3 souhaits pour les programmes des partis pour 2017

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
micro journalistes credits audio luci store it (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

3 souhaits pour les programmes des partis pour 2017

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 22 janvier 2016
- A +

Par Bernard Zimmern.
Un article d’Emploi2017

micro journalistes credits audio luci store it (licence creative commons)
micro journalistes credits audio luci store it (licence creative commons)

En début d’année, il est de tradition d’exprimer des vœux. Souhaitons qu’en 2016 les partis politiques et ceux qui les inspirent proposent pour les élections de 2017 des mesures capables de réellement changer à terme la société française et pas seulement du marketing électoral.

La première proposition est de faire enfin sortir la France du chômage de masse en créant chaque année deux à trois fois plus de vraies entreprises avec salariés pour rattraper le niveau atteint par les Britanniques ou les Allemands. Cela nécessite que les créateurs trouvent vite des capitaux auprès d’individus prêts à prendre des risques.

La plus-value, principale rémunération du risque pris en finançant les créations d’entreprises et leurs premiers développements, au moins tant qu’elles n’ont pas dépassé le stade de la PME, doit être réhabilitée et sa taxation réduite à 15% ou moins [c’est-à-dire en France limitée à la CSG-CRDS qui est déjà à 15%, donc ne pas être taxée à l’IR] ; lorsque le congrès américain l’a ramenée de 43% à 14,3% en 1938, la croissance de l’économie américaine a bondi les années suivantes à plus de 8% par an.

La seconde proposition, pour ramener la dépense publique au niveau de ce qu’elle est au Royaume-Uni ou en Allemagne, est de réduire drastiquement le nombre de fonctionnaires qui sont « au placard »(environ 40%) ou s’occupent dans des domaines où l’intervention de l’État n’est pas justifiée.

Les réductions ou les rationalisations imposées « top down » seront torpillées par les administrations, comme en 2007 ; seule réussit la solution britannique, dite « bottom up », de faire faire les réformes par les fonctionnaires eux-mêmes en les responsabilisant devant l’opinion. C’est à une réforme constitutionnelle que le parti victorieux des élections de 2017 devra s’engager : transférer de la Commission des finances à une Commission d’évaluation et de contrôle, CEC, tous les contrôles ex-post touchant l’efficacité de la dépense publique, afin de faire comparaître en présence des médias, à la cadence d’une comparution par semaine, les responsables des différents programmes définis dans la LOLF, à partir d’enquêtes approfondies de leur gestion par un organisme tel que la Cour des comptes et contraindre le gouvernement à répondre dans les trois mois par acquiescement ou refus aux propositions reçues de cette commission.

Troisième proposition : pour que, noyée sous le déluge de rapports de prestations radio ou télé de membres de la classe parlante, la voix de la société civile devienne audible en France, il faut briser le monopole public de l’information économique et développer beaucoup plus de think tanks indépendants, ceux non financés sur subventions publiques, et leur donner les moyens de travailler tout en conservant leur complète liberté de critiques et suggestions. Leurs moyens financiers sont quasiment inexistants à l’heure actuelle, quelques petits millions au total en France, contre des dizaines de millions au Royaume-Uni ou en Allemagne sans même parler des USA. Nous en avons moins que les doigts d’une main, il nous en faudrait au moins une dizaine avec des budgets supérieurs au million d’euros, niveau au-dessous duquel il est impossible d’entretenir une équipe de chercheurs minimum.

Ces think tanks ne peuvent en effet vivre que de dons, mais, pour en recevoir un volume suffisant, une activité non lucrative comme la leur doit figurer dans la liste limitative de l’article 200 du Code Général des Impôts et les organismes privés, non subventionnés, consacrés à l’étude des politiques publiques, n’y figurent pas.

Sur le web

Lire sur Contrepoints notre dossier spécial politique

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Ce que vous fumez est bien trop costaud. Vous pensez sérieusement que tous les candidats socialistes (de gauche et de droite, jamais en reste ceux là dans l’étatisme) vont inscrire ce genre de préoccupations dans leurs programmes??? Ce qui supposerait aussi que leurs programmes soient la base de leurs actions futures, ce que les dernières mandatures ont largement démontré, n’ est-il-pas, comme nous le constatâmes tous ici présent…

  • le problème principal de l’établissement d’un programme pour la présidentielle, c’est que l’expérience montre qu’il sert à s’assoir dessus une fois élu

  • changer la société française ……ben justement , ils ne le veulent pas ; s’il y avait la moindre volonté que cela soit fait , si ça les arrangeaient vraiment , il y a belle lurette que ce serait fait ;

  • pour la troisième proposition, il faudrait demander l’aide d’Edwy Plenel.
    Il semblerait qu’il est assez doué pour faire évoluer les modalités d’impositions à son avantage…

  • Supprimons aussi le status de fonctionnaire ( = emploi à vie, absence de solidarité avec le privé …) pour les emplois non régaliens. ceci devrait être le déclecheur pour que les fonctionnaires eux mêmes se prennent en main et se réforment ( bottom-up pour la mise en oeuvre mais avec des objectifs non négociables).
    L’autre volet fondamental est le référendum ( à la Suisse): si on veut combler l’énorme fossé qui sépare les citoyens des politiques il faut absolument remettre plus de démocratie et donc prendre en compte les volontés des citoyens ( non pas sur des visions fumeuses mais sur des dizaines de mesures, qui mises bout à bout, redonnent confiance aux citoyens sur leur capacité à évoluer dans le sens qu’ils veulent)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En France, il faut davantage d'enseignants, il faut davantage de juges, il faut davantage de policiers, il faut davantage d’informaticiens, davantage de plombiers et on pourrait allonger la liste…

Et cela pour d’excellentes raisons que nous allons rappeler, car des problèmes à résoudre sont très importants. Mais ces revendications se terminent par des demandes de moyens financiers… alors que la question n’est pas là.

Les raisons de recruter sont excellentes

Il n’y a pas assez de profs ? C’est vrai, il y a encore des classes surc... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

Lors de ses vœux, Bruno Le Maire a critiqué les industriels qui ont délocalisé sans justification. Ils manqueraient de patriotisme.

Monsieur le ministre de l’Économie, avec tout le respect que je vous dois, permettez-moi de vous rappeler ce que vous n’ignorez pas : si les entreprises industrielles délocalisent ce n’est pas, comme vous le dites, pour « gagner un centime par pièce » mais parce que depuis quarante ans, aucun gouvernement n’a mis en œuvre les réformes effectuées par nos voisins et que, concernant ce sujet, Nous attendons t... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles