Aubry contre Valls : vieux socialisme contre nouveau socialisme ?

Y-a-t-il une querelle entre réformateurs et conservateurs au sein du Parti socialiste ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Martine Aubry au 104 crédits parti socialiste Martine Aubry au 104 crédits Parti Socialiste (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Aubry contre Valls : vieux socialisme contre nouveau socialisme ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 mars 2016
- A +

Par Jacques Garello

Martine Aubry au 104 crédits parti socialiste Martine Aubry au 104 crédits Parti Socialiste (CC BY-NC-ND 2.0)
Martine Aubry au 104 crédits parti socialiste Martine Aubry au 104 crédits Parti Socialiste (CC BY-NC-ND 2.0)

En général, je ne m’occupe pas du socialisme, j’ai mieux à faire. D’une part, tout a été dit sur cette doctrine depuis qu’elle existe, ce qui aurait dû en éloigner tous les gens sains d’esprit. D’autre part, je crois plus utile de m’occuper du libéralisme, de l’expliquer et de le promouvoir dans un pays qui l’ignore depuis des siècles mais qui va peut-être le découvrir. Je fais une exception aujourd’hui à cause de la « querelle des anciens et des modernes » qui a éclaté il y a quelques semaines.

Socialisme de l’avenir

Or donc, Madame Aubry et Monsieur Valls ont échangé quelques aménités. Pour Aubry, Valls est ringard et le socialisme de l’avenir c’est celui qu’elle professe. Pour Valls, Martine Aubry a un message du XIXème siècle alors qu’il faut installer le socialisme du XXIème. Cette querelle évoque l’affrontement au congrès de Tours en 1920, au cours duquel la SFIO (Section Française de l’Internationale Ouvrière) a explosé, la majorité créant le Parti Communiste Français, en liaison étroite avec Lénine, et les minoritaires demeurant socialistes (Léon Blum). Pour les uns, le socialisme doit triompher grâce à la révolution prolétarienne (et au coup d’État), pour les autres, le socialisme vaincra à travers le processus démocratique. Entre réformistes et révolutionnaires la lutte a été permanente.

Mais qu’importe la branche du socialisme, révolutionnaire ou réformiste, ancien ou moderne, puisque de toute façon il s’agit de socialisme ? La division des socialistes n’efface pas la nature du socialisme, qui inspire aussi des personnes qui ne se sont pas encartés au PS. Hayek s’adressait « aux socialistes de tous les partis », car on les trouve aussi bien à droite qu’à gauche, aux extrémités qu’au centre.

Nature du socialisme

Or, par nature, le socialisme est constructiviste, collectiviste, matérialiste et je pourrais allonger encore la liste de ses vices de constitution.

Constructiviste, le socialisme se propose de bâtir la société parfaite : juste, prospère, fraternelle. C’est la « présomption fatale » des utopistes, de ceux qui dessinent le plan de la société et n’ont de cesse ensuite de vouloir l’imposer à tout le monde : serait-on assez fou pour refuser le bonheur de l’humanité ? Les opposants au plan sont les ennemis de la science et du peuple : guillotine, goulag et camps de la mort.

Collectiviste, le socialisme nie la propriété privée. Non seulement, elle serait source d’exploitation et d’inégalités injustes, mais elle serait un  moyen de contrôler l’État. La propriété flatterait l’individualisme, l’esprit de lucre ; à travers l’héritage, elle perpétuerait les écarts de richesse. C’est parce qu’il s’oppose à la propriété privée que le socialisme est rejeté par Léon XIII dans le premier chapitre de l’encyclique fondatrice de la doctrine sociale de l’Église Catholique : Rerum novarum. Tout ce qui va avec la propriété, comme l’échange, le contrat, est condamné par le socialisme.

Matérialiste, le socialisme ne voit dans l’humanité qu’une lutte pour la richesse, le résultat des rapports de force au sein du monde économique, l’histoire elle-même serait animée par la dynamique des modes de production. Les valeurs spirituelles ne seraient que tromperies pour masquer la réalité sociale (« la religion, opium du peuple »), la morale serait faite et imposée par la classe dominante. De même, l’État et le droit ne seraient que moyens d’oppression des possédants, puisque ce sont eux qui les contrôleraient.

Bricoler le tacot socialiste ?

J’en viens à des considérations plus pratiques et plus actuelles. Tout d’abord, il faut se dire que le socialisme a vécu et que ceux qui essaient d’en sauver quelques bribes ne pourront pas aller très loin. Les « anciens » appartiennent sans doute au passé, mais les « modernes » tout autant. Aucune conversion, aucun placage du socialisme sur quelque social-démocratie ou démocratie libérale ne peut effacer les tares fondamentales de la philosophie socialiste. Ainsi doit-on se tenir loin de toutes les tentatives de « bricolage » du vieux tacot socialiste. Pourquoi certains discours hostiles à la propriété, à la liberté d’entreprendre et d’échanger, au profit ? Bannissons ceux, de tous partis, qui prêchent le socialisme sans le savoir. Bannissons aussi toute tentative de « troisième voie », la troisième voie est une impasse, puisqu’elle prétend mêler deux logiques incompatibles : la logique de commandement et la logique de liberté.

Ensuite le socialisme peut nous servir de négatif et révéler l’image du libéralisme. Ne nous attardons pas sur les erreurs, les mensonges et les scandales dont le gouvernement actuel nous régale. Expliquons pourquoi les socialistes en sont arrivés là : ils croyaient au socialisme. D’autres ne croyaient en rien, sinon aux honneurs et aux mannes du pouvoir, mais le socialisme est plus efficace de ce point de vue parce qu’il gonfle les dépenses publiques et élude toute responsabilité.

Le libéralisme est à l’inverse exigence de rigueur, de réduction de la sphère publique jusqu’à son minimum régalien, d’initiative responsable, de libre choix et d’épanouissement personnel. Le socialisme procède du scientisme, le libéralisme de l’humanisme. Le libéralisme n’est ni ancien, ni moderne, il est de tous les temps parce qu’il est naturel, il apporte à l’homme la liberté qui lui permet d’épanouir sa dignité.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Bonjour

    Le pb pour les socialistes, c’est qu’ils ont gagné, la france est socialiste.
    Ils nous disent, avec nous la richesse et l’égalité et nous voyons misère et passe droit.

    Soit ils persistent et ils aggravent la situation, soit ils bascule dans le coté obscur de la force.

  • On peut ajouter à cet exposé le rappel des 4 tares consubstantielles au socialisme:

    1) L’obsession redistributive au nom de l’égalitarisme : l’égalitarisme légitime le partage des richesses à part égale entre chacun donc l’indemnisation sans contrepartie des faibles et des indigents par les nantis, quelle que soit l’origine de leur réussite. Le mérite n’est donc pas reconnu comme une vertu discriminante légitimant la réussite dans la société alors que la faiblesse et l’indigence le sont pour prétendre à indemnisation.
    2) L’obsession étatique = la mise en œuvre de l’égalitarisme légitime la prééminence et l’intervention systématique de l’Etat, y compris par la coercition, dans tous les domaines sociaux et économiques de la société. Son domaine réglementaire s’impose donc à celui des contrats, garantissant la prééminence des droits collectifs sur les droits individuels.
    3) La nostalgie marxiste= l’enrichissement individuel n’est pas vertueux car on ne peut s’enrichir sans appauvrir quelqu’un. L’Etat est donc légitime à définir et imposer les conditions de l’enrichissement et de la redistribution
    4) La vérité incarnée = seule la gauche sait ce qui est juste et bon pour tous. Elle est donc légitime à utiliser l’argent public et l’impôt comme moyen pour financer ses causes.

  • Merci pour le lien sur l’article de 2014, j’en connaissais pas Contrepoints alors, cet article méritait bien d’être connu.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Candidat sous la casaque présidentielle, Manuel Valls a été éliminé dès le premier tour de la 5e circonscription des Français de l’étranger regroupant Monaco, Andorre, l'Espagne, et le Portugal. La claque l’a laissé sans voix : il a même décidé de fermer son compte Twitter.

🔴 Après sa défaite dès le premier tour des élections #Législatives, Manuel Valls supprime son compte Twitter. pic.twitter.com/pwNVKemzwx

— Élections 2022 🗳 (@2022Elections) June 5, 2022

La défaite de l’ancien Premier minist... Poursuivre la lecture

À la suite de la réforme de la Constitution française de juillet 2008, des circonscriptions législatives sont créées à l'étranger pour permettre aux Français établis hors du pays d'élire des députés à l'Assemblée nationale, les Français hors de France n'étaient auparavant représentés qu'au Sénat.

Ces députés, au nombre de 11 (un par circonscription hors de France), ont été élus pour la première fois lors des élections législatives de 2012. Les Français établis hors de France ont voté pour la seconde fois lors des élections législatives... Poursuivre la lecture

C’est fou : la sphère politicienne macroniste est en passe de s’étendre de la socialie la plus solférinienne à la droite LR la plus sarkozyste ; de François Rebsamen et Claude Bartolone à Éric Woerth !

Pour les deux premiers, respectivement ministre du Travail et président de l’Assemblée nationale à l’époque du quinquennat Hollande, le ralliement n’est pas encore totalement officiel. Mais pour Woerth, c’est fait : l’ancien ministre de Chirac et Sarkozy et actuel député LR a annoncé avant-hier qu’il allait se mettre en congé des Républ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles