« Chernobyl », cinglante critique de l’État soviétique

Chernobyl, la mini série de HBO, fait une critique cinglante de l’administration soviétique dans la gestion de l’accident nucléaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Capture d'écran bande annonce Chernobyl

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Chernobyl », cinglante critique de l’État soviétique

Publié le 16 juin 2019
- A +

Par Frank Holub1.
Un article de Foundation for Economic Education

Au cas où vous l’auriez manqué, l’épisode final de la très acclamée mini-série en 5 épisodes de HBO Chernobyl a été diffusé le 3 juin dernier. Une fois le générique terminé, j’ai repris mon souffle dont j’ignorais même qu’il avait été interrompu, et me suis affalé dans mon fauteuil, enfin capable de laisser retomber la pression. Le spectacle était terminé, mais la force de son message et son atmosphère m’ont accompagné jusqu’au coucher.

Chernobyl : la fiction reproduit la réalité

Chernobyl met en scène les événements qui ont précédé et suivi le désastre nucléaire à la centrale nucléaire Vladimir Lenin, située près de Pripyat, en Ukraine. Cette série donne immédiatement aux événements un ton personnel, un regard à la première personne, chaque épisode suivant l’histoire d’une personne ou d’un groupe de personnes en particulier, dont les vies ont été bouleversées de façon irrémédiable quand, le 26 avril 1986, le réacteur de l’unité 4 de la centrale a explosé, relâchant d’énormes quantités de substances radioactives dans l’atmosphère, au cours de la pire catastrophe nucléaire de l’Histoire.

Si Chernobyl prend quelques libertés avec le déroulement et les détails des événements et les personnes impliquées, la série réussit néanmoins à restituer fidèlement l’histoire globale de la catastrophe et à donner un regard déchirant sur l’impact humain. Et elle ne cesse de porter des coups contre la mauvaise gestion, la corruption et l’opacité soviétiques, qui ont contribué à la catastrophe.

La série entière se focalise sur les manquements à tous les niveaux de l’État soviétique : des techniciens incompétents ou pas assez formés aux ambitieux superviseurs qui ont ignoré les protocoles de sécurité, en passant par les lourdeurs bureaucratiques qui ont stoppé les mesures susceptibles de limiter les dégâts, et le secret d’État soviétique pour tenter de dissimuler la vérité et sauver la face sur l’échiquier international. Les créateurs de Chernobyl démolissent la machine soviétique tout en saluant les héros, ces femmes et ces hommes pleins de bravoure qui ont vécu cette catastrophe et se sont battus au péril de leur vie pour tenter de contenir le désastre.

Le légendaire Legassov

Le personnage principal de la série, un physicien nucléaire russe nommé Valeri Legassov (brillamment joué à l’écran par Jared Harris), rassemble derrière lui une équipe entière, s’engageant avec son homologue Ulana Khomyuk (qui représente les douzaines de scientifiques ayant aidé Legassov durant les événements réels) dans une sorte de polar nucléaire pour tenter d’identifier les causes de la catastrophe et de limiter les dégâts.

Au cours de ces cinq épisodes, on voit Legassov se développer en tant que personnage, sa candeur initiale rattrapée par la cruelle et implacable réalité alors qu’il fait face à la puissance invisible et mortelle des radiations et à la pression de l’immense machine bureaucratique soviétique qui tente à tout prix de cacher la vérité.

Même face à ces obstacles et au coût humain pour contenir la catastrophe, il s’accroche à son désir sincère d’aider les autres et d’empêcher qu’un autre désastre ne se produise. Cigarette à la main, aidé et soutenu par Khomyuk et son opposant devenu ami Boris Shcherbina, il travaille d’arrache-pied jusqu’à la fin, pour livrer l’une des meilleures explications techniques de la catastrophe de Tchernobyl que j’aie pu voir, avec une condamnation cinglante de l’État soviétique, à la manière de L’Archipel du goulag, dans son témoignage lors du procès-spectacle soviétique qui a suivi la catastrophe. La série vaut la peine d’être regardée, rien que pour ce seul passage.

La production de la série est de qualité irréprochable : des costumes et des décors fidèles à l’époque, ainsi qu’une reproduction à l’échelle du bâtiment nucléaire détruit, ont été soigneusement conçus pour plonger le spectateur dans cet univers. Une musique bourdonnante, vibrante et une excellente conception sonore créent une atmosphère épaisse et inquiétante qui s’installe autour du spectateur comme un effrayant nuage de brouillard radioactif.

Chacun trouvera quelque chose dans cette série : de l’anticommuniste à l’amateur d’histoire, en passant par le physicien nucléaire, jusqu’à l’amateur de drame. Si vous n’avez pas encore vu Chernobyl, faites-vous plaisir et jetez-y un œil. C’est ce que la télévision offre de meilleur.

Traduction par N. L et Dominique pour Contrepoints de « HBO’s « Chernobyl » Is Stunning (and a Scathing Indictment of Soviet Bureaucracy) ».

  1. Frank Holub est diplômé du Calvin College en 2015 avec un B.A. en sciences politiques et fait partie de l’équipe de communication d’Acton, où il travaille comme éditeur de contenu Web.
Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • Rien à rajouter une des meilleures séries de cette année…

  • C’est effectivement poignant, troublant : c’est le mariage réussi du film catastrophe, du documentaire scientifique et d’une critique impitoyable et objective du système communiste.

  • l’est pas content l’ancien directeur de la centrale de Tchernobyl ; Igor Gramotkine ,a dénoncé la manipulation de la série américaine , chernobyl , qui présentent des faits erronés notamment en ce qui les employés imbibés de vodka…..

  • Une excellente série.

  • Serie …..sans aucun interet et que je ne verrais pas , a quoi bon ,c’est 100% propagande sur un non evenement !

  • « La production de la série est de qualité irréprochable »
    Mais…
    « Ulana Khomyuk (qui représente les douzaines de scientifiques ayant aidé Legassov durant les événements réels) »

    Réels ? Donc, Ulana n’a pas existé : Une astuce scénaristique pour simplifier les dialogues, réduire le casting et ajouter un peu de sentiment. Et résoudre un tas de revendications …

  • Je suis très heureux de voir confirmé ce que je soutiens dans les discussions avec les écologistes ou tout simplement le grand public : «Ce n’ai pas une catastrophe nucléaire mais une catastrophe communiste»

    Étant en Roumanie au début des années 90 quand ce pays faisait examiner ses centrales nucléaires « soviétiques » par EDF, j’ai eu un écho de l’inquiétude générale sur leur état

    Dans une moindre mesure, Fukushima est une catastrophe de l’orgueil et non une catastrophe nucléaire,

  • C’ est à propos du fameux accident nucléaire dont le nuage radioactif s’ est arrêté pile poil à la frontière de la République Populaire de France parce qu’ il n’ avait pas ses papiers? Rappelez moi le gouvernement en place à l’ époque…?

    • pfff…
      non, le nuage ne s’est pas arrêté à la frontière, il est venu chez nous. mais avec une radioactivité de plusieurs ordres de grandeur inférieur à ce qu’il y avait aux environs proches de la centrale de tchernobyl. nous avons reçu en france une fraction de ce que nous recevons quand nous allons chez le dentiste ou le radiologue, aucun intérêt d’en parler, si ce n’est pour vendre des journaux.

    • Un menteur, comme les précédents et comme les suivants.

  • Bonne critique du système soviétique, surement mais la série passe à côté au niveau scientifique :

    https://youtu.be/SsdLDFtbdrA

    Décrédibilisation par Thunderf00t

  • Et quel est l’interet de perdre son temps devant une serie qui n’a rien a vous apprendre a part vous formatter l’esprit , anti russe , anti nucleaire ?

  • Ç’aurait si difficile que ça d’adopter la transcription française des noms propres russes ? Cela fait sans doute partie de ce que le regretté Dominique Noguez appelait la « colonisation douce »: même pour les noms russes, il faut que nous en passions par les Anglosaxons.

    • Si les transcriptions françaises étaient bien faites, pour le russe et pour d’autres langues, on pourrait commencer à les respecter un peu plus.

      • Première nouvelle. En quoi sont-elles mal faites ? Est-ce si difficile d’écrire Chtcherbina plutôt que Shcherbina ? Cela vient principalement de l’ignorance du traducteur, qui ne sait sans doute même pas ce qu’est une transcription. Traduire un nom russe dans un texte anglais, mais vous n’y pensez pas !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Gérard-Michel Thermeau.

Les 5 Dernières minutes offre une image sinon fidèle du moins très intéressante de la France gaulliste. Entre 1958, qui marque l'arrivée au pouvoir du Général, jusqu'en 1973, à la fin de la présidence pompidolienne, cette mythique série policière a charmé les téléspectateurs français. La médiocre qualité de l'image, qui va du presque pas visible au très correct, frappe autant que la qualité du son. Nul besoin de sous-titres pour comprendre ce que disent les acteurs. Heureux temps où les comédiens français sa... Poursuivre la lecture

Par Francis Richard.

"Sans la liberté il n'y a rien dans le monde." Chateaubriand

Depuis vingt ans François Sureau constate que les Français s'habituent à ce que l'air de la liberté se raréfie et que l'édifice de l'État de droit conçu pour la garantir, par beau comme par mauvais temps, s'effrite de plus en plus.

Dans sa jeunesse, tout le monde s'accordait encore sur les grands principes - ceux de la Déclaration des droits - qui semblaient établis pour l'éternité, même si, exceptionnellement, des entailles y étaient pratiq... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Quand on m’a dit hier, tweet de BFM TV à l’appui, « la grande roue de Lille pourra tourner sur la Grand’Place… mais sans public », j’ai cru que c’était l’une de ces nombreuses blagues façon Gorafi qui circulent abondamment ces temps-ci pour tourner en dérision les invraisemblables contorsions de notre « super mec » du déconfinement, à savoir le Premier ministre Jean Castex qui a décidé que les stations de ski pourront ouvrir à Noël… mais sans remontées mécaniques !

? La grande roue de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles