Comment réussir une négociation

Un livre incontournable sur la prise de décision, l’art de gérer les conflits et la conclusion d’affaires.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment réussir une négociation

Publié le 29 janvier 2016
- A +

Par Michel Ghazal.

Comment réussir une négociationC’est avec une grande émotion que je publie ma préface du livre qui a constitué un tournant dans ma trajectoire personnelle et professionnelle. Je n’oublierai jamais la bienveillance avec laquelle Roger Fisher m’a accueilli à Harvard en juin 1983 et l’ouverture instantanée qu’il a manifestée à ma proposition de partenariat pour la diffusion de la « négociation raisonnée » en France. À chacune de nos rencontres quasi annuelles qui ont suivi, sa simplicité se manifestait par la question suivante : « What did you learn this year that you can teach me ? ».

Avec plus de 5,5 millions d’exemplaires vendus de par le monde et 31 traductions, Comment réussir une négociation est un phénomène unique dans les annales de l’édition.

Ce succès mondial qui ne se dément pas, 32 ans après la première parution, montre bien qu’il n’est pas le fruit du hasard. En fait ce livre a marqué un tournant décisif dans l’histoire de la théorie et la pratique de la négociation, la médiation et l’arbitrage. En effet, depuis sa publication, rares sont les livres sérieux sur ce thème qui n’y font pas nommément référence, fut-ce pour le critiquer. Indiscutablement, il y a un avant et un après Comment réussir une négociation.

En le mettant à la portée du plus grand nombre, Fisher et Ury ont donné à l’art de la négociation — habituellement cantonnée aux sphères diplomatiques et des affaires, et réservée dans l’esprit commun à une élite ou des experts — sa dimension universelle.

Ici on découvre que la négociation est partout où il y a une relation : entre les parents et leurs enfants, à l’école, dans le couple, entre voisins, dans l’entreprise et entre les gouvernements.

Les idées reçues sur la négociation conduisant souvent au marchandage et aux compromis pauvres et insatisfaisants sont ici battues en brèche. Fisher et Ury ont codifié des processus efficaces et de bon sens de préparation et de conduite des négociations capitalisant sur la pratique et l’expérience.

Aux réticences de départ dues à des a priori défavorables « aux méthodes américaines », nous avons pu constater qu’en France, comme ailleurs, l’apprentissage de cette méthode est devenu incontournable dans les cursus de formation, aussi bien des entreprises que des grandes écoles. Les milliers de managers et négociateurs professionnels que nous avons formés au Centre européen de la négociation considèrent aujourd’hui « la négociation raisonnée » comme un élément de leurs cultures et leurs valeurs. Dans un monde fondé sur l’interdépendance, amener l’autre à coopérer par la persuasion et non la soumission évite de s’engager dans des dynamiques conflictuelles génératrices d’escalades coûteuses et destructrices de la relation à long terme.

Simple, pratique et pragmatique, cette approche permet d’allier efficacité et développement personnel et substitue au stress le plaisir de négocier dans le respect de l’autre.

Que ce soit dans l’art de gérer les conflits, la prise de décision ou la conclusion d’affaires, Fisher et Ury ont ouvert des pistes innombrables de recherche sur cette compétence décisive.

Si la « négociation raisonnée » appelée aussi « gagnant- gagnant » ou « Stratégie des gains mutuels » suscite tant de vocations, c’est qu’au-delà de la méthode, elle constitue un art de vivre au quotidien avec les autres et une contribution majeure à la paix dans ce monde.

Un livre incontournable.

Sur le web

Lire sur Contrepoints notre dossier spécial lecture

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • J’ai suivi il y a un peu plus de 15 ans le séminaire de négociation de l’ESSEC avec Alain Lempereur. Ce séminaire, donné effectivement aussi à Harvard (à ce qu’on m’a vendu à l’époque), à changé ma perception de la vie. Il était fondé sur l’oeuvre de Fischer et Ury, et « Getting to Yes » est un ouvrage que j’ai lu et relu des dizaines de fois avant de le ranger dans ma bibliothèque.
    Merci à Michel Ghazal de raviver ces souvenirs, qui ont forgé un apprentissage si utile au quotidien depuis 15 ans.
    Tiens, je vais le relire encore une fois 😉

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans mon dernier article, j’évoquais la façon dont certaines organisations s’habituaient à la médiocrité, et masquaient le déclin qui en résulte par de grands discours visionnaires ou sociétaux. Pour décrire leur situation, j’utilisais l’image du canard, qui paraît calme en surface mais qui, sous l’eau, pédale comme un fou pour essayer d’avancer. L’article a suscité énormément de réactions, beaucoup de lecteurs demandant évidemment ce qu’on peut faire pour résoudre la difficulté. Répondre à cette question, c’est la quête du Graal.

Sans... Poursuivre la lecture

Les entreprises s’effondrent rarement d’un seul coup. L’effondrement n’est presque toujours que la phase visible d’un déclin qui a commencé longtemps avant et s’est développé de façon insidieuse. Comme la fameuse grenouille qui ne réagit pas quand la température de l’eau dans laquelle on l’a plongé augmente, cette lenteur rend plus difficile la réaction : les signes de déclin semblent disparates et il est difficile de les relier pour brosser un tableau d’ensemble permettant une prise de conscience du danger. Au cœur de cette difficulté se tro... Poursuivre la lecture

La façon dont nous formulons un problème, c’est-à-dire notre modèle mental, détermine notre capacité à le résoudre.

Le mauvais modèle mental nous enferme, tandis que le bon ouvre des possibles. Un bon exemple est celui qui distingue, dans le domaine de l’innovation, l’exploration de l’exploitation. Cette distinction est aujourd’hui universelle et semble évidente mais, comme souvent, elle est contestable, sans compter qu’elle a été sortie de son contexte et appliquée à des domaines où elle n’est pas pertinente. Il est temps de cesser de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles