Et si l’or de Singapour était son argile ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Singapour crédits DuRhumDesfemmes (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et si l’or de Singapour était son argile ?

Publié le 24 février 2016
- A +

Par Idriss J. Aberkane 
Un article de Trop Libre

Singapour crédits DuRhumDesfemmes (CC BY-NC-ND 2.0)
Singapour crédits DuRhumDesfemmes (CC BY-NC-ND 2.0)

La cité État au cœur de l’ASEAN, l’ultra-dynamique association des nations de l’Asie du Sud-Est, ne sait plus trop où donner de l’immeuble (lire notre présentation de ce singulier pays ici). La poldérisation lui a permis de gagner assez de terrain, mais cette forme d’urbanisme semble avoir atteint ses limites. Singapour songe à présent à la construction souterraine, et s’intéresse à l’une de ses richesses inexploitées : l’argile.

L’argile est une ressource largement sous-employée. Dès 1988 pourtant, les laboratoires Toyota Central R&D mettent au point un nanocomposite à renfort d’argile. Sa valeur industrielle est indéniable : plastique, élastique, ignifuge, biodégradable, etc. D’un point de vue historique, l’argile est très comparable à la soie : une ressource extraordinairement précieuse, à laquelle nous devons une large part de l’histoire de nos civilisations, et que nous redécouvrons aujourd’hui pour une nouvelle gamme d’applications insoupçonnées. L’argile est comme la soie, cet « ancien matériau du futur », selon l’expression de Fiorenzo Omenetto, professeur à l’université Tufts et expert du sujet.

Si l’argile a longtemps accompagné nos sculptures, nos vases, nos briques, nos céramiques, nos canaux et nos enduits, elle entre naturellement dans la composition du « superadobe », une méthode de construction qui réinvente la technique ancienne de la terre stabilisée, l’adobe. Inventé par l’architecte californien d’origine iranienne Nader Khalili, le « superadobe » est à la fois rustique, ingénieux et futuriste. Des sacs de polyéthylène tressés sont emplis de terre argileuse, puis tassés et empilés comme pour former un abri en sacs de sable. Entre chaque couche est placée une double ligne de fil de fer barbelé, pour un effet « velcro » qui augmente considérablement la résistance à la tension du matériau, le point faible traditionnel de la terre stabilisée.

Isolant et flexible

Si un béton n’est jamais qu’un mélange de ciment, de sable et de gravier, un béton de terre substitue le liant hydraulique par de l’argile. Or dans certaines conditions, l’argile est bien plus performante que le ciment. Le béton de terre est encore largement sous-employé comme matériau de construction dans le monde bien qu’il soit isolant et apporte de la chaleur, et qu’il possède toutes les propriétés pour construire aussi bien des ouvrages d’art que des immeubles de grande hauteur, tout en laissant à l’architecte et à l’ingénieur une flexibilité créative comparable voire supérieure au béton. La Cité des sciences et de l’industrie lui a consacré il y a quelques années une exposition « Ma terre première », et il existe un laboratoire sur le sujet à Grenoble, le CRAterre, devenu référence mondiale. Singapour ferait bien de le consulter quand elle extraira des millions de mètres cubes de terre argileuse de son sous-sol.

Pour l’heure, les gisements sabliers s’épuisent partout dans le monde et le coût énergétique du béton est de plus en plus préoccupant, en particulier en Chine, le pays le plus assoiffé d’énergie au monde. Après les terminaux sabliers donc, Singapour serait bien inspirée d’explorer un « terminal argilier », car sitôt qu’un bâtiment de grande hauteur emblématique aura été réalisé en béton de terre, la demande mondiale augmentera forcément. Quiconque détiendra de l’argile sur son territoire la déclarera ressource nationale. Au-delà de Singapour, peut-être donc aussi une opportunité économique pour le Sahel…

Lire sur Contrepoints notre rubrique Asie

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Article disponible en podcast ici.

Le 25 décembre dernier, avec l'aide de l'Europe la NASA a lancé son plus cher télescope à 10 milliards de dollars vers un mystérieux endroit situé à 1,3 million de km de nous. Pourquoi un tel défi ?

Avant de répondre à la question, il faut déjà souligner que si possible, il ne faut pas envoyer un télescope si loin.

La première raison saute aux yeux. Cela rend l’acheminement extrêmement compliqué. À une telle distance, on ne pourra jamais réparer le télescope. Or c’est justement ce qu’a d... Poursuivre la lecture

2021 touche a sa fin et les fêtes approchent à grands pas. Pour la deuxième année consécutive, les perspectives de fin d'année ne sont pas synonymes de franche rigolade. Depuis quelques jours, nous savons que nous faisons face à une importante circulation épidémique et à la cinquième vague, de nouvelles mesures sont donc tout naturellement entrées en vigueur, comme c'est le cas depuis deux ans. Entre vaccination (obligatoire), pass sanitaire, gestes barrière, protocole niveau 3 et limitation des rassemblements, il peut être un peu difficile d... Poursuivre la lecture

Par Thibault Merle et Alain Jorissen.

La popularité du télescope spatial Hubble (HST) ne tient pas tant à ses succès scientifiques qu’aux prodigieuses images de l’Univers qu’il nous a révélées, et qui ont fait rêver plus d’une génération.

On se rappellera de la Grande Nébuleuse d’Orion (objets de Messier M42 et M43), des fameux Piliers de la Création (image ci-dessus) de la Nébuleuse de l’Aigle (M16), de la nébuleuse du Crabe (M1), rémanent de la supernova de 1054, ou plus récemment, de l’étoile géante AG Car, pour n’en citer qu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles