pour publier sa déclaration d’impôts (même si je trouve cet exercice de transparence un peu stupide).

    Dans le rôle d’opposant à Trump, McCain est bien plus crédible, il a certes lui aussi perdu une élection sauf que la sienne était ingagnable (néanmoins, la mise sur orbite de Palin est en partie responsable du climat actuel qui règne chez les Républicains) et, les Américains restent sensibles à cela, c’est un héros de guerre. J’ajoute qu’il n’a pas, à ma connaissance, été quémander le soutien de Trump.

    1. Bons commentaires.

  7. C’est ce que je reproche à des types comme Romney dans cette campagne, c’est de ne pas avoir été aussi virulent contre Obama en 2012. Je n’aime pas Trump. Mais j’ai pas envie non plus que l’Amérique reste démocrate 4 an de plus. Je me dit qu’heureusement étant pas américain que j’ai pas à voter pour un des candidats.

    D.J

    1. Mon commentaire s’adressait en cas de finale entre Trump et Clinton. C’est pas assuré, mais c’est bien parti pour.

      D.J

      1. Bien que pas fan d’Hillary je la choisirais sans hésitation face à Trump : Elle ne menace la liberté de personne, ne félicite pas les dictateurs et son programme est beaucoup plus complet et réaliste.
        Ici tu fais l’erreur de voir les choses en termes de parti hors le Parti Républicain de Trump serait à l’opposé de celui de Reagan. Une défaite de Trump permettra au parti de ne pas devenir un parti d’extrême droite ultra étatiste.

        1.  » Bien que pas fan d’Hillary je la choisirais sans hésitation face à Trump : Elle ne menace la liberté de personne, ne félicite pas les dictateurs et son programme est beaucoup plus complet et réaliste.  »

          Si elle devait être élue j’espère que c’est vous qui aurez raison. C’est pas les discours Hillary qui m’inquiète; mais ce qu’elle fera une fois présidente.

           » Ici tu fais l’erreur de voir les choses en termes de parti hors le Parti Républicain de Trump serait à l’opposé de celui de Reagan. Une défaite de Trump permettra au parti de ne pas devenir un parti d’extrême droite ultra étatiste.  »

          Je ne pense pas que Trump si au pire il est élu fera des USA un pays dirigé par un parti qui aurait viré à l’extrême droite. C’est le Congrès qui tient le président pas le contraire. Le GOP l’empêchera de faire la plus part de ses promesses et de ses intentions extrémistes. Mais à quoi bon avoir un président républicain qui seraient sans cesse en confrontation avec son parti au pouvoir? J’ai toujours dit que Trump sera un cadeau empoisonné pour l’Amérique conservatrice. Soit un cadeau empoisonné qui va faire élire un ou une démocrate ( Le fait de taper sans cesse sur sur son parti qui pourrait bien lui planter un couteau dans le dos ) ou soit un cadeau empoisonné si il est élu en se bouffant le nez avec son parti au pouvoir. Bref foutre la m… pendant 4 ans.

          D.J

          1. Concernant Hillary il suffit de regarder comment elle a agit jusqu’à maintenant en tant que première dame, sénatrice, dirigeante de la fondation Clinton et Ministre des Affaires étrangères.
            Hors elle n’a jamais eu un comportement tyrannique et dans les débats avec Sanders elle mettait toujours en avant le besoin de coopérer avec le parti adverse pour trouver un terrain commun qui permette d’avancer, c’est une approche que j’aime beaucoup et qu’Obama n’a jamais su comprendre.
            Elle n’est pas la femme la plus rayonnante et authentique au monde, loin s’en faut, mais face à Trump elle est un choix évident.

            Concernant le Congrès il n’a que peu de pouvoir pour la politique étrangère, et Trump pourrait tenter de le diviser pour mieux le mâter.
            Le système démocratique est très solide et rempli de garde-fous mais je préfère éviter que cet homme tente sa chance. Il n’a rien de conservateur, rien du tout..pire il a déjà évoqué la possibilité de mettre sa soeur à la cour suprême: Sa soeur est une gauchiste radicale. Bref, non thanks.

            1.  » Hors elle n’a jamais eu un comportement tyrannique et dans les débats avec Sanders elle mettait toujours en avant le besoin de coopérer avec le parti adverse pour trouver un terrain commun qui permette d’avancer  »

              Avec Clinton faut aussi se méfier de l’eau qui dort. Au moins avec Trump on sait à qui ont à faire. Hollande aussi avait des discours politiquement correct et n’insultait pas ses adversaires contrairement au FN plus radicale dans ses discours. Mais une fois au pouvoir, avec Hollande ce fut la cata. Je ne vais pas comparer Hollande et Clinton. Mais la gauche; partout elle avance le visage masqué.

              D.J

              Entre Trump et Clinton c’est comme de demander à un libéral de voter soit Hollande ou Le Pen. ( sans comparer les positions idéologoques les deux duos )

    2. Ironiquement, la peur de déplaire a joué un rôle dans la défaite de Mitt Romney en 2012.

      1. Les élections américaines se gagnent au centre en même temps, et ses déclarations sur l’autodéportation lui a aliéné les électeurs.

        Il ne faut pas aussi oublier que des évangéliques n’ont pas voté du tout car c’était un Mormon, il n’y pouvait rien, et Trump aura le même souci vu qu’une partie des évangéliques le voient comme l’incarnation des sept pêchés capitaux.

        1.  » Les élections américaines se gagnent au centre en même temps, et ses déclarations sur l’autodéportation lui a aliéné les électeurs.  »

          Vous avez raison parce que l’électorat est centriste puisque il y a sans cesse alternance entre GOP et Démocrates.

          D.J

          1. Des États-Unis, l’autodéportation des sans papiers et le 47% ont été les deux impairs majeurs de la campagne de Mitt Romney.

    3. Le GOP et les démocrates suivent la même politique, pourquoi serait il virulent les uns envers les autres? si Romney ou un équivalent revenait au pouvoir aucune des réformes d’obama ne serait remise en cause et les déficits continuerais à flamber. Bref c’est blanc bonnet et bonnet blanc (comme en France)

  8. Le monde politique devient de plus en plus étrange, Romney insultant et critiquant le candidat le plus populaire de son propre parti, des membres de l’establishment Républicain. menaçant leurs électeurs de voter Clinton…

    Ce n’est pas une révolte de la base envers l’élite, c’est l’élite qui se révolte contre la base qui vote mal.

    Et c’est pareil à gauche, Blair avait fait la même chose que Romney quand Jeremy Coburn était favori de son parti, avec le succès que l’on sait.

    Les systèmes politiques sont divisés entre droite et gauche, mais ces notions n’ont plus la moindre once de sens a l’heure actuelle. On voit des multimillionaires ultralibertarien façon Jobs qui se réclame des valeurs de gauche pendant que l’Extréme droite Française propose le programme économique du Parti communiste de Marchais.

    Il n’y a plus que 2 camps, ceux qui sont en haut depuis des décennies et qui veulent que rien ne change et ceux qui sont en bas qui veulent que tout change.

    1. Effectivement le clivage droite/gauche n’est plus ce qu’il était…

    2. gérard

      «  »Ce n’est pas une révolte de la base envers l’élite, c’est l’élite qui se révolte contre la base qui vote mal. » »

      Bien vu …cela se rapproche de la théorie US du Public Choice qui veut que le politicien maximise les décisions qui lui permettent de rester aux affaires ( dont l’assistanat ) et là , les outsiders de Trump sont unquiets …

    3. En fait il n’y pas de « révolutionnaires » le choix politique actuel c’est soit une dictature technocratique molle soit une dictature technocratique dure, personne ne veut renverser la table c’est juste une course au pouvoir maximum façon Louis XIV.

    4. Stéphane Boulots

      Jobs ultralibertarien ? Vous croyez aux légendes urbaines ?

  9. Trump ne passera pas face à Clinton.

    Les USA sont bien mal partis…

    1. Peut être pas. Compte tenu de l’attitude des républicains et des démocrates rien n’est joué. Au dernier moment les Américains peuvent choisir la nouveauté. En tout cas s’il perd, ce sera de peu.

      1. Il ne perdra pas de peu..Romney a perdu de 4 points face à Obama alors que les sondages prévoyaient un résultat serré. Là les sondages mettent Clinton 5 à 8 points devant, en sachant que les sondeurs sous-estiment toujours le vote démocrate car interrogeant moins de minorités que le pourcentage réel du vote. C’est pour éviter de se tromper que Gallup ne fait plus de sondages présidentiels.

        Bref, une rouste de 10 points n’est pas à écarter pour Trump.

        1. Romney a fait une campagne épouvantable tout simplement parce qu’il n’a jamais voulu être élu. On le ressort des fagots, mais il n’a pas plus envie d’être élu, il sera battu, c’est sûr.

          1. Le constat de la présidentielle Romney a été unanime : Il a perdu car il a échoué à obtenir le vote des minorités qui ne peuvent plus être ignorés, Romney a admis regretter cela.

            Il ne s’agit pas de volonté mais d’erreur stratégique, hors Trump fait la même erreur mais avec une intensité 1 million de fois supérieure, ses insultes envers les Mexicains, Latinos, noirs, musulmans et femmes ne feront que rendre ça bien pire qu’avec Romney, c’est une erreur stratégique grossière.

            1. Mais il est un des candidats la plus populaires chez les noirs et les Latinos… Plus, hélas, même que Cruz ou Rubio.

              1. J’ai failli m’étouffer de rire là ! Les sondages sont clairs : Trump est extrêmement impopulaire chez les noirs et les latinos, allant de 9 à 15%, beaucoup moins que Romney.

                1. Sondages du NYT? Parce qu’ailleurs c’est pas ça…

                  1.  » Sondages du NYT? Parce qu’ailleurs c’est pas ça…  »

                    Vous les avez les ailleurs? c’est pas ironique de ma part. Mais si vous avez d’autre sources se serait bien aussi.

                    D.J

                    1. Voici le sondage le plus complet et représentatif de l’électorat latino pour 2016 :

                      https://www.washingtonpost.com/graphics/politics/wapo-univision-poll-2016/en/

                      Clair, net et dévastateur pour Trump.
                      A noter qu’à l’élection au Texas Trump s’est retrouvé derrière Cruz et Rubio chez les Républicains latinos, ça en dit long 😉

                  2. Tous les sondages.

      2. Les gens sont en colère et rendu, en novembre, j’ai l’impression que les électeurs désabusés vont choisir le camp du changement qui sera incarné par un outsider, qu’il soit démocrate ou républicain.

        1. Pas les gens, les classes populaires blanches et surtout les hommes de cette catégorie. La nuance est importante, leur nombre n’est pas suffisant pour décider d’une élection, surtout si Hillary s’inspire de Sanders et l’enrôle dans sa campagne pour leur proposer quelque chose de plus concret qu’un mur à la frontière car il ne faut pas oublier qu’il n’a aucune proposition spécifique pour ces gens au final, ça pourrait se voir.

        2. Cruz ne proposait pas de changement ? Un changement positif et réaliste, un vrai projet… J’ai l’impression que les électeurs aiment tellement la sociale-démocratie qu’ils veulent qu’on leur raconte encore plus ce qu’ils veulent entendre, quelque-soit l’absurdité des propos. Ce qu’ils cherchent, c’est avant tout la fuite en avant dans la démagogie commencé par l’establishment. Trump ou Sanders ne sont que l’aboutissement de cette logique.

          1. Cruz pourrait être vrai dans ses convictions et avoir un vrai projet néanmoins ses propositions sont parfois considérées comme trop extrêmes pour attirer les indépendants, sa vision de l’avortement par exemple.
            Bref certains le voient comme inéligible..

            Cependant il fait bien mieux que Trump dans les sondages.

            1. Heum.
              Sa vision de l’avortement est « trop extrême », peut-être, mais juste pour vous qui êtes français. En fait c’est la même que celle de Rubio, par exemple, mais ça va, lui n’est pas « trop extrême »… Étrange.

    2. Clinton a le nuage noir de la justice au-dessus de sa tête et Sanders se révèle un adversaire plus coriace que prévu… Elle aura de la difficulté à vaincre son adversaire républicain quel qu’il soit, si elle ne se débarasse pas des squelettes dans son placard…

      1. Honnêtement cette histoire de serveur est grotesque, y a rien de particulièrement grave là-dedans, je doute qu’il lui arrive quoique ce soit. Quand à Sanders il n’a aucune voie vers la victoire, rien que samedi par exemple : S’il gagne de peu le Nebraska et le Kansas Hillary gagnera tout de même plus de délégués grâce à une victoire massive en Louisiane. Déterminé mais en vain.

        1. C’est à la justice d’en décider.

          1. Ça devrait aller je pense, après tout Petraeus est ressorti avec juste 100 000 dollars d’amende alors que ce qu’il a fait était clairement plus grave pour la Sécurité Nationale.

            1. « Ça devrait aller je pense, après tout Petraeus est ressorti avec juste 100 000 dollars d’amende alors que ce qu’il a fait était clairement plus grave pour la Sécurité Nationale. »

              C’est bien beau d’injurier à tout bout de champs Trump et les « peu éduqués » qui votent pour lui, mais prenez aussi la peine de vérifier les informations que vous avancez. C’est la moindre des choses pour un « éduqué » de votre acabit.

              Petraeus a aussi été condamné à deux années de prison avec sursis. Il risquait huit années fermes mais le fait qu’il ait plaidé coupable et son aura de héros de la 2e guerre d’Irak lui a certainement valu la clémence du jury.

              Il était entre autre accusé d’avoir « retiré et détenu sans autorisation des informations classifiées ». Or, c’est exactement ce qu’à fait Hillary en utilisant son propre serveur mail.

        2. Hein, rien de particulièrement grave ?! C’est au niveau haute trahison, détournent de secrets d’état etc. Il n’y à guère ça aurait pu lui valoir de se faire fusiller…

          1. Euh non, tu sais que l’enquête dure depuis longtemps et que rien n’a été trouvé ? Faut arrêter de fantasmer sur du vent. Elle est désormais susceptible d’en sortir indemne .

            1. Et ???
              Le problème n’est pas qu’on trouve ou pas, officiellement, mais bien ce qui lui est reproché.

            2. Prenez la peine de vous informer par les médias américains.
              Le FBI mène une enquête minutieuse et d’après plusieurs médias, le FBI transmettra le dossier au gouvernement tout en disant qu’il a trouvé matière à inculper Hillary Clinton.
              Le fait d’utiliser son serveur mail personnel en lieu et place de celui du gouvernement (bien que cela soit formellement interdit) est un délit, surtout si ce serveur a contenu des mails sensibles. Or ce dernier point est avéré.

  10. Obama + Clinton bonjour les dégats. Je n’aime pas Trump mais une chose est sûre, c’est que Trump n’a jamais gouverné (on a un programme de campagne mais une fois élu c’est autre chose) La mère Hillary on la connait,
    Les EU seront mal barrés avec Hillary, avec Trump, on ne sait pas ! J’ai tendance à ne pas écouter les moutons donc je laisserai une chance à Trump.

    1. Trump n’a jamais gouverné mais son expérience d’entrepreneur montre qu’il est capable de prendre les décisions difficiles nécéssaires pour faire prospérer une organisation. La population américaine devra bientôt décider, s’il est candidat à la présidence, si elle a confiance qu’il peut appliquer son expertise à la gestion de l’État américain.

      1. Le problème c’est que les démocrates vont lui balancer en pleine poire le scandale Trump University, cela sape complètement sa rhétorique sur ses succès en affaire, et cela sape sa rhétorique qu’il est le défenseur des petites gens, dans une élection générale c’est mortel, Romney avait déjà souffert avec son expérience à Bain Capital et pourtant il n’y a pas eu de scandal pour lui ni d’embauche d’illégaux.

        Et selon les démocrates qui font des recherchez sur lui depuis des mois Rubio, Cruz et Fox News auraient seulement éraflé la surface sur Trump, suggérant que d’autres découvertes truculentes seront révélées..

        1. Lors des présidentielles, les deux côtés trouvent des thèmes pour s’attaquer. Il appartient alors aux électeurs de trancher. Donald Trump sera surtout attaqué pour ses décisions d’homme d’affaires alors que ses adversaires, des politiciens, seront attaqués… pour leurs décisions politiques !

          1. Si Trump se conduit d’une telle façon avec ses clients, comment va il se conduire avec les américains ?

            Comme Marine le Pen, si elle est capable de trahir et renier son père comme elle l’a fait, que va t’elle faire aux français ?

            1. Que peut elle faire de pire que la ribambelles de charlots et d’escrocs qui ont dirigé la France pendant les 50 dernières années?

              1. Je sais pas, transformer la France en une dictature comme la Russie (qui a acheté ce parti) ?

  11. Romney est un politicien inconsistant, en revanche c’est un excellent business man, regardez les perfs de Bain Capital.

    1. Un peu comme Trump, dans un style plus Mormon et moins guignol…

  12. Je prend le pari qu’il peut l’emporter face à Clinton. Mais je vais devoir racheter du pop corn, cette élection va faire des étincelles dans tous les cas.

    1. J’ai couvert les primaires républicaines il y a 4 ans et elles étaient assez monotones. Les présentes sont presque trop captivantes 😉

      1. Je m’en serais bien passé de ce genre de candidats anxiogènes.
        D’ailleurs rien ne le justifie..si ça avait eu lieu en 2008 en pleine crise j’aurais compris, mais maintenant que le chômage est à 4,9% dont 4,3% chez les blancs c’est insensé, des gens qui s’énervent pour rien. D’ ailleurs je soupçonne que cette colère n’est pas économique mais raciale vu que le mec est devenu populaire après son insulte envers les Mexicains.

        1. Le taux de chômage est une chose, le taux de participation au marché de l’emploi une autre…. Et ce dernier ne s’est que très peu redressé depuis 2008.
          Bref le chômage a baissé parce-que les gens qui n’ont pas de travail ont baissé les bras et font autre chose et par parce qu’ils ont retrouvé un emploi. Les facs sont pleines d’étudiants sans avenir avec une dette colossale (et on ne peut pas faire défaut sur les student loans), que leurs formation n’aidera pas à rembourser, les libertés s’effondrent et le fascisme vert/feministe/antiraciste/socialiste s’étend comme une marée noire…
          Bref ça ne va pas bien dans les vrais US of A, même si les chiffres sont superficiellement flatteurs comparés à la vieille Europe dans les spasmes de l’agonie.

          1.  » Bref le chômage a baissé parce-que les gens qui n’ont pas de travail ont baissé les bras et font autre chose et par parce qu’ils ont retrouvé un emploi.  »

            La courbe des chômeurs hors statistiques ont baissé de moitié en parallèle avec elle de la baisse du chômage officiel. Les créations de places de travail ces dernières années aux USA a été plus forte que prévus.

            http://www.gallup.com/poll/189068/bls-unemployment-seasonally-adjusted.aspx

            http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/01/08/etats-unis-un-marche-de-l-emploi-toujours-solide_4844198_3234.html

            D.J

            1. Tout indique que la situation économique actuelle est foireuse au dernier degré. Avec des montagnes de dettes, des taux d’intérêts négatifs, une croissance anémiques, des dirigeants irresponsables, tous les ingrédients sont là pour une catastrophe de grande ampleur et les gens le sentent. au fond d’eux même et malgré le lavage de cerveau subit par les « élites » irresponsables les individus savent dans leur tripes (a défaut d’en être conscient) que nous sommes au bord de l’abime. les solutions sont simples et de bon sens mais le bon sens a été assassiner par nos dirigeant depuis longtemps donc que reste t il lorsque la raison et la responsabilité ont disparu? la panique et la démagogie. Nous les voyons s’étaler en grand devant nos yeux et bien sur aucune des deux n’apporteront les solutions nécessaires, tout se résoudra lorsque nous toucheront le fond du trou…

  13. A tous les commentaires qui parlent du kkk et de Mussolini, faut se renseigner et réfléchir un peu…
    A) la citation est bonne, de qui qu’elle soit. Elle dit la même chose que le mantra punk (plutôt de gauche bien comme il faut) « live fast and die young », mais en plus stylé.
    B) Sur l’affaire Duke, là encore se renseigner et ne pas dire de bêtises permet d’être crédible… Combattre un menteur en mentant c’est pas très fin ni efficace. Trump a rejeté Duke de façon très claire… depuis très longtemps. Lui reposer la question tous les deux jours jusqu’à ce qu’il ne réponde pas ou se trouve avec un mauvais son et ne la comprenne pas pour ensuite dire « ah il est soutenu par le kkk, c’est donc un vilain » est juste ridicule. D’autant que le kkk était le « bras armé » du parti démocrate et que bon nombre des top démocrates actuels ont donc eu des liens avec le kkk dans leur jeunesse. Mais ça la presse n’en dit rien.

    1. « D’autant que le kkk était le « bras armé » du parti démocrate et que bon nombre des top démocrates actuels ont donc eu des liens avec le kkk dans leur jeunesse. »

      Mais Trump aussi était démocrate… Et ça les trumpistes n’en parlent pas…

      1. C’est en effet le problème numéro un avec Trump. Pas qu’il soit un « vilain méchant terrible qui mettra des barrières entre tous les peuples de la terre qui s’aiment d’amour tendre et empêchera d’aider les pauvres »…. Non, ça c’est le baratin pour les gogos de gauche. Le vrai problème de Trump c’est qu’il a toujours été Démocrate ou du moins proche d’eux, que c’est un bon vieux crony capitaliste soutenant les Clinton en échange de business juteux, et changeant d’avis sur tout comme de chemise tant que ça l’arrange.

        Ça et qu’il prétend que le gouvernement va résoudre les problèmes quand il le dirigera, alors que le problème c’est le gouvernement (bon, ça revient au même que le point 1), en fait… )

    2. Arrêtez de défendre l’indéfendable c’est d’un ridicule. Pas besoin de la presse pour savoir qui il est et sa connaissance politique, il suffit de l’écouter et j’en ai assez vu.

      1. Je ne sais pas… Je ne suis pas du tout fan du bonhomme, mais je trouve totalement ridicule ce genre de commentaire. Ses connaissances en politique sont nulles, mais à chaque fois qu’il « commet une erreur » il monte dans les sondages. Il a réussi à avoir (pour le moment au moins) plus de délégués que tous les politiciens sérieux… Mais bien sûr, vous, SweepingWave et tous les journalistes de DC vous connaissez mieux la politique que lui. Bien sûr.

        C’est comme les économistes qui disent « en fait il est nul, il suffisait d’investir comme ci ou ça pour finir plus riche que lui »… Ah, bon, OK? ben les gars, ils sont où vos buildings, vos golfs, vos jets privés ?

        Il faudrait expliquer rationnellement pourquoi il n’est probablement pas un candidat au lieu d’insulter, de mentir, de raconter des trucs idiots… Ou alors c’est que les médias mainstream (et vous par la même) veulent absolument qu’il soit le nominé républicain (ils se disent sans doute qu’en faisant ça il le font monter mais qu’il perdra face à Hillary… mais ça risque fort de se retourner contre eux/vous).

        1. politiciens sérieux…oxymore

      2. Sweeping ,

        Plus les élites bien pensantes rejettent Trump , plus le peuple qui souffre et se voit déclassé ( They sufferer…) s’identifie à lui …le mépris est mauvais conseiller …

        1. La condescendance des élites se voit à gauche comme à droite.

  14. Je remercie profondément Romney pour son engagement envers un homme dont les allusions racistes et fascistes sont dangereuses, tous les gens sains d’esprit le remercient !

Les commentaires sont fermés.