6 façons de donner de l’efficacité à vos idées

C’est un art difficile que de rendre évidente la complexité, sans la réduire au point de la rendre simpliste.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Melanie Schmidt-idée-(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

6 façons de donner de l’efficacité à vos idées

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 7 mars 2016
- A +

Par Alain Goetzmann

Melanie Schmidt-idée-(CC BY-NC 2.0)
Melanie Schmidt-idée-(CC BY-NC 2.0)

Guillaume d’Ockham, philosophe et théologien anglais du XIVème siècle est surtout connu pour son principe de raisonnement philosophique appelé « rasoir d’Ockham ». Il peut se résumer ainsi : « Les multiples ne doivent pas être utilisés sans nécessité ». Traduit en langage moderne, il faut comprendre qu’il est nécessaire de faire les choses de la façon la plus simple possible sans pour autant les rendre simplistes.

Car si les idées simples sont souvent de grande valeur, ce n’est pas le cas des idées simplistes.

Parfois, dans le souci de clarifier notre discours ou pour lui donner un maximum d’efficacité, il nous arrive de le rendre simpliste. Ce n’est pas forcément une catastrophe si nous prévenons notre auditoire que c’est de volonté délibérée, dans le but de le rendre ainsi plus accessible.

Il arrive d’ailleurs aux plus grands de prononcer des jugements simplistes. Même Peter Drucker, cette icône du management, n’y échappe pas. Lorsqu’il affirme : « Les managers font les choses bien et les leaders font les bonnes choses », il simplifie vraiment à l’extrême et aboutit quasiment à un contresens, car il serait bien surprenant que les managers qui réussissent se contentent de faire bien de mauvaises choses. Quant aux leaders, pour être de grands dirigeants, ils doivent, eux aussi, faire les bonnes choses, et bien !

C’est vrai également dans l’appréciation des comportements et des talents. La notion de cerveau droit et de cerveau gauche est un raccourci simpliste de ce que nous enseignent aujourd’hui les neurosciences de notre fonctionnement cérébral. On ne peut donc pas s’arrêter à ces définitions sommaires.

Alors, comment faire pour rester simple sans devenir simpliste ?

1. Exprimez-vous avec discernement et précision. Les poncifs et les idées générales ne sont pas toujours vrais même s’ils contiennent une part de vérité.

2. Sachez évaluer si le contenu simpliste d’une idée est le résultat d’une certaine paresse intellectuelle dans sa conceptualisation. Dans ce cas, méfiance !

3. Allez voir au-delà de l’évident. Cherchez ce qu’il y a derrière, montrez-vous curieux pour restituer la réalité et non une caricature.

4. Identifiez les exceptions à la règle. Il y en a souvent plus d’une. C’est toujours la preuve que ce n’est pas vraiment une règle.

5. Demandez-vous quel est le minimum irréductible pour rendre une idée compréhensible sans en dénaturer l’éventuelle complexité.

6. Si vous n’arrivez pas à rendre simple une idée complexe sans la transformer en lieu commun, cherchez autour de vous un conseil pour vous y aider.

C’est un art difficile que de rendre évidente la complexité, sans être tenté de la réduire au point de la rendre simpliste. Mais sa maîtrise est un atout phénoménal quand il s’agit de conduire vos équipes vers des objectifs ambitieux et de les motiver par des explications simples sur des actions simultanées à conduire. La compréhension, par chacun, du projet, dans son ensemble, est alors un puissant moteur de l’action.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • J’aurais inversé l’ordre des propositions :
    – D’abord le point 5, qui est la définition de simplifier.
    – Puis le 6, qui conseille de choisir une méthode.
    – Reprise du 1, qui rappelle qu’il s’agit de convaincre une audience.
    – Suivi du 2, qui prévient de s’assurer que l’idée en vaut la peine.
    – Enfin le 3, qui demande de se concentrer sur les enjeux.
    – Au final le 4, qui met en garde contre le bidonnage…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les entreprises s’effondrent rarement d’un seul coup. L’effondrement n’est presque toujours que la phase visible d’un déclin qui a commencé longtemps avant et s’est développé de façon insidieuse. Comme la fameuse grenouille qui ne réagit pas quand la température de l’eau dans laquelle on l’a plongé augmente, cette lenteur rend plus difficile la réaction : les signes de déclin semblent disparates et il est difficile de les relier pour brosser un tableau d’ensemble permettant une prise de conscience du danger. Au cœur de cette difficulté se tro... Poursuivre la lecture

La façon dont nous formulons un problème, c’est-à-dire notre modèle mental, détermine notre capacité à le résoudre.

Le mauvais modèle mental nous enferme, tandis que le bon ouvre des possibles. Un bon exemple est celui qui distingue, dans le domaine de l’innovation, l’exploration de l’exploitation. Cette distinction est aujourd’hui universelle et semble évidente mais, comme souvent, elle est contestable, sans compter qu’elle a été sortie de son contexte et appliquée à des domaines où elle n’est pas pertinente. Il est temps de cesser de... Poursuivre la lecture

Ce qui est en jeu avec la question du pouvoir de gouverner, c’est, en réalité, la question de l’art de la création de valeurs.

 

Commençons par un constat. Nous, humains, n’avons pas été habitués à gouverner, du moins la grande majorité d’entre nous.

Dans les entreprises, on vient d’un modèle où règne la dualité entre ceux qui gouvernent et ceux qui sont gouvernés. Une dualité bien illustrée par les propos de Henry Ford :

« Pourquoi à chaque fois que je recrute une paire de bras, y a-t-il un cerveau qui vient ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles