Le long travail militant de l’université

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
université credits marc gélinas (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le long travail militant de l’université

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 14 janvier 2016
- A +

Par Claude Robert.

université credits marc gélinas (licence creative commons)
université credits marc gélinas (licence creative commons)

En sociologie comme en audit, en criminalité comme en psychologie, il existe dans toute enquête des éléments tangibles qui constituent de véritables pièces à conviction. Parce qu’ils sont le fruit d’une lente maturation et non pas du hasard, ces éléments résument à eux seuls des années d’un processus sous-terrain, tacite, non avoué, et ce processus s’en trouve tout d’un coup révélé, dévoilé, démasqué, et donc prouvé.

Certes, le processus en question dans cette analyse est connu depuis longtemps : il s’agit du formatage altermondialiste, anti-libéral et pro-écologique auquel l’Éducation Nationale se livre auprès de ses élèves et de ses étudiants. Mais tout de même, à chaque nouvelle preuve exhumée, force est de constater combien ce  processus est toujours vivace, et combien il sait puiser dans une large palette de moyens d’endoctrinement.

Cette fin de mois de décembre 2015, à l’Université du Mirail de Toulouse (seconde ville universitaire de France), à l’examen du DAEU (Diplôme national d’accès aux études universitaires, examen permettant aux non bacheliers d’obtenir l’équivalent du Bac) (cf copie des documents officiels) étaient présentés, en option économie, les sujets suivants :

Évaluation N°1 DAEU ECO CS

  • Comment peut-on expliquer la faiblesse des taux de croissance du PIB dans une économie ?
  • Quelles sont les conséquences de la précarité sur les revenus et sur la croissance ?
  • Est-il possible de « favoriser une prospérité sans croissance » ?

À la suite de cet exercice, en guide explicatif  :

« Vivre mieux sans croissance : Alternatives économiques n°323 avril 2013, Sandra Moatti. Faire de nécessité vertu. Malgré la croissance atone, il est possible d’améliorer le bien-être de la population. Pour cela, il faut apprendre à partager : le travail, les revenus, les biens… etc… »

Ainsi qu’une annexe avec des questions d’évaluation :

  • Comment mesure-t-on la croissance ? Quelles sont les limites de cette mesure en ce qui concerne l’environnement ?
  • Quels pourraient être les avantages d’un « impôt écologique » (taxe carbone par exemple) ? Selon T.Jakson, quelles en sont les limites ? Commentez.
  • Rappelez ce qu’est l’empreinte écologique. Selon T.Jakson, quelles sont les difficultés auxquelles se heurtent les individus qui réduisent leur consommation ? Expliquez et discutez.

ANNEXE : interview de Tim Jakson sur le Site TERRAECO.NET 21/09/2010 (extraits)

De fait, avec une totale cohérence, l’ensemble de ces exercices en option économie et les annexes qui y sont associées expriment un parti pris parfaitement explicite et qui tient à ces paradigmes par ailleurs tout à fait imbriqués entre eux que sont la « décroissance », « l’écologie » et « la redistribution ». Les références citées confirment la nature du message à véhiculer : Alternatives économiques, John Maynard Keynes, Tim Jakson, Terraeco.net, que du lourd si l’on peut dire.

Certes, il n’est nullement question d’interdire tout débat contradictoire vis-à-vis du libéralisme. Toutes les théories sont utiles, la plupart sont respectables et méritent d’être jaugées, si possible même à l’aune de leurs résultats historiques et de leur réalisme. Toutefois, ce qui semble malhonnête dans ce cas typique, c’est le fait que l’on serve à des élèves encore peu instruits et donc incapables de se faire une idée critique, dans le cadre d’un examen qui plus est, des énoncés qui défendent une même théorie politique, et qui passent sous silence tout ce qui a pu être démontré par ailleurs. Il suffit de faire la liste de ces sous-entendus pour mesure l’ampleur de la supercherie, et de découvrir combien ces énoncés de l’examen DAEU sont tout simplement profondément militants !

De vilains mensonges par omission

Au final, il s’agit bien de mensonges par omission. Pour une meilleure visibilité, les affirmations contenues dans l’énoncé et celles passées sous silence du fait des sous-entendus sont présentées ici sous forme d’un tableau synoptique. Qu’on en juge :

 

Énoncé et sous-entendu associé Réalité passée sous silence
(A) Comment peut-on expliquer la faiblesse des taux de croissance du PIB dans une économie  = les taux de croissance à venir on vocation à rester désespérément atones. C’est un mouvement irréversible chez les pays développés A1) la croissance des pays émergents est élevée quasiment chaque année. Elle est la plupart du temps comprise entre 5% et 10%…A2) même ces dernières années, la croissance mondiale oscille généralement entre de 3 à 5% !A3) la France fait moins bien que l’Europe, et très nettement moins bien que l’Allemagne, la Grande Bretagne et les USA ! Ces pays sont pourtant développés
(B) Quelles sont les conséquences de la précarité sur les revenus et sur la croissance = les revenus et la croissance sont d’autant plus élevés qu’il n’y a pas de précarité. Il suffit donc de redistribuer selon le modèle keynésien et tout rentre dans l’ordre B1) La précarité est au moins tout autant la conséquence de l’absence de croissance ! Selon les libéraux, c’est même la conséquence du manque de compétitivité économique. La relation inverse n’existe que lorsqu’il y a une crise de la demande (vocation des relances keynésiennes)B2) La précarité n’étant qu’une conséquence, traiter la précarité sans traiter les causes est non seulement inopérant, mais également coûteux de manière récurrente
(C) Est-il possible de favoriser une prospérité sans croissance = faute de croissance, il suffit de partager le gâteau. La richesse disponible est un élément inaliénable dans lequel il suffit de puiser pour redistribuer aux nécessiteux C1) Ces richesses, ce « gâteau » à partager n’existe pas en tant que tel pour la simple raison qu’il est virtuel. Sa taille change chaque seconde, et rien ne garantit qu’il soit aussi volumineux dans les années qui viennent si la compétitivité du pays ne se réveille pasC2) Partager le « gâteau » est une aberration économique. La première chose consiste à faire en sorte que ce gâteau ne fonde pas au soleil de la concurrence mondialeC3) Il existe une vie économique en dehors de nos frontières, avec des pays ambitieux et débrouillards. Le « gâteau » est mondial, et il est sujet à d’âpres rivalité commerciales. Toute la planète se bat pour en profiter et pour le faire grossir, grâce à l’innovation et au progrès. Un pays qui ne songerait qu’à mieux en répartir les fruits à l’intérieur de ses frontières ferait le choix de s’appauvrir
(D) Quelles sont les limites de cette mesure (de la croissance) en ce qui concerne l’environnement = croissance et environnement s’opposent. C’est l’un ou l’autre. Il faut donc laisser tomber la croissance D1) Tant que l’écologie se pose en ennemi de la croissance, elle ne pourra pas percer, car la croissance n’est pas une obligation imposée par une idéologie (au hasard, le libéralisme) mais un mécanisme mondial qui reflète une orientation humaine, un choix, une propension à la création, à l’innovation et à l’enrichissement personnelD2) Qui va imposer ce choix de laisser tomber l’enrichissement et le progrès à une communauté humaine qui n’en a pas envie et qui justement fait du commerce son activité principale depuis la nuit des temps ? Une dictature écologique ?
(E) Quels pourraient être les avantages d’un « impôt écologique » (taxe carbone) = l’impôt est la solution à tout E1) L’impôt, encore l’impôt, toujours l’impôt… On ne sortira donc jamais de ce cercle vicieux qui est en train de tuer la compétitivité française… Réflexe étatique, keynésien si ce n’est communiste, dont on connaît pourtant les résultats depuis le temps que l’on en abuse !E2) Quid des solutions récompensant l’innovation ? Des solutions récompensant l’investissement ? Des baisses d’impôts pour motiver les comportements vertueux ? Cela semble pourtant tellement plus prometteur… Et plus conforme à la nature humaine…

Objectif tacite : la fermeture des esprits

L’ouverture d’esprit, l’intelligence, l’esprit critique, la créativité, tous ces concepts se nourrissent d’un seul et même carburant : la culture générale. Qui dit culture générale dit comparaison entre les différentes approches économiques, prise en compte des réalités multiples telles que l’Histoire nous a révélées, prise en compte de la réalité humaine… Pour ce dernier point, les Sciences Humaines et les Sciences Économiques devraient considérablement aider à appréhender la nature de notre espèce, faite de désir de compétition et de dépassement de soi, de rivalité, de créativité, de besoin de liberté, etc. Or il semble qu’il s’agisse au contraire d’éviter que les élèves deviennent férus dans ces disciplines. Ne leur serait-il pas très facile ensuite de se rendre compte de  l’inapplicabilité de certaines idéologies ? Il suffit de songer un instant au montage mécaniste que représente le marxisme, et à son incompatibilité ontologique vis-à-vis de la nature humaine (sauf à l’imposer par le biais d’une dictature)… Le but de l’Éducation Nationale n’est-il pas de dupliquer de façon infinie des individus dociles ? Des individus ayant un esprit suffisamment limité pour qu’elle puisse leur insuffler les mythes qu’elle tente de faire perdurer ?

 

Intox1

Intox2

Sur le web

Lire sur Contrepoints tous les articles de Claude Robert

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • Excellent article. C’est une demonstration magistrale de ce que beaucoup qui sont passés par l’université francaise savent. Ce que l’article ne dit pas, c’est que la cooptation des candidats eux mêmes peut être aussi l’enjeu d’une préselection de vieux routards d’associations gauchistes sans diplome, qui se reconvertissent sur le tard. Ils sont souvent promus á de grande carriere, professeur, directeur de recherche etc. Ce DEAU n’est donc pas anodin puisqu’il represente souvent aux yeux des universitaires en place un certificat de socialisme qui ouvre des portes – informations sur les curriculums et les options administratives á l’université, les financements des études, les conditions de bourses, etc. – que les etudiants qui ont passé leur bac ne possédent pas forcement. C’est un mode de concurrence sournois qui se fait par cooptation administrative entre socialistes á l’université. Cette pré-cooptation s’applique aussi, mais plus tard, aux autres étudiants, ceux qui pretendent á des places en théses, pour avoir des heures d’enseignement, pour faire des demandes de bourses, etc. Ils devront aussi souscrirent aux principes du socialisme – mais sans avoir passé le DEAU. Ils feront donc preuves de zéle socialiste par une socialistion avec leurs paires, par des demonstrations verbales claires de leur allégiance á cette ideologie… Un beau programme de décervelage et de retrogradage á l’horizon des connaissances universitaires internationales. Cette déchéance est confirmée par les nombreuses comparaisons internationales des systemes d’educations du monde occidental (on peut aussi en discerner les effets anthropologiques dans les parcours de ces idéologues). Une université qui pratique ce genre de biais prepare la mort intellectuelle d’une grande part de sa jeunesse. Ces futurs citoyens auront construits leurs valeurs morales á leur insu et basées essentiellement sur de la désinformation. Ils jugeront le monde qui les entourent par la mécomprehension profonde des valeurs d’échanges du capitalisme, d’une ignorance totale des methodes de creation de richesse et des conditions d’innovation techniques et sociales. Ce sont les mêmes qui se jettent tête baissée contre le liberalisme alors qu’ils n’ont jamais lu une seule ligne de Frederic Bastiat – ignorant qu’ils sont de son existence même. Cet article est important parce qu’il donne un exemple tangible de la construction institutionalisée de l’ignorance – une construction qui suggére une voie plutôt qu’une construction qui donne accés á des sources d’informations solides. Cet article apporte la demonstration de la méthode sournoise de l’idéologie: elle se préoccupe toujours des publics captifs… Voila ce que l’université francaise fait ce ceux qui ne savent pas mais qui essayent de faire mieux… Dans une société libre, ceux lá sont traités avec toute l’attention requise par les enseignants. Dans une société idéologique, ils sont méprisés: ce sont des proix faciles, de la chair á voter socialiste, des admirateurs de Piketti avant la lettre…

  • « il est possible d’améliorer le bien-être de la population. Pour cela, il faut apprendre à partager : le travail, les revenus, les biens… etc…  » : Non sequitur. Pauvre Sandra.

    • Mais ils ont justement appris à partager : ils donnent la moitié de leurs salaires pour entretenir cette caste de parasites.

  • merci beaucoup pour cet article.

  • Il faut dire aussi qu’un bon économiste il enseigne pas, il est dans une société privé, avec un bon salaire …. et fatalement un mauvais économiste, un peu par rancœur va virer à gauche par jalousie de la réussite des autres et finira par se retrouver dans l’enseignement pour y dispenser sa haine de la réussite ….(ok j’exagère mais je dois pas être loin de la réalité)

  • Terrifiant endoctrinement de profs quasi tous gauchistes et doctrinaires.
    L education natonale est la derniere reserve des rouges d entre soi qui nuit a la prospérité du pays depuis longtemps.
    Lamentable cocosphere acharge du secteur prive, qui en plus se permet de lui cracher dessus.

  • Il n’y a pas qu’à l’Université que cette méthode est mise en œuvre. Je me souviens avoir passé dans mon jeune temps, un concours pour un recrutement dans la Fonction publique. Eh bien, quasi toutes les questions étaient également orientées à gauche, ou du moins, visaient toutes des concepts dont se gargarise la gauche, du style « Bonheur National Brut », « Coefficient de Gini », « Indice de Développement Humain », etc. Certes, tout postulant un peu curieux connaissait ces concepts, ces définitions, … , mais qui étaient assez « neufs » à l’époque sauf pour ceux qui baignaient dans le militantisme de gauche. Il n’empêche qu’on nous demandait surtout d’approuver ces notions, et les candidats les mieux classés étaient ceux qui en remettaient une couche en ce sens. (J’avais été brillamment classé 🙂 )

    • Il y a quelques années, j’ai passé des concours de l’Ednat. Et curieusement, j’ai eu ma meilleure note en faisant un devoir comme si j’étais un gauchiste.

      Pour être fonctionnaire, ce n’est pas le bagage intellectuel qui compte mais le profil politique.

  • Il existe une communauté de valeurs et de représentations chez les enseignants en Sc économiques et sociales à l’Université et (surtout) dans les lycées. Cela tient à leur parcours académique. Ils sont, pendant des années, formatés par un système éducatif qui sublime le collectif, l’égalité, l’Etat, et dévalorise l’individu, l’autonomie, la liberté. Très peu d’entre eux ont connu autre chose que l’école et le secteur public, ils baignent dans cette culture depuis leur enfance. Aujourd’hui, aussi, nombre d’entre eux sont fils ou filles d’agents publics. Ils sont par ailleurs eux mêmes fonctionnaires et donc nourris (certains grassement pour le travail fourni) par les administrations publiques. Ils peuvent donc difficilement présenter des théories et des idées qui iraient à l’encontre de leurs intérêts et des discours qui les ont formatés. Ils sont souvent convaincus et très peu conscients du caractère fortement idéologique de leur enseignement. L’idéologie anti libérale leur permet d’être physiquement et moralement intégrés au sein de leur communauté professionnelle où cette pensée est un ciment du lien social. Il faut donc bcq de courage et de personnalité pour diffuser une pensée libérale dans cet espace, qui n’a d’université, que le nom.

  • on dit souvent que les bons élèves s’éloignent des sciences sociales à cause d’une prétendu sélection par les maths.
    La vérité, c’est que subir des cours de propagande socialo-communiste , ce n’est pas très enthousiasmant et ça ne motive ni l’élève ni les parents.

  • Il existe aussi des économistes qui enseignent et qui se retrouvent dans cet article! Je pourrai multiplier les exemples similaires en BTS, au bac… J’essaie modestement de faire le même travail pédagogique que l’auteur sur tous les sujets…

  • Article très intéressant. Il convient de mettre en avant l’absence de matériel nécessaire pour ces élèves de prendre du recul. Cet article permet aussi de poser la question de notre avenir. En effet, l’école forme les générations futures. Et force est de constater que l’école ne fait que reproduire les rêves d’une génération de professeurs qui ont eux même perdu, en partie, leur faculté de critique (ce qui a mon sens me paraît inéluctable). Néanmoins, ce qui me surprend le plus, est le fait qu’aux yeux de ma génération(26 ans), la fac est un espace « ringard » ( il y a peut-être un peu de provoc de ma part ici). L’avenir ne dépend plus d’elle. Les jeunes que nous sommes, sommes à même d’inventer des modèles differents d’un idéal politique passé. En somme, et pour résumer, aujourd’hui il existe plus d’admiration pour un dealer de drogue qui génère 20k€ par semaine que pour un professeur qui tente avec son systeme de valeurs d’expliquer son bien du mal.

  • Excellent décryptage!

  • ce n’est pas tant le parti pris partisan qui me gêne que l’absence de démonstration basée sur des faits.
     »
    Mais la question à se poser d’abord ou l’explication à donner est « qu’est que la sociologie? »…et alors « quels sont ses enseignements? »…

  • J’avais posté un commentaire vantant la décroissance il y a deux jours. Je vois qu’il n’a pas été publié.
    Est-ce une censure ou une erreur?
    Je sais que la théorie de la décroissance est considérée comme une hérésie chez Contrepoint mais j’avais la curiosité de savoir si ma publication serait acceptée ou tolérée quitte à provoquer débat, critique, dénégation, mépris, controverse. S’il y avait place pour une liberté de paroles …

  • A. Vous utilisez là un beau sophisme de l’Homme de qui paille qui consiste à faire dire à votre adversaire quelque chose qu’il ne dit pas et ensuite y réponde. Vous faites les arguments et les contre-arguments, pratique mais pas très honnête intellectuellement.

    A1 Même si la croissance des pays émergents est globalement plus élevée que celle des pays développés, on observe tout de même un ralentissement.

    A2 la croissance mondiale a été plus élevée entre 1950 et 1973 que depuis 1990 pourtant époque depuis laquelle la libéralisation des échanges et la dérégulation financière battent leur plein. La croissance au RU se fait au prix d’un déficit public supérieur à celui de la France et d’une bulle financière qui inquiète outre-Channel. Si la croissance aux USA est sans doute la plus élevée des pays développés, elle est plus faible que lors des reprises qui ont suivi les crises précédentes. Quant à l’Allemagne les taux de croissance sont plus faibles que ce qu’elle a connu cette dernière décennie.

    B. la définition de la précarité inclut le fait que les revenus sont faibles. On voit rarement un précaire faisant partie des 20 % les plus riches….

    B1. Pour augmenter la « compétitivité d’un pays » (expression qui d’ailleurs n’a pas grand sens, on parle de compétitivité pour une entreprise, un produit en général) les néolibéraux (et non pas les libéraux, il ne faut pas confondre mais c’est un autre débat) prônent la flexibilisation des contrats (pouvoir licencier plus facilement notamment), la fin du salaire minimum (qui conduira donc à la baisse d’au moins une partie des salaires), la baisse des cotisations sociales (donc moins de prestations sociales), ce qui est justement caractéristique de la précarité.

    B2. L’économie étant un système complexe (au sens scientifique du terme), c’est à dire fait de rétroactions, il est difficile de distinguer aussi facilement (comme vous le faites) causes et conséquences. Un événement A peut agir comme cause sur un événement B qui lui-même rétroagit (positivement ou négativement) sur A.

    Encore un bel homme de paille, notamment l’utilisation du terme « gâteau » !

    C1 Le « gâteau » n’existe pas mais c’est vous qui en parlez….

    C2 Les individus n’étant pas des clones (contrairement à ce que suppose la pensée économique orthodoxe, notamment les néoclassiques), leurs habitudes de consommation diffèrent. Ainsi, il peut être économiquement efficace de redistribuer. Par exemple, la part des importations dans la consommation des plus aisés est plus élevée que dans la consommation des moins aisés. Il est donc efficace économiquement d’effectuer un transfert monétaire. Je rappelle également que contrairement à l’idée reçue, la redistribution s’effectue en réalité ex ante la production du « gâteau ». La redistribution s’effectue via les impôts et les dépenses publiques. Or la puissance publique dépense avant d’avoir obtenu les recettes des impôts qui seront prélevés sur la production. Autrement dit la redistribution, elle-même agit sur la production du « gâteau » ! Toujours cette histoire de système complexe et de rétroactions.

    C3 Redistribuer n’est pas incompatible avec production et innovation.

    Vous confondez grandeur et mesure. La question s’intéresse à la manière de mesurer la croissance. Or les failles de la mesure par PIB sont bien connues et reconnues. Deux exemples : (a) prenez 100 individus qui produisent chacun leur nourriture et la consomment eux-mêmes, le PIB sera nul. Prenez ces mêmes individus, le premier vend au deuxième pour 10 unités monétaires sa production, le deuxième pour 10 um au troisième, etc et le centième au premier pour 10um. Le PIB sera de 1000 um ! Alors que la production est la même. Ce que montre cette robinsonnade, c’est que le PIB ne mesure que ce qui est monétaire. Or toute la production humaine n’est pas monétaire. (b) Prenons une entreprise qui produit des biens A mais pour ce faire pollue. Il y aura une augmentation du PIB. Une entreprise B est appelée pour dépolluer le sol pollué par A, là encore augmentation du PIB alors qu’au mieux on est revenu au point de départ !

    E. Vous oubliez le reste de la question qui traite justement des limites de cette approche.

    • Comme quoi il y a débat. Comme quoi un texte unilatéral ne devrait en aucun cas passer pour sujet d’examen universitaire.

      • je ne vois qu’on point de vue unilatéral ici, c’est celui de l’auteur qui joue à l’homme de paille. Le sujet proposé implique au contraire un exercice d’esprit critique.

      • ici, je ne vois qu’un seul texte au point de vue unilatéral, celui de l’auteur qui joue à l’homme de paille. Ce sujet implique au contraire un esprit critique

    • Bonjour, Ce serait plutôt l’Education Nationale qui est prise en flagrant délit de manipulation, c’est assez amusant. Je réponds point par point à vos arguments :
      A) difficile de tenir un tel argument en utilisant, dans un énoncé d’examen uniquement des indices qui militent pour la même politique. Cela ne tient pas du hasard. Je vous suspecte de mauvaise foi dans ce cas là…
      A1), il y a un ralentissement depuis peu, mais figurez vous que la croissance de l’Afrique dépasse depuis plusieurs années celle de l’Europe, ce qui signifie exactement le contraire de ce que vous suggérez 🙂
      A2) Entre 1945 et 1970, on sortait d’une guerre mondiale et on s’en est mis plein les poches jusqu’au choc pétrolier. La démonstration ne tient donc pas, il y a d’autres raisons possibles à ce que vous interprétez comme un ralentissement. D’ailleurs, une autre anomalie : la croissance mondiale était élevée vers les années 2008/2009, le phénomène était général… Il y a des cycles, des innovations. Difficile de croire que la croissance se calme définitivement. Il y a des économistes qui le pensent mais cela ne doit pas masquer les grosses différences entre les économies dynamiques et les autres !
      B) Personne ne dit le contraire
      B1) Si ! l’expression « compétitivité d’un pays » a un énorme sens ! Nous souffrons de la perte de compétitivité de la France. Peut-être le ne savez-vous pasmais nos parts de marché ont été divisées par 2 en une trentaine d’année. C’est cela ce que l’on appelle la compétitivité. Regardez notre trajectoire en terme de PIB/habitant. Il paraît que l’on pert une place tous les 2 ans environ. C’est une autre preuve de ce dont vous réfutez l’existence ! Par ailleurs, c’est clair, vous confondez précarité et flexibilité. En France, nous n’avons aucune flexibilité, et une énorme précarité. En augmentation en plus. A cause de cette fameuse compétitivité dont vous ne voulez pas admettre la réalité
      B2) C’est un système complexe mais vous pourriez savoir qu’il existe des crises de l’offre, et des crises de la demande. La France traite depuis les années 75 une soit-disant crise de la demande, à grand renfort de keynésianisme, avec les résultats que vous connaissez. La chute objective et démontrée de notre compétitivité (dont vous réfutez la pertinence) prouve au contraire qu’il y a une grave crise de l’offre !
      C1 ) Je parle de ce que l’énoncé de l’examen suggère. L’avez-vous lu ?
      C2) Vous répondez en termes philosophiques. Le sujet porte sur des faits tangibles passés sous silence dans un énoncé d’un examen
      C3 ) Tout à fait d’accord. Mais comme je l’ai indiqué : avant de distribuer, mieux vaut s’assurer que la source ne se tarit point. Nous faisons l’inverse en France et l’énoncé de l’examen le passe sous silence également…

      • Merci de votre réponse.

        A. Dans cet énoncé, il est bien précisé à l’étudiant d’utiliser ces connaissances personnelles et de cours pour répondre aux questions. Ce qui implique un exercice critique notamment sur les documents fournis, mais également un exercice critique sur ces propres connaissances apprises.

        A1. A l’heure actuelle, l’Afrique n’est malheureusement pas encore catégoriser dans les pays émergents. Mais vous avez raison ‘un certain point de vue, l’espace le plus dynamique sera sans doute l’Afrique dans les décennies à venir alors que les pays développés vont connaître une stagnation, que suivront sans doute les pays qu’on nomme émergents à l’heure actuelle. Quoi qu’il en soit, si vous regardez la croissance des pays dits émergent aujourd’hui : Chine, Inde, Brésil, les plus connus et dont le PIB n’est pas négligeable, vous verrez qu’elle ralentit.

        A2. Ce que vous dites ici, je le partage globalement. Ceci dit, cela montre tout de même que pour obtenir une forte croissance, il faut qu’un événement extraordinaire se produise (une guerre par exemple ou une innovation tellement disruptive qu’elle chamboule tout), mais par définition il est impossible de prédire la survenance ou non, le moment, d’un tel événement.

        B1. Le concept e compétitivité d’un pays n’a aucun sens, je n’ai jamais vu quelqu’un pouvoir m’expliquer précisément ce que cela voulait dire, sauf à tourner en rond en disant qu’un pays est compétitif s’il est productif (mais il y a un terme qui existe déjà). Le terme compétitivité appliqué à un pays est un concept idéologique et non scientifique. Ce qui n’est pas le cas lorsqu’on parle de la compétitivité d’une entreprise ou d’un produit. Il suffit d’un minimum de bon sens pour s’en rendre compte : une entreprise vend des produits sur un marché,, les produits d’une entreprise sont en concurrence sur un marché, rien à voir avec un pays qui ne vend rien sur un marché, mais ui au contraire établit des règles, des lois, des normes qui permettent l’existence du marché sur lequel les entreprises pourront vendre leurs produits. Voilà une raison toute simple qui montre qu’il n’y a aucune scientificité dans l’eploi du terme « compétitivité » lorsqu’il est appliqué à un pays. Par contre son usage idéologique est bien connu. La doxa l’emploi souvent pour justifier des politiques néolibérales : baisse des salaires, des cotisations, des dépenses, des impôts, tout le toutim. Avec le succès que l’on sait… perdre des places n’est pas tellement le problème tant que le ratio continue d’augmenter ou au pire ne diminue pas. Précarité et flexibilité désignent exactement la même chose mais dit selon deux points de vue différents. Qui sont les précaires ? D’abord les chômeurs. Pourquoi parce que les conditions d’indemnisation ont toujours été dégradées au nom de la compétitivité et de la flexibilisation du marché du travail. Eensuite les salariés en contrat justement dit précaire (CDD, intérim, temps partiels, etc) qui ont été créé et ont explosé au nom de la flexibilité. Les salariés au niveau du SMIC dont le nombre a toujours augmenté du fait de la baisse des cotisations sociales. Au passage cette dernière mesure a favorisé des emplois peu productifs (est-ce favorable à la « compétitivité »selon vous?)

        B2. « Crise de demande », « crise d’offre », ce sont des expressions creuses u, des vues de l’esprit, tilisées par la doxa économique, experts et autres clowns médiatiques, c’est à dire la pensée économique dominante qu’on peut résumer en employant le terme néoclassique. Distinguer les deux n’a pas grand sens. Qu’est-ce une crise de l’offre ? A cause du coût du travail, des impôts, les entreprises ne font pas assez de profits, n’investissent pas, etc. Solution baisser les impôts, le coût du travail. Cela paraît simple mais comme dans tout système complexe, il y aura une rétroaction : en baissant le coût du travail, les salaires, la demande (qui est la contrepartie du coût du travail) diminuera, en baissant les impôts, les investissements publics diminueront aussi (or cela fait travailler des entreprises privées), par exemple et on se retrouvera face à une crise de l’offre et une crise de la demande !

        C1 et C2. Ce que suggère l’énoncé c’est de distinguer croissance et prospérité, notamment le fait qu’on peut avoir une société plus prospère avec un taux de croissance très faible, nulle et peut-être même négatif. le fait que « le gâteau ne diminue pas dans les années qui suivent » n’est pas synonyme de croissance. Comme jel’ai dit la redistribution, le partage agit sur la production à redistribuer ou à partager. Ce n’est pas de la philosophie mais des faits. La croissance peut même être favorisée par une politique de redistribution et de partage.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Bernard Landais.[1. Bernard Landais est l’auteur de Réagir au déclin ; une économie politique pour la droite française, VA éditions, 2021.] Un article de Conflits.

Le Traité de Rome de 1956 instituant le marché commun pour les six pays fondateurs (France, Allemagne, Italie, Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) a inauguré une ère de grande prospérité pour ces pays et plus récemment pour la plupart de ceux qui ont adhéré, même tardivement. Les principes économiques sous-jacents sont la valorisation des avantages comparatifs et l’extensi... Poursuivre la lecture

11
Sauvegarder cet article

L'empilement invraisemblable de règles idiotes dans l'Éducation nationale finissait, la semaine dernière, par faire déborder la soupière des parents, des enfants et des enseignants au point de déclencher à la fois un mouvement de rétropédalage peu serein d'un gouvernement de clowns à seringues complètement dépassés, et à la fois une petite grève d'enseignants qui, ayant tout compris, demandent encore plus de contraintes et de vexations.

Cette expérience sociale permet d'illustrer à quel point beaucoup trop de nos semblables ont... Poursuivre la lecture

Le terme de « wokisme » s’est imposé dans l’espace public pour décrire, du point de vue de leurs détracteurs, un ensemble de comportements et de mouvements militants d’une certaine gauche, laquelle se réclame fermement de l’anti-racisme, l’anti-sexisme, la lutte contre les discriminations, préjugés, etc. Un texte récemment publié par le collectif RogueESR (l’acronyme ESR signifie : Enseignement Supérieur et Recherche) ambitionne de trancher dans le vif en plaçant l’usage du terme dans son contexte. D’après ledit texte, le « wokisme » est un «... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles