SNCF : et si l’Eurostar arrivait à Austerlitz ?

Gare d'Austerlitz-Matthew Black(CC BY-SA 2.0)

Une suggestion qui a des avantages en termes de trafic et de coût.

Par Le Parisien Libéral.

Gare d'Austerlitz-Matthew Black(CC BY-SA 2.0)
Gare d’Austerlitz-Matthew Black(CC BY-SA 2.0)

 

En attendant le Brexit et la future nouvelle guerre de cent ans entre les British et nous, nos amis et voisins anglais sont parmi les plus importants touristes dans notre pays : ils sont près de 12 millions à venir visiter notre pays, soit le deuxième groupe de touristes juste derrière les Allemands.

La porte d’entrée en France de ces touristes, c’est très souvent la Gare du Nord, le terminus des Eurostar. Or, on le sait, la Gare du Nord est un problème.

Plan du métro
Plan du métro

Déjà, c’est la gare parisienne la plus fréquentée, avec ses Eurostar, ses Thalys, ses TGV, son réseau banlieue, ses lignes vers la Picardie et le Nord Pas de Calais, sans oublier ses deux lignes de RER et ses trois lignes de métro.La Gare du Nord voit passer près de 550 000 voyageurs chaque jour, soit 190 millions de voyageurs par an.

C’est simple, le volume de passagers que connait la Gare du Nord est 4 fois plus élevé que celui observé à Saint Pancras, elle-même deux fois moins importante en termes de trafic que Waterloo.

Mais si le match entre la Gare du Nord et Saint Pancras  ne concernait que les chiffres du trafic voyageurs …!

C’est simple : même France 2 est obligée de reconnaître qu’entre la Gare du Nord à Paris et celle de Saint-Pancras à Londres, les voyageurs constatent de nettes différences.

 

Alors, la mairie de Paris nous dit : « on va faire des travaux ». Par exemple : rendre piéton le boulevard de Denain. Ou encore, la SNCF va dire : « on va travailler sur la propreté ». Mais est-ce suffisant ?

Si l’objectif est de mieux accueillir les touristes, afin qu’ils évitent de dire, comme Andy Street, directeur général d’une chaîne de magasins britanniques, que la Gare du Nord est  «le trou le plus sordide d’Europe» et St-Pancras « une gare moderne tournée vers le futur », pourquoi ne pas envisager une solution un peu plus radicale ?

Rappelons-nous le contresens géographique apparent qui consiste, quand on vient de France, donc du sud de l’Angleterre, à arriver à Saint-Pancras, c’est à dire par le nord, plutôt qu’à Waterloo, au sud de Londres.

Pourquoi la SNCF ne proposerait-elle pas un échange équivalent, en amenant les Eurostar à Austerlitz, ce qui aurait trois points positifs :

  • soulager la Gare du Nord, gare surexploitée qui, rappelons-le, doit, avec la Gare de l’Est, encore finaliser la réflexion sur la desserte de Roissy-Charles de Gaulle,
  • donner du trafic à une gare sous-exploitée et marginalisée depuis que le TGV dessert l’ouest et le sud ouest,
  • célébrer une victoire militaire française

Mais on fait comment ?

L’infrastructure existe déjà quasiment. Au nord de Roissy Charles de Gaulle, les TGV disposent déjà d’une voie de contournement de l’Ile de France, et qui permet aussi de desservir EuroDisney.

Il suffirait donc que la SNCF décide de construire un pont de franchissement de la Seine, dans le Val de Marne, entre Villeneuve-Saint-George et Vitry-sur-Seine, pour faire communiquer les voies avec l’approche de la Gare Austerlitz. Et étant donné que la SNCF n’a pas d’argent pour le faire, elle a déjà du mal à entretenir les voies existantes (Cf le drame de Brétigny) c’est naturellement n’importe quel investisseur privé, Eurostar, Eurotunnel ou autre, qui pourrait s’en occuper.

Bâtir une telle infrastructure, et rénover la Gare d’Austerlitz, coûterait sans doute bien moins cher que les millions d’euros que la SNCF compte investir Gare du Nord, notamment pour doubler la taille du terminal Eurostar !

Sur le web