Ce que l’Afrique du Sud nous apprend de l’État

Que s’est-il passé depuis l’arrivée au pouvoir de Jacob Zuma en 2009 ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jacob Zuma (CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce que l’Afrique du Sud nous apprend de l’État

Publié le 22 janvier 2016
- A +

Par Alexandre Colin.
Un article de Trop Libre

Jacob Zuma (CC BY-ND 2.0)
Jacob Zuma (CC BY-ND 2.0)

En 2011, l’Afrique du Sud rejoint le club des pays émergents que Jim O’Neill, économiste à Goldman Sachs, a regroupé sous l’acronyme « BRIC » puis « BRICS » (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). Aujourd’hui, on est en droit de s’interroger sur la place de l’Afrique du Sud au sein du cercle des pays émergents : le taux de chômage culmine à 35%, le déficit public s’établit à 3,8% du PIB, la croissance économique est anémique pour un pays en développement (1% en 2015, moins que le taux de croissance de la population, 1,3%). Que s’est-il passé depuis l’arrivée au pouvoir de Jacob Zuma en 2009 ?

Sécurité, éducation, infrastructures : les problèmes structurels de l’Afrique du Sud

L’Afrique du Sud souffre de graves problèmes structurels qui freinent les investissements, ralentissent les échanges et gênent le développement économique.

Le réseau électrique, administré par l’entreprise publique Eskom, est incapable de faire face à l’augmentation de la demande. Ceci se traduit par de nombreuses coupures d’électricité, qui gênent la production industrielle et ont coûté un point de croissance à l’Afrique du Sud en 20151. Les économistes estiment que l’engorgement du réseau ferré et des ports, conséquence d’une mauvaise gestion et d’un sous-investissement, a coûté un autre point de croissance au pays.

Ensuite, l’éducation est un problème majeur pour la jeunesse sud-africaine. Une récente étude de l’OCDE portant sur le niveau des élèves en physique et en maths dans 76 pays a placé l’Afrique du Sud à l’avant-dernière place, loin derrière des pays bien plus pauvres.  Comment obtenir une main d’œuvre qualifiée dans ces conditions ?

Enfin, l’insécurité est un fléau bien connu en Afrique du Sud, et est repartie à la hausse en 2012 après 10 années de tendance baissière.

Un État davantage occupé à distribuer des privilèges plutôt qu’à remplir ses fonctions essentielles

La question du rôle de l’État dans l’économie occupe le débat intellectuel depuis des décennies. Cependant, socialistes et libéraux « classiques » s’accordent sur certaines fonctions qui doivent nécessairement être assumées par l’État : assurer la sécurité des citoyens, fournir une éducation aux citoyens mineurs pour leur permettre de prendre des décisions éclairées par la suite, s’assurer de la présence des infrastructures indispensables à la vie économique et sociale (transports, énergie…). Force est de constater que l’État sud-africain échoue dans ces trois domaines, minant le développement économique du pays.

Comment expliquer cette faillite de l’État ? L’augmentation de l’indice de corruption du pays constatée par l’ONG Transparency International fournit une piste de réflexion2. En effet, l’appareil d’État se trouve de plus en plus mis au service du parti du Président Zuma, comme le prouvent trois exemples frappants.

Tout d’abord, de nombreux ingénieurs d’Eskom, l’entreprise publique qui contrôle le réseau électrique, ont été remplacés par des amis politiques du président, sans compétence managériale ou technique, remplaçant ainsi la méritocratie par le copinage3.

Ces dernières années, de nombreux emplois publics, à l’utilité économique douteuse, ont été créés, dans le but de satisfaire les électeurs en leur offrant du travail. Ainsi, depuis 2006, le nombre de fonctionnaires a augmenté de 25%, alors même que le nombre d’emplois privés a reculé. L’État sud-africain consacre maintenant 40% de son budget au salaire des fonctionnaires, alors que les autres pays au même stade du développement économique n’y consacrent que 25% en moyenne.

Enfin, le président a financé la construction d’un palace personnel dans sa ville natale avec de l’argent public.

L’espoir de l’Alliance démocratique pour mettre fin à la corruption

L’État a donc été détourné de ses fonctions essentielles et partiellement mis au service du Congrès National Africain (ANC), le parti du Président Zuma. Existe-il alors une meilleure option que l’ANC ? L’Alliance Démocratique, parti libéral d’opposition, a démontré sa capacité à gérer sainement la ville du Cap et a remporté 22% des voix à l’élection présidentielle de 2014. Elle pourrait remporter plusieurs autres grandes villes en 2016, mais devra attendre 2019 pour espérer remporter l’élection présidentielle et peut-être recentrer l’État sur les fonctions essentielles au développement du pays : sécurité, éducation, infrastructures, le tout dans un environnement transparent.

Sur le web

Lire sur Contrepoints notre dossier spécial Afrique

  1. The Economist, Try again, the beloved country, 19 décembre 2015.
  2. Cet indice est passé de 51 en 2008, avant l’arrivée au pouvoir de Jacob Zuma, à 42 en 2011, 100 constituant le meilleur score.
  3. The Economist, The hollow state, 19 décembre 2015.
Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Un beau gâchis, tout y était et encore une fois toi a été détruit…Pas d’amélioration avant 2020 au mieux ? Ça va être long…une croissance économique inférieure à la croissance de la population montre donc que le niveau de vie général s’écroule…

    • On peut poser la question de l’ANC qui maintient a l’evidence les masses dans l’ignorance. La grande majorite de la classe moyenne noire vote pour l’alliance democratique.
      Des violences entre Zulu, l’ethnie au pouvoir, et les autres sont malheureusement a craindre dans un avenir proche tant Zuma est le cliche, que l’on pensait etre du passe de ce grand continent, du dirigeant africain incompetent et corrompu.

  • Pas sur la même échelle, bien sûr, mais en lisant j’ai cru un instant que l’on parlait de la France. Quelle analogie, même maux, même résultats.

    • Pardon pour la faute d’orthographe, écrit trop vite:
      Pas sur la même échelle, bien sûr, mais en lisant j’ai cru un instant que l’on parlait de la France. Quelle analogie, mêmes maux, mêmes résultats.

  • Je suis étonné que l’article limite sa critique au régime de Zuma. Car la tendance de déclin de l’AduS était antérieure à sa première élection. Bien sûr qu’il y a une responsabilité forte de l’Etat et des gouvernants cependant il ne faut pas oublier la tâche colossale que représente la transition entre une société avec apartheid et une société sans apartheid. Du jour au lendemain quasiment la majorité démographique accède au pouvoir après en avoir toujours été écartée. L’homme étant ce qu’il est on peut imaginer les tentations (corruptions, enrichissement..) et les dérives (monopolisation du pouvoir, discriminations positives absurdes, réforme agraire brutale..). Les défauts « légitimes » de cette majorité sont l’inexpérience, l’incompétence, la précipitation, la convoitise, le copinage et une démographie galopante. Je crois que nous ne sommes qu’au début de cette douloureuse transition, et il n’est pas à exclure qu’un autoritaire s’installe pour remettre de l’ordre. Espérons simplement qu’il soit éclairé à minima.

  • Il y a des choses intéressantes.

    Mais que cette article fasse une impasse TOTALE sur les questions ethniques est quand même regrettable.

    Comme le dit Artemus il y a l’après apartheid à gérer. Avec notamment ce que ça implique comme spoliations envers les blancs (heureusement on est loin du cauchemar du Zimbabwe).

    Mais il y aussi les tensions entre ethnies noires. Il y a les zulus et il y a les autres.

    La question des métis est également intéressante.

    Il y a également une immigration noire en provenance du reste de l’Afrique. Avec récemment des pogroms sur lesquels les médias occidentaux ne se sont pas attardés.

    etc.

    Bref, une analyse sérieuse de l’Afrique du Sud ne peut pas faire l’impasse sur cette question. La preuve : l’auteur nous parle du Cap, comme exemple à suivre, car « libéré » de l’ANC.
    Evidemment c’est une des régions qui compte le moins de Noirs ! Or ces derniers (en particulier les Zulus) votent traditionnellement pour l’Anc.

    • Bonsoir,

      Merci pour vos retours. Il est vrai que l’article fait l’impasse sur les questions ethniques, il est difficile de couvrir toutes les problématiques en 4000 signes.
      Cependant, j’observe que les indicateurs économiques se sont nettement dégradés à partir de 2009/2010, alors que les questions ethniques se posent depuis toujours et que la transition depuis l’apartheid est bien antérieure à la période 2009/2010. L’article vise à examiner les raisons du renversement économique qui a eu lieu en 2009/2010 ; j’ai déduit de mes observations que les questions structurelles et le rôle de l’État avaient joué un rôle bien plus important que les questions ethniques.

  • La grande catastrophe pour l’Afrique du sud a ete la suppression de l’Apartheid qui a debouche sur la desorganisation, l’appauvrissement, la fuite des gens les plus competents et la desinsdustrialisation du pays.

  • L’Afrique du Sud retourne donc tout simplement à l’Afrique, et le pire est encore à venir hélas.Cela ne date pas de l’arrivée au pouvoir de Jacob Zuma. Cela a commencé bien avant

    les élites blanches, qui ont longtemps tenu le pays à bout de bras, que cela nous plaise ou non, fuient le pays.

    Le naufrage est en marche, le chaos va s’installer

    Sur l’Afrique et notamment l’Afrique du Sud Il faut lire les excellentes analyses de l’africaniste Bernard Lugan

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

C'est un combattant infatigable de la liberté et de la dignité des Hommes qui vient de s'éteindre au Cap en Afrique du Sud. Desmond Tutu a eu deux vies, celle d'un homme d'église et celle d'un activiste inlassable des droits de l'Homme. Son nom reste attaché à la lutte contre l'inhumanité et les traumatismes du régime de l'apartheid en Afrique du Sud.

Des expériences formatrices

Né en 1931 à Klerksdop en Afrique du Sud dans une famille modeste mais éduquée, il parlait Xhosa à la maison et a été élevé dans la foi anglicane. Il a appris ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Julien Plouchart.

Il a officiellement mis fin à l'apartheid et libéré l'icône Nelson Mandela: Frederik de Klerk, dernier président blanc sud-africain et prix Nobel de la paix, est mort à 85 ans #AFP pic.twitter.com/QL2FBrR84j

— Agence France-Presse (@afpfr) November 11, 2021

Le dernier président blanc d'Afrique du Sud Frederik de Klerk s'est éteint à l'âge de 85 ans. Ce dirigeant a eu une destinée particulière : alors qu'il fut un homme fort de la dictature sud-africaine des années 1980, i... Poursuivre la lecture

fiscalité
0
Sauvegarder cet article

Par Martin Van Staden et Jacques Jonker[1. Martin Van Staden et Jacques Jonker sont analystes pour la Free Market Foundation.]. Un article de Libre Afrique

La fédération syndicale Cosatu (Congrès des syndicats sud-africains) a récemment appelé à des augmentations d’impôts, touchant en particulier les riches, afin d’arrêter la spirale économique négative dans laquelle est embourbée l’Afrique du Sud.

Toutefois, l'économiste Arthur Laffer, connu pour avoir popularisé la courbe de Laffer, nous montre qu'au-delà d'un certain seuil,... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles