X-Files, le retour : à regarder. Ou pas.

Les nostalgiques des années 1990 pourront-ils se faire plaisir avec Scully et Mulder dans les nouveaux X-Files ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Televisione Streaming-X Files(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

X-Files, le retour : à regarder. Ou pas.

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 février 2016
- A +

Par Phoebe Ann Moses.

Televisione Streaming-X Files(CC BY 2.0)
Televisione Streaming-X Files(CC BY 2.0)

 

Vous ne les verrez d’abord que de dos car la mise en scène a savamment entretenu le suspense : à quoi vont ressembler les mythiques Mulder et Scully ? On les avait laissés avec leurs extra-terrestres, leurs théories du complot, leurs tiraillements entre science et croyance. Et les revoilà !

La bonne surprise, c’est qu’ils sont crédibles : ils n’ont ni l’un ni l’autre abusé du lifting : Scully est exactement la même, quoique plus mince, Mulder a les traits tirés de l’agent qui s’est retiré pour picoler. Leurs regards plus fatigués racontent qu’ils en ont vu d’autres. Bref : la série assume complètement le fait d’avoir pris 20 ans.

Bon, et les extra-terrestres, alors ? Assez vite, le voile se lève sur les années X-Files qu’on a connues : Mulder comprend que le gouvernement l’a manipulé pour qu’il soit obsédé par la recherche d’une vérité ailleurs (les extra-terrestres) afin de l’empêcher de s’intéresser à ce qui se passait en réalité : l’État s’est approprié la technologie extra-terrestre mais fait tout pour que personne ne l’apprenne. Tout colle ! Les enlèvements : des tests du gouvernement ; les apparitions de soucoupes volantes : des avions furtifs mis au point grâce à cette technologie dont le secret est bien gardé.

X files René le HonzecLe complot s’est donc déplacé et si on pouvait se demander en quoi la série allait innover, voici la réponse : dorénavant, la recherche de la vérité va s’orienter vers le gouvernement qui utilise les citoyens comme cobayes. Avec une telle découverte, Mulder devient critique, prend un esprit cartésien, alors que Scully aura une attitude sceptique, sa vie personnelle l’ayant amenée à relativiser les événements.

L’innovation est donc minime, mais à quoi fallait-il s’attendre puisque la Fox (chaîne qui diffuse et a commandé la saison) a pris les mêmes showrunner et scénaristes qui ont fait le succès de la série à ses débuts… et aussi son échec final ? Même le générique est totalement identique à celui de 1993 : régressif à souhait, certes, mais ce parti-pris vintage est un peu surprenant, les images ne sont même pas en HD. Ça sent un peu le réchauffé.

Les épisodes font de très nombreuses allusions à la politique actuelle, il y a une volonté d’ancrer la série dans le monde d’aujourd’hui (et cela permet de ramasser au passage quelques téléspectateurs plus jeunes). Références au 11 septembre, à l’Obamacare, aux écoutes téléphoniques et au Patriot Act : tout y est pour faire frissonner d’aise l’amateur de théories de deep state, et autres pourfendeurs d’étatisme.

Malheureusement, ces sujets croustillants ne sont plus abordés ensuite. Même l’homme à la cigarette n’a pas été exploité suffisamment. Dommage, car l’État tout-puissant est un sujet potentiellement accrocheur, qui aurait pu -et dû- être mieux exploité.

Reconnaissons que la série ne se prend pas trop au sérieux : une fois passés les deux premiers épisodes qui mettent en place les rôles et le parti-pris du scénario, on a droit à des situations surréalistes abordées avec ironie, dialogues décalés et humour. C’est ce qui peut sauver la série, qui n’a plus l’attrait de la nouveauté. N’oublions pas que depuis les années 90, il y a eu des Breaking Bad, des House of Cards, des True Detective, et que les séries télé ont désormais leurs lettres de noblesse. Mais elle reste, soyons objectif, au-dessus de ce que propose la production française.

Faut-il regarder X-Files avec nos yeux de téléspectateurs des années 90 ? La série va-t-elle supporter la comparaison ?  Les « jeunes » des années 90, devenus des quadragénaires, auront-ils envie de replonger dans X-Files après des Game of Thrones et Walking Dead ? Pour le savoir, reste à regarder les épisodes, qui seront diffusés à partir de ce soir. Sur M6, pour ne pas changer les habitudes des vieux fans.

A lire aussi :

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Quoi qu’il en soit des nouveaux épisodes, c’est avec plaisir que je regarderai les anciens rediffusés par M6.

  • cette saison 10 inattendue à été excellente…sauf la fin qui dévoile que l’on a été pendant des années manipulé par les scénaristes , de série fantastique X files n’est finalement qu’un film catastrophe de seconde zone..le final est catastrophique ..mais je ne dévoile rien 😉

    Ps: vivement la suite !

  • 6 épisodes assez inégaux…
    Mention bien au épisodes 1,3 et 6 qui surfent sur les sujets conspis du moment pour le 1 et le 6.
    Le 3 est effectivement assez désopilant. Les autres sont un cran en dessous.

    Cette « mini » saison ressemble plus à un galop d’essai (ou de remise en route), une mise en bouche, avant de remettre le couvert sur une saison plus longue.
    D’ailleurs les amateurs de deep state se sont rués sur ces épisodes et n’hésitent pas à les agiter comme preuve de la grande conspiration entretenue par l’état.
    C’est d’ailleurs assez amusant de voir comment Carter est devenu le porte étendard de toutes ces théories du complot en leur donnant corps à l’aide d’images réelles savamment distillées au milieu du reste.

    Que ce soit avec un oeil nostalgique ou neuf, cette série est toujours agréable à regarder et la science scénaristique de Carter continue à nous embarquer même si tout n’est pas parfait.

  • Attention, les épisodes diffusés sur M6 sont censurés… Certaines scènes sont en effet coupées.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Gérard-Michel Thermeau.

Les 5 Dernières minutes offre une image sinon fidèle du moins très intéressante de la France gaulliste. Entre 1958, qui marque l'arrivée au pouvoir du Général, jusqu'en 1973, à la fin de la présidence pompidolienne, cette mythique série policière a charmé les téléspectateurs français. La médiocre qualité de l'image, qui va du presque pas visible au très correct, frappe autant que la qualité du son. Nul besoin de sous-titres pour comprendre ce que disent les acteurs. Heureux temps où les comédiens français sa... Poursuivre la lecture

Par Frank Holub[1. Frank Holub est diplômé du Calvin College en 2015 avec un B.A. en sciences politiques et fait partie de l’équipe de communication d’Acton, où il travaille comme éditeur de contenu Web.]. Un article de Foundation for Economic Education

Au cas où vous l’auriez manqué, l’épisode final de la très acclamée mini-série en 5 épisodes de HBO Chernobyl a été diffusé le 3 juin dernier. Une fois le générique terminé, j’ai repris mon souffle dont j’ignorais même qu’il avait été interrompu, et me suis affalé da... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Ariane Hudelet. Un article de The Conversation

Ce qui fait d’abord le succès de Game of Thrones, c’est sa dimension épique, avec un niveau de spectaculaire qui était plutôt associé au cinéma et qui, depuis la série, est aussi associé à la télévision.

De plus en plus, depuis le tournant numérique, le cinéma et les séries TV utilisent les mêmes outils : des caméras numériques lors des tournages, des entreprises spécialisées en effets spéciaux et en conception de génériques… et le fait qu’on regarde aussi nos séries sur des écr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles