La triple faillite de la région Poitou-Charentes

ségolène royal credits safia otokoré (licence creative commons)

Les expériences apportent parfois d’éclatantes confirmations d’une théorie, comme on a pu le voir récemment avec les ondes gravitationnelles prédites par Einstein. D’autres fois, elles permettent d’établir des jalons clairs d’échecs et de méthodes catastrophiques à ne surtout pas suivre. C’est à ce moment qu’intervient Ségolène Royal.

Ségolène, c’est un peu notre synchrotron politique destiné à tenter toutes les expériences, et notamment les plus foireuses, pour générer des milliards de particules chargées d’argent public qui explosent en feux d’artifices coûteux à chaque tentative.

mini ségo bofLongtemps à la tête de la région Poitou-Charente, elle avait eu l’occasion de réaliser des prouesses. On se souvient notamment de son empressement à intervenir, à fonds publics, pour sauver Heuliez, le carrossier du cru qui fabriquait bus et petites séries automobiles. L’entreprise, touchée par la fée Carabine, ne tardera pas à calancher définitivement dans des râles de douleurs en 2013. Depuis, la région se traîne la société d’économie mixte « Fabrique régionale du Bocage », héritière de ce douloureux passif.

On pourrait aussi évoquer les faits d’armes de Ségolène lorsqu’elle lança sa région dans la Mia Electrique, succès retentissant que le monde nous envie d’avoir financé en pure perte. Il n’y a pas à dire, Ségolène sait y faire en matière de finances. Peut-être son passage, aussi fulgurant que dévastateur, dans la Banque Publique d’Investissement, lui a permis d’acquérir une solide formation ?

En tout cas, à la faveur des dernières élections régionales, les exécutifs des régions ont changé et leur « remembrement » administratif, qui a fait dégringoler de façon délicieusement artificielle leur nombre de 22 à 14 au 1er janvier de cette année, a porté Alain Rousset à la tête de la grosse région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes (ALPC).

Alain Rousset est socialiste, ce qui aurait dû assurer une transition calme. Malheureusement, la situation laissée par Ségolène Royal et Jean-François Macaire, son successeur lorsqu’elle a rejoint son ministère, était à ce point peu brillante que Rousset s’est fendu de quelques remarques dans un récent entretien à La Nouvelle République.

Panique à bord : le nouveau président n’y va pas avec le dos de la cuillère diplomatique puisqu’après examen des finances de la région, il y aurait comme un bête trou de … 132 millions d’euros.

Fichtre, diable et sapristi, voilà qui fait désordre et qui ramène les péripéties Heuliez et Mia au rang d’enfantillages badins. Et le pompon est que ces douzaines de millions en souffrance sont liés à des factures en attente de règlement : 62 millions en investissement et 70 millions en fonctionnement, soit 132 millions reportés d’une année à l’autre, selon les mots de Rousset. Pire encore : interrogé sur ce dérapage budgétaire, le nouveau président est obligé d’admettre que « cette situation est bien spécifique » au Poitou-Charentes, une région « qui manifestait beaucoup de volontarisme et avait sans doute les yeux plus gros que le ventre par rapport aux capacités de financement ».

Rooh. Qu’allez-vous penser là ? Comment imaginer, même une seconde, que sa présidente serait partie, sabre au clair, petit poney dressé dans le soleil levant, à l’assaut du monde entier sur fonds publics, et que, mu par l’impulsion initiale, son successeur aurait poursuivi ses travaux babylonesques ? Franchement, c’est improbable, tant ce n’est pas le style de la maison, hein !

royal : la crisitude

Rassurez-vous cependant : grâce à d’habiles jeux d’écriture et à la volonté farouche de l’exécutif actuel de tout bien payer comme il faut, « il n’y a pas de problème de trésorerie. Le rattrapage est en train de se faire à marche forcée. »

Ouf. On respire. On en viendrait presque à se demander comment le problème a bien pu s’enkyster ainsi… Car oui, c’est bien d’enkystement qu’on parle ici, puisque, selon les propres mots de Rousset, il y a comme un problème d’endettement, notamment à cause d’emprunts structurés.

Des emprunts structurés ? Vous voulez dire, « structurés » comme dans « toxiques » ? Oh, non, c’est vraiment trop injuste !

oh noes !

Pourtant, ce n’est pas comme si des maires et des départements ne s’étaient pas lourdement plaints des dérives que ces méchants emprunts leur avaient fait commettre, à leur insu et corps défendant bien sûr. Comment une région aurait-elle pu leur emboîter le pas et trotter sur les mêmes pentes visqueuses pour dégringoler aussi bas ? Surtout lorsqu’on est dirigé par une si illustre ministre ?

D’ailleurs, cette dernière n’entend pas laisser l’infamie l’approcher ! Pour Ségolène Royal, aucun doute, il s’agit d’un règlement de compte ! Pour elle, toutes ces révélations sont lamentables.

« C’est porter atteinte à la réputation de Poitou-Charentes et de ses entreprises ! »

Pourtant, Rousset n’a nullement mis en cause ces entreprises, seulement la représentation de l’État sur place, à savoir la Région Poitou-Charentes. En réalité, il me semble qu’Alain n’attaque en rien la réputation du Poitou ou de la Charente, ni de ses entreprises, mais fait simplement savoir que la gestion de Royal et celle de Macaire est un peu « toute pourrite », laisse des trous et de vives questions en suspens, ainsi qu’une pelletée d’emprunts toxiques.

À tel point que le Macaire en question n’a pas pu sauver sa délégation aux finances dans la nouvelle assemblée territoriale de la grosse région ALPC, certains ayant peut-être jugé que suffisamment de dégâts avaient déjà été faits.

De toute cette histoire, on pourrait tirer un amusant vaudeville à base d’argent des autres dépensé ♩ avec volontarisme ♪ dans des échecs certains et des futilités réjouissantes. On pourrait aussi analyser l’ensemble sous l’angle des petites bisbilles habituelles qui émaillent la vie politique française, fut-elle régionale, et y déceler des retours de bâtons des uns envers les autres à la suite d’âpres batailles électorales.

Certes.

Mais on pourrait aussi déceler un entêtant parfum de faillite.

Pour commencer, la faillite économique d’une région gérée n’importe comment et dont les événements médiatiques les plus saillants (Heuliez n’étant qu’un exemple parmi d’autres) cachaient mal les dérives budgétaires répétées, et faites avec exactement la même désinvolture que celle qu’on retrouve au niveau national, par un ex-mari qui n’avait pas pu se retenir de balancer « Ça ne coûte rien, c’est l’État qui paye » au milieu d’une tirade où il tentait de faire comprendre qu’une dépense au niveau local serait de toute façon épongée par le niveau supérieur, sans admettre (même implicitement) que ce sont précisément de telles manœuvres qui, répétées, ont poussé la France dans le gouffre financier actuel.

gifa fail brouette

Ensuite, la faillite morale, évidente, d’une élite auto-proclamée incapable de prendre la responsabilité de ses erreurs. Je rappelle, comme je l’avais écrit précédemment, qu’aucune circonstance atténuante ne peut être trouvée pour les responsables politiques qui ont contracté des emprunts toxiques : non seulement, ils ont parfaitement compris ce qu’ils faisaient à l’époque, mais ils avaient toute latitude pour se faire assister afin d’éviter l’enfumage bancaire, de même qu’ils avaient toute latitude pour casser le contrat par la suite, ou prendre leurs responsabilités le cas échéant. À chaque fois, ils se sont défilés, montrant de façon claire ce qu’ils valaient, c’est-à-dire rien (ou alors, si, mais dans des activités qui conduiraient n’importe quel chef d’entreprise en prison).

gifa fail faceplant

Enfin, la faillite intellectuelle, la plus grave et de loin, de ces dirigeants politiques qui ne sont pas plus capables d’admettre ni (pire) de comprendre leurs errements passés. Ils se sont habitués par facilité ou, dans certains cas, par une forme subtile de sociopathie à n’envisager le monde qu’en termes aussi flous que possible surtout lorsqu’il s’agit de l’argent public (qui, n’étant qu’aux autres, n’appartient donc à personne et peut être dépensé sans vraiment faire attention), et d’autant plus que cette approximation sert leurs intérêts, eux bien compris, bien cernés et bien définis. Ne comprenant pas (ou ne voulant pas comprendre) pourquoi ils ont failli, ils sont acculés à répéter inlassablement les mêmes gestes, les mêmes raisonnements, et obtiennent les mêmes résultats catastrophiques.

gifa - fail - facepalm

La région Poitou-Charentes est ici un exemple presque caricatural de ces trois faillites. Presque, parce qu’elle est une bonne illustration de ce qui se déroule au niveau national.

Ce pays est foutu.
—-
Sur le web